« J’ai tout pour être heureux, mais ma vie est fade »

Les accompagnements pour aller plus loin :

Transcription de la vidéo :

C’est quelque chose qui m’attriste beaucoup, et que je vois de plus en plus régulièrement dans mon cabinet de psychologue, ce sont des personnes qui me disent : « je ne comprends pas, parce que j’ai tout pour être heureux, ou pour être heureuse, je n’ai absolument pas de problème de travail, j’ai une belle famille, des enfants, un conjoint avec qui ça se passe bien, mais ma vie est fade. Je ne suis pas heureux, où je ne suis pas heureuse, alors que j’ai tout ce qu’il me faut. »

Ça m’attriste beaucoup, parce que c’est vrai qu’aujourd’hui on nous donne cette illusion que plus on a, plus on possède, plus on est heureux.

On vous dit régulièrement que quand on manque, surtout il ne faut pas rester dans la frustration : il faut consommer, il faut avoir, il faut posséder.

Il faut avoir toujours de plus en plus.

Alors c’est vrai, certaines personnes ont la chance d’avoir tout pour être heureux, et c’est aussi vrai que tout le monde ne peut pas avoir tout non plus.

Mais en réalité, qu’est-ce qui arrive au bout d’un moment quand on a tout ?

Et bien on se rend compte que la souffrance est quand même là. Pourquoi ?

La réponse est dans le fait que nous ne sommes pas faits uniquement pour être nourri complètement intérieurement.

C’est utopiste.

Et ce qui fait que l’on va pouvoir sentir du bien-être, un peu de bonheur, ce n’est pas simplement de tourner autour de soi, et de combler ce qui me manque.

Il faut arriver à se combler un peu, à être bien évidemment (L’estime de soi est importante par exemple), mais dans l’optique après d’aller donner aux autres.

Et ça c’est très important.

Si vous ne faites pas fructifier ce que vous avez, alors vous vous retrouvez seul dans votre canapé entouré de votre petit confort. Mais pour autant vous n’aurez pas de réel sens dans ce que vous faites.

Et souvent ce sont des personnes qui ont parfois élevé des enfants en bas âge. Donc là il y avait du sens dans ce qu’elles faisaient. Et puis au bout d’un moment les enfants ont un peu moins de besoins. On se retrouve un peu plus seul et on ne sait plus trop quoi faire de sa vie.

Ce sont des personnes qui parfois ne savent plus l’intérêt d’être là.

En réalité, si vous êtes dans cette situation, il faut vous dire : mais qu’est-ce que je fais de tout ce que j’ai ? En fait à quoi ça me sert ? Dans quel but ? Avoir ça en plus, pourquoi je prends cette décision-là ? Pourquoi je me suis mis dans ce travail ? Quel est le sens profond de tout ça ?

Pensez toujours à un bien au-dessus, à un bien supérieur.

Je sais que j’insiste là-dessus, mais si on n’a pas cette idée de savoir pourquoi on fait ça, alors on navigue sans but, et l’on n’est pas satisfait.

Pourquoi par exemple j’aime prendre une semaine de vacances ?

Si je ne sais pas pourquoi je prends cette semaine de vacances, et bien cette semaine de vacances peut parfois être un peu triste.

Alors que si je sais que c’est pour me reposer, pour aller bien, parce qu’après je vais avoir plus envie de me donner dans un projet, ou alors pour quelqu’un qui m’attend qui a besoin que je l’aide, alors ça va vous donner du sens.

Parce que vous savez que pendant une semaine ça va tourner autour de vous, de votre bien-être, mais c’est dans l’idée ensuite de vous décentrer de vous, et de vous tourner vers les autres.

Il faut vraiment toujours garder ça en tête.

Et même des personnes âgées en maison de retraite vont vous le dire : tout tourne autour d’elle et ça peut être parfois un peu triste. Parfois il y a beaucoup de dépression quand on est âgé parce qu’on se dit qu’on a plus aucun intérêt.

Mais en fait on peut voir qu’il y a un travail à faire aussi à ce moment-là. Une personne âgée peut faire des petites choses qui ne représentent pas grand-chose mais qui pour autant leur donne du sens et donne du sens aux gens qui sont autour.

Je vous invite à réfléchir à cela.

Ce n’est pas parce que l’on est comblé, que l’on a tout ce que l’on veut qu’on va être plus heureux.

Non.

Je crois qu’il faudrait même toujours rechercher ce petit manque et le ressentir pour se décentrer, pour aller vers l’autre et voir comment vous pouvez faire fructifier ce que vous avez.

Rejoindre mes 15.265 contacts :

Dites-moi à quelle adresse vous souhaitez recevoir toutes les nouveautés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *