Attention à ne pas tout psychologiser !

Les accompagnements pour aller plus loin :

Transcription de la vidéo :

Aujourd’hui, je souhaitais vous faire une vidéo un petit peu différente de ce que je fais d’habitude. Je souhaitais notamment vous parler un peu plus de médecine et un peu moins de psychologie. Alors pourquoi je vous dis cela ? Aujourd’hui, et j’en suis la première ravie, la psychologie est de plus en plus en vogue. Mais on a tous tendance à se tourner vers un psychologue au moindre problème. J’en ai moi-même fait l’expérience pour mon enfant et je peux vous confirmer ce que je vais vous dire et qui me semble essentiel.

Je pense que pendant beaucoup d’années, la psychologie a été mise trop de côté. Je trouve qu’il est donc important aujourd’hui de la remettre en avant. Cependant, n’oublions pas que nous sommes une unité : nous sommes un corps et un esprit. Nous ne sommes pas qu’un esprit, nous sommes aussi un corps. Finalement, les deux sont constamment en interaction. Vous voyez bien que lorsque vous manquez de sommeil, vous ne pouvez plus penser. Vous ne pouvez plus aimer comme vous auriez envie d’aimer. Vous ne pouvez plus vous donner comme vous désireriez vous donner car votre corps ne vous le permet plus.

Une personne m’a contacté sur mon site internet il n’y a pas longtemps. Elle me disait qu’elle avait été mise sous antidépresseurs alors qu’en fait les médecins venaient de découvrir qu’elle est atteinte de la maladie de Lyme. Vous imaginez comment cela peut être bouleversant d’être sous antidépresseur, d’être persuadé que l’on fait une dépression, alors que ce n’est pas le cas. Ici, c’était le corps qui réagissait avec une maladie physiologique.

Si vous avez une maladie physiologique, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vous faire aider psychologiquement. Si vous êtes atteint d’un cancer ou que votre corps est très affaibli, il est évident que l’on peut avoir besoin aussi d’un soutien psychologique. Mais pas uniquement.

En tant que psychologue, nous pouvons avoir tendance à vouloir tout psychologiser. Nous pouvons aussi oublier de demander à nos patients d’aller faire des bilans physiologiques. Si je vous le dis, c’est que vous ne devez pas attendre. Assurez-vous d’abord qu’au niveau physiologique tout est clair, qu’il n’y ait pas une carence qui fait que vous êtes beaucoup plus affaibli. Ou que vous n’avez pas un problème ORL, peu importe. En tout cas, faites des bilans pour être sûr que votre corps ne vous lance pas des alertes physiologiques. C’est dans un second temps, en étant fort de cela, que le psychologue pourra alors bien mieux vous aider. Que ce soit pour vous accompagner dans cette maladie ou vous éclairer sur les répercussions psychologiques que peut avoir la maladie.

Je tenais à ce que cela soit très clair.

Que ce soit les médecins, ou nous les psychologues, nous pouvons avoir tendance à l’oublier. Mais nous sommes la même équipe. Nous sommes en tout cas censés travailler main dans la main. Je me bats pour travailler main dans la main avec les médecins et les psychiatres. Donc n’oubliez pas de faire ces bilans de santé, car c’est également de votre responsabilité de vous assurer sur tous ces points-là.

Rejoindre mes 15.265 contacts :

Dites-moi à quelle adresse vous souhaitez recevoir toutes les nouveautés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *