Crise de la quarantaine: ce qu’il faut faire pour bien la traverser

Démon de midi ou crise de la quarantaine, autant d’appellations qui se réfèrent à ce phénomène étrange, qui fait flamber à nouveau le désir du changement, de la liberté, à un âge clef.

Une liberté qui a été longtemps enterrée sous le lourd fardeau de la responsabilité,
de nos engagements, de nos devoirs…

C’est alors que vous pouvez avoir envie de tout balancer, même ce que vous avez construit pendant des années!

Votre travail
Votre couple
Votre famille
Vos projets …

Est-ce la peur des années qui nous filent entre les mains sans pouvoir faire quelque chose?
La jeunesse qui disparaît devant nos yeux?
La nostalgie de l’âge et de la vie sans contrainte? …

Les causes sont variées, mais les conséquences peuvent être terribles…
Comment donc gérer la crise de la quarantaine?

La crise de la quarantaine: symptômes de ce qu’on appelle aussi démon de midi

Un couple, dont les conjoints sont heureux l’un avec l’autre depuis des dizaines d’années, se réveille un jour sur une réalité amère:
L’un des conjoints vient remettre en cause toute leur relation!

Très souvent, il s’agit ici des signes de la crise de la quarantaine (ou démon de midi).
En voici quelques symptômes :

  • Besoin de faire un bilan sur sa vie.
  • Expression de doutes sur les choix passés, et à venir.
  • Sentiment de désorientation
  • Mauvaise humeur
  • Irritabilité et crises de colère
  • Expression permanente du besoin de changement.
  • Besoin de plus de liberté
  • Et parfois aussi du besoin de plaire
  • Sentiment d’être inutile
  • De n’avoir rien fait de sa vie…

Attention donc à cette période critique ! La peur du vieillissement, de la perte de son attirance, de la ménopause, des rides, du départ des enfants… sont autant de facteurs qui intensifient ce sentiment de mal être.

La crise de la quarantaine: des conséquences  à ne pas minimiser…

La crise de la quarantaine peut amener à commettre des folies :
l’infidélité,
la séparation brutale avec votre conjoint,

Elle vient alors menacer la stabilité de votre couple, malgré les efforts dépensés durant de longues années pour bâtir votre foyer.

La vie à deux prend un aspect d’égoïsme,
d’indifférence envers l’autre.

La tentation de changer, de tout envoyer promener, est grande.
Tout cela en se justifiant par :
une volonté de changer de vie,
une volonté de rajeunir,
de récupérer le temps perdu,
ou d’inaugurer un nouveau départ vers la liberté.

Mais attention aux sirènes et aux chimères …
Attention à ces mirages qui vous font miroiter monts et merveilles.

Une fois la période d’euphorie et d’illusion passée, la chute est encore plus dure et douloureuse … (J’en ai beaucoup de cas dans mon cabinet)

La crise de la quarantaine: comment gérer ce phénomène

Oui mais alors que faire ?

Premièrement, il est indispensable d’en savoir plus sur ce phénomène.
Cela est nécessaire pour comprendre l’origine du mal être.
Cerner les complications.
Et trouver les moyens pour vaincre.

Ensuite vous allez devoir apprendre à en parler (correctement et sous certaines conditions) :
Parler de vos soucis,
Parler de vos rêves qui vous hantent …

Il va également falloir trouver des ressources pour traverser cette crise.
Pour ne pas baisser les bras,
ou adopter la stratégie de l’autruche.

Vous pourrez aussi utiliser les bons souvenirs.
En planifiant des sorties, des voyages, dans les mêmes endroits qui ont vu naître les heureux moments de votre vie.

Trouver des moyens pour vous faire plaisir, retrouver une certaine estime de vous.
Définissez de nouveaux objectifs communs à réaliser (l’oisiveté et la routine tuent la relation)

Pour vous aider à prendre le problème par le bon bout,
et vous aider à y voir plus clair dans ce qui se passe,
et tirer du positif de cette crise,
j’ai créé un accompagnement spécifique sur cette crise de la quarantaine.

Vous pouvez le découvrir ici

Sachez simplement que cette crise peut être un phénomène de passage.
Elle ne dure pas longtemps si elle est bien prise en main.

C’est aussi une très bonne occasion de se libérer de certaines contraintes.
Des contraintes que vous vous étiez imposées et qui finalement n’ont plus lieu d’être.

Profitez-en aussi pour  trouver de nouveaux moyens pour vous épanouir !

Je vous parle plus en détail de tout cela derrière ce lien

 

Les accompagnements pour aller plus loin :

Rejoindre mes 15.265 contacts :

Dites-moi à quelle adresse vous souhaitez recevoir toutes les nouveautés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    Je fais partie des 1ères à venir pleurer sur ce site.. Pour ma part, cela a duré 7 ans… Je commence à voir la fin du tunnel… Le mien a choisi de revenir… Que cela a été dur pendant 2 ans. D’un côté, j’étais très heureuse de pouvoir garder notre famille, de l’autre, c’était un étranger qui vivait à mes côtés.
    Il avait cassé tant de choses… Surtout la confiance…. La méfiance était omniprésente, et tout ce qu’il avait déversé comme bile sur moi pour justifier son infidélité…. Pendant très longtemps, j’aurai préféré qu’il ne rentre pas. On ne s’entendait plus du tout… Par exemple, il m’avait reproché d’acheter trop de pain (1,5 baguette pour 4)-( oui, tout était prétexte pour tout me mettre sur le dos)… Je lui disais que j’achetai de quoi manger pour la famille alors que lui, depensait le budget familial pour payer les chambres d’hôtel pour sa c…..et lui… Ce à quoi, il me répondait qu’il ne s’achetait jamais rien ( ce qui est faux) et que les chambres ne lui coûtaient pas plus chères que 3 BD.
    Bref…. Pour vous dire qu’ils n’ont plus toute leur tête et leur raison…
    Je ne retrouve plus l’homme que j’aimais. Celui-ci a bcp de silences, de mises à l’écart… Comme disait une personne sur ce site, on a perdu nos illusions sur la relation, pas sur la personne. On apprend à voir notre compagnon différemment. Cette crise nous fait entrevoir la personne qu’il est vraiment et pas ce que NOUS PENSONS qu’il est. C’est cette différence de perception qui nous fait si mal parce que c’est notre propre idéal de l’homme que nous avons choisi qui fout le camp. On se rend compte qu’on n’a pas choisi un homme exceptionnel. On a choisi un homme, comme tant d’autres. C’est à nous que nous en voulons….
    Je vis avec qq’un que j’essaie d’apprécier, que j’essaie d’aimer.
    Plus rien n’est comme “avant”… C’est une autre vie…

  2. Ca y est mr c’est decide demande de divorce il y a 15 jours mr veut sa liberte, alors aujourd’hui je defends mon biffteack, il va la payer sa liberte, au bout de 20 ans et une fois les enfants grands il n’a plus besoin de moi. Moi aussi il me fait vomir, mais aujourd’hui moins j’ai de nouvelle et mieux je me porte, j’attends avec impatience le retour du baton, et il a le culot de me dire qu’il ne comprendspas pourquoi il m’a manque de respect….il est dans le deni le plus total , besoind’un psy mais mr se croit tellement superieur a tout le monde. Oui je pense que l’on peut etre heureuse apres…mais il faut digerer et c’est le plus dur l’ego en prend un sacre coup !

  3. Il m’a laisse tombe au bout de 20 ans de mariage, l’annee de mes 50 ans. Non seulement j’ai eu le droit a l’adultere, aux mensonges, il m’a fait croire que c’etait fini quand je l’ai decouvert a travers des photos et des films que j’ai trouve sur l’ordi, un vrai traumatisme puis il est parti 4 mois apres.
    Il n’y arrivait pas ,voulait que je lui fixe un ultimatum pour pouvoir partir alors que je voulais qu’il reste, m’a fait croire a un break et qu’il allait revenir ! Le pire c’est que l’on fzisait des projets du futur quand il revindrai etpuis un jour le cauchemar…..m’a traite de mauvaise mere, que nos enfants etaient nuls, mal eleves, mal eduques…des mollusques invertebres bref a tout fait pour me faire culpabiliser tout etait de ma faute jusqu’a l’achat de la voiture pour mieux se deresponsabilser er se deculpabiliser ignoble.et dujour au lendemain ignorance, mepris mechancetes sur mechancetes, il m’avait deja trompe je n’avais pas besoin de cela et qu’il aurai su il n’aurai jamais fait d’enfant, pour finir oublie ses 20 ans de perdus !!!!! entre temps ila repris avec sa pouffe, un vrai petage de plomb , la crise de la cinquantaine dans toute sa splendeur , du lourd et une enorme souffrance. J’attends avec impatience le retour du baton comment l’homme que vous avez aime pendant plus de 20 ans peut se transformer en veritable monstre et bourreau, aujourd’hui je n’existe plus meme pas un comment vas tu, rien !!! Personne dans toute ma vie m’a fait passer pour unetelle merde, j’ai tout quitte pour lui boulot, famille et je devenu femme au foyer quelle injustice.

    1. Bonjour Corine,
      Je rebondis sur ton commentaire pour te dire d’abord que tu n’es pas la seule à vivre cette situation – je sais que ce n’est pas une consolation mais c’est interressant de voir comment les autres s’en sortent – et aussi qu’il y a de l’espoir de vivre mieux – surtout si tu le décides….
      Bien entendu, moi aussi, j’ai vécu ce cataclysme il y a 2 ans après 30 ans de vie commune. J’aurai témoigné à l’époque, je peux te dire que j’aurais fait pleurer dans les chaumières tellement je vivais mal cette situation, avec un sentiment d’injustice, d’abandon… j’étais en colère, j’avais peur, je lui en voulais (à mort), je le rêvais jour et nuit, je le cauchemardais tous les jours, je batissais autant de scénarios que j’avais d’état d’ame… bref, je passais mon temps à ruminer… pendant 1 an ce fut ma principale activité.

      Et puis il y a eu le miracle, le genre de truc que tu n’oses meme pas esperer mais qui te tombe dessus sans crier gare : l’envie !
      Un matin, je constate que j’ai envie… de quoi ? de tout ! whaouhhh
      un truc qui ne m’était plus arrivé depuis tellement longtemps que je ne me reconnaissais meme pas. C’est d’abord des choses toutes simples : envie d’avoir la maison propre, envie de m’habiller, envie de faire un gateau pour faire plaisir aux enfants, envie de faire des courses, de sortir, de sourire, de chanter….
      Depuis 1 an, je n’ai pas honte de le dire, je suis heureuse. Bien sur, parfois y a des moments de regret mais je ne me fais pas piéger ; le regret c’est la relation, pas la personne.
      Je ne suis pas prete encore a vivre une relation suivie, je prefere prendre du temps pour me réparer et ne pas faire payer à l’autre ce que j’ai mal vecu avec mon ex.
      Mais en attendant, j’ai trouvé un petit boulot, je me suis constitué un réseau, j’ai une top relation avec mes filles.
      Tout ca pour te dire, pour le moment tu vis sans savoir qu’il y a mieux qui t’attend derrière toute cette douleur. Mais dans tes larmes, dans ta colère, ta haine, laisse une porte s’entr’ouvrir sur cette possibilité.
      Bon courage

      1. Bonsoir,
        C’est toujours tres dur a digerer, mais je commence a comprendre ce que veux dire avoir de nouveau envie, ca commence a venir petit a petit, et ca fait bientot 1 an qu’il est parti.
        Ce n’est pas la separation qui est dure a digerer c’est d’avoir tout detruit sur son passage et ni laisser que des ruines, on essaye de preserver l’autre dans ces cas la pour faire souffrir le moins possible, pourquoi faire encore plus mal !!!!! Et vos maris comment vont ils ?

    2. Chère Corinne
      Je rejoins le témoignage d’Anoucka. Lire les témoignages sur ce site m’a aussi beaucoup aidé. Ceux des femmes et hommes confrontées au meme séisme mais aussi ceux, plus rares, traversant cette crise. Ces ruptures sont d’une telle violence qu’il n’existe plus aucun dialogue alors que l’on cherche justement à comprendre.

      On dit que le Temps fait son œuvre et que chaque jour qui passe permet d’enlever un peu de peine. Lorsqu’on le lit et qu’on est submergee par la peine il est difficile d’y croire et pourtant c’est vrai. Pour autant, rien ne se fait tout seul.
      J’ai comme toi cru ne pas être capable de le relever, je vomissais (vraiment) après chaque échange avec lui ou des que je le voyais. Je tellement pleure que je savais pas que mon corps pouvait contenir autant de larmes mais étape par étape, mois par mois je me suis relevé. Cela fait 1 an et demi qu’il s’est enfui (le jour de Noël 2015 c’est fastoche à retenir) et le divorce à eu lieu le 2 mai 2017.
      Et bien je suis soulagée, je suis heureuse ! J’ai pris pleinement conscience à quel point j’étais malheureuse avec lui mais dans un déni total. Je regrette finalement de ne pas avoir divorcée plus tôt. Mes fils sont plus heureux aussi. La joie est vraiment revenue dans mon foyer. Un foyer sans lui pour nous pourrir nos soirées et pour me rabaisser.
      J’ai demandé de l’aide d’un psy, j’ai ete merveilleusement entourée par mes amis, je suis devenue ultra sportive, voyage enfin, peut discuter à loisirs avec des n’importe qui sans qu’il me plombe derrière !! Bref le bonheur.
      J’ai la chance d’avoir un métier et suis autonome en la matière mais tu avais un job, tu as des compétences, n’en doutes pas.
      Tout comme Anoucka, nulle envie d’avoir un homme au quotidien dans ma vie. Pour le moment je m’amuse et prends le temps de me connaître et de connaître mes envies.
      C’est difficile aujourd’hui et meme si au début tu te forces à sourire tu seras surprise de voir que ce sourire revient de plus en plus naturellement.
      Quant à lui ne t’en préoccupe pas, ne le vois pas, ne communique que sur des questions d’intendance et laisse le vivre sa vie. Ce n’est plus ton problème. Ne pense qu’à toi et à tes enfants et donne des nouvelles.
      Bon courage à toi.

      1. Eh bien ça fait plaisir de lire ton témoignage Julie !
        Je savais bien que je n’étais pas la seule à avoir rebondi après cette descente aux enfers !
        C’est drôle je croyais être séparée depuis 2 ans mais en te lisant je m’aperçois que je me suis trompée. Moi, c’était le 28 décembre 2015 ( ton ex a du inspirer le mien…). Je me demande pourquoi ce soir là j’ai eu besoin de lui demander “à quoi tu penses doudou ?”… mal m’en a pris… en 3 phrases il a réglé la situation, a jeté par dessus l’épaule 30 ans de vie commune, 2 gosses, des projets…
        Ce qui “m’amuse” aujourd’hui c’est de voir a quel point il galère. Des nanas, il en essaie… de toutes sortes… les pauvres… il m’a confié tout recemment que c’était difficile qu’il ne trouve pas une femme qui le comprenne, à sa hauteur… lol et relol !

        Ma revanche c’est d’être heureuse tout simplement. Je ne pensais pas ca possible. Je lui ai dit merci d’avoir eu le courage de faire ce que moi je n’avais pas été capable de faire à l’époque ; prononcer ces mots definitifs. Il s’est liquéfié devant moi !

        Je suis d’accord avec Julie sur le fait que c’est important de couper le plus de ponts possibles pendant un certain temps. Ca evite d’être en attente et ca permet de se guérir.
        Evidemment sortir, s’occuper, envisager l’avenir sans lui, rever d’autres choses… peut etre pas tout de suite parce qu’il y a un deuil à faire, mais savoir quelque part ds ta tete que c’est possible !
        Donne nous de tes news

  4. Bonjour a tous ,je vois que cette fameuse crise traverse beaucoup de couple même le sien quand on ne s’y attend pas . je suis marié avec une femme adorable, aimante,direct ,franche et avec une force de caractère impressionnante, tout sa a redonné une deuxième vie a mon amour pour elle qui c’était endormi, après qu’elle m’a avoué avoir une obsession pour un autre homme que je connais qui est formidable, adorable et très séduisant!!! cette séduction que j’ai perdu a cause de deux maladies assez important, qui je viens de m’en rendre compte on détruit la vie de ma femme. il est vrais que depuis un peu moins de 10 ans nos relations étaient différentes avec la naissance de 4 enfants, allaitement pour les 4 qui coupent beaucoup la libido et la relation mari/femme, mais bon c’était un choix . je suis toujours resté auprès de ma femme et pourtant mon métier m’aurait permis d’avoir des relations extraconjugales au moins une fois par semaine, mais non j’ai toujours résisté parce qu’elle m’apportait toujours mon rayon de soleil dans mon cœur, en 2008 une des premières maladies c’est déclaré avec énormément de douleurs par la suite et une dépression, c’est a partir de la que inconsciemment je me suis éloigné d’elle, moins de câlins, attentions, tendresse. je rentrais du travail épuisé ,pas envie de sortir je suis totalement tombé dans la routine!! et la tout c’est enchainé pour elle, passer son temps a s’occuper a la maison de tout et sacrifier sa vie de femme. par la suit une deuxième maladie dont j’étais porteur depuis longtemps c’est déclaré plus gravement, dialyse 2 fois par semaine, libido quasi a zéro, déformation physique qui impressionnait ma femme et qui l’on carrément bloqué niveau libido elle aussi. toutes sorties ou autre depuis janvier 2016 sont devenus quasi impossible ou compliqué!! elle prend 40 ans en novembre 2017 et la la bombe a explosé physiquement elle est devenu encore plus jolie qu’avant , sensuelle ,charmeuse et la je le vois son besoin de séduire et de se sentir désirée ,ce fut pour moi une réaction normale cette fameuse crise commençait. ayant un esprit très large pour moi dans un couple la femme et l’homme sont égaux, je ne supportes pas qu’elle soit esclave de moi, elle a donc commencé a sortir un peu le vendredi soir pour se changer les idées et pour rire!! il est vrais que moi je ne pouvais plus lui apporter ceci quand votre joie de vivre est a zéro, que vous vous rendez compte que votre maladie vous fait devenir impuissant et que d’autres soucis vienne en plus par dessus et bien vous vous mettez a avoir peur,angoissé et jaloux de tout ce qu’elle fait!! nous sommes un couple ou nous avons toujours joué franc jeux, jamais d’insultes, écoutes, aides,compréhension sans aucunes violences. j’ai donc adopté le comportement de la laisser faire tellement je l’aime , jusqu’à lui accordé la relation extraconjugale avec cet ami , la a l’heure actuelle je ne sais plus quel comportement adopter, je souffre énormément moralement , elle dialogue plus avec lui en sms qu’avec moi,ils font du jogging ensemble lui est séparé depuis un an ,il l’a très mal vécu mais est toujours amoureux de son ex compagne, du coup j’ai peur que ma femme tombe de haut et qu’elle se fasse des illusions. je ne sais plus quoi faire, je suis carrément mis de coté sur certaines choses, mais elle me dit qu’elle m’aime toujours qu’il n’ait pas questions de séparation, qu’elle a un mari adorable qui l’aide énormément, gentil et compréhensif. moi je la vois bien parti cette crise de la quarantaine, même si on a discuté longuement tout les deux de tout sans haine et sans reproche de tout se qui se passe et du changement de veut qu’elle veut faire mais la j’ai vraiment le coup de cafard toute les accumulations me font peur et j’ai vraiment peur de la perdre en réagissant mal ou prenant des comportements inadaptés. j’ai déjà fait d’énormes efforts pour la séduire a nouveau,reprise d’activité physique avec elle dès que je peux,sortie resto ,perte de poids… mais l’envie de rire n’est pas vraiment revenu ce qui est normal vu mon état mais j’essaie toujours de relativisé et positivé mais la j’avoue que cette nouvelle façon de vivre pour elle et tout ce qu’elle m’a avoué (mais qui ne c’est rien passé, je lui fais confiance a 100%) me mette un coup au moral encore en plus et c’est dur de lui cacher!! aidez moi svp ,donnez moi des idées et conseils pour elle et moi merci a tous

  5. Bonjour, l’importance de ce site est arrivé au bon moment, du moins je l’espère.
    Ma femme est en ce moment dans la même situation, ce que je croyais au départ d’une simple crise de couple passagère s’est transformée en une bombe qui a explosé et ça, en à peine deux mois. Il y a eu des prémices, mais comme par habitude, la routine et la lassitude ont fait que l’on pensait que ça allait passer comme avant. Hélas non. Petit retour en arrière, nous nous aimons depuis 26 ans, 24 ans de mariage et deux filles, majeures aujourd’hui, 23 et 18 ans. L’une d’elle est maman, l’autre rentre à l’université. Nous avons mené notre barque comme nous le souhaitions, il y a eu des hauts et des bas, mais sur cette relation si longue et précieuse pour moi, que de très bons moments. Quand ça a commencé? Mai 2015, j’ai perdu ma maman et trois jours après j’apprend la grossesse de ma fille, émotions double et contradictoires. Je me suis alors accrocher à ce futur bonheur pour vivre mon deuil. Début d’année 2016, on a vu arriver notre petite fille, une très jolie frimousse qui nous fait devenir grand-parents. Notre seconde fille, a fêté ses 18 ans en février 2016, en plus de cette année, c’est le permis et le bac, elle a tout eu. Mars 2016 voyage avec ma femme au Vietnam, nous deux pendant 15 jours, quel magnifique pays, quel choc des cultures où la pauvreté est leur grande richesse! Fin mai, nous avons eu une conversation qui tournait autour de moi, j’avais eu des démons, jalousie avec tous les gestes malsain (épier, surveiller, poser des questions etc.) , peur de l’abandon, de me retrouver seul. Bref conversation banale mais pas tant pour ma femme, vexé que je doute à nouveau d’elle sans doute. Puis le couple a commencé à être distant mais sans vraiment l’être car il y avait nos rapports intimes, espacés c’est vrai, mais il y en avait, des sortie, nos geste habituels d’étreintes avant d’aller au travail, de se coucher au levé etc. On sentait tous les deux que quelque chose était différent mais s’en trop en connaitre le fond. Nos échanges SMS puisque l’on est accro tous les deux, étaient super mais parfois avec des messages de questionnements de ma part. Cherchant des réponses qu’elle ne pouvait m’apporter, mais toujours en lui disant que je l’aimais plus que tout. On se disait des fois bonne nuit puis d’autre fois non, comme la peur de se le dire.Puis est arrivé l’été, juillet ça allait bien mais sans l’euphorie, dernier rapport en juillet. Alors nous attendions les vacances avec impatience, se retrouver enfin et se reposer car j’ai eu une grosse pression lié à mon travail d’artisan. Semaine en aout puis retour le 14. Le 15 matin, étreinte du bonjour avec cette envie de la serrer dans mes bras puis journée normale, fériée et visite de notre cousine, journée traditionnelle quoi. Arrive le soir et au moment d’aller au lit, je suis pris de doutes, pourquoi on arrive pas à se dire bonne nuit? Je me couche alors, ma femme me rejoint un peu plus tard. Soudain, il me vient une angoisse alors je m’habille et décide casque sur les oreilles de sortir prendre l’air, j’étouffe. Lorsque je sors, ma femme inquiète se demande se qu’il se passe alors je donne une explication sans la donner, je suis perdu. Cela a provoqué ce qui allait arriver ensuite. Nous avons eu une conversation, le ton est monté mais c’est tout, puis nos filles se sont appelé pour venir afin de nous aider. Il y a eu un déclencheur, un violente dispute à éclaté, j’ai dit des tas de choses qui ont dépassé ma pensée, la colère m’a aveuglé, j’ai cassé une boite et mon téléphone. Il m’était arrivé par le passé d’en arriver là, mais sur tant d’années on peut dire que très rare. Enfin, une fois la dispute retombée, vient les conséquences. Je consulte un thérapeute et lui explique, il s’avère que la mort de ma mère m’a rattrapé et a laisser plus de traces que je ne pensais et qu’involontairement, j’ai transféré mon mal être. Alors, le boulot, la pression était pour combler un vide, comme le Vietnam qui a mis en évidence un bonheur que temporairement nous n’avions plus en chez nous. Alors je décide de me soigner mais en même temps, ma femme va voir le thérapeute et avoir des réponses. Le samedi 27 aout, ma femme me laisse une lettre, j’attendais des réponses, encore cette pression. La boxe est lâché, elle ne se sent plus bien chez elle, plus envie de tout avec moi, ma présence la stress. Elle m’explique sans les mots, qu’elle veut la séparation. Choc, suivi d’une peur incroyable. Alors le rendez-vous du 29 pour moi se transforme en thérapie de couple, help, help. Nous avons des problématiques personnelles à régler qui pour l’instant, se trouve sur notre amour et l’étouffe. La séance plutôt intéressante, elle met en évidence la saturation profonde de mon épouse, à un tel niveau que je la dégoute, que ce qu’elle ne voit est celui qui à crié, cassé et sans doute brisé en elle quelque chose. On décide tous les deux d’être séparer à la maison, appart trop compliqué financièrement etc. Donc on met en oeuvre les règles imposées, ce n’est pas simple. Depuis et là, j’ouvre les yeux, oui je suis en parti responsable mais son comportement actuel, de vouloir tout arrêter, qu’elle ne m’aime plus ou ne ressent plus à travers sa saturation, qui pour moi obscurcie sa réalité. Si elle descendait d’un niveau, je la connait, elle verrai avec son coeur, pas avec ses yeux. Se séparer est radical, décision prises sou la pression, en 15 jours et n’arrive pas à donner de réelles explications si ce n’est, ce n’est pas la première fois où je m’énerve. Dans une vie comme la nôtre, peut-être 5 épisodes et certains ne la visait pas elle. Serait-ce juste un déclencheur pour admettre aujourd’hui que ma femme était déjà en crise en plus de mon ami être? Tous les symptômes lus, représente ce qu’elle souhaite, elle ne veut plus ses contraintes liées à moi, je comprend elle a dit qu’elle ne m’aimait plus, mais comment ne plus aimer en 15 jours pour si peu de semaines de distance? Vient le spectre de “elle a quelqu’un”, elle a dit non et le thérapeute m’a demandé de l’écouter lui, donc il a du lui demander aussi. La crise de la quarantaine et la crise de couple, voila où on en est, mais sur le fil, car elle veut je pense partir, la cohabitation à la maison n’est pas si simple. Mais si elle le fait sans se rendre compte qu’elle vit cette crise, elle va prendre une décision en plus de me quitter qui dans quelques moi la fera regretter et nourrir des erreurs qui peuvent être évitées aujourd’hui. Elle a pris ses distances avec nos filles, les voient mais pas comme d’habitude, son modèle de vie ne lui correspond plus tout comme ceux qui la compose comment lui montrer cela? Voila la question, en plus de la thérapie je cherche de l’aide, car elle m’a dit que le rendez-vous qu’elle à pris chez le thérapeute elle a pris comme ça, donc elle même n’y crois pas. Mes filles se sentent délaissées, elle ne leur explique pas ses ressenti, elle ne reconnaisse plus leur mère et moi ma femme, celle qui savait puiser en elle pour se battre et nous permettre de guérir. Je la comprend, j’essai l’empathie et de positiver, c’est dur mais je me fait violence, si je vais bien elle le ressentira et alors on avancera aussi. Mais il y’a des moments de doutes où toute une vie peut se briser sur un phénomène que tous les deux n’avons pas su maitriser. On à la chance, je crois, d’y remédier mais comment lui faire accepter, malgré mes erreurs que je veux assumer, qu’elle est en pleine crise de la quarantaine? On pourrait rebondir ensemble, réapprendre à s’aimer et enfin, nous aimer à deux, avoir notre bonheur en nous même pour le bonheur à deux. Il y a déjà trop de souffrances, j’aimerai qu’on s’évite de souffrir plus encore et que dans quelques mois des regrets l’a rattrapent si elle partait. Il vaut mieux dire dans quelques mois, cette mauvais, très mauvaise passe et la première grande crise de couple es t maintenant derrière nous et que tous les deux on se soit battu pour nous, nos enfants et cette vie que l’on a construit. Merci de me lire.

  6. Bonjour,

    J’ai lu avec intérêt vos commentaires. Je suis un homme de 44 ans, marié depuis 20 ans et en couple depuis 23 ans. J’ai deux enfants. Je suis actuellement en pleine crise de la 40, je reconnais complètement ce que vous décrivez, les symptômes. Vous voyez parfaitement clair en vos maris mesdames et je constate que votre douleur, c’est exactement l’horreur que je fais vivre à ma femme.

    Je veux donner mon ressenti car je n’ai pas vu encore de témoignages d’hommes qui sont en plein dedans. Je ne veux pas faire pitié mais sachez que ce n’est pas simple à vivre. Je suis une coquille vide, cette crise me retire toutes mes émotions, je n’ai plus d’empathie, je me reconnais et atteste complètement tout ce que vous dites sur vos maris. Oui, on ressent bien tout cela pendant la crise, sans empathie pour mon couple, je suis forcément plus attiré par ce qui gravite autour de moi car au fond de moi j’ai envie de les retrouver, ces émotions.

    C’est vrai, je pense que c’est la routine qui fait que j’en suis là. Je constate aussi que c’est le point commun à travers tous les témoignages : que des couples tombés dans la routine. Et je ne crois pas que ce soit inévitable.

    Je crois qu’il faut avoir un amour fort du début mais surtout des passions communes avec sa conjointe, des intérêts qui nous poussent à vouloir les vivre ensemble, pour se rapprocher et ne pas tomber dans cette routine, garder la petite flamme allumée. Une connivence intellectuelle aussi est importante à mes yeux.

    Bref, il faut des choses à partager en couple autres que ses enfants. Je vais faire sortir les griffes de certaines et dresser les poils aussi mais à mon avis, avoir des enfants ne suffit pas au bonheur de l’union d’un couple. Il n’est pas assez d’être mariés pour être heureux et en amour jusqu’à la fin de sa vie. Il faut l’entretenir pour ne pas tomber dans la routine. C’est vrai aussi que c’est dur, surtout si on n’a pas de vrais intérêts en commun. Que le monde d’aujourd’hui offre plus de distractions et d’attirances que celui de nos grands-parents, que le modèle à changé, qu’il est facile de s’éloigner l’un de l’autre, qu’il faut se battre plus qu’auparavant. Mais ce monde offre aussi plus de possibilités de s’éclater ensemble que jadis. Mais bon, peut-être que je me berce doucement avec ce sentiment, cependant j’ai quelques exemples autour de moi de couples qui ont beaucoup de plaisir, de fun, bien qu’ils soient anciens.

    Maintenant je suis en plein dedans. Je vois souffrir ma femme au quotidien mais je suis incapable de la réconforter. Elle sent que je suis distant car vide d’émotions. J’ai l’impression que tout est parti. C’est pour cela que c’est difficile de trouver une solution par soi-même, je suis en roue libre. Difficile d’avoir des gestes de tendresse et d’attention envers l’autre dans ces conditions. Je suis pris entre rester ou partir, pour mon bien-être voire celui de ma femme. Je ne sais pas ce qui est le mieux et ce sont d’ailleurs les mots clés qui m’amènent sur votre site : crise quarantaine partir ou rester.

    Pourtant, je ne me sens pas dépressif, j’ai l’impression de pouvoir tout gérer, je me sens même fort. C’est peut-être cela aussi qui pousse à vouloir revivre des choses nouvelles, on a l’impression d’être de nouveau sur les rails. C’est difficile de croire que je ne peux pas mettre cette énergie pour rebâtir mon couple ou m’en servir pour travailler sur moi. Mon histoire est comme du passé, pourtant il y a une petite voix en moi qui me dit quand même de faire attention aux fameuses sirènes, d’attendre, de ne pas tout lâcher immédiatement, de me renseigner, de penser aux autres aussi un peu quand même.

    Je me dis alors que tout n’est peut être pas perdu mais je suis en train de tout détruire quand même, et c’est excessivement dur de faire machine arrière car pas motivé non plus, et le mal fait laissera une trace à tout jamais. Alors que faire ? Je me rends compte aussi à quel point je suis aimé car je n’aurais probablement pas accepté 1/10 de ce que ma femme vit en ce moment. Une autre femme ne l’aurait pas supporté non plus d’ailleurs, même si vous semblez être nombreuses au final, plus que je ne l’aurais cru.

    Par contre, je constate que je m’informe, je lis, j’en parle, j’essaye de comprendre. Je pense être conscient de ma situation, que c’est un symptôme voire une maladie de notre époque ? En tout cas je le vis comme une maladie, une excuse que je me cherche peut-être ? Mais non, je constate vraiment un changement dans ma personnalité et j’ai l’impression que l’ancienne personne peut revenir mais dans une autre vie, même en mieux. Les fameuses sirènes auxquelles je dois résister.

    Je tenais à vous remercier de ces témoignages, ça va m’aider beaucoup je pense et me donner un petit coup de pied aux fesses dans la bonne direction, la vôtre j’espère. Je ne sais pas si mon témoignage servira à grand chose mais j’aurais essayé au moins de partager la complexité existentielle dans laquelle est plongée la personne qui vit la crise.

    Merci encore et bon courage ! J’espère que vous serez apaisé(e)s de vos souffrances le plus rapidement possible.

    (Volontairement, je n’ai pas mis mes enfants dans le portrait)

    1. Bonsoir Olivier,
      Quel courage, de venir ici donner ton témoignage !
      Je suis estomaquée.
      et je me dis que j’aurais bien aimé que mon mari fasse la même démarche que toi, se pose les mêmes questions, se renseigne, se documente.. et attende, attende, réfléchisse !!! C’est déjà ENORME, ce que tu fais.
      Je te conseille VIVEMENT le podcast de Camille sur “Dois-je quitter mon conjoint ?”. Il t’aidera sûrement à y voir plus clair. Je l’ai écouté, mon mari était déjà parti, il n’a même pas voulu l’écouter. Et pourtant, et pourtant, cela en aurait valu la peine, vraiment.
      Tu te remets en cause, tu as fait la moitié du chemin ! N’abandonne pas maintenant, et surtout, ne cède pas aux sirènes s’il y en a, tout devient tellement plus compliqué ensuite. Oui, tu es aimé, de cela tu parais sûr maintenant. Mon mari m’a dit qu’une des raisons pour lesquelles il était parti est qu’il ne se sentait pas aimé comme il aurait dû. Il était persuadé que je ne l’aimais plus, que j’allais le quitter, sans que je ne lui ai jamais donné, de mon point de vue, le moindre signe en ce sens. C’est difficile à croire mais c’est vrai. Je pense maintenant qu’il cherchait à se déculpabiliser, qu’il était tellement mal qu’il avait besoin d’une porte de sortie… et les sirènes se sont manifestées à ce moment là, malheureusement.. J’espère également qu’il a maintenant au moins compris la profondeur de l’amour que j’avais pour lui. Je sais que j’ai aussi fait des erreurs, été trop naïve, trop pris notre couple comme une évidence indestructible, trop pris notre union de 26 années comme acquise. Je m’en mords les doigts aujourd’hui.
      Il y a tellement à sauver ! Et cet effort là mérite d’être fait, pour toi, pour ta femme, pour tes enfants, même si je suis d’accord avec toi, cela ne suffit pas sur le long terme. Mais n’est-ce pas une raison suffisante sur le court terme, pour au moins ESSAYER ?
      Se faire aider, à 2. Cela peut suffire pour retrouver une nouvelle jeunesse…
      Merci encore de ton témoignage, et bon courage !
      Cécile

      1. Bonsoir Cécile, Lilo, Louloute et Frédéric,

        Merci pour vos réponses encourageantes. Je comprends ta peine Cécile (et les autres) et ton sentiment puisque c’est pareil dans notre couple. C’est dur à vivre, à admettre et de tenir bon. Certains jours ça va mais d’autres sont ce que j’appelle “mauvais”. Ces jours là font que je perds mes repères et mes sentiments, je suis comme je l’ai lu Lilo, une coquille vide. Amorphe, sans goût ni aucune empathie envers rien ni personne (un gros égoïste (ma conscience me turlupine)), rien ne peut m’atteindre tellement je suis en roue libre. Ces jours sont difficiles pour tout le monde. Je ressens les mêmes raisons que ton mari de m’envoler mais par moment, j’entends aussi une petite voix qui me dit de faire attention. C’est ce qui me retient et comme tu le dis, tout ce que nous avons construit durant ces années, les enfants principalement, le confort etc. Mais l’amour dans tout ça ? Est-ce juste une parenthèse ou tout simplement inévitable dans couple qui dure ? Je ne veux pas non plus me réveiller un jour Louloute en me disant que j’ai tout grillé !

        Finalement j’avance bien mine de rien dans mon cheminement. En fait, je n’ai pas été clair, ma femme me l’a fait remarquer en lisant mon post car bien sûr, elle suit aussi cette page puisque j’avais envoyé l’article comme référence à lire absolument, surtout VOS commentaires. Pour éclaircir mon propos, j’ai bien cédé aux chants d’une sirène, mais malgré tout je suis en questionnement. La sirène est passée mais les questions de fond restent. Je ne sais plus si elle a été la cause ou une victime. J’ai eu une désillusion aussi. C’est compliqué, tout est compliqué.

        Ce site nous a permis de bien échanger avec mon épouse. Elle a pu comprendre et constater qu’elle souffre le même calvaire que toi Cécile, Lilo, Louloute et vous autres. Ce n’est par contre pas rassurant pour elle de voir que parfois la blessure est longue à passer voire jamais. Mais c’est bon quand même de savoir à quoi on doit faire face, quelle que soit l’issue. Nous comprenons que nous ne sommes pas les seuls à vivre ça bien qu’il semble ne pas y avoir énormément de couples dans cette situation dans notre entourage. Et pourtant…

        Par contre, les hommes que je questionne admettent volontiers passer par une étape difficile dans les 40 et font parfois un choix résigné, ce qui n’est pas mieux à mon sens. Faut admettre que même avec des coui..es, c’est pas simple non plus de tout envoyer balader ! (Sauf si on devient insensible à tout en permanence, ce qui n’est pas (encore) mon cas, ou sous l’emprise totale de ladite sirène (ce que je n’aimerais pas non plus)). On est déchiré dans tous les sens et c’est probablement ça qui nous vide et nous empêche d’avancer par moment. On a l’impression de ne pas pouvoir prendre de décision, de pouvoir faire un choix éclairé. Mais parfois au contraire, on pourrait tout plaquer et foncer. Cette ambivalence est difficile à vivre.

        Frédéric, je te comprends tellement. J’ai acheté et lu le livre de Christophe Fauré : maintenant ou jamais ! (merci pour le conseil lu sur ce site aussi) Si tu ne l’as pas lu encore, je te le conseille fortement car il m’a beaucoup aidé. Aidé à comprendre que ce que je ressens est naturel, on croit que c’est une dépression (surtout notre entourage) alors que ce n’en n’est pas une. Il permet de mettre ses idées au clair en admettant la réalité, en mettant des mots justes sur nos maux car ce n’est pas évident de se faire entendre et comprendre par un tiers s’il ne l’a pas vécu. On a l’impression de ne pouvoir être compris tellement on est perdu nous-même de toute façon, c’est tellement particulier. Nous ne sommes pas que fous 😉 Si ta conjointe le lit, cela lui permettra aussi d’appréhender ce que tu vis et d’entrevoir des pistes et des possibilités d’action, si elle est un minimum psychologue (comme bien des femmes).

        Ce que je peux vous dire, c’est que de voir ma femme se battre fort pour moi me touche profondément et même si je perds pied certains jours, cela a un effet positif. Mais il faut faire preuve de patience et de force, être capable de passer sur une éventuelle infidélité, admettre que cette crise est un vrai problème, vivre avec des hauts et des bas, se mettre dans la peau de l’autre et vice-versa. C’est pas simple. La distance aussi fait du bien, il ne faut pas mettre la pression ou trop demander d’explications, laisser sortir les choses doucement et beaucoup s’informer pour donner des leviers de discussions mais je ne vous apprends rien, c’est ce que vous faites déjà et vous aidez aussi en plus les autres.

        J’ai l’impression que plus on discute moins on est dans l’action, plus on se comprend, plus le temps passe et plus ça sert la cause. C’est aussi le premier conseil qu’on reçoit des professionnels justement : de prendre son temps.

        MERCI encore pour tout ça et vos conseils !
        Courage et patience également, bises.
        Au plaisir

        1. Bonjour Olivier, bonjour à tous et toutes,

          Par ce message, je tiens à partager avec toi Olivier les évènements que je suis en train de vivre….

          Après tout ce que j’ai enduré, je suis partie seule la semaine dernière en voyage loin, sous le soleil pour me retrouver, pour panser mes blessures et repartir de l’avant. J’avais tellement besoin de repos, de vider ma tête, de ne plus avoir mal….

          Pendant cette semaine, mon mari ,qui a pourtant céder aux chants des sirènes, qui n’habite plus dans le foyer conjugal depuis plus de 3 mois, n’a cessé de prendre de mes nouvelles.

          A mon retour samedi et surtout dimanche puisque nous étions présents à la même fête d’anniversaire, il s’est réveillé…. Brutalement, douloureusement, avec la gueule de bois, une sacrée gueule de bois, comme il dit.

          Depuis, il est très lucide sur ce qu’il vient de faire alors qu’il le niait depuis des mois… Il est dans une culpabilité énorme vis-à-vis de moi, de nous mais également vis-à-vis de sa maitresse pourtant mariée avec 3 enfants. Depuis 3 jours, il pleure, se demande comment il a pu en arriver là… Il se demande comment il a pu être aussi malfaisant…. Il ne comprend pas l’attitude qu’il a eue depuis des mois et des mois….. Et il est en grande souffrance…. Il dit que je suis la seule qui peut l’aider… J’ai l’impression d’y arriver sans me faire de mal. J’ai tellement grandi pendant ces derniers mois…
          Oui Olivier, on peut se réveiller, on peut redevenir vivant…. Il faut juste un déclic, un évènement, un élément…..

          En 3 jours, il a beaucoup avancé….je ne sais pas où cela nous conduira… mais j’ai l’impression de voir enfin le bout du tunnel…..De retrouver un mari avec un regard, un vrai regard alors que depuis des mois il n’y avait plus rien…

          Bon courage à tous et j’espère apporter par ce témoignage un peu d’espoir…

          Amicalement

          Lilo

          1. Bonjour Olivier, bonjour Lilo…bonjour à tous,
            Merci pour vos témoignages, encore une fois…
            Je suis doublement contente pour vous.
            Pour toi Olivier, parce que tu fais ce que j’aurais voulu voir mon mari faire. Même si la route devant vous va être longue et douloureuse, quel que soit le résultat (et mon optimisme naturel penche toujours vers une sortie positive, quand la communication est là…), vous prenez le temps de réfléchir (d’ailleurs à ce sujet, très bon livre sorti récemment : “Réfléchissez avant de divorcer”)…. Aujourd’hui je sais que le fait que mon mari m’ait quittée en 4 jours, alors que je n’ai absolument rien vu venir, a été un vrai traumatisme. C’est de cela qu’il faut que j’arrive à guérir, de la violence du départ et de l’abandon après 26 années de vie commune, avant tout le reste. De l’impuissance à avoir pu se battre pour tout ce qu’on avait patiemment construit pendant de si longues années.. C’est très très dur pour l’estime de soi, en plus de la blessure affective proprement dite…
            Lilo, j’ai été tellement contente pour toi quand je t’ai lue. Le plus dur reste sans doute à venir, mais là, encore une fois, vous aurez au moins essayé, à 2….! J’aimerais en savoir plus sur ce fameux déclic dont tu parles, cela ne laisse de m’étonner… En tous cas il faut vraiment avoir soit touché le fond, soit faire preuve d’une sacrée capacité de remise en cause… et je suis contente pour toi que cela ait eu lieu. Je pense que comme beaucoup de personnes qui nous lisent ici j’aurais aimé que mon mari fasse de même, au moins les 12 premiers mois. Aujourd’hui, 18 mois après, je me dis qu’il faudrait vraiment une SACREE remise en cause de sa part… tellement de mal a été fait…; je ne sais si je saurais passer par dessus toute cette souffrance de l’avoir su en couple avec quelqu’un d’autre, en intimité profonde avec quelqu’un d’autre. Je sais que je pourrais comprendre le mal-être cependant, mais je sais aujourd’hui que je suis plus en deuil de notre vie et de nos projets que de l’homme lui-même…: vivre avec lui pour la vie, travailler aux mêmes projets, accueillir nos petits-enfants quand ils seront là, vieillir ensemble, tout simplement. Où l’on rejoint simplement la question la plus importante, qui est : « qu’est-ce qu’aimer, pour toi ? ». Et si les réponses sont différentes, si les sirènes sont plus importantes que tout le reste, alors là il y a problème. Cela a été mon cas, le vôtre aussi je suppose – sauf que dans votre cas une prise de conscience a eu lieu, et j’en suis heureuse pour vous !
            Je serais ravie de discuter avec vous en privé si vous le souhaitez, avec ta femme aussi Olivier, si cela peut lui permettre d’alléger quelque peu ses souffrances. Cela a été mon seul exutoire pendant de longs mois – parler à une oreille amie et compréhensive…, parler à des gens qui étaient dans la même souffrance…
            Bonne journée à tous !
            Cécile
            cec3103@gmail.com

        2. Bonsoir Olivier,

          Merci pour tes conseils j ai commandé le livre que tu m’a indiqué,il me tarde de le recevoir.
          En ce qui me concerne les choses commencent à bouger.Apres des nuits à cogiter,je commence à prendre conscience que je n’ai plus 20 ans et que je ne serai plus jamais ce jeune homme insouciant .La jeunesse et l’insouciance on ne la vie qu’une fois.Je me dis que même si j’envoie tout à l’air je me trouverai bien malheureux sans la vie que je me suis construit et de toute façon il faut bien vieillir alors plutôt que de vouloir remonter le temps et retrouver une deuxième jeunesse je vais faire en sorte de bien vieillir de prendre soin de moi et des personnes que j’aime et apprécier la vie que je me suis construite.
          Voilà pour moi le programme pour sortir de cette fichu crise.
          Il va me falloir de la patience
          Bonne soirée
          Frédéric

          1. Bonsoir Frédéric,

            Je me permets de t’encourager à te nourrir de ce mantra :
            “Il faut désirer ce que tu as.”
            Pense à cette phrase très souvent, pendant de nombreux jours.
            Je crois que tu sais déjà pourquoi alors demande toi comment ?
            Fais un pas de côté et regarde ta vie, tes proches, les voisins que tu croises, les lieux que tu connais, etc… d’un oeil neutre.
            Puis, pense à nouveau à cette phrase et sois à l’écoute de tes sentiments… si ça revient tout seul, super ! Sinon, demande toi comment ré-apprendre à désirer ce que tu as.
            Tu peux par exemple entrer seul dans une pièce, chez toi, à un moment où le logement est calme, t’asseoir confortablement, te détendre et te demander ce que tu ressens. Attends d’être bien, détaché, relaxé et pas distrait.
            Puis, commence à regarder chaque objet… et tente de te remémorer toute son histoire depuis que tu le connais.
            Va puiser au fond de toi pour te souvenir.
            Demande toi alors : d’où vient-il, qui nous l’a donné ? où l’a-t-on acheté ? quelle anecdote y a-t-il eu autour de cet objet ? Fais cela avec tous les objets (ou presque 🙂 )… tu vas voir que 15 ou 30min vont très rapidement passer, voire beaucoup plus, et que tu vas te creuser la tête pour retrouver certains historiques dans ton esprit, mais je serais vraiment étonné que tu ne te trouves pas à sourire tout seul à de nombreuses reprises, ou à être ému par certains de ces objets que pourtant tu ne vois plus… car un magnet sur un frigo, un parapluie dans un coin ou tellement d’autres objets qu’on ne voit plus et qui portent finalement une grosse dose émotionnelle en eux.
            Cette pièce devenue si commune va t’aider à te remplir de si nombreux souvenirs, et peut-être à retracer en pointillé une histoire, et à donner du sens à certaines choses, et à ton combat.
            Je crois très fortement que la patience n’est rien… il faut être patient tout en étant très actif (ce que tu fais déjà par exemple en écrivant ici ! Bravo encore!)
            Je pense que ça peut donner de la matière à tes souvenirs, et une matière ça se touche, et ça génère des sensations… je pense que ça peut t’aider à te refaire sentir des sensations oubliées.
            C’est juste un tout petit exercice, ça ne fait peut-être pas basculer une vie, mais à l’occasion essaye et tu nous diras.
            Dans tous les cas, je t’invite à apprendre à nouveau à “désirer ce que tu as”… c’est une vraie délectation lorsqu’on y parvient.

            Bonne soirée,
            Justin

          2. Bonsoir Céline, bonsoir Frédéric,bonsoir Olivier, bonsoirà tous,

            Comme je vous l’ai dit mon mari est sorti de sa crise il y a maintenant 12 jours…. Frédéric, comme tu dis, il a pris conscience qu’il avait beaucoup plus à perdre qu’à gagner…mais il a fallu qu’il aille très loin pour s’en rendre compte… très très loin…. Pour se rendre compte que ce n’était pas si exceptionnel que ça… Et en parlant de loin, c’est le fait que je parte pour le coup très factuellement très loin (4000 km) qui a été le déclic.
            Aujourd’hui il est très lucide sur ce qu’il a fait. Il n’explique pas comment il en est arrivé là mais il fallait qu’il le fasse.
            Je n’avais pas encore fait le deuil de notre relation…. Je n’avais pas encore réussi à le désaimer.. Et donc les choses se mettent en place très naturellement. J’ai pris conscience de certaines choses qu’il fallait ajuster mais c’est très simple…. Je n’ai pas changé…j’ai toujours été une femme aimante, une femme à son écoute, une femme qui le soutenait, une femme qui assumait, une femme qui gérait tout…. Peut-être trop. Je vais donc dorénavant penser plus à moi… On doit marcher côte à côte… dans un vrai équilibre.
            Il a de la chance que je sois encore là, que je prenne cet épisode comme un élément positif pour notre couple même s’il restera indéniablement une cicatrice…. Mais comme toute cicatrice, au début ça tire, puis après c’est juste une marque un peu rouge puis après c’est une trace presque invisible….
            Il est en train de revenir à la maison , il y est même…. Il n’a pas dormi chez lui depuis 1 semaine…
            Frédéric, Olivier, vous êtes lucide et en conscience…. Je pense donc que vous sortirez grandi de cette crise sans trop de dégats.
            Céline….que dire…. La crise de mon mari aura duré de juin 2014 à février 2016… Mais le processus n’a vraiment abouti qu’en janvier (couché enfin avec sa maitresse)… et cet aboutissement n’a pas été le feu d’artifice attendu… Ajouté à cela mon éloignement…. Et ce fut le déclic…. Chaque histoire même si le fond est le même est particulière… Il faut vivre, il faut que tu sois heureuse… plein de belles choses t’attendent j’en suis sure .
            Je ne manquerai pas de vous donner des nouvelles.
            Prenez soin de vous et des gens que vous aimez.

            Lilo

          3. Bonjour à tous,

            Merci pour vos réponses et encouragement.
            Ce blog me fait un bien fou ,je me sens moins seul face à cette crise.
            À bientôt.
            Frederic.

        3. Bonjour Olivier,

          Je vis la même chose depuis quelques mois. Même situation que la vôtre semble-t-il. Avez-vous pris une décision pour votre vie ? Avez-vous fait un choix ou restez-vous entre deux vies ?

          Au plaisir de vous lire,
          Ben

    2. Bonsoir Olivier,

      Merci pour ce témoignage qui me permet de comprendre un peu mieux l’état d’esprit de mon mari…. C’est assez étonnant la similitude de nos situations….mêmes âges, mêmes années de mariage et de vie commune, même nombre d’enfants et surtout même situation au détail près d’une maitresse pour mon mari.

      Je me permets par ce message de te faire part de mon ressenti de femme, de la souffrance… Mon mari m’a avoué son mal être en avril en m’informant avoir des sentiments pour quelqu’un d’autre…. J’ai eu de la colère au tout début (2 jours) et après et fais preuve d’une très grande compréhension… Noiu avons alors décidé d’un commun accord qu’il prenne de la distance…Il est donc parti s’isoler en gardant le contact pendant 3 semaines…puis il a décidé de revenir. J’ai alors cru que c’était une preuve de choix mais hélas j’avais en face de moi une coquille vide…encéphalogramme émotionnel plat comme j’avais l’habitude de dire… très très difficile. Je parlais, j’essayais de lui faire exprimer son ressenti mais rien…le néant. J’avais organisé un voyage familial avec nos enfants pendant l’été…difficile dêtre avec son bonhomme vide, sans sentiment, sans empathie comme tu le décris bien. En octobre, fatiguée, usée par cette situation j’ai souhaité partir en vacances seule loin… Il a voulu m’accompagner…J’ai alors cru à une vraie preuve de choix… Au retour, moins deux semaines après nos superbes vacances en amoureux, il m’a quittée…. Je t’avoue que je ne comprends pas et je t’assure que j’ai le sentiment qu’il m’a torturée et qu’il a abusé de moi… Ca fait maintenant plus de 3 mois et je suis sous anti dépresseurs car les somnifères ne suffisaient plus… Pourtant je suis une femme forte. DOnc je t’en supplie fais attention à ta femme. Tu le dis : elle ne mérite pas ça…. Sois clair…. Aujourd’hui mon mari ne me semble pas aller bien… Tout ça pour ça? Je ne sais pas… Tu as il me semble une très grande lucidité sur ce que tu vis, sur ton état d’esprit… Je veux juste te dire que si ta femme supporte tout ça, c’est qu’elle t’aime plus que tout et que même si il restera toujours une cicatrice, elle est prête à t’aider, à sortir de la routine…. Pense aussi à tes enfants…à tes petits enfants qui ne manqueront pas un jour d’exister…. Regarde et apprécie ce que tu as… On pense toujours que l’herbe est plus verte dans le champ d’à coté…. on pense… j’ai dans mon entourage quelqu’un qui a vécu cette situation il y a 20 ans…. Il est plein de regrets…. Drôle de vie que d’avoir des regrets…

      Je ne sais pas si ce témoignage t’aidera ou pas…

      Je te souhaite bon courage car je me doute que cela n’est pas simple pour toi et te remercie à nouveau pour ton témoignage….

      Lilo

    3. Bonjour Olivier,

      Merci pour ce post très intéressant. Il est vrai qu’il y a plus de femmes que d’hommes sur ce site mais le vécu de chacun(e) reste important.
      Mon mari “atterrit” peu à peu et il voit les cendres qu’il a semé sur son passage. Il se dit que c’était un “autre lui”.
      Il s’est cherché, a douté, …il a tout saccagé pour finalement se rendre compte qu’il ne s’est pas posé les bonnes questions et n’a pas trouvé les bonnes réponses.
      Il sait que ce n’est pas en “jetant” sa famille et tout ce qu’il a construit pendant toutes ses années qu’il arriverait à se remplir …
      Il s’est remis au dessin. Il a créé un personnage fictif et ce personnage lui permet d’extérioriser tout ce qu’il cherche….
      Nous essayons de reconstruire… Tout est difficile.
      Quand je ne vais pas bien, cela ne me dit plus d’aller m’épancher auprès de lui, de chercher sa compagnie ou une épaule réconfortante.
      Je vis ma vie, je me console, je garde pour moi mon ressenti, ma peine ou ma douleur.
      Il n’est plus l’homme que j’ai aimé, ni mon meilleur ami, ni mon confident ni….
      J’essaie d’apprendre à le “connaître” de nouveau, essayer d’oublier les trahisons, les mots, la violence de ses actes…
      Mais plus rien ne sera comme avant.
      Peut être que les jours à venir seront plus beaux, peut être pas, mais cette crise aura changé tout le monde, y compris nos enfants qui sont devenus beaucoup plus matures.
      Comme la crise d’ado, la crise existentielle est là pour nous rappeler qu’il nous reste l’autre moitié de notre vie à vivre.
      Est-ce que l’herbe est plus verte ailleurs?
      Pour mon mari, non. Mais il lui a fallu tout ça pour le comprendre. Il est malheureux aujourd’hui par rapport à tout ça. Où est l’avancée ? Le temps… Il s’est écoulé du temps… Il a trouvé qq réponses mais pas encore la BONNE!
      Louloute

    4. Bonsoir,

      Je suis moi aussi un homme de 44ans et en pleine crise qui dure déjà depuis trois ans.
      Je cherche au plus profond de moi-même à retrouver un sens à ma vie.
      Après avoir créé ma société (le rêve de ma vie) et que tout se soit bien lancéj’ai ressenti un grand vide existentiel,envie de tout foutre en l’air,tout quitter et vivre une deuxième jeunesse.
      Je résiste comme Olivier au champ des sirènes,mais que c’est compliqué de se lever le matin en se disant qu’est ce je fais ici ,je cherche un ailleurs mais lequel?
      Je sais que ma femme m’aime,mais j’ai l’impression d avoir peur de basculer vers une vie plus posé qui ressemble à la vie qu’ont mes parents,sûrement la peur de vieillir.
      J’ai l’impression que tout tourne en rond,de ne plus rien découvrir,tout m’ennuie.J’ai en quelque sorte perdue la flamme.
      Alors je me dis courage ça va revenir mais dieu que c’est compliqué.
      Je n’ai encore la solution mais je garde espoir.

    5. Bonjour Olivier, bonjour à tous,

      Avant tout merci pour vos témoignages. A travers les sites je tente de trouver des explications au comportement de mon mari et je pense Olivier qu’il a rencontré et rencontre sûrement les mêmes dilemmes que toi. Ton témoignage m’a aidé à comprendre une partie de qu’il traverse depuis un moment même si pour nous il est trop tard.

      Je tiens toutefois à témoigner de mon histoire peut-être pour faire prendre conscience que cette crise peut avoir de lourdes conséquences.

      En effet, j’ai été quittée par mon mari le 25 Noël 2015 (joyeux Noël ! je lui avais demandé de me surprendre mais j’aurai mieux fait de demander du parfum => oui, oui j’ai un humour un peu spécial !) Nous étions en couple depuis 28 ans, marié depuis plus de 21 ans et avons trois garçons de 20,18 et 13 ans. Il a été mon premier et seul amour depuis mes 16 ans.

      Nous avons traversé depuis de nombreux drames dans sa famille et l’ai toujours accompagné, même dirais-je porté. Il a toujours eu un complexe d’infériorité (envers sa famille, nos amis, ses collègues..) Je n’ai eu de cesse durant 28 ans de lui dire à quel point nous étions chanceux d’avoir une belle vie comme la notre et à quel point il était l’homme de ma vie, drôle, beau et cultivé.

      Il y a 4 ans, au décès de sa mère, que j’ai accompagnée durant 10 ans de cancer et que j’aimais profondément, son comportement a changé.
      Il a toujours rencontré des difficultés pour exprimer ses émotions mais je me suis retrouvée face à un mur. Je suis d’une nature joviale et heureuse et ai tout tenté pour dialoguer avec lui mais rien n’y faisait, j’avais en face de moi un robot que rien ni personne ne semblait toucher.

      Le jour de Noël donc, il m’a appris qu’il avait une aventure depuis un an avec une collègue de travail. Le mari de ladite collègue s’en est aperçu le 24 décembre, a tenté de le faire chanter, puis s’est pendu. Il m’a annoncé la nouvelle alors que nous devions passer Noël avec ma famille et les enfants, m’a annoncé souhaiter divorcer et s’est ensuite “enfui” car craignait pour sa vie car avait reçu des menaces de mort de la famille du mari défunt et de ses amis. Il m’a fait croire que les enfants et moi étions également menacés (j’ai appris par la suite qu’il avait “fantasmé” en la matière mais ne le savais point à ce moment là).
      Durant la semaine qui a suivi, il m’a envoyé mail sur mail comprenant la liste de choses à faire et prévoir pour le divorce, au bout de trois jours il me demandait de résilier la mutuelle, au bout de 5 jours avait téléchargé le guide du divorce du particuliers et m’en avait une synthèse. Je vous passe les détails, mais depuis c’est un festival. Chaque semaine apporte son lot de “maladresses” comme il aime à les appeler (texto d’amour destiné à sa maitresse qu’il m’envoie 5 minutes avant le RDV chez l’avocate, piques chez l’avocate,…) Il y a aussi les phrases déjà devenues cultes ! Le texto du 1er de l’an “je me permets de te souhaiter une bonne année même si cette année va être spéciale” (=> tu m’étonnes !) ou encore “mais je n’avais pas prévu de te quitter moi, je voulais juste passer de bonnes vacances en famille et continuer avec cette maîtresse ou une autre” (celle-ci date de la semaine dernière !!)

      Je pense posséder un bon sens de l’humour et même si j’en ris avec mes amis, je vous avoue que cela me blesse encore énormément. Evidemment, j’ai conscience que mon narcissisme est blessé mais au delà de ça je me rends compte que la distance qu’il a instauré au fil de ces 4 dernières années me faisait mourir à petit feu. Le pire je crois fut d’entendre les rêves auxquels il aspire qui rejoignent totalement les miens mais surtout de prendre conscience qu’il ne souhaite pas les réaliser avec moi. Je sais, je sens qu’il me rend responsable de ne pas avoir accompli ou pouvoir accomplir certaines choses. Je crois que c’est peut-être ça qui me choque le plus profondément car je suis 10 fois plus active que lui. Il était en frein permanent sur tous les projets proposés ou dès lors qu’un projet était acté, il le prenait en main en m’en écartant immédiatement.

      Il dit regretter notre complicité et elle me manque aussi, notamment notre sens de l’humour qui je crois était assez similaire. Je regrette qu’il n’ait pas pas eu envie de dialoguer avec moi pour surmonter cette crise. Je regrette de ne pas avoir été à l’écoute mais quand je l’ai questionné sur ce point, sa réponse est “je n’avais plus envie” (il me fait beaucoup de réponses qui ressemblent à celles qu’un enfant ferait).

      J’ai bien entendu ma part de responsabilité. La mort d’un couple n’est jamais du fait d’un seul. Depuis un an, j’avais repris mon corps et ma vie en main. J’ai perdu du poids, rentrais de plus en plus tard du travail ou du sport sans qu’il y ait nécessité, me suis enfermée derrière mon ordinateur en rentrant à la maison comme lui.

      Inconsciemment, au moment où il a pris une maitresse, je me suis construit ma petite vie à moi et est arrêtée de lui poser la question de savoir ce qu’il souhaitait, voulait faire. Je pense que moi aussi “je n’avais plus envie”. Je suis devenue chiante à l’excès, je crois que tout chez lui m’horripilait (j’ai oublié de dire que nous n’avions pas le droit de nous disputer car il déteste les conflits). Bizarrement, même si je ne me doutais de rien, je sentais que mon corps ne supportait plus qu’il me touche. Il n’a jamais été un amant formidable et rencontrait des difficultés d’érection depuis 4 ans mais j’en avais fini par simuler depuis des années l’orgasme de peur que son ego en prenne un coup.

      Depuis, j’ai des hauts et des bas, mais suis déjà dans les projets tant personnels que professionnels. J’avance. Je suis ainsi, incapable de me satisfaire d’être dans une situation qui me rend malheureuse. Même si j’ai le sentiment d’un énorme gâchis, je sais que je serai heureuse. certains jours, je me dis “il aurait juste fallu qu’il me parle”. Je ne connais pas la femme avec qui il est parti mais même lui me dit d’elle qu’elle n’est pas particulièrement belle, ni la plus intelligente. Elle semble être d’origine plus modeste que lui alors que nous avons tous les deux reçus une éducation assez similaire avec des repères, une culture, des codes communs. Je sais avoir une forte personnalité et me dis que je l’ai sûrement étouffé avec. Lors de ma reprise de mes études, je n’ai eu de cesse d’entendre “ça m’énerve, tu vas devenir plus intelligente que moi” alors que nous avons un Bac+5 tous les deux. Je ne me suis jamais sentie en compétition, ni supérieure à lui. Bref, beaucoup d’alertes que je n’ai pas prises au sérieux, sur lesquelles je n’ai pas été vigilante mais je m’interroge sur ce que j’aurai bien pu faire.

      Au bout de deux mois et demi, je me dis que c’est finalement une bonne chose car je pense que j’agonisais à petit feu et qu’on ne peut sauver seule son couple. De plus, je constate qu’il continue de me mentir en prenant un air de chien battu quand il me voit et en me disant qu’il culpabilise chaque jour de ce qu’il a fait mais tout en planifiant des week-ends en amoureux avec sa maitresse (dès qu’il s’est enfui, bonjour la culpabilité dont il me parle), très certainement dans des endroits que je lui suggère depuis des années. Pas grave, il ne tient qu’à moi de les visiter en bonne compagnie, c’est d’ailleurs ce que j’ai programmé en réalisant dès cette année 3 voyages soit autant de voyages en 1 an qu’avec lui en 28 !

      Aujourd’hui, je regrette de pas faire tous ces projets avec lui car je sais que nous y aurions pris grand plaisir tous les deux mais je ne peux continuer à aimer un homme qui a menti et continue de le faire, n’a jamais fait preuve d’empathie envers quiconque et continue de penser à son seul bien-être. Je ne sais pas ce que l’avenir lui réserve mais je doute qu’il puisse changer et blâmera sûrement quelqu’un d’autre pour le mal-être qu’il ressent mais ce ne sera enfin plus moi !

      Pour conclure mesdames et messieurs qui avez été quittés, prenez soin de vous, réalisez vos rêves. N’attendez de personne votre épanouissement et votre bonheur. Il ne dépend que de vous.

      Pour vous mesdames et messieurs qui vous questionnez, dialoguez avec vos conjoint(es), ne cessez jamais de parler entre vous. Rappelez vous ce qui vous a plu chez l’autre, osez parler de vos envies, de vos rêves quels qu’ils soient, vous seriez surpris de constater que votre moitié aspire sûrement aux mêmes désirs que les vôtres.

      J’espère très sincèrement Olivier que vous et votre femme retrouverez cette flamme qui anime les couples amoureux. je vous le souhaite de tout coeur.

      1. J’aimerais tant avoir votre sagesse et votre recul Julie, vos mots sont juste. Comme vous le dîtes, le bonheur est en nous nous devons être heureux seul….Je le sais et le le répète depuis 8 ans date à laquelle il est parti presque d’un coup. J’ao fait une grosse et longue dépression, un écho certainement que je n’ai jamais pu identifié malgré toute la panoplie de thérapie essayées….Je n’ai bien sur pas refait ma vie,amoureuse j’ai 46 ans le temps file avec tout son lot d’inquiétude, d’incompréhension , d’incapcité à me relever….et donc de peur et de tristesse….Dans la vie personne sauf les proches ne peuvent imaginer que j’en suis encore là moi si forte, si punchy, si souriante, si belle femme si si si…..Messieurs svp chercher en vous le pb avant de penser qu il est cgez la femme que vous avez aimé ou dans ce couple que vous avez construit…comme pour moi qui préfere penser que ma perdition est lié à mon ex, le pb est peut être juste en vous vérifiez ça en vaut la peine…..Pourquoi les sirénes, pourquoi le vide, pourquoi l’envie de fuir…A cause d’elle ? De la vie ? Quel besoin n’arrivez vous pas/plus à combler auprés d’elle ?qui dit besoin dit je ;)…..Ne voyez en mes propos aucune forme de jugement suis pas hyper bien placée !juste une piste de refkexion avant de risquer de se tromper de pb et donc de le trimballer dans une autre vie qui finira sans doute de la même façon… bonne soirée à tous merci de m avoir lue☺

        1. Bonjour Durand,
          Votre témoignage me touche beaucoup et vous imaginez bien que je comprends comme toutes les personnes sur ce site. Votre témoignage, mais j’ai envie de vous dire “vous n’avez que 46 ans” ! Il vous reste encore toute une vie devant vous.
          N’imaginez pas que je ne souffre plus, que je ne pleure plus, mais je fais un pas vers le mieux jour après jour. J’ai cru ne plus me relever il y a un peu plus d’un mois quand mon frère de 44 ans est décédé. J’ai cru que c’en était trop, que la peine me submergeait tellement que je priais le soir en m’endormant de mourir dans la nuit. Et puis matin après matin je me suis suis donnée des coups de pieds dans les fesses. Je m’occupe chaque jour. Un jour un plaisir, c’est mon mantra !

          J’étais folle d’amour pour mon mari, je l’aimais à en crever même après 28 ans et il le savait. Sauf que ce que j’aimais en lui n’existe plus ou n’a jamais existé et j’apprends à le désaimer. Et puis, j’ouvre les yeux aussi. Je m’aperçois qu’il a très largement contribué au fil des ans, d’une manière insidieuse à ce que je me mésestime et à ce qu’il me paraisse indispensable. Et bien, je prends brique par brique, angoisse par angoisse que j’affronte une à une.
          Il a toujours cuisiné à la maison et je m’en croyais incapable ! Qu’à ne cela ne tienne, je suis devenue en 6 mois un cordon bleu qui mitonne sans cesse et y prend plaisir ! Maintenant, j’ai relancé les invitations à la maison comme j’en avais l’habitude et mes convives me félicitent pour mes délicieux repas. C’est tout con, mais c’est une petit victoire. Et vous savez quoi, je les enchaine !
          Depuis 6 mois, j’ai fait plus de voyages et de projets qu’avec lui en 28 ans ! Dingue non ! Il y avait toujours une bonne raison de ne pas faire les choses et rien ne semblait trouver grâce à ses yeux.
          Quant à refaire sa vie… comme je l’ai écrit, je pense qu’on ne la refais pas, on la continue. La quête de l’amour n’est aujourd’hui pas vraiment ma priorité. J’apprends à m’aimer moi, à aimer vivre seule. Les autres ne viennent vers vous que si vous vous sentez bien sinon vous risquez d’attirer des hommes qui chercheront un pansement en vous.
          je vous rassure, je suis aujourd’hui en mode “tout va bien dans ma vie” même s’il y a des jours un peu plus taciturnes mais j’ai appris à les accepter aussi.
          Surtout prenez soin de vous. Ecrivez une liste des choses que vous avez envie de faire et faites les une à une. Vous vous forcerez sûrement à sourire au début mais au fil du temps, le sourire sera là naturellement. Dites moi si vous souhaitez qu’on échange par mail. Avoir du soutien aide énormément.
          Très bonne journée.

          1. Bonjour julie
            Merci pour ce chaleureux retour il me permet de me sentir moins “à part”, moins “bizarre””….et surtout il est source d’espoir…
            Voir les autres rebondir, avancer est très anxiogéne pour moi qui 8 ans après est encore sur le sujet. Je suis pourtant active, je travaille, je voyage, je me fais plaisir, je lis beaucoup. Mais je traine mon boulet partout !J’ai des amis à qui je n’ose plus en parler : “quoi 8 ans aprés tu n’es toujours pas passée à autre chose !!???il y a un pb !”
            Le sujet pour bcp n ‘étant plus abordé tellement il est évident que l ‘histoire soit classée. J’en deviens suspecte d’être toujours seule…
            C’est avec plaisir que j’échangerai avec vous par mail comme puis je vous communiquer mon adresse ?

    6. Bonsoir à tous.
      Je rejoins votre forum car moi aussi je vie une histoire similaire à la votre.
      J’ai 41 ans mon mari 43, nous avons 3 enfants 16,14 est 7 ans.
      23 ans que nous sommes ensembles est 17 ans de mariage.
      Je me suis toujours considérée comme une femme très heureuse jusqu’au jour ou mon mari est parti en déplacement au bresil pour son travail.
      Il avait 40 ans au moment des faits.
      Il a rencontré une brésilienne de 23 ans qui travaillait dans la même boîte que lui.
      Bien sûr je lui ai pardonné en me dissant que ça ne pouvait pas marcher entre eux beaucoup trop jeune pour lui.
      Lui ma dit qu’ il allait arrêter de la voir, mais finalement n’a jamais réussi à le faire.
      J’ai supporter cette histoire pendant 3 ans, parce que j’aime mon mari, est lui quand il était au bresil passer son temps à m’envoyer des messages d’amour en me promettant qu’ il ne me quitterai jamais mais ne m’a jamais menti non plus pour ces sentiments pour elle, est oui mon mari aime deux femmes.
      Mon mari devait rentrer définitivement du bresil en août 2015, donc je me suis dit patiente jusqu’a là quand il sera revenu en France il sera bien obliger de l’oublier.
      Et bien non c’est tout le contraire qui c passer.
      Elle lui manquait tellement qu’ il à décidé de prendre un appartement, i l’a fait venir en France pour quinze jours de vacances.
      Ça faisait seulement une semaines qu’ elle était là qu’ il est revenu me voir en me dissant qu’ il ne la supporter plus qu’ elle est criante est pas intéressante.
      Je lui ai repondu tu me dit ça alors que quand elle sera réparti elle va te manquer.
      Bingo c’est exactement ce qui c’est passer, depuis cela fait 5 mois qu’ il ne ce sont pas vus mais ils s’appellent est s’envoie des messages, pour l’instant Je ne compte plus c’est très dure moralement.
      Il y a trois jours il m’a annoncé que ce serait mieux de divorcer.
      Il qu’ il avait postulé pour travailler au bresil.
      Je suis perdu tellement je l’aime.
      J’espère avoir était assez claire car ce n’est pas évident de raconter presque 4 ans de sa vie en si peu de lignes.
      Merci pour votre lecture.

    7. Bonjour à tous.
      Mon histoire à commencer il y a presque 4 ans maintenant.
      Mon mari est parti en déplacement au Brésil il avait 40ans, ont est mariée depuis 17 ans ont à 3 enfants de 16,14et 7 ans.
      Tout aller bien dans notre vie, je les laisser aller travailler au Brésil sans me poser de question tellement Je lui faisais confiance.
      Un jour j’ai reçu une photo de lui avec une fille sur ma boite mail c’est comme ça que j’ai appris qu’ il me tromper.
      Sa réponse c’est une erreur Je me fou de cette fille.
      Je lui ai reffet confiance c’était dure étant donner qu’ il travaillait toujours au Brésil.
      Sa à durer 3 ans, où finalement je pense que j’avais finie par accepté cette situation.
      Mon mari loin de moi passer son temps à m’envoyer des messages d’amours en me dissant à quel point il a de la chance d’avoir une femme aussi extraordinaire que moi comment penser que l’autre aller le faire changer d’avis à ce point.
      En août 2015 le contrat de mon mari pour le Brésil est terminé donc retour en France je suis heureuse car il me dit au téléphone qu’ il est pressé de rentrer qu’ il ne supporte plus ce pays.
      Au bout d’un mois qu’il est rentré elle commence à lui manquait.
      Il décide qu’ ont doit vendre la maison est prendre chacun notre appartement.
      Je ne discute pas mais je suis très malheureuse.
      Il finit par la faire venir en France quinze jours pour au bout d’une semaine me dire qu’ il ne la supporte plus.
      Je lui répond Tu me dit ça mais quand elle va être reparti Tu me dira encore qu’ elle te manque.
      Il me répond : certainement pas elle est invivable je ne peut pas vivre avec une fille comme ça.
      Bref elle repart est au bout de quinze jours elle lui manque.
      J’ai oublier de vous dire elle à 23 ans est travaille dans la même boite que lui.
      La crise de la quarantaine qui commence à durer un peu longtemps.
      Je souffre énormément de cette situation est malgré tout je n’arrive pas à le détesté comment faire pour passer à autres choses quand malgré tout ce qu’ il m’a fait subir Je l’aime.
      Il vient de me dire que ce serait mieux de divorcer.
      Je suis malheureuses.

    8. Bonjour Olivier et merci pour votre témoignage. Il est vrai que la routine tue et que la petite flamme est difficile à faire perdurer.

      De mon côté je suis en pleine souffrance. J’ai 46 ans ma femme 41 ans, en couple depuis 18 ans avec 2 enfants de 11 et 17 ans .
      Au départ je ne pensais pas rester avec elle, j’avais craqué pour son physique , grande mince brune très jolie mais elle est rapidement tombée enceinte . Bref j’avais des sentiments pour elle et je n’avais pas envie de la quitter lâchement , j’ai assumé d’être père et je suis content maintenant d’avoir un enfant de 16a. Nos rapports après l’accouchement ont été rapidement tendu , elle piquait des crises pour un rien ( un truc mal rangé..etc..) mais je tenais bon. A force de me travailler au corps nous avons eu un 2eme enfant mais cela n’a pas arrangé les choses , elle continuait à piquer des crises de nerf assez violentes devant les enfants..lorsque j’ai voulu la quitter, elle à a essayé d’en finir….elle n’a jamais voulu prendre d’anti dépresseur. A mes 40ans une ex pour qui j’avais toujours des sentiments m’a relancé et nous avons eu une courte relation de 6 mois , j’ai eu beaucoup de mal à ne pas partir pour elle mais j’ai résisté pour mes enfants. Mais depuis les choses ne se sont guerre améliorées,nous n’avons presque plus de relation avec ma femme car elle boit tous les jours après son travail, elle a une tendance à déprimer facilement, et n’est donc plus en état de faire grand chose et je suis complétement délaissé et la vie est courte…elle en a conscience mais n’arrive pas à surmonter cela… Elle arrive déjà à aller travailler c’est déjà pas mal….Il y a 3 mois sur un Tchat du net j’ai discuté avec une jf de 22 ans de Nantes et nous avons entamé une relation très forte par tel , on se téléphonait tous les jours plusieurs fois et ça durait parfois plus d’une heure. J’ai dû aller pour mon travail à Nantes une semaine et on s’est donc rencontré : dés que l’on s’est vu on s’est embrassé langoureusement comme nous l’avions prévu par tel étant donné le feeling que nous avions déjà l’un pour l’autre. Cela a été une semaine formidable. le souci est que je suis a 600 km de Nantes donc depuis cette semaine nous nous sommes revu seulement 3 fois une journée soit environ 1 fois toutes les 2 semaines. Je sens que depuis la dernière fois que nous nous sommes vu que les choses ont changé pour elle : elle m’appelle beaucoup moins et m’envoie plus de mails , elle dit que je lui manques et qu’elle m’aime mais ne fait pas trop d’efforts pour que l’on se voit alors je ne sais pas si elle commence à se “désengager” de cette relation qu’elle trouve peut être sans issue par rapport à la différence d’age et à ma situation mais en tout cas j’en souffre beaucoup car j’ai déjà énormément de sentiments pour elle mais je ne peux pas tout quitter pour elle au bout de 3 mois , j’ai besoin de certitude et là je suis dans le flou avec elle et je suis désemparé…j’en souffre beaucoup….j’envisage de prendre des anti dépresseurs pour supporter cela…..Je devient très irritable envers mes enfants et ma femme..j’ai envie de tout quitter pour elle mais j’ai peur aussi de tout quitter pour une chimère pour une jeune fille qui peut être malgré ses dires mes larguera au bout de quelques mois et là j’aurai tout perdu..c’est dur la vie….merci de m’avoir lu.

      1. Bonjour Marc,

        SI j ai un conseil à te donner c est de ne pas prendre d anti dépresseurs,j en ai pris et Ca ne m a pas aider à comprendre ce qui m arrivait en fait on n est pas dépressif mais simplement en crise existentielle.
        Chacun la vie différemment mais c est vrai que les mauvais moments souvenirs refond surface pendant cette periode de crise,moi je ne me pose plus de question sur ce qu il m arrive j essai de vivre au jour le jour avec des hauts et des bas un peu comme les montagnes russes,un coup j en veux à ma femme,un coup à mon travail ,un coup à mon éducation en fait de mon côté ça commence à s éclaircir,je commence à comprendre que la routine fait partie de la vie mais que parfois il faut la cassée en s accordant des petits moments pour soi et faire ce qu il nous plait meme si au début on ne sait plus ce qu il nous plait car ça fait 20 ans qu on a pensé trop aux autres (femme,enfant ,Parent boulot) et on s est perdu,oublié.Moi je me suis fait de nouveaux amis des vrais cette fois,sincères et pas hypocrites et on passe de bon moment ensemble en déjeunent le midi ensemble en parlant de nos soucis en rigolant aussi.
        Je me suis remis aussi à la peche (passion que j avais quand j étais enfant et au vtt.
        QUand au relation que j ai avec ma femme qui elle aussi est en crise j essai de relativisé je prends du recul,tôt ou tard ça passera .Je prends conscience que je n ai définitivement plus 20 ans que l insouciance c est fini que j ai une famille et qu il faut que j assume mon rôle de mari et de père tout en m accordant des moments pour moi.
        Tu sais l herbe n est pas forcément plus verte ailleurs.Est ce que tu as discuté avec ta femme pour savoir quels sont ses ressentis ?
        Moi j ai discuté avec la mienne et elle aussi à les mêmes ressentis que moi à la seule difference c est que ma femme est introverti et vie cette crise en silence alors que moi j ai besoin de m exprimé.
        Marc courage soit patient les réponses arrivent au fil des jours,comme on dit après la pluie vient le beau temps.

        1. Bonjour à toutes et tous,
          Je cherchais un site sur le deuil et… me voilà en pleine lecture de vos témoignages.
          J’ai envie de vous dire comment j’ai vecu ce que j’ai vécu.
          53 ans chacun, 31 ans de vie commune, 2 filles de 17 et 24 ans.
          Noel dernier, alors que je lui demande “a quoi penses-tu” il me répond que ça ne va pas du tout, il n’est pas heureux, il souhaite que l’on se sépare… N’avez-vous pas senti la terre trembler sous vos pieds ce jour là ? parce que pour moi c’est l’anéantissement, l’effondrement, l’impensable… bref je suis sur les fesses !
          Pourquoi on en arrive là ?
          31 ans c’est long. Nous avons vécu des hauts et des bas mais plus les années passaient et moins les hauts rattrapaient les bas.
          Nous avons eu tous les deux quelques faux pas mais rien de vraiment grave dans la mesure ou nous nous accrochions pas à la fidelité comme à une valeur fondamentale.
          Tout de même je precise là qu’il était tres important pour moi de protéger l’autre, de ne pas faire n’importe quoi, n’importe comment. donc la discrétion est de rigueur. Il va sans dire que j’attendais la meme chose en retour !
          Noel 2014 j’apprends qu’il y a maitresse dans les parages, ok ! pas agréable mais pas insurmontable.
          En revanche j’apprends egalement que l’histoire dure depuis un certain temps et que tout le monde le sait. Tout le monde !
          en plus quand je viens sur le lieu de travail, elle est la aussi, tous les jours. Elle me salue, me parle…
          Là, c’est un premier seisme. Celui avec lequel j’ai grandi, j’ai fait des enfants, mon complice, mon mec, m’a trahie à ce point… je ne pouvais pas le croire. D’ailleurs, j’ai du lui demander plusieurs fois de le confirmer pour que je puisse y croire.
          Alors la c’est l’enfer qui a commencé. Des nuits epouvantables, des journées cauchemardesques, plus d’appétit, des larmes en continu. Cette trahison était inconcevable. Entendons nous bien ; ce n’est pas parce qu’il a une maitresse mais c’st parce qu’il n’a pas pris la peine de me proteger, qu’il m’a ridiculisée devant tout le monde. Mon égo en a pris un coup. Après avoir hésité sur ce qu’il devait faire, la garder, la quitter… il fait le choix de la famille. Ouiiiii je sors victorieuse… tu parles d’une victoire !
          Moi qui avais pleinement confiance, je suis devenue detective. Je surveillais tout, j’ai installé un espion sur son telephone, je passais à l’improviste à son taf… bref une horreur à vivre ! J’ai perdu 15 kg, mes cheveux, ma joie de vivre et plein d’autres trucs encore.
          3 mois apres je constate, grace a mes espions, que l’individu se tient à carreau. Je vais mieux. Pendant 2 mois on a bien vecu ; heureux de se retrouver, contents de s’en etre sorti… bref ca roucoule..
          Et puis, et puis, le quotidien se ré-installe et me revient en memoire ce que je n’ai pas reussi ni a oublier ni a accepter ; la trahison. C’est terrible le sentiment de trahison. Ca vous fait regarder l’autre avec des yeux terriblement ouverts sur la realité. Comment avoir confiance en quelqu’un qui a trahi une fois ?
          Voilà, ces pensées m’ont dévastées doucement, insidieusement presque sournoisement. Plus d’envie. NI de rire, ni de partager, ni d’etre avec lui… rien. En plus, mal avec moi même parce que je me disais que je foulais au pieds mes valeurs fondamentales. Impossible de me regarder en face. Le fait d’etre en train d’essayer d’oublier ce manque de respect inacceptable me mettait en colère contre moi même.
          De temps en temps, un sursaut ! comme celui de noel 2015. J’ai bien fait de lui demander à quoi il pense.
          Donc me voila face à sa decision. Je ne sais pas quoi en faire. Il est dit qu’il va rester à la maison le temps de trouver un hebergement. Ok
          J’ai cru que j’allais sombrer.
          Pas du tout.
          Malgré moi, je me sentais bien. Plus en harmonie. Presque en paix. Tout de suite je me suis dit qu’il me fallait un entourage, une vie sociale différente. Me suis inscrite dans un groupe de sortie et rapidement j’ai fais des rencontres tres sympas avec des femmes souvent celibataires et qui le vivent bien.
          Mes filles sont heureuses de me voir bien.
          J’ai repris du poids, retrouvé mes cheveux et mes rires.
          Lui, je pense qu’il est sur le cul de voir que j’ai rebondi aussi vite.
          Et moi je peux enfin me regarder dans le miroir parce que j’ai retrouvé le respect de moi même !
          Je vous souhaite a toutes et à tous du courage dans ce que vous traversez.

  7. 6 ans (après 28 ans d’amour,3 enfants)déjà qu’elle m’a quitté pour un autre et je peux vous assurer que même si cela a été très dur on pense à l’autre toute la journée, il faut du temps pour que ça cicatrise , on s’en sort très bien, on évolue. Et là surprise elle tente de se suicider et c’est à moi qu’elle appelle au secours. Le pardon est la plus belle chose je l’ai empéché de faire une connerie. Elle est au fond du trou, malheureuse et plein de regrets qu’elle n’a pas trouvé avec lui (communication,soutien, amour)ce qu’elle a perdu avec moi. Aujourd’hui j’ai de l’empathie pour elle mais je sais que pour nous deux c’est trop tard.Elle enviait ces copines qui se séparaient et tombaient amoureuses, mais pour elle le rêve a tourné cour.. aujourd’hui j’ai une vie sociale plus active, moi qui ne dansais pas je suis devenu un excellent danseur (rock,latino)…donc en bref soyez confiant..le temps fera de vous des personnes fortes

    1. Bonjour Campana,
      Un énorme merci pour ton témoignage, tu ne peux pas savoir le bien que cela me fait de te lire…
      Parce que j’ai l’impression de ne pas m’en sortir.
      Parce que cela fait 16 mois qu’il est parti maintenant, du jour au lendemain, 16 mois que je souffre, et que j’ai l’impression de ne pas arriver à remonter la pente. Que certaines journées sont mieux, et puis une petite chose, un petit évènement, et tout rebascule. Que je voudrais me l’arracher du coeur, que je n’y arrive toujours pas. Et pourtant l’homme que je vois aujourd’hui ne me fait plus envie. L’impression que ce n’est plus le même. Mais pourtant, le mal de voir notre famille détruite, une belle famille, de beaux et adorables enfants… tout ce gâchis, mais POURQUOI ????
      Donc oui, cela me fait du bien de savoir que l’on s’en remet un jour….que l’on devient plus fort. J’ai beau me le répéter encore et encore, cela fait du bien de l’entendre de personnes qui l’ont vécu. Qui comprennent notre souffrance.
      Merci.
      Cécile

  8. Coucou triste et les autres

    Je relis mes messages et les vôtres et me rends compte que le temps passe, mais j’en suis toujours au même point.

    Oui Triste comme tu dis un beau gâchis.

    La fin de l’année approche dur moment à passer, 1er noël sans notre famille, 1ères vacances de nöel seule et début d’année seule aussi…

    Le temps fait son oeuvre, enfin beaucoup trop lentement à mon goût. j’ai l’impression de régresser plus q’autre chose et au contraire plus le temps avance, plus il se construit une nouvelle vie avec l’autre et plus il s’éloigne de notre famille….

    Naïve que j’étais je pensais quand même qu’il se rendrait compte que ce n’est pas mieux ailleurs et que la routine rattrape tout le monde un jour ou l’autre… Mais ce n’est pas le cas…

    Alors comme toi je me pose plein de questions, me demande tous les jours comment j’ai bien pu en arriver là et surtout pourquoi je dois traverser tout cela.

    Pour les gens autour c’est facile, on oublie, on passe à autre chose, on zappe, et on recommence. Alors oui j’ai bien pensé aux sites de rencontres, c’est glauque et pas pour moi.

    Et de toute façon comment passer à autre chose quand tous les souvenirs sont là pour nous rappeler notre vie celle d’avant celle qui nous convenait finalement.

    Lui a su très bien le faire à priori.

    J’ai aussi entendu cette phrase de sa bouche “comment se fait-il que tu ne sois pas passée à autre chose ????”. Euh oui j’aimerais bien mais je n’y arrive pas…

    Comme tu le dis le constat est amer, ils sont bien nous sommes mal, ils ont des projets, nous on a de la peine à entrevoir le bout du tunnel. Alors comme toi des fois je me dis que c’est mieux ainsi et que je ne pourrais que trouver mieux. Il m’a dit “trouve-toi un mec bien…” Merci du conseil.

    En même temps c’est message sur message pour les enfants et pour de l’administratif. Dans ces conditions comment faire le vide ? comment passer à autre chose ? difficile….

    Et je m’en veux d’avoir encore des sentiments pour lui, lui qui croyait que je ne l’aimais plus depuis longtemps…. enfin ça c’est son excuse pour être parti pour une autre…. Comme il me l’a dit récemment on est tous les deux responsables… Oui peut-être mais c’est pas moi qui l’ai quitté pour un autre…. Alors oui il a été très amoureux de moi…. avant… merci pour sa délicatesse.

    C’est intéressant ce que dis ta psy ils confondent sexe et amour. Pour lui pas question de sexe c’est juste qu’il est Amoureux… En attendant sa vie sexuelle actuelle est certainement très active… donc je ne sais pas quoi en penser. En tout cas il pense vraiment être amoureux sinon il se serait contenté d’avoir des aventures à droite et à gauche. Mais non il ne voulait plus mentir et maintenant il est en paix avec lui-même…..

    Alors crise de la quarantaine ou pas je sais toujours pas. Crise oui… ou juste une rupture comme il y en a tant aujourd’hui….

    Autour de moi personne ne vit ça….. et tous nos amis sont aussi des couples de très longue date… et c’est ça qui me navre pourquoi c’est tombé sur moi, sur notre famille ???

    Pas de réponse à cette question….

    Bon courage à tous ceux qui vivent cette triste situation….

    1. Bonjour Bibou,

      Non ce n’est pas “tombé sur toi”, pas plus que sur nous sinon nous ne serions pas si nombreux dans ce cas. Les sites de rencontres regorgent de gens comme nous je pense, nous avons tous nos blessures et dans le monde actuel il est vrai que ces sites sont une possibilité pour accélérer les choses lorsque nous sommes seuls pour trouver quelqu’un avec qui partager notre vie et nos rêves déchus. Je partage un peu ton sentiment, je ne dirai pas que c’est glauque mais plutot triste, de voir autant de gens qui cherchent leur ame soeur. Cependant il faut essayer de voir ces sites comme une possibilité de rencontrer quelqu’un qui nous correspondra même si cela ressemble un peu à des catalogues. Le temps passe très vite, la vie aussi.
      Comme toi je ne suis pas prêt à passer par là, le moment viendra peut être où j’y aurai recours ou pas, c’est une possibilité.
      La situation que nous vivons tous est TRES difficile et si “banale” de nos jours. Nous avons certainement une conception du couple “démodée” pour beaucoup dont nos conjoints, des valeurs, une certaine idée du bonheur et je pense que nos conjoints n’ont pas su faire face aux vents contraires de la vie et ont préférer s’enfuir plutot que de les affronter main dans la main, c’est tellement plus facile…
      Comme toi je suis souvent au “fond de la piscine”, j’essaie de remonter respirer de temps en temps. Il faut cependant se rendre à l’évidence : ils ne reviendront pas, et même s’ils reviennent comment restaurer la confiance ?? Je me dis que je dois essayer de vivre cela comme un deuil, et penser à mes enfants et aussi pour une fois dans ma vie : à moi. Mais bon je me connais j’ai été élevé en “bon samaritain” et me suis toujours fait passer après ma famille, et je ne le regrette pas même si je n’ai pas eu de retour de mon épouse. Je la plains pour ses choix égoistes, même si elle sera heureuse avec quelqu’un d’autre, je pense qu’au fond d’elle même elle ne sait pas aimer et n’a pas compris que dans la vie de couple l’amour doit évoluer , se transformer, s’adapter… alors oui pour eux c’est facile de “trouver mieux” ailleurs, car comme tu le dis nous ne sommes plus là que pour l’administratif, les enfants, tout ce qui les ennuient dans leur nouvelle vie. Le problème pour moi c’est que je ne pourrai pas vraiment couper les ponts, et cela va me peser en plus du chagrin actuel, c’est certain. Mais les enfants sont là, et ils comptent sur nous.

      1. Bonsoir à tous, bonsoir Laurent, Bibou, Louloute, Triste…
        Je vous lis toujours avec autant de surprise : de me dire à chaque fois : ils écrivent tellement bien ce que je ressens, cela fait tellement du bien de ne pas me sentir seule dans cette souffrance, cette incompréhension. Plus le temps passe moins je comprends, plus le temps passe et tout cela, quand j’y repense, (car il m’arrive maintenant de ne plus y penser TOUT le temps, même si ca ne dure pas longtemps), me paraît totalement irréel.
        J’ai l’impression d’aller mieux cependant, et c’est en ce sens que je voulais témoigner ce soir. Il y a des rechutes, mais elles deviennent plus rares, plus espacées. Entretemps, les projets (professionnels, pas encore privés :o(( reviennent, ce petit goût à la vie qui nous fait nous sentir “heureux” par moments. Courts moments, mais bien là. On apprend à lâcher prise, à ne plus chercher d’explications à l’inexplicable, à continuer à vivre, pour nous, pour nos enfants…
        Mais cela me fait toujours du bien de voir que nous sommes quand même quelques-uns à réfuter cette société de l’éphémère et du jetable, de l’égoïsme. Nous sommes tous ici avec les mêmes valeurs, le même sens du couple et de la famille.
        Ce soir j’aimerais lancer l’idée d’une rencontre entre nous tous, pour échanger, pour soulager nos souffrances aussi, autre que par ordinateurs interposés. J’ai la chance de faire partie d’un groupe de soutien en ce moment, et je constate les effets bénéfiques incroyables que cela procure, juste le fait de pouvoir parler à des gens qui nous comprennent, parce que dans la même souffrance. Qui nous aident aussi, parce qu’ayant un regard neuf et non biaisé…
        SI vous êtes intéressés, vous pouvez me contacter à cec3103@gmail.com.
        Je souhaite bon courage à tous..
        Cécile

        1. Bonsoir Bibou, Laurent, Louloute, Cécile et les autres

          Oui toujours ce même constat, l’impression que ce que l’un écrit sur ce site peut être écrit par chacun de nous, que ce que l’un ressent est également ressenti par tous. Nous vivons les mêmes épreuves, nous posons les mêmes questions parce que nous partageons les mêmes valeurs et ne comprenons pas nos compagnons ou ex compagnons.

          Mais oui le temps fait son œuvre (lentement, certes trop lentement, mais…)

          Je ressens également cette impression d’irréalité quand je pense à ma situation, parfois il me semble que ma vie “d’avant” fait parti d’une autre vie. Bien sur, je pleure encore, mais moins souvent, bien sur je suis triste mais cela dure moins longtemps.

          Il m’arrive également de me surprendre à ne pas penser à lui tout le temps.

          Il y a des jours ou c’est plus difficile, parce que nous avons des échanges pour les enfants, pour l’administratif. Ces échanges ravivent les souvenirs et les si ; si il pouvait avoir des regrets, si il voulait revenir… mais aussi la colère, l’incompréhension…

          Envie de tourner la page oui, mais ce n’est pas si facile. Pour l’instant j’apprivoise ma solitude, j’apprends à vivre sans lui, juste pour moi et mes enfants. Je recommence a apprécier les petits plaisirs simples, partager un repas avec des amis, rire avec eux, profiter de ma famille, décorer mon appartement, ne rien faire… me faire plaisir. Retrouver le goût d’aller au travail, de m’investir, partager du temps avec mes collègues. Le chemin est encore long…

          C’est vrai que pouvoir échanger avec des personnes qui traversent nos tourments est un grand réconfort et que l’on se sent moins seul. Parler des moments difficiles que nous rencontrons, échanger nos expériences m’aide aussi à accepter cette épreuve.

          L’idée d’une rencontre entre “nous tous” est séduisante. Dans ma région, je n’ai pas connaissance de groupe de soutien, mais j’y ai aussi pensé en lisant le livre “Après la rupture” de B. Fisher.

          A nous tous, je souhaite beaucoup de courage et des jours meilleurs,

        2. bonjour à toutes et a tous

          Je vous souhaite à tous une bonne année 2016 de bonheur

          bon voilà c’est fait, j’ai demandé, la mort dans l’âme, le divorce officiellement hier
          Elle est très contente même si elle ne le dit pas, elle n’attendait que cela pour être “libre” et prendre de l’argent pour satisfaire ses désirs.
          Des ce matin elle est allé voir un avocat.
          Les prochains mois vont être (comme les précédents) très difficiles à vivre avec une personne qui n’a plus aucun sentiment/respect pour moi et qui va aller jouer la Cosette pour me faire supporter/casquer un maximum…et au détriment également des enfants.

    2. Bonjour Bibou,
      Si on pouvait prendre la peine de chacune et en faire une énergie positive, on “éclairerait” des villes entières :-).
      La vie réserve des surprises, pas toujours belles. Pour les affronter, il ne nous reste que vos valeurs, notre vécu et notre éducation.
      Essayer de les comprendre, eux, qui ont déjà tourné la page sur la vie qu’ils ont construite, sur la famille qu’ils ont bâti…
      Les larmes, la douleur et le sentiment d’abandon …ils ne comprennent pas.
      Mon mari me disait qu’il n’avait jamais fait ça contre moi (même si c’est moi qu’il a remplacé jusqu’au plus intime) mais pour lui. Il regrette que cela me fasse si mal mais pour lui, il avait besoin de trouver un sens à sa vie.
      Que veux-tu répondre à ça?
      On n’y peut rien. Juste essayer de construire et de se reconstruire sans nos rêves.
      La phase nouvelle conquête passe par une grande phase sexuelle et dialogue.
      Puis le quotidien finit par s’installer. C’est la vie.
      Il n’y a rien pour calmer cette sensation de vide que l’on ressent, cette douleur qui nous poignarde à tout moment…
      Il faut vivre, pour nos enfants, notre famille…Les laisser partir car ils ne nous voient plus.
      Il faut savoir accepter, même si c’est dur, car on ne nous a pas demandé notre avis. Il faut juste savoir endurer.
      Transforme cette peine en chose positive, sors la tête hors de l’eau et vis …

    3. Bonjour à tous,

      Je tombe par hasard sur votre discussion et qu’il est incroyable de lire son histoire et son ressenti….

      Effectivement mon histoire est terriblement banale…23 ans de vie commune, deux merveilleux enfants de 17 et 18 ans, une vie de couple sans nuage et épanouie, une qualité de vie et un cadre de vie exceptionnels, des activités extra professionnelles pour mon mari dans lesquelles il dit s’éclater même si elles prenaient beaucoup de temps….

      Malgré tout à 43 ans, il est amoureux de sa secrétaire….mariée, 3 jeunes enfants….

      En avril il m’a avoué sa relation….9000 sms par mois depuis 10 mois, sans compter les heures passées avec elle… J’ai pardonné, j’ai aidé, il m’a fait des promesses, on est parti en vacances en amoureux aux Canaries en octobre… En rentrant, il est parti.. Il n’avait jamais arrêté sa relation… Aujourd’hui il attend sa maîtresse…

      Cette double trahison m’a anéanti…. Perte de sommeil, perte d’appétit et donc des kilos, arrêt de travail….

      Je sais qu’il ne faut pas chercher à comprendre, qu’il faut se protéger, protéger nos enfants et surtout il faut vivre…. Personne ne mérite d’arrêter de vivre surtout pas des égoïstes….

      Mon mari me semble être complètement endormi….plus personne ne le reconnaît même pas ses amis…

      J’essaie de l’aider à se réveiller..pour lui avant tout….

      Les mystères de la nature humaine…

      Je sais que cette période de fêtes est difficile pour chacun d’entre nous…

      Bon courage à tous et surtout pensez à vous et vos enfants.

      Lilo

      1. Bonsoir à tous,
        Envie de laisser un message ce soir – quelquefois on est tellement au “fond de la piscine”, comme tu dis, Laurent, qu’on n’a plus le courage de poster… Ton dernier message fait mal, parce qu’on a tous ici eu l’envie de gagner cette épreuve, gagner cette guerre contre cette crise qui transforme si violemment nos conjoints. Et malheureusement parfois on doit bien s’avouer vaincu, faute de combattant. Car eux ont depuis longtemps abandonné la bataille, souvent des mois avant de partir, alors que nous ne nous en doutions même pas, et c’est ça le plus dur à accepter je trouve. Mis devant le fait accompli. En fait, ils ont simplement déclaré forfait.
        Bonjour Lilo, et désolée de te compter parmi nous, avec une histoire semblable à la nôtre, incompréhensible, irréelle. J’espère que tu survis à peu près, les premiers mois sont tellement tellement durs, et quand en plus il y a une tierce personne (moi aussi, c’était sa secrétaire !!!), il faut lutter avec les images horribles qui nous passent pas la tête 24h/24. C’est une des choses que j’ai trouvées les plus difficiles, sans doute parce que j’étais persuadée que cela ne m’arriverait jamais, étant donné le discours intransigeant de mon mari vis à vis de l’infidélité. Tout faux. Alors aujourd’hui je me répète qu’il est mort, mort pour moi, et ça m’aide à garder de la distance à chaque fois que la douleur me poignarde. Mais au début, c’est une lutte de tous les instants, qui vous laisse pantelant et sans répit.
        Alors ce soir, je voudrais vous souhaiter à tous une année 2016 meilleure que la précédente, c’est à peu près tout ce que nous pouvons demander je suppose. Moins de souffrance, plus de répit. Des enfants en bonne santé. Des petits moments de bonheur glanés à droite à gauche, pendant juste quelques secondes au début, puis un peu plus longtemps. Des amis à nos côtés qui nous soutiennent – et il y en a sur ce site ! Cela je l’ai appris depuis 1 an. Le meilleur soutien vient de ceux qui sont dans la même galère… tout simplement parce que se sentir compris soulage…Bon courage à tous. Cécile

        1. Bonsoir Cécile,
          certes mon message c’est la fin de mon couple, jamais je n’aurais penser en arriver là un jour.
          Pour la petite histoire ma femme est assistante de direction et s’est amourachée de son ex patron, quelle caricature vivante !! C’est clair il lui a TOUT apporté en quelques invitations au restau…elle lui doit tellement !! il est tellement TOUT ce que je ne suis pas (plus)

          Je ne pense pas qu’elle soit arrivée à ses fins avec lui (l’autre n’a pas divorcé de sa femme qu’il n’aime plus…mais il est tellement courageux pourtant !!) mais elle s’obstine et le drague toujours. Elle a quitté la boite qui a fermée et a lancé en partant quelques “invitations” à d’autres directeurs de la boite… on ne sait jamais…no comment…

          Bon voilà, après plus de deux ans de “combat” et quelques années auparavant avec des hauts et des bas, j’ai voulu agir avant elle, et ne pas lui laissé en plus la satisfaction de faire la demande de divorce, elle qui pense tout contrôler…elle ne s’y attendait pas, même si ça l’arrange en partie mais contraie son “calendrier”

          J’ai beaucoup fait (tout ?)pour sauver mon couple, après on ne peut pas se transformer en une autre personne.
          De toute façon je suis le bouc émissaire de tous ses regrets, échecs, mal être etc….de plus depuis qu’elle a rencontré une certaine copine, elle s’est laissée envouter par des désirs que l’autre lui a fait miroiter d’une vie meilleure, plus riche avec quelqu’un de plus friqué, l’aura etc…

          Au final, tu sais, je vais encore finir au fond de la piscine certains jours mais là je me dis vraiment qu’il faut que je me sorte de l’ornière, qu’elle ne reviendra pas ou trop tard.

          J’y ai laissé une bonne partie de ma santé et elle ne m’a jamais ni soutenue ni donné l’amour qui aurait pu me permettre de moins faire évoluer ma maladie.
          Au contraire elle s’est accélérée ces deux dernières années. Alors pour mes enfants je n’avais pas d’autre choix si je veux pouvoir encore les aider aussi longtemps que je le pourrai.

          Chaque couple est unique, chaque personne aussi, ce n’est pas parce que ça se termine comme cela pour moi que c’est une généralité.
          En fait je n’ai pas réussi à raccorcher les wagons parce qu’elle ne l’a jamais vraiment souhaité, elle a confondu envie et désir avec amour, d’ailleurs elle ne comprends pas que je puisse l’aimer…c’est normal elle ne sait pas aimer et est trop tournée vers elle même.

          Voilà, il faut tourner la page même si c’est plus facile à dire qu’à faire, s’occuper l’esprit à autre chose pour ne pas pleurer toute la journée, en voiture, au boulot, etc…en s’imaginant tout ce qu’on avait prévu et que l’on ne fera pas (du moins avec son conjoint)

          Alors écrire, oui ça fait du bien, ça sort plus facilement (je serai peut être incapable de te dire tout ceci de vive voix actuellement) et on se fait un peu notre psychanalyse de groupe par écrit…

  9. Coucou

    Triste ton message déposé je pourrais l’avoir écrit.

    Sauf que moi j’en suis à presque 5 mois depuis qu’il est parti donc moins de recul par rapport à cette situation.

    Ma phase colère est passée enfin disons qu’elle est toujours là mais je suis plus désemparée aujourd’hui. Je me sens tellement seule. Ce deuil de notre vie passée je n’arrive pas à le faire je pleure et pleure encore et ne comprends toujours pas comment j’en suis arrivée là aujourd’hui.

    J’essaie de penser positif de me dire que ca ne peut qu’aller mieux mais en ce moment j’en suis incapable.

    Oui tu as raison notre vie n’était pas parfaite de loin pas on a tous des choses qu’on aurait aimer changer mais vu la situation actuelle je ferais n’importe quoi pour retrouver ma vie d’avant juste ca.

    Avant ELLE celle par qui tout est arrivé. Aujourd’hui il m’a dit que quoi qu’il arrive avec elle il ne reviendra pas car il ne m’aime plus. C’était pas du tout son discours il y a 5 mois… Et que si je pleurais c’est que je n’avais rien compris….

    Donc oui effectivement je n’ai rien compris… Car si lui a zappé 22 ans de sa vie avec moi en ce qui me concerne je n’y arrive pas…

    Résultat il veut divorcer et vite et la semaine prochaine on est convoqués devant le juge…. Ce sera le début de la fin..

    Donc aujourd’hui j’en arrive à la conclusion qu’il n’est pas en crise de la quarantaine comme je le pensais mais qu’il est juste fou amoureux d’une autre et que moi je n’existe plus pour lui.

    Oui je pense aussi qu’il a un profond mal être pas forcément de la dépression mais des choses à régler et ce depuis de nombreuses années déjà. Il n’a jamais voulu y faire face et maintenant il a rencontré celle qui le comprend pas comme moi…

    Oui il y a la nouveauté le sexe et autre tout ce qu’il me trouvait plus avec moi forcément après tant d’années la routine est la même pour chacun de nous. Maintenant il ne me répète que ca ce n’est pas une histoire de sexe…

    Et moi je me sens encore plus nulle de n’avoir pas su le retenir et qu’il en soit arrivé là.

    Alors oui peut être que tout ceci est aussi bénéfique pour nous. Mais pour le moment je ne vois pas du tout pourquoi…

    Je souffre mes enfants aussi même si je trouve qu’ils s’en sortent pas mal vu la situation. On est plus une famille en tout cas pas comme avant et je ne sais plus trop quoi croire par rapport à mes valeurs à celles que nous partagions avant tout ca.

    Le mien non plus n’a jamais su parler surtout pas de ses états d’âmes et problèmes personnels mais il semblerait que c’est ce qui l’a attiré chez l’autre c’est la communication…. Bref je n’y comprends plus rien…

    Toujours est il dit que lui est bien et moi pas…

    Je sais que le tps fait son œuvre mais arriver à accepter la fin de sa vie commune après toutes ces années c’est vraiment une des pires épreuves à affronter. Et moi je ne m’y résouds pas pour le moment du moins.

    Louloute bonne chance à toi je reconnais tout à fait mon mari dans le comportement excessif du tien j’en ai vécu tellement de ces moments même quand on était encore ensemble… Donc je compatis grandement. Je te souhaite que tout ce que tu as supporté ne soit pas pour rien et que vous arriverez à sortir de tout ca heureux du moins le mieux possible.

    À tous bon courage….

    1. Bonjour Bibou,

      Et oui malheureusement toutes nos histoires sont pratiquement des copier coller ! Ce que tu ressens, je le ressens, ce que tu vis également. Le discours de nos maris est quasiment le même… Il ne s’agit pas de sexe, simplement un désamour de leur part pour nous, ils ont trouvé une femme qui les comprend, qui leur apporte ce qu’ils ne trouvaient pas (ou plus) chez nous… A croire qu’ils ont tous le même scénario entre les mains !

      Bien sur, nous nous ne comprenons rien…

      Alors crise de la quarantaine ou pas ? Je me pose également la question parfois.

      Lorsque mon mari m’a fait part de sa volonté de me quitter, parce qu’il ne partait pas pour une autre et surtout pas parce qu’il voulait avoir de nouvelles expériences sexuelle et rencontrer d’autres femmes, le pauvre il n’y pensait même pas tellement il était malheureux d’avoir pris la décision de briser notre famille, de me quitter. Il m’a sorti tout cela quelques semaines après être parti s’installer chez Elle, en colocation soi-disant parce que c’était moins cher qu’un studio et moi j’y ai cru ! Il m’a sorti tout ça alors que cela faisait très certainement quelques mois qu’il avait déjà une relation avec elle, mais refuse de l’avouer. D’ailleurs à ses dires je n’ai bien sur toujours rien compris… il a d’ailleurs regrettait pour moi que je n’avançais pas et que je ne passais pas à autre chose !

      Comme j’étais au plus mal, j’ai consulté notre médecin, d’une part pour avoir de l’aide et ensuite pour essayer de comprendre. Celui-ci m’a alors expliqué que bien souvent les hommes confondaient désir (sexuel) et amour. Pour la plupart à partir du moment ou ils n’ont plus de désir pour leur femme, c’est qu’il ne l’aime plus CQFD !

      Ils rejettent donc un quotidien qui ne leur convient plus, veulent vivre pour eux, sans contraintes, balaient des années de vie commune pour retrouver des papillons dans le ventre et des étoiles dans les yeux ! Ils ne cherchent pas à savoir d’ou vient ce manque de désir, ne se posent pas de questions… L’attrait physique et sexuelle pour une autre femme qui les comble les conforte dans leur choix. Dans mon cas le manque de communication est très certainement la base de tout cela, tout comme un événement marquant, qui sur le coup semble anodin et nous fait nous remettre en question.

      Or la crise de la quarantaine est une remise en question. Certains la traverse sans trop de dommage pour la famille qu’ils ont fondé, d’autres détruisent tout.

      Souvent cette femme qui vient bouleverser notre vie, n’est qu’un prétexte à un mal-être plus profond, à des problèmes, des conflits non résolus, des reproductions de schémas familiaux inconscients. C’est plus facile d’accuser son conjoint de tous ses malheurs plutôt que de faire un travail sur soi qui peut être pénible et douloureux.

      Oui ils sont sincèrement fous amoureux de l’Autre ! Elle représente la nouveauté, celle qui les comprend, celle qui les fait vibrer comme à 15 ans. Ils revivent, puis de leur point de vue, ils ne nous trompent pas, puisque ils n’ont plus d’amour pour nous et nous l’ont dit.

      Oublié toutes nos années de vie commune, tous les efforts fait pour construire une famille, une maison, un avenir, les valeurs que nous partagions, là encore nous nous ne comprenons rien, puisque nous nous souhaitons préserver notre famille, voulons essayer d’arranger les choses, de discuter…

      Oui ils sont bien, sont heureux et nous nous sommes mal et malheureuses.

      Oui il est difficile d’accepter la fin de notre couple, de la vie que nous projetions, 11 mois qu’il est parti, et je pleure encore souvent, je me pose encore beaucoup de questions, me résous difficilement à accepter notre rupture et un divorce inéluctable. Je me demande ce que j’ai fait de mal pour vivre toute cette souffrance.

      Oui il est heureux… pour l’instant, mais un jour le quotidien refera surface, les problèmes reviendront, la baisse de désir pour la nouvelle se fera sentir… On dit que la passion dure trois ans… cela ne fait pas un an que mon ex mari vit au quotidien avec sa Pouf ! Et encore ils ont passé 6 mois en se voyant uniquement pour les bons moments puisqu’elle était sur Perpignan pour le boulot et lui en Isère.

      Pour l’instant nous ne voyons pas ce que cette expérience, si douloureuse et si difficile peut nous apporter. Pour ma part, j’oscille toujours entre colère, voir rage, et chagrin. Je suis seule, lui vit déjà avec une autre et a oublié toutes les promesses que nous nous étions fait, tous nos projets… je n’arrive pas à me projeter dans l’avenir, lui fait des projets avec elle…je suis triste, lui est heureux. Je me dit que ce n’est pas juste, que je n’ai pas mérité cela, lui est passé à autre chose et ne se pose pas de questions…

      Je fais donc ce que chacune et chacun (faut pas oublier que certains hommes vivent notre situation) font. J’essaie de me préserver, de préserver mes enfants, de me construire une nouvelle vie sans lui, c’est difficile. J’essais de trouver des réponses et du soutien, auprès de vous, de mes amis, de ma famille. J’essaie de me convaincre que c’est mieux ainsi, je sais que le temps fera son oeuvre et qu’un jour j’irai mieux. J’essaie de ne plus pensé à lui, à sa Pouf, très dur ! J’essaie d’envisager un avenir, parfois je l’entrevois, parfois c’est le néant…

      Alors crise de la quarantaine ou pas, je ne sais pas l’avenir nous le dira, en tout cas pour l’instant plutôt l’impression d’un beau gâchis pour tout le monde.

      Bon courage à tous

      1. Bonjour à toutes et à tous,

        et oui nous vivons tous les quaisment les mêmes scénarios.Triste, je suis un homme et je ne confonds pas les deux : même si certaines femmes m’attirent sexuellement ce n’est pas pour cela que je les aime, ni que je passerai à l’acte même si j’en aieu l’occasion.
        J’aime ma femme depuis notre 1ere rencontre en 2000 et n’ai pas cesser de l’aimer. Ce qui change au cours des années c’est la façon d’aimer et la capacité à passer les obstacles des différentes phases de l’amour, du quotidien et savoir trouver des bonheurs communs qui alimentent le couple. Mon épouse elle est dans sa crise depuis plusieurs années, c’est amouraché de son ex patron, se voit libre comme l’air si elle se débarasse de moi et s’allége des enfants,et à 48 ans n’a pas été capable de faire la part des choses.
        Alors voilà, après plusieurs années où je porte notre couple à bout de bras, après avoir tout essayé mais pas réussit à la reséduire (et oui lorsque l’on est au boulot et que l’on s’occupe des enfants et de la maison on est moins sexy que lorsque l’on fait une invitation au restaurant de temps en temps et que l’on n’est pas là tous les jours ce qui crée un manque, et génére des fantasmes de vie… bon peut être a-t-elle raison je me demande des fois, j’en arrive à douter mais au final elle fait un choix égoiste et egocentrique.
        Nous ne pouvons rien y faire, ils n’écoutent que les gens qui vont dans leur sens (les bonnes copines larguées ou divorcées qui lui disent mais oui vas y soit LIBRE !!! …et ai une vie naze comme la notre…non ça elles ne lui disent pas…Heureseument il y en a une ou deux qui essaient de la ramener sur terre de lui faire prendre conscience de ce qu’elle a, que beaucoup de femmes n’ont pas, mais elle n’écoute que ses sirènes de liberté…

        ALors voilà j’étais déjà venu sur le forum il y a quelques mois (an ?) , aujourd’hui je vais demander le divorce, le coeur GROS, mais vivre à coté de quelqu’un en qui vous ne pouvez plus avoir confiance, qui n’est que façade devant les amis ou la famille, incapable de donner quelque chose sentimentalement c’est trop destructeur.
        J’ai 50 ans et deux enfants de 11 et 13 ans, et j’ai vraiment les boules pour eux (Elle, pense qu’ils comprendront car ils sont intelligents…elle oublie encore une fois le coeur humain… certes ils conprendront intellectuellement mais il y aura forcément des dégats après…).
        ALors oui ça fait encore plus mal par dessus l’autre mal d’en arriver là, mais aujourd’hui je pense que je ne peux plus rien faire pour elle, pour nous.

        J’ai lu un livre du Dr Faure “maintenant ou jamais” sur la crise de la mie vie qui explique cela très bien : elle n’a pas voulu le lire, elle a juste lu le paragraphe sur le dicorce et pas la globalité du cheminement du livre qui indique les vraies questions à se poser et comment surmonter cette période.

        Bon courage a toutes et à tous

        1. Bonjour Laurent,
          j’ai lu ce livre là aussi. J’y ai reconnu beaucoup de choses que traversent (parce que ce n’est pas fini) mon mari.
          Je lui ai demandé de le lire aussi. Comme ta femme, il n’y a lu que quelques chapitres et l’a laissé tombé.
          Pour lui, ce n’était pas ça et ça l’ennuyait plus qu’autre chose.
          J’ai lu son bouquin sur l’infidélité aussi. C’est aussi très juste ce qu’il dit dedans. Même si ces lectures nous donnent des explications, cela ne changent en rien nos conjoints malheureusement.
          Ce que tu dis est très juste.
          Le quotidien, c’est bosser, batailler pour que cela fonctionne. On est moins dispo que qq un qui a du temps pour s’apprêter et t’emmener au resto de temps en temps. On a moins de temps pour soi, on est moins disponible…La récompense, ce sont les vacances que l’on partage ensemble, ceux qui t’aiment et t’attendent en rentrant du boulot, …tous ces petits riens du quotidien qui font notre vie mais dont ils n’en veulent plus.
          Les paillettes et le champagne s’arrêtent forcément un jour et la chute est d’autant plus rude que leur “rêve” a été grandiose.

          1. bonjour Louloute et Sev,

            j’ai toujours été aux petits soins pour elle, peut être trop, toujours à la contenter, à faire en sorte qu’elle ait le moins d’efforts possibles à faire…ces dernières années les enfants étant un peu plus autonomes, nous avons fait quelques voyages seuls , plus de sorties, restaurants, visites etc…j’espérais que ça raccrocherait les wagons, mais ses pensées étaient ailleurs et sont toujours ailleurs, rien n’y fait. C’est cassé, et sans une volonté commune de recoller ça ne peut plus se réparer.
            Aujourd’hui je me demande : même si elle revenait comment vivre dans l’anxiété en se demandant toutes les 5 minutes si elle est vraiment au boulot, si elle sort vraiment avec des copines ou copains sans plus…??? Au delà des sentiments il y a la confiance absolue qui existait et qui ne reviendra pas non plus…mais qui sait ?
            Je me suis marié assez tard en me disant que je tomberai sur une femme avec la tête sur les épaules et un projet de vie commun, au final cela n’a pas vraiment été une réussite…pourtant le projet commun existait mais bon “c’est la vie” parait-il…pourtant rien n’est écrit, un simple geste, une simple parole peut tout changer mais encore une fois ils sont obnubilés par leur liberté qui écrase tout le reste.
            Alors j’espère avoir le courage d’aller au bout et de divorcer une fois que j’aurais fait mon bilan, car là aussi en tant qu’homme je vais être puni deux fois : je vais perdre la femme que j’aime, ma famille, ma maison et devoir lui payer “son train de vie” alors qu’elle est fautive et responsable de cette situation…vive la “justice”…et surtout elle n’aura pas la sensation d’avoir perdu quoi que se soit au contraire elle sera “récompensée” par M. le juge….
            Ce que nous pouvons nous souhaiter c’est que nous nous savons exactement ce que nous voulons et que nous finirons bien par trouver une personne avec les mêmes valeurs et objectifs que nous, suffisament souple pour accepter le quotidien, avec un brin de folie pour profiter au maximum des petits bonheurs de la vie.

        2. Bonjour Laurent
          Ça fait plaisir d’avoir l’avis d’un homme. Effectivement ce que nous vivons tous n’est qu’un triste copié collé.
          J’ai également lu ce livre, j’aurai aimé que mon mari le lise mais lui non plus ne se sent pas concerné par cette crise, il dit que ce n’est pas du tout ce qu’il ressent et pourtant je retrouve tout ce que je vis en le lisant.
          Pour ma part il dit ne pas être parti pour une autre, il y a cependant une autre, qui fut certainement le déclencheur de sa décision. Il ne veut plus revivre en couple il ne souhaite que les côtés positifs me dit il, pas de quotidiens, pas de contraintes, pas de routine…apparemment elle peut lui apporter cela. Et oui comme tu dis c’est du coup plus simple de créer du manque, du fantasme. .. quel égoïsme, quel égocentrisme c’est ça et c’est pourtant l’opposé de l’homme avec qui je suis restée 11 ans…. je n’y comprends toujours rien même après 5mois…mais je compte bien me reconstruire …. bon courage à tous

        3. Bonsoir Louloute, Laurent, Sev et les autres,

          Laurent, je ne dis pas que tous les hommes réagissent de la même façon, heureusement ! Et ce n’est pas forcément le désir qu’ils ressentent pour UNE femme qui fait qu’ils en tombent amoureux, c’est avant tout le désir qu’ils n’ont plus pour LEUR femme, qui les amène à penser qu’ils ne sont plus amoureux d’elle et se rendent disponible pour une autre rencontre.

          La peur de vieillir, se prouver que l’on peut encore séduire… Cette rencontre sera bien sur à l’avantage de la nouvelle. Découverte, nouveauté, fantasmes ne font pas le poids face à la routine d’un couple qui vit le quotidien des enfants, du boulot, qui s’est simplement oublié dans le tourbillon de la vie. Pourtant, nous aussi, nous vivions des moments privilégié en couple avec des sorties et des voyages sans les enfants, mais au bout de 25 ans forcément il y a moins de surprise et la nouveauté est bien loin !

          Je n’ai pas lu le livre que vous citez, mais je note son titre, même si cela ne changera rien à la situation, cela me permettra peut-être de mieux comprendre.

          Lorsque je lui ai parler de crise, de remise en question, il m’a également dit que pour lui ce n’était pas cela. Si pour lui il ne s’agit pas d’une crise, pour moi cela y ressemble, nouvelle garde robe, sorties avec les copains ; les nouveaux, ceux qui lui vantent les avantages d’être divorcés, parce que les vrai amis qui ont essayer de lui faire comprendre tout ce qu’il avait à perdre, forcément ils ont tort et ne comprennent rien. Comme tu le dis Laurent ils n’écoutent que les personnes qui vont dans leur sens ; visite de sites weeb que je ne citeraient pas, mais qui ne laissaient aucun doute sur ce qu’il cherche, valeurs morales envolées, faut vivre et s’éclater sans penser aux conséquences que cela peut avoir…

          D’ailleurs pour lui les dernières fois que nous avons échangé, il n’y avait plus rien de grave. Sa nouvelle devise “no stress” devise rapportée de notre voyage au Cap Vert, il y a un an, voyage qui je pensais nous rapprocherais, au cours duquel j’ai essayé de le re-séduire, lui faire comprendre que l’on pouvait, en faisant un effort de part et d’autre, repartir sur de bonnes bases. En fait,je partais perdante sans le savoir. Il avait déjà décidé avant que nous partions, qu’il s’installerait chez ELLE début janvier, histoire de passer Noël en famille, les faux semblants je connais aussi ! Mais ça il ne me l’a dit que lors de notre retour avant de me dire qu’il allait consulter un avocat !

          Comme le mari de Sev, il m’a dit ne pas être parti pour “une autre”, mais parce qu’il ne supportait plus la vie que l’on menait, qu’il trouvait qu’il en faisait trop pour me soulager, que je ne répondais plus à ces besoins, qu’il était usé, fatigué… Maniaque et perfectionniste il devenait de plus en plus exigeant et s’est mis la pression.

          Le fait est qu’elle, ELLE est bien là et il a fait le choix de s’installer chez elle, de vivre avec elle. Il est même allé jusqu’à lui présenter les enfants dans les quelques mois qui ont suivi son départ de la maison, sans réfléchir aux conséquences que cela pouvait avoir sur eux ! Lui qui était le premier à critiquer ces comportements chez les autres a eu vite fait d’oublier toutes ses valeurs et ses convictions.

          Et oui les sirènes de la liberté ! Mais quelle liberté ? Comme le dit Louloute, il a simplement déplacé son problème en changeant de maison, de femme, pour l’instant tout est nouveau, donc attrayant, puis il n’a plus la contrainte des enfants, des animaux, de la maison qui est en vente, ils sont dans la phase lune de miel. Mais dans quelques mois, voire quelques années… ??

          Louloute,je comprend ton choix et si il m’avait laissé un doute sur ses intentions en restant à la maison j’aurais surement fait le même. S’il m’avait dit ne pas vouloir divorcer, j’aurais peut-être essayer… Car oui il n’a pas toujours été comme cela. Nous avons vécu de merveilleuses années et il a été un bon mari, un bon père, c’est justement ce qui est encore plus douloureux lorsque je pense à nous et au choix qu’il a fait. Oui mes valeurs sont la fidélité, le mariage c’était “pour le meilleur et pour le pire”… et jamais je n’aurais pu ne serait-ce qu’imaginer divorcer un jour, mais… si je suis la seule à prôner ses valeurs et vouloir sauver mon couple et ma famille, je ne peux rien faire si lui ne le veut pas. Et pour l’instant il a décidé qu’il ne voulait plus partager sa vie avec moi.

          Alors, j’essaie d’apprendre à vivre seule en ne reniant ni ce que je suis, ni les valeurs que je porte, ne serait ce que pour les transmettre à mes enfants. La route sera très certainement longue et douloureuse, je ne pense pas que l’on puisse se remettre complètement de cette épreuve, mais j’espère en sortir plus forte et qui sais être assez forte pour être là pour lui si un jour il avait besoin de moi…

          Nous vivons tous les mêmes tourments face à des personnes qui ont choisi de vivre égoïstement, sans penser au mal qu’ils nous font, qu’ils font à leur famille, dans le seul but de satisfaire leur envie en détruisant ce qui a été construit au cours des années, pour un mirage, une vie meilleure ?

          A tous bon courage

          1. Bonjour Triste,
            ce qui est impressionnant sur ce site, c’est ce que écrit l’un a très bien pu écrire par un autre.
            J’aurai pu écrire mot pour mot ce que tu as publié. Le voyage de la dernière chance, ce qu’il disait à propos de sa maîtresse, de notre vie, de notre couple….Tout…
            J’aimerai t’envoyer ce bouquin. Je l’ai lu et autant qu’il serve.
            Je te laisse mon adresse tibooboo35@gmail.com. ce n’est pas grand chose mais comme un lien que l’on se passera. Quelques moments de lecture pour un peu de réconfort…

    2. Bonjour Triste et Bibou,
      je suis d’accord avec vous, nous avons les mêmes maris. Les mots employés, les situations qu’ils créent, leur façon de parler de leurs maîtresses, tout pareil.
      Accrochage ce matin avant de partir au boulot.
      Pendant des années, j’ai tout fait dans la maison. Avec tout ça, on a essayé de rééquilibrer les tâches. cela a marché un temps. Et c’est reparti pour que j’assume à nouveau tout.
      Financièrement, je suis devenue totalement autonome de lui. Vivre ensemble ou séparément n’a plus aucune valeur. Tout comme toutes les valeurs prônées par le mariage. Mariés ou pas, cela n’a plus aucune valeur.
      C’est en ça que je suis réduite aujourd’hui. Souvent, je me pose la question de savoir si ça en vaut le coup.
      Et jour après jour, il y a des retombés de ses choix de m….!
      Concernant la maîtresse, j’ai appris à mettre de la distance avec cette idée.
      Ce sont des personnes “malheureuses” qui pensent qu’attirer dans leurs bras des hommes mariés est une victoire pour elles.
      Une fois la période “hormonale” passée, je leur souhaite bien du courage avec l’homme qu’elles ont récupéré, qui passera son temps à se plaindre et à vouloir un quotidien qui finira par être le même : payer les factures, s’occuper de la maison, faire à manger, faire la vaisselle…
      Parce que leur mal-être ne sera pas réglé, ils n’ont fait que déplacer le problème et reporter leur souffrance sur leurs conjoints qu’ils jugent responsables. C’est vrai que c’est nous qu’ils ont remplacés. Mais un jour, quand leurs yeux ne seront plus encrassés, il sera malheureusement trop tard.
      Nous faisons chacune nos choix, mais ces choix sont dictés par nos valeurs. Et dans ce monde, même si les valeurs font figure “d’old school”, elles font de nous ce que nous sommes et je n’ai aucune honte à ne pas être comme leurs maîtresses.
      Même si la souffrance est omniprésente, j’attends un lendemain plus beau et plus joyeux. J’espère que tout ce que j’endure et tout ce que je vis en vaux la peine, pour mes enfants et pour moi.
      Je reste avec lui par rapport à l’homme que j’ai connu et aimé, à ce qu’il m’a apporté pendant beaucoup d’années. je sais qu’il n’est plus le même. Il a creusé un fossé immense entre jour. Mais j’essaie de combler ce fossé avec de la bonne terre et faire en sorte que cela diminue de jour en jour.
      Courage…

  10. Mince mon message précédent n’apparait pas..

    Bonjour à tous et toutes,

    Je traverse la même chose. Mon quotidien n’est plus que larmes, douleur, nausées et abandon.

    J’ai 42 ans, une vie de couple de 20 ans, 2 enfants 12 et 15 ans et mon mari est en pleine crise depuis 9 mois et là il est à l’apogée !

    Il m’a annoncé il y a 15 jours qu’il ne savait plus si il m’aimait et qu’il lui fallait du temps.

    J’ai découvert qu’il avait une relation virtuelle avec une femme qu’il a connu à une réunion de travail. Par chance elle ne travaille pas dans le même service ni la même ville (300 kms les sépare).

    Je suppose que c’est pour elle qu’il remet tout en question.

    Que c’est dur de le voir changer un peu chaque jour, de subir ces crises quand il part sans prévenir et qu’il revient 2 h après. Que dire à mes enfants ? Je serre les dents et je les préserve comme je peux.

    Comme vous je l’aime, je le connais si bien et je sais qu’au fond de lui il reste de son vrai lui. Mais ce vrai lui refera-t-il surface un jour ?

    J’ai lu vos souffrances et doutes quotidiens.

    Je ne suis pas seule mais je perds pied

    Merci de m’avoir lue et courage à tous !

    Estelle

    1. Bonsoir, je vais essayer d’exprimer la parole d’un homme qui a traversé une crise et qui s’est réveille lorsque sa moitié a entamé la sienne. Voilà nous avons trois enfants Maries depuis 15 ans et peu de temps après mes 40 ans je me suis senti mal, me suis renfermé, laisse allé, j’étais même désagréable …. Jusqu’au jour environs 6 mois après, ou ma femme m’a dit je me tire après Noël! Ça a été le déclic,nous avons essaye de consulter, j’ai essayé de réparer les dégâts mais je ne fais qu’envenimer les choses…. Elle pris un appart 3 mois plus tard, dépression, perte d’appétit, psy …. Elle gardais tout de même le contact et a force de remise en question personnelle, de réflexion nous avons beaucoup parle et essayons aujourd’hui de rebondir mais même sans tromperie avérée des deux côtés cela n’est pas simple du tout! Nous sommes partis une semaine a l’étranger que tous les deux, une première ! Mais c dur, elle dit vouloir être a 90 % avec moi mais
      Qu’il y a encore 10% d’elle qui n’arrive pas a être bien avec moi . Tout lui manque la maison les enfants, elle dit m’aimer mais a peur de ne pas y arriver….

  11. à vous tous,

    Je suis dans la même galère, je souffre d’être ignorée par mon mari, je prends de plein fouet cette crise qui se prépare depuis de longs mois. Là c’est l’apogée, il m’embrasse sur la jour et se mure dans un silence de plus en plus pesant.
    Nous avons tous les 2 43 ans et en couple depuis 20 ans. 2 enfants de 12 et 15 ans.
    Il a une maitresse virtuelle, une de ces collègues du même groupe de la même société mais qui vit à 300 kms de chez nous.
    Palpitations, nausées, manque d’appétit et douleur sont devenus les quotidiens de ma vie.
    J’ai lui tous vos messages avec attention et je me sens moins seule.
    Dieu que c’est dur
    Bon courage à vous tous

  12. Coucou louloute

    Merci de ton message. Tu sais je t’admire dans ta façon de gérer la situation même si je suis bien consciente que ce ne doit pas être facile tous les jours.

    Tout ce temps qui a passé et détruit beaucoup de choses sur son passage et tu t’accroches tu y crois et tu fais tout pour que ça marche.

    J’ai pardonné une première fois quand il est parti. Quand il est revenu au bout de quelques jours je pensais que le plus dur était passé et que tout ce qui allait se passer serait beaucoup mieux… Un nouveau départ à tous les niveaux. Et ca a été le cas…. Pendant 4 mois…

    Aujourd’hui même si je donnerais tout ce que j’ai pour retrouver ma vie d’avant je n’y crois plus..

    Je te rejoins sur le fait que c’est EUX qui ont un problème un mal être des choses à résoudre. Ca aussi je le lui avais dit bien avant tout ca… Mais non monsieur ne veut rien entendre tout va bien jusqu’au jour où il pète les plombs et part retrouver l’autre (je reste polie) il est amoureux ce n’est pas une histoire de sexe etc et bla bla

    Tu es la seule d’entre nous dont le mari est revenu. Ce que finalement on voulait tous et toutes aussi et ca veut dire que c’est possible que tout peut arriver… Chacun de nous a un seul de tolérance d’acceptation différent mais on s’enrichit beaucoup de l’expérience des autres de leurs choix et de ce que nous on pardonnerait ou pas… Oublier en tout cas pas.

    C’est ce que je souhaite pour chacun d’entre nous avec ou sans notre conjoint mais que tout ca soit arrivé pour une bonne raison… Soit que nous devions en arriver là pour reconstruire soit que nous devions tourner la page et passer à autre chose…

    Je n’ai pas encore ces réponses…

  13. Bonjour Triste

    Je viens de lire ton commentaire. Je me retrouve point par point dans tout ce que tu écris…. Malheureusement pour nous et pour tous ceux qui vivent cette situation.

    Pour moi cela a fait 4 mois 4 long mois que je le vis enfin plutôt je subis car vivre comme cela c’est pas drôle.

    Tous les jours je me demande pourquoi? Et tous les matins je me dis que c’est un cauchemar et que je vais me réveiller…

    Mais non la réalité est là brutale et sans appel.

    Comme toi j’ai envie d’avancer et d’oublier mais le chemin me semble tellement long.

    Je suis passée par toutes les phases et aujourd’hui je suis en colère vraiment. Je lui en veux d’avoir brisé notre famille mes valeurs mes enfants.

    Personne ne mérite un jour d’en arriver là. Tout ça à cause d’une pouf comme tu dis moi je dirais plutôt garce voir pire…. En tout cas qqn qui n’a aucune morale ni mauvaise conscience …. Et qui a eu ce qu’elle voulait…

    Comme toi le mien est toujours sur son petit nuage fait plein de projets et n’est pas du tout prêt à une remise en question. Je pense qu’il ne réalisera jamais le mal qu’il a fait même s’il me dit qu’il en est pleinement conscient….

    Aujourd’hui je ne souhaite qu’une chose qu’il se ramasse et en beauté… Et ce jour là j’espère être assez forte pour être détachée de tout cela.

    Mais malheureuse pour moi ça n’a pas l’air d’être le cas…

    J’ai toujours pensé qu’il devait faire cette expérience avec l’autre car la tentation était là mais je m’étais quand même dit qu’il réaliserait que la passion ne dure pas et que la routine reprendrait bien vite le dessus. Que nos 22 années de vie communes avaient bien plus de poids que tout le reste…

    Comme toi je me suis bien trompée. Je te rejoins sur le fait que c’est arrivé et que quoi qu’il puisse se passer à l’avenir c’est une blessure qui ne se refermera jamais. C’est bien la seule chose dont je suis sûre aujourd’hui….

    A tous ceux qui sont dans notre situation bon courage… Je dis cela mais il nous faut un peu plus que du courage pour accepter cette situation.

    J’ai trouvé une belle citation enfin qui correspond à chacun de nous, Cécile tu la reconnaîtras : ” accepte ce qui est, ne t’accroche pas à ce qui fut et aie confiance en ce qui sera”……

    Un petit message d’espoir pour nous qui souffrons terriblement aujourd’hui mais peut-être moins demain….

    Bonne soirée à tous

    1. Bonjour Triste et Bibou,

      les jours avancent et il y a du mieux.
      Avec le temps, même si la douleur est toujours aussi vive, certaines choses prennent une autre tournure.
      La pouf ou disant le carrément la p…, n’est qu’un prétexte. Le mal-être chez eux est plus profond.
      Le sexe n’est qu’une donnée. Ce n’est pas en l’éloignant de sa p…que les choses iront mieux, si lui n’a pas trouvé les réponses qu’il cherche.
      On a eu un gros accroc il y a qq jours. J’avais fait mon sac, embrassé les enfants…
      Je n’en pouvais plus de cette non-vie qu’il m’offrait.
      Les enfants étaient malheureux mais acceptaient mon départ, comprenaient que j’encaissais trop.
      C’est lui qui est venu me parler, s’excuser et me supplier de rester.
      Je lui ai dit que le jour qu’il comprendra que je ne me bats pas contre lui mais avec lui, je pense qu’on pourra mettre tout ça derrière nous.
      Il n’a pas sombré cette fois ci, il a tenu bon.
      La discussion s’est relancée, et on essaie d’avancer ensemble.
      Que c’est dur, que c’est douloureux, que c’est lourd…

      1. Bonsoir,

        Voilà un moment que je n’ai pas donné de nouvelles… pas de changement, je me fais tout doucement à ma nouvelle vie, sans lui, avec mes enfants.

        Oui comme tu le dis Louloute, le mal est plus profond et la maîtresse qu’un prétexte. Je travaille beaucoup à comprendre et m’aperçois avec le temps que j’aurais pu le prévoir, si seulement j’avais su ce que je sais maintenant. Un gros traumatisme pour nous deux il y trois ans (accident de sa maman, qui l’a renvoyé à l’accident qu’il a eu à 18 ans), un manque de communication, le quotidien ou l’on se dit “on verra plus tard”. Lui s’est surement senti moins aimé, c’est posé des questions sur la vie, sur notre vie, les enfants qui grandissent, la peur de vieillir… Mal dans sa peau (je reste persuadé qu’il est parti sous le coup d’une dépression), envie de séduire de nouveau, savoir qu’il pouvait plaire, avoir une nouvelle sexualité… Moi la tête dans le guidon, sure de notre couple, de notre famille, moins disponible (travail stressant, enfants…), moins attentive, bref le résultat est là.

        De nouvelles rencontres, de nouveaux amis, une femme qui l’a mis sur un piédestal, qui l’a flatté, lui à fait découvrir une nouvelle sexualité (plus d’expérience et l’attrait de la nouveauté) et il a décidé de balayer toutes ses convictions, sa famille, tout ce pour quoi on s’est battu…

        Je suis contente pour toi Louloute que malgré la douleur, la difficulté vous avez réussi à renouer le dialogue et essayer de reconstruire. Je vous souhaite de tout coeur de réussir et de sortir plus fort de cette épreuve.

        Moi je fais mon deuil ; de mon mari, de la famille dont je rêvais, je ne vieillirais pas à ses cotés, nous ne recevrons pas nos petits enfants ensemble…

        Oui Bibou, la colère est là et c’est elle qui me permet d’avancer, de me détacher. Je lui en veux d’avoir tout brisé, de ne pas avoir su parlé, mettre des mots sur son malaise, de ne pas avoir accepté mon aide, d’avoir choisi de partir… 10 mois qu’il est parti vivre chez ELLE. Je ne sais pas si un jour il se réveillera, s’il regrettera.

        Je sais que de mon coté j’ai aussi des torts, que notre relation n’était pas parfaite et que moi même je ne m’y épanouissais pas forcément. Il aurait fallu dialoguer, encore et encore, mais le dialogue était rompu (il n’a jamais était très bavard et encore moins pour les problèmes personnels) et nous n’avons pas su le réinstaurer, il a rejeté toutes les solutions que je lui ai proposé pour sauver notre couple, il était déjà parti dans sa tête, ELLE était là et l’attendait, l’admirait, le flattait et il n’a pas résisté. Il m’a reproché un tas de choses qui n’avaient pas lieu, à réécrit notre histoire, ou alors nous l’avons peut être vécue différemment… pour se trouver toutes les raisons de partir.

        Maintenant je commence à entrevoir une nouvelle vie… Pas facile tous les jours, mais les jours passent et la douleur est moins vive, les sourires et les rires plus fréquents et je pleure moins souvent. J’ai la chance d’avoir la santé, des enfants formidables, une famille sur qui je peux compter et des amis en or. Je commence aussi à regarder autour de moi et à vivre pour moi. Au fond peut être que SA crise sera bénéfique pour MOI.

        Je ne sais pas comment je réagirais s’il voulait revenir, j’essaie de ne pas y penser pour l’instant. Il y a encore quelques semaines je ne rêvais que de son retour, j’envisageais divers scénarios, aujourd’hui je ne sais plus si j’ai envie qu’il revienne. Beaucoup de choses ont été détruites, beaucoup de souffrance, beaucoup de remise en question de ma part, donc forcément beaucoup de changement chez moi.

        Ma plus grande souffrance reste le mal fait aux enfants, et le fait qu’il ne cherche pas spécialement à les voir souvent. Il préfère bien sur passer son temps libre avec ELLE et se contente de leur envoyer des sms ou les appeler de temps en temps.

        Jean-Philippe ou en es-tu ? Il serait plus sain qu’elle quitte la maison, tant pour toi que pour les enfants, si elle est toujours sur son nuage. Il faut qu’elle soit confrontée à la réalité de sa décision et de ses choix.

        A tous, je vous envoie pleins de pensées positives et vous souhaite toujours beaucoup de courage pour affronter cette épreuve. Surtout, quoi qu’il arrive pensez à vous, à votre bien être, à ce que vous souhaitez pour vous et vos enfants.

        1. Bonjour Triste,

          Les jours avancent, 2 pas en avant 15 pas en arrière…
          Dimanche, j’étais au Poste de Police pour signaler sa disparition.
          On a essayé d’avancer… les vacances sont été bien, malgré pas mal de disputes. On avait retrouvé une “complicité” , aussi petite soit elle, mais elle était revenue.
          Depuis qu’il a repris le boulot au mois de septembre, les mensonges ont recommencé. Il disait qu’il allait déjeuner avec des collègues, sans me dire que sa maîtresse serait là. Et je l’apprends par un tiers.
          Il me dit qu’il n’y a plus rien entre eux mais alors pourquoi cacher ces rencontres? Ce même genre de rencontres, qui , il y a une période pas si lointaine, lui servait d’excuse, pour finir à l’hôtel avec elle…
          Cela créé des tensions, c’est sûr.
          Mais voilà, vendredi dernier, cela a dégénéré.
          Il a recommencé à me faire des reproches que je n’ai pas accepté, du genre, que je me la coule douce depuis notre retour de vacances!!!! Et que je n’ai pas payé UNE facture d’électricité.
          Il ne pardonne aucun oubli, même pas involontaire, il ne pardonne rien. Alors, je n’ai pas accepté ses reproches et je le lui ai fait comprendre que je ne tolérai plus ce genre de comportement.
          Les mots sont sortis, dictés par la douleur et la souffrance. Il a commencé à tout faire valser dans la pièce, a pris ses clés et est parti.
          8h, après, toujours pas de nouvelles. Il était devenu dépressif, et prenait de plus en plus de médocs depuis 3 semaines.
          Certains propos (“je vais me pendre, je sais où et comment faire” ou “je vais tout quitter, loin de tout ça”) m’ont fait craindre le pire.
          Au milieu de tout ça, 2 jeunes filles, qui voient leurs parents se déchirer….
          Elles sont allées chez leur grand-mère… J’ai appelé le peu d’amis(ies) qu’il avait en prétextant qu’il avait oublié son portable et ses lunettes pour savoir s’il était chez eux…Et non. J’ai tourné quasiment 2h dans la ville pour voir si je le trouvais…
          J’ai finalement opté pour le poste de police…
          Pendant que j’attendais au Poste, il est passer à la maison 5 mn pour récupérer des affaires et partir à l’hôtel… laissant ses filles dans un état de tristesse immense.
          J’ai appris qu’il avait laissé tomber sa psy depuis juillet et qu’il me mentait quand je lui demandais s’il continuait de la voir…
          Il est rentré…il est là….voici le résultat….
          Triste, je ne sais pas si cette situation est enviable mais la reconstruction, est pire que l’abandon. J’aurai aimé divorcer et tourner la page. Mon quotidien est celui-là.
          Petite note d’espoir…
          Son échappée lui a fait peut être prendre conscience de ce qu’il nous infligeait. Il est rentrer de son escapade lundi, a demandé au médecin de lui faire un arrêt maladie (vue son état, il y avait de quoi), et depuis, il a l’air plus “calme”.
          Jusqu’à quand???

          1. Bonjour Louloute,

            Je suis profondément peinée de lire tout cela. J’espère que ton mari va vraiment prendre conscience qu’il a un problème et se faire aider afin que vous retrouviez une vie sereine. Cela doit être très difficile, pour toi et surtout pour vos filles. Pensez à vous préserver toutes les trois.

            Comme tu l’as si bien souligné, le mal est beaucoup plus profond, il ne s’agit pas d’un simple adultère, d’un coup de tête, mais d’un véritable mal de vivre. Certains comme mon ex mari, décident de tout plaquer et tourner la page pensant résoudre ainsi le problème avec une nouvelle femme, une nouvelle vie. Ils seront très certainement rattrapés par leur souffrance s’ils ne font pas le nécessaire pour comprendre leur mal être et se contentent de rejeter la faute sur nous, leur conjointe. La rupture est brutale, fait mal. Pas de tergiversation, pas d’hésitation entre leur femme et leur maîtresse, ils ont choisi leur maîtresse et ne laisse aucune chance à leur couple.

            Peut-être qu’un jour mon ex mari réalisera ce qu’il a perdu et souhaitera rentrer… ou bien, cette nouvelle vie lui apportera ce qu’il cherche et lui permettra de se sentir mieux. Je ne suis pas dans sa tête… et ne sait pas ce qui est le mieux pour lui. Je me contente de me préserver et de préserver mes enfants, mais nous sommes au tout début de notre rupture… 11 mois seulement ou devrais-je dire déjà 11 mois !

            Cette rupture nous permet de faire un travail de deuil, long, douloureux, mais nécessaire pour nous reconstruire. La psy m’a expliqué que lors d’une rupture, il était nécessaire que chacun fasse son deuil de l’histoire pour se reconstruire… séparément ou ensemble.

            Les reproches que ton mari te fait, son intolérance me renvoient aux reproches que mon ex mari m’a fait pour justifier son départ. Il ne supportait plus rien venant de ma part, tout ce que je faisais, je le faisais (soi-disant) de travers. Je n’étais pas (ou plus) à la hauteur de ses espérances, tout ce que je disais était mal interprété…

            Je comprend ton désarroi, ta colère et ta souffrance face à ses mensonges, ses cachotteries et ses reproches. C’est ce qu’il y a de plus dur à accepter venant de la part d’une personne qui avait toute notre confiance et que nous croyons satisfaite de la vie que nous menions.

            Nous souhaitons si ardemment préserver notre famille, aider notre conjoint, seulement s’ils ne veulent pas de notre soutien que pouvons-nous faire ?

            Chaque situation est douloureuse et difficile à vivre. Nous devons penser à ce qui est le mieux pour nous et nos enfants. Ton mari est revenu, il n’a pas complètement coupé les ponts… il lui reste à prendre véritablement conscience de son état et accepter de se faire soigner pour que vous puissiez reconstruire. Lui seul peux décider de ce qu’il veut, tu peux juste lui apporter ton soutien et ton amour.

            Tu termines sur une note d’espoir, je suis de tout cœur avec toi et t’envoie tout mon soutien moral et amical.

  14. Bonjour à tous,

    Voilà plusieurs semaines que je suis vos commentaires, sans pouvoir y répondre, en effet, je viens d’aménager dans mon nouvel appartement et pas de connexion internet pour l’instant et plus d’ordinateur. Je profite d’un passage chez mes parents pour vous donner quelques nouvelles.

    Pas facile d’aménager seule, j’ai été submergé par un sentiment d’abandon, de solitude, de colère… bref une nouvelle étape dans mon parcours. En plus de faire le deuil de mon couple, je dois aussi faire celui de ma maison, du confort matériel que j’avais… Apprendre à tout gérer seule. Bien sur je suis entourée et mes amis m’aident, mais ils ont leur vie, leur famille. Mes enfants sont également un grand réconfort, et bien que j’essaie le plus possible de ne pas craquer devant eux, cette semaine je n’ai pas pu m’en empêcher, je m’en veux et en même temps je sais qu’ils comprennent.

    Je ne sais toujours pas si j’ai fait le bon choix en partant et en le laissant vivre son histoire. Parfois je me dis que j’aurais dû rester, garder le contact, autrement que par mail uniquement, être forte comme Louloute. Puis je me dis que cela n’aurait rien changé si ce n’est m’empêcher d’avancer… et peut-être finir par nous faire encore plus de mal à l’un comme à l’autre. Je me suis battue pendant 4 mois pour qu’il change d’avis, essayer de le raisonner, rien n’y a fait… je ne voulais pas me perdre et surtout pas renier mes valeurs.

    Hier j’ai vu ma psy. Je lui ai dit qu’il me manquait, que j’avais toujours espoir que notre histoire ne soit pas terminée. Elle m’a dit que c’était normal, que le travail de deuil est long que j’ai le droit d’être triste, de lui en vouloir et que l’on ne peut pas effacer ses sentiments comme cela. Elle m’a bien dit qu’il vivait sa crise de milieu de vie, mais que j’étais impuissante face à cela. Que je ne devais pas l’attendre, faire abstraction de sa maîtresse et vivre pour moi, en fonction de mes valeurs et de mes priorités, en l’occurrence mes enfants.

    De lui je n’ai que très peu de nouvelles, je sais qu’il est allé rejoindre sa maîtresse la semaine dernière. Il a vu ses enfants dimanche dernier en se rendant à Perpignan et a passer la journée avec eux. Il m’a envoyé un bref sms pour mon anniversaire jeudi.

    Voilà un an qu’il m’a annoncé qu’il voulait me quitter, neuf mois qu’il est parti, 4 mois que nous n’avons plus de contact hormis par mail pour les enfants et les finances. Et pour l’instant il est toujours sur son petit nuage, fais des projets d’avenir avec elle, projets que nous avions avant sa “crise”.

    Louloute, Cécile, Nathalie, Jean-Philippe, Laurent et les autres, à tous je vous renouvelle mes encouragements pour traverser cette période difficile. Dans l’attente de vos nouvelles

    1. Bonjour, Triste,
      je ne suis pas un grand écrivain mais lorsque je te lis, j’ai l’impression de me regarder dans un miroir.
      Je sais que tu viens chercher du réconfort, mais je suis comme toi, au fond du trou. Je hais ma femme et je l’aime encore, je lui en veux comme ce n’est pas possible. Elle aussi sur son nuage, fais comme si de n’était, pas de sentiment de culpabilité, rien.
      elle pense à son aventure, à son amant dès que j’ai le dos tourné, tout ce qui la raccrocher à lui , elle s’y raccroche, musique, internet…. elle m’ignore…
      Je pense que l’on va divorcer à l’amiable mais elle ne trouve pas ce qu’elle veut, bien sûr d’un côté elle reconnait son aventure et me dit qu’elle ne veut pas de mon argent pour se refaire sa vie mais d’un autre côté elle veut une belle maison et une neuve en plus. Mais l’argent ne pousse pas donc je suis obligé d’attendre qu’elle est trouvé son bonheur sur le terrain et donc de vivre avec elle, la voir la supporter car les enfants sont là et je ne veux pas qu’ils en patissent

    2. Bonjour à tous,
      quelqu’un sur ce site disait que si on vient s’épancher ici, c’est que la douleur est encore présente…
      Je suis en avance par rapport à vous. Il est rentré, il dit qu’il veut reconstruire,il dit qu’il a honte et qu’il n’est pas fier…
      Mais la reconstruction est difficile. Un pas en avant, 5 pas en arrière.
      Il est allé voir le médecin qui lui a diagnostiqué une dépression, …Dépression qui a entraîné ses idées noires, la crise existentielle, l’infidélité…aujourd’hui, accentuée par le constat du mal qu’il a fait. comment s’en sortir? c’est comme un serpent qui se mord la queue.
      Je fais tout pour que la reconstruction fonctionne, à coup de thérapies, pour lui, pour moi, pour nous, …j’essaie d’oublier de pardonner, de reprendre une vie “normale”, et il y a des jours où ça va…il suffit de 2 jours de “paix” pour avoir une semaine de déprime profonde avec mise à distance, ne plus se parler…
      Je lui ai encore proposé de divorcer, pour qu’il aille vivre avec sa maîtresse, qu’il voit tous les jours, mais elle ne veut plus de lui alors, il est malheureux. Mais que faire? les mots qu’il a dit pendant sa crise ont été si durs, …
      Il me demande pourquoi le fait qu’il m’ait trompée reste si présent chaque jour en moi… je lui ai dit que l’infidélité est pour moi quelque chose de difficile à accepter, comme un athée que l’on force à avoir une religion et dont on lui dit que ça lui fera du bien, même si c’est contre tout ce auquel il croit!
      Alors, on ne se parle plus… il me dit que je le ne crois plus.
      Avant qu’il me trompe, les silences pouvaient signifiaient qu’il avait du travail ou qu’il était en réunion. Aujourd’hui, les silences sont synonymes de tromperie et de mensonges.
      Il a changé nos vies mais pas en bien. J’ai voulu qu’il revienne mais aujourd’hui, je suis encore bien malheureuse. On essaie de reconstruire sur de nouvelles bases, mais rien n’est solide.
      La douleur est omniprésente, les doutes, la méfiance et la peur.
      Je voudrais ne plus angoisser et passer sereinement ma vie à reconstruire mais j’ai en face de moi, un inconnu, mal dans sa peau et dans sa tête, incapable de se relever…est-ce que ça vaut la peine de récupérer quelqu’un comme ça? Quelqu’un qu’il faut porter tous les jours? L’aider à assumer son infidélité? ses mots, son comportement et l’homme qu’il est devenu? Faut-il tout accepter?
      Je ne sais pas, je ne sais plus… J’aimerai trouver cette force qui me permettrait de laisser tout ça derrière moi, mais les larmes continuent, encore et encore. La douleur est tellement présente, …la page n’est pas tournée.

      1. Bonsoir Louloute, bonsoir à tous/toutes…
        C’est réconfortant de vous lire, et dur à la fois..; réconfortant, parce qu’on se sent compris dans sa douleur. Dur, parce que malheureusement ce n’est pas bien gai, ni chez les uns ni chez les autres…
        Qu’on soit séparés ou pas, qu’on essaie de reconstruire ou pas. Ce soir je me pose 1 question : est-ce que quelqu’un ici a trouvé quelques “remèdes” pour oublier petit à petit l’amour pour son conjoint, d'”accélérer” en quelque sorte le processus naturel, pour arrêter ou diminuer cette souffrance infernale. Certains jours je voudrais tant ne plus l’aimer, je regarde toute la souffrance qu’il a semée par ses actions, j’aimerais me l’arracher du coeur – et je n’y arrive pas encore. J’ai l’impression aujourd’hui de voir plus nettement ses “défauts”, certains traits de son caractère me semblent exacerbés et difficilement supportables – mais en même temps je sais qu’il suffirait qu’il revienne avec des mots tendres pour oublier. Ou est-ce que je me trompe totalement, Louloute, et ce serait très difficile comme toi ? De ce que tu dis j’ai l’impression que c’est vraiment TON mari qui a besoin d’aide, et qui sabote vos efforts de reconstruction par sa dépression ? Je te comprends tellement quand tu parles de l’infidélité. Je me suis maintes fois demandée comment on pouvait restaurer de l’intimité avec quelqu’un qui nous a été infidèle, si les images n’étaient pas plus fortes que la raison ? Ca fait tellement de mal de les imaginer ensemble. Et dans ton cas, ne lui as-tu pas demandé de changer de travail ? Ca doit être tellement horrible pour toi de les savoir ensemble pour le travail, en ne sachant jamais jusqu’où ça peut aller… Je ne sais pas, je ne sais plus, toute cette crise a bousculé mes croyances les plus profondes… Je vous souhaite bon courage à tous… Ce serait chouette d’avoir les avis d'”anciens” de ce site – s’ils s’en sont sortis, comment ils se sentent aujourd’hui, s’ils ont retrouvé le bonheur, avec ou sans leur conjoint… Si vous nous lisez et que cela est votre cas, nous serions tous heureux je crois de connaître vos expériences :o))) Bonne soirée…

      2. Bonsoir,

        Voilà un petit moment que je n’ai pas pu venir et prendre connaissance de l’avancée de vos vies.

        Louloute, j’imagine à quel point cela doit être difficile. Reconstruire alors que la confiance a été brisée, qu’il y a eu tellement de mal de fait,de douleur et de remise en question. Qu’il pense toujours à sa maîtresse, mais n’accepte pas non plus de divorcer, qu’il ne puisse pas comprendre qu’il est difficile d’oublier que cette histoire a laissé des traces dans vos vies. Comme le dit Cécile il semble que ce soit lui qui est besoin d’aide. Toi tu as surtout besoin de te protéger.

        Je l’ai déjà dit, mais pour ma part je ne peux pas attendre qu’il redescende sur terre, le suivre dans sa dérive, le voir amoureux et se comporter comme un ado. Et même si un jour il descend de son nuage, nous aurons tous les deux tellement changé. Il voulait que je change et m’a reproché de ne pas avoir su changé comme il l’aurait voulu. Maintenant j’ai changé, du moins je suis en cours de transformation… mais je ne suis pas sur que cela lui plairait davantage. Et oui désormais je sais que je dois davantage m’affirmer et je n’attend plus rien de lui. Moi aussi cette crise m’a fait me remettre en question.

        Toujours triste, mais triste de la relation que nous avions et qu’il a brisée, triste d’avoir perdu mon idéal de la famille, triste pour mes enfants qui n’ont plus leurs parents unis et que leur père néglige au profit de sa Pouf, triste pour mes petits enfants à venir (j’espère) qui n’auront pas la joie de grandir avec des grands parents unis, tout ce que moi j’ai connu et qui a fait mon bonheur lorsque j’étais enfant.

        Par moment la colère et la rage prennent le dessus, et m’aident à me détacher. Il semble toujours sur son nuage, fait des projets avec elle, continue à se comporter comme un ado et semble avoir définitivement fait un trait sur notre vie, sur nous… Je me dis qu’il est encore trop tôt pour qu’il réalise ce qu’il vient de perdre, peut être même ne le réalisera t-il jamais.

        Oui ce serait chouette d’avoir l’expérience des anciens, comme celle dont Louloute nous fait profiter, voir comment chacun a pu évoluer, se reconstruire seule ou avec son conjoint, si l’on peut pardonner ou bien tourner la page et continuer à vivre. Pour l’instant la plaie est tellement grande, la douleur toujours présente, même si elle s’atténue un peu certains jours. Malgré mon avancement et mon envie de me reconstruire, j’ai l’impression que quelque chose en moi c’est brisé et ne sera jamais réparé, une blessure à vie.

        Je vous souhaite à tous beaucoup de courage

  15. Bonjour à tous,
    Merci Nanou, merci Cécile pour vos messages, pour le partage de votre expérience et vos conseils.
    Chaque jour apporte son lot de surprises et de déceptions. Quand je pense avoir fait un pas en avant le lendemain je me rends compte que nous avons fait trois pas en arrière. Le traitement commence à faire effet, je me sens mieux et recommence à manger. Le week end n’a pas été trop mauvais car nous avons décidé de faire une pause dans nos discussions, mais hier pffff, je ne sais pas si c’est qu’il a reprit contact avec elle ou quoi mais nous sommes passés d’un “j’ai envie de te dire que je t’aime, pas comme tu le voudrais, pas comme tu le souhaiterais, mais réellement, sincèrement ” ds l’après midi à un “l’amour pour moi ne se résume pas qu’à une vie de couple “à un “je ne vais pas partir, j’essaye de savoir reellement ce que j’éprouve je souhaite être “prudent “, Je ne veux pas balancer des trucs sans être certains de ce que je ressens réellement “à un “je ne t’aime plus assez pour pouvoir continuer une vie de couple avec toi, je serai je pense peut être plus heureux tout seul” 5 ou 6 heures plus tard… le coup de massue ! Je lui ai dit que ce n’est pas ce que je veux, que je ne suis pas prête et lui me répond que lui non plus n’est pas prêt, mais que faire ? Nous sommes dans une impasse. Je lui explique que je ne comprends pas, en 1 mois nous sommes passés du “je veux préserver ma famille, à je ne sais plus où j’en suis, à je veux vivre seul et hier à un je ne t’aime plus pour continuer notre vie de couple. Qd je lui dit ne pas comprendre cette évolution, comment en 1 mois il peut passer par toutes ces étapes, il me répond qu’il s’en rend compte progressivement. Qu’il y pense bcp, toute la journée et que ce qu’il veut c’est vivre seul, il ne veut plus d’une vie de couple. Et après il me dit mais ça c’est maintenant, mais demain ? Et le lendemain on décide de prendre le temps, de se laisser du temps pour y voir plus clair. Je suis complètement perdue. Je veux me battre, de toute mes forces pour notre couple, notre famille mais lui ? Il a rendez vous avec son psy aujourd’hui, je me demande chaque jour ce que je vais apprendre de nouveau…
    J’ai décidé de me protéger, de vivre, comme je peux, de penser à ma fille. Je nous donne jusqu’à la fin de l’année pour voir où nous en serons, pour laisser aussi le temps à sa thérapie de faire effet (en 3 séances je ne pense pas qu’il puisse déjà avoir des réponses à ses questions existentielles ) pour nous laisser aussi du temps. J’ai mis des limites à tout ça concernant surtout ses propos. J’attends une réponse, nous verrons bien.
    Je souhaite à toutes et tous bon courage parce que cette périodes est pour nous tous vraiment pénible.

    1. Bonjour Fanny, surtout ne baisse pas les bras. Il est encore là ! S’il n’y avait plus rien entre vous, il serait déjà parti. mais ne le materne pas non plus, c’est un grand garçon. Moi c’est ce que j’ai fait, j’ai voulu être super compréhensive, mais je n’ai fait que le retarder dans le cheminement de son mal être. Prenez du temps pour vous 2, propose lui un petit week-end, sans lui mettre la pression. Nous, c’est ce que nous avons fait. Il a besoin de retrouver sa femme, et ne plus vivre qu’avec la mère de sa fille. Je sais que c’est facile à dire ! Le dialogue est hyper important. Il te dit :”je serai, je pense peut-être…..” que du conditionnel, il n’est pas si sure de lui ! les séances chez le psy vont lui faire prendre conscience de beaucoup de chose. Moi, il a fallu qu’il y est un élément déclencheur pour qu’il prenne conscience qu’il risquait de tout perdre pour un fantasme. Quand je lui ai dit, c’est plus vivable maintenant part, il a eu peur. Mais surtout pense à toi, je sais que ce n’est pas facile! je suis bien placé pour le savoir. Je te souhaite bon courage

      1. bonjour Nanou,
        j’en suis exactement à ce point, j’ai tout essayé rien ne la fait diverger de son choix de partir, elle est toujours là, profites de l’aspect financier et maison, elle a reçu un mail de son ex patron qui lui dit qu’elle lui manque (il n’y a rien eu je pense avant car il est marié (et n’a pas divorcé) et a du hesiter mais la il revient à la charge et ma femme en est très contente est radieuse (elle a laissé sa messageir ouverte c’est pour cela que je l’ai lu)
        Malgré le fait qu’elle ait laissé un peut être la fois où nous sommes allé voir la psy en mars, je pense qu’elle est vraiment décié à partir (et à me tromper) dès qu’elle aura quelqu’un sur qui compter. SI je la délaisse un peu elle pense que je lui fait la tête, si je suis près d’elle je l’insupporte (elle n’est pas désagréable mais ne me parle que de ‘lintendance, des factures, des choses du quotidien, jamais une caresse, un petit geste qui pourrait laisser penser qu’elle souhaiterait que ça recolle
        Je suis là en attendant mieux…c’est hyper difficile de se positionner , je ne sais plus comment agir.
        Etre agréable avec elle la conforte dans son petit confort, ne plus s’y intéresser elle s’en fout, elle cohabite avec son hypocrisie en étant “gentille” alors oui c’est insupportable, usant, épuisant à la longue.
        J’ai la lettre de demande de divorce : d’un coté je me dis que je devrais la lui donné et couper dans le vif en ce qui me concerne, d’un autre j’ai espoir en un miracle qui n’arrivera pas, en gros je n’ai pas le courage de la lui donner, oui j’ai peur pour mes enfants et de la perdre même si je l’ai déjà perdu sentimentalement de coeur et d’esprit.

  16. Coucou à tous

    Merci pour vos gentils messages…. C’est réconfortant de savoir que l’on peut se soutenir dans ces moments affreusement difficiles!

    A la lecture de vos témoignages je suis quand même surprise de voir pour celles qui ont consulté un psy ce que ces derniers racontent…. Alors oui on doit faire le deuil de notre couple passé c’est logique… Par contre sous prétexte que la société actuelle est comme ça… Frivole et sans aucune morale on doit renier toutes nos valeurs??? Le couple la famille un engagement pour la vie… Je me suis mariée il y a presque 20 ans et oui je croyais à tout ça… Bon vu la tournure des événements c’est clair qu’on se remet en question mais fondamentalement on ne changera pas….. J’ai hésité à consulter vu mon état et finalement j’ai choisi l’avocat…. Juste pour me protéger et pas du tout de gaité de cœur…. C’est le début de la fin quelque part et c’est tellement dur à admettre! bref tout ça pour dire qu’il y a encore sur cette terre des gens qui ont des valeurs et que au final on ne fait que subir cette situation…. Tout mon entourage ne me dit que ca tu verras ça ira mieux tu vas rencontrer quelqu’un d’autre etc… Et finalement ca m’énerve plus qu’autre chose car pour certains on dirait que finalement c’est rien tout ca et oui on peut passer à autre chose… J’aimerais avoir cette force peut-être que cela viendra mais au final les seules personnes qui te comprennent ce sont celles qui ont vécu la même chose que toi… Courage à tous !

    1. Bonjour Bibou,

      Il ne s’agit pas de renier nos valeurs mais d’ouvrir les yeux sur le monde actuel. En cas de divorce, l’adultère n’est plus reconnu comme une faute. Cela nous fait du mal, il y a des hommes et des femmes qui se comportent comme cela car la société le permet aussi. ce ne sont pas nos valeurs, ce ne le sera jamais les leurs.
      La psy m’a dit aussi qq chose que je n’avais pas envisagé. Quand il m’a trompée, ce n’était pas contre moi mais c’était pour lui.
      Il voulait “se faire du bien”, il cherchait une raison à son mal être et les hommes pensent souvent qu’en satisfaisant leur sexualité, ce serait LA réponse à leur mal être et une maîtresse est souvent la solution rêvée, car il n’a pas vécu avec elle tout ce qui fait notre quotidien.
      Le temps fait son oeuvre, ça je peux te le garantir.
      Quand il nous a quitté pour sa maîtresse, on a eu le e1r jour sans lui, le 1er we sans lui, les 1ères vacances sans lui…et la vie continue et ça passe. Puis, il est revenu. cette paix que nous avons retrouvé avec mes filles a volé en éclat. Le mari de sa maîtresse a imposé leur séparation, il est rentré “la queue” entre les jambes, pour avoir une nouvelle chance.
      Et cette chance n’est pas facile à donner…ça aussi,je peux te le garantir. Le mal qu’il a fait est tellement présent…
      Et aujourd’hui, il s’est rendu compte de l’absurdité de ses actes, d’une femme à qui il a dit “je t’aime plus que tout” mais qu’il ne connaissait pas au fond, au mal qu’il a fait aux enfants, aux amis qui le regardent différemment…
      Et moi, une âme en peine qui cherche à se reconstruire…Mais on avance et nous sommes encore tous les 4 ensemble.
      Le temps fait son effet et il m’arrive parfois de sourire.
      Si tu veux que l’on s’écrive, n’hésite pas.
      Bises

    2. bjr a tous
      voila un moment que je n’ai pas écrit sur le site, mais je lisais vos réponses et cela faisait du bien. je reviens sur ma situation. Voila maintenant 3 mois que mon mari m’a annoncé vouloir reprendre sa vie en main, vivre pour lui et au jour le jour. Voila 3 mois que je lutte comme vous tous pour reprendre ma vie en main. Après avoir perdu 10kg en 3 semaines j’ai réalisé que ce serait très difficile car ma tête veut avancer mais pas mon corps, ni mon coeur. Je pensais qu’en laissant passer l’été, et en prenant du recul il reviendrait sur sa décision, mais après avoir appris qu’il y avait une tierce personne, je réalise un peu plus chaque jour que c’est peine perdue. J’ai 43 ans et lui 50, et pour lui il est arrivé a un cap de sa vie ou il doit la reprendre en main et ne penser qu’à lui. Sa conquete contrairement a tous est plus agée que moi, 48. il me dit donc que ce n’est pas le démon de midi, c’est simplement reprendre sa vie en main ET elle s’est trouvée sur son chemin sans qu’il n’y ai de jeu de seduction, il n’a rien vu venir sois disant, il n’a rien a me reprocher si ce n’est cette routine qui nous a petit a petit ensevelie. il est partie vivre chez sa soeur depuis fin aout, en attendant que notre appartement soit vendu et comme tu dis louloute, 1ere rentrée sans lui, 1er week end sans lui…. c’est tres dur, mais on est obligé de continuer. Et c’est assez paradoxale, je suis tres entourée, et je me sens pourtant si seule sans lui à mes cotés.
      Mais finalement, c’est mieux ainsi, je souffrais trop de cette indifférence, j’etais trop dans l’attente d’une attention, d’un rapprochement et de le voir partir en week end avec elle, puisque biensur, certains soirs il ne dormait pas chez nous, et les week end ils partaient.
      Voila donc 10 jours que je vis avec mon fils une nouvelle vie dans laquelle je m’efforce d’accepter la situation car nous n’avons pas le choix si ce n’est d’accepter, de subir.
      Grace a une amie qui est therapeute, je me suis tournée depuis ces 2 derniers mois vers la meditation, la pensée positive, le lacher prise.
      Et franchement cela m’aide beaucoup a relativiser et a voir ce qu’il y a de positif dans ma vie (j’habite une belle région (cote d’azur), j’ai la santé ainsi que mon fils, j’ai un travail…)au lieu de voir que le negatif.
      Vivre l’instant présent, c’est l’essentiel pour avancer. Je sais que ce n’est pas simple car ce n’est pas dans nos habitudes, on a besoin de se projeter, je lis beaucoup sur tout ca et ca m’aide a ne pas culpabiliser et a penser a moi.
      Car c’est ce qu’il faut, penser a nous, car eux, ne pense qu’a eux.

      ils sont dans une forme d’égoisme qui fait qu’on ne les reconnait plus, et cela doit plus nous aider que nous mettre dans la peine.
      Il faut du temps mais ce temps est notre allié si on l’utilise a bon escient. Ne cherchons pas a se demander si il reviendra ou pas, l’avenir personne ne le connait.
      Construisons le cet avenir en positivant sur chaque jour qui nous mene vers lui, en prenant soin de nous, en acceptant la situation. Cela ne veut pas dire d’etre fataliste, ni de baisser les bras, mais de croire en la vie, de lui faire confiance et que demain sera forcément meilleur, avec lui ou sans lui.
      Bon courage a tous, j’avance comme vous tous certains moments sont difficiles et il m’arrive de craquer et pleurer, mais de moins en moins…. pas parce que je souffre moins, mais parce que j’ai décidé moi aussi de penser a MOI ;)…. nathalie, delphine et les autres j’espere que vous allez mieux.
      A bientot

      1. Bonjour Sev,

        Je suis malheureusement dans le meme cas que vous toutes (et tous).
        Habitant comme toi la Cote d’Azur, je me demandais si tu accepterais que l’on se rencontre, car discuter par écrit m’est aujourd’hui très difficile. J’ai beaucoup de mal à digérer cette rupture inattendue qui brise ma vie, celle de mes enfants et de notre entourage proche (mes parents, mes beaux-parents…). Je suis au fond du trou et en lisant toutes vos histoires, je me sens moins seule face à ce tsunami qui a tout dévasté en l’espace de 10 secondes…
        Merci pour vos conseils, et bon courage

  17. Bonjour,
    En lisant tous vos messages, je me rends compte que je ne suis pas seule…mon mari m’a annoncé à la fin de l’année dernière qu’il était retombé amoureux d’une ancienne amie qu’il n’avait pas vu depuis 30 ans. Nous en avons bcp discuté, avons fait le choix d’essayer de sauver les meubles parce que oui, tout n’allait pas bien dans notre couple, et j’ai découvert il y a 1 mois qu’ils correspondaient toujours et ce depuis avril (ils ne se sont vus qu’une fois fin novembre ds un café et nous n’habitons pas la même ville, ils n’ont des échanges que par mails (3 appels de 5 min).
    Suite à cette découverte, mon mari m’a annoncé qu’il ne se sentait pas bien depuis un moment, qu’il avait besoin de faire un point sur sa vie, qu’il était perdu, ne savait pas où il en était, que le problème était général et que cette “histoire” était un révélateur et non une cause.
    Depuis un mois il voit un psy une fois par semaine, il me dit chercher toujours des réponses, doit il partir où rester, est ce que la vie qu’il a est vraiment celle qu’il veut… Je lui ai proposé de partir et de vivre cette histoire avec cette personne, mais il ne veut pas, il dit qu’il a peur de se rendre compte ds 3,6 mois, 1 an qu’en fait c’était un coup de folie et d’avoir gâché la vie de tout le monde pour rien. Il me dit qu’il m’aime tjs, pas comme avant, il n’est plus amoureux, mais à tjs des sentiments. Il n’a plus de contact avec elle depuis 3 semaines et je vois que ça le peine, et ça me tue ! Comment être amoureux de qq un avec qui on parle par mail, à qui on envoie des poèmes et des photos ? Ce n’est pas la vraie vie ! Pourquoi alors qu’il en avait l’occasion ne l’a t il pas vu ces derniers mois et que là il ressente le besoin de la voir ? Il souhaite vivre seul, il ne veut pas déménager, il me dit qu’aujourd’hui il a la certitude de l’aimer, mais demain ? Il pense que peut être elle l’a simplement aidé à un moment où il en avait besoin et il dit devoir faire un choix, mais avoir besoin de temps. Mais en attendant, nous vivons à couteaux tirés, nous nous déchirons, nous ne parlons que de ça (d’elle surtout alors qu’il me dit que ce n’est pas ça le pbl principal ). Comment savoir où j’en suis ? Je suis allée ce matin chez le docteur, elle m’a prescrit qq chose j’attends de voir. Mais je ne sais pas quoi faire. Partir et essayer de me préserver et de préserver notre fille pu bien rester et me battre, essayer se sauver ce qui peut encore l’être…j’ai l’impression que ma vie m’échappe et que je ne sortirai jamais de cette impasse. Lui me dit être dans un mauvais rêve et avoir envie de se réveiller. Il me dit lutter contre ses sentiments, mais ils sont tjs là, ceci étant ils ne vont pas disparaitre en un claquement de doigts…je suis comme vous, je me dit (et lui aussi d’ailleurs ) qu’il aura peut être un déclic à un moment. Mais en attendant, on ne sait pas combien de temps tout ce ceci va durer. Et je suis jalouse, c’est une horreur ca me bouffe !
    Et même s’il trouve des réponses à ses questions, qui me dit que cette personne ne reviendra pas sur le tapis ds 6 mois, 1 an, 3 an ?

    1. Bonjour à tous, bonjour Fanny,
      Je te lis et je pense à fameux “Je t’aime mais je ne suis plus amoureux de toi” de Andrew Marshall dont nous avons parlé les derniers mois.. On sent la détresse, les interrogations, voire un brin de colère dans ce que tu racontes aujourd’hui..Et c’est bien normal. J’ai eu envie de t’écrire pour t’encourager. Ton mari se pose beaucoup de questions, toi aussi – mais de ce que tu dis il semble se remettre beaucoup en question, tenir à toi et à votre famille, essayer de lutter contre ses sentiments, ce qui n’est pas facile. C’est déjà ENORME, tu sais. Mais pour l’instant il est là, n’est pas parti, et vous PARLEZ. C’est le principal et tout n’est pas perdu, bien au contraire. Vous avez peut-être besoin d’aide, tous les 2, ensemble, pour parler de manière apaisée, et aussi avancer dans la discussion, car des fois on tourne un peu en rond. Si tu tiens à lui et à votre famille, bats toi. Et s’il est prêt à se battre avec toi, tout est permis…
      Quand mon mari m’a annoncé qu’il ne m’aimait plus que comme la “mère” et plus la “femme”, qu’il avait rencontré quelqu’un, je lui ai aussi dit “vas jusqu’au bout de cette histoire, je garde la porte ouverte pour le moment”. Je pense que c’est une erreur. Parce que tu sais, une fois qu’on est engagé dans ce chemin-là, beaucoup de mal est fait, et il est très dur d’en revenir ou d’en sortir indemne. Je pense qu’aujourd’hui je ne réagirais pas pareil… sans que je sois persuadée que cela aurait changé quelque chose, du moins pour moi :o((
      Je te souhaite beaucoup de courage pour les prochaines semaines et les prochains mois..
      Cécile

    2. Bonjour Fanny,
      je te lis et me retrouve il y a quelques temps. Comme beaucoup sur ce site nous vivons face à quelqu’un que nous n’avons pas l’impression de connaître. Il y a quelques mois de cela, nous étions un couple pris dans l’engrenage des habitudes sans communication et pleins d’incompréhension. Donc début d’année difficile face à un conjoint agressif et qui cherche la dispute dès que possible. mais je ne rentrais pas dans le jeu. fin mars, alors que nos filles nous relançaient sur le mariage, il dit méchamment que de toute façon c’est des conneries et qu’il n’y croit pas. ce n’était pas la première fois mais pas comme ça. Moi fatiguée, je prends moins bien les choses et m’isole. il me rejoint, s’excuse et m’annonce qu’il ne sait plus ou il en est qu’il a rencontré quelqu’un mais qu’il ne m’a pas trompé. le coup de masse !!! j’essaie de lui faire dire de qui il s’agit. il refuse me dit que cela ne sert à rien. mais je sais qui c’est ! quelqu’un qui a toujours été présente dans notre couple indirectement. Sa première relation avec qui il a été pendant deux ans. cela dure depuis 3 mois, c’est lui qui a repris contact, au début pour avoir des nouvelles, puis lui mal dans sa peau et dans notre couple, elle qui ne l’a jamais oublié ! s’ensuit un délire total par sms et téléphone, avec des projets d’avenir etc…Il pleure me dit qu’il ne se comprend pas, lui si rationnel ! va suivre un mois de délire, avec des “je sais pas, je sais plus…je veux pas te quitter mais elle non plus” je sais pas comment j’ai tenu le coup, pour mes filles sans doute ! je vais te faire court, parce que tous les jours c’était de la folie. Voyant qu’il y avait quand même encore des sentiments, j’ai décidé de me battre…et ça n’a pas toujours été facile. je me suis remise en cause, parce que je savais que je n’avais pas toujours présente auprès de lui. et là, je lui ai aussi balancé tout ce que j’avais sur le coeur. Il faut impérativement que tu te préserves, il n’y a pas que lui. je te dis ça parce que moi, je n’ai fait que penser à lui, j’ai voulu le préserver et j’en paye le prix indirectement. Vois une psy qui va t’aider à y voir plus clair. Les semaines ont donc passé, avec toujours des je sais pas, je sais plus…jusqu’au jour ou je l’ai mis au pied du mur, il faut savoir qu’ils s’étaient vu une fois, il était sensé lui dire qu’il ne nous quitterait pas. Elle l’a manipulé (puisqu’elle avait fait une croix sur son couple ! son ami ne la touchait plus depuis 6 mois, ce qui était loin d’être notre cas) il est revenu et à nouveau il était perdu. Je l’ai donc mis au pied du mur en lui disant : c’est elle ou moi ! si tu n’es pas capable de prendre la décision, je la prends pour toi !” il s’est mis à pleurer en me disant que je ne pouvais pas lui faire ça. que de toute façon s’il partait, il reviendrait. je lui ai dit que cela ne fonctionnait pas comme ça. ce soir là, il est parti et a fait une tentative de suicide(ou un appel au secour) Il a passé quelques jours à l’hôpital, vu un psychiatre. Celui ci lui a demandé si il était prêt à prendre le risque de vivre quelques choses “une histoire de c..” qui va durer 1,3,6 mois voir 2 ans, et que statistiquement parlant ne durera pas ??? non il n’était pas prêt à prendre le risque. Depuis il est suivi par une psy, et à un traitement antidépresseur. Il a décidé de rester, mais moi la condition c’était plus de contact. NORMALEMENT ils n’en ont plus. Mais je me refuse à le pister. Le plus important c’est qu’il ne t’ai pas tromper physiquement. Essayer de prendre du temps que pour vous, dialoguer au maxi, mais ne te complais pas en lui. TU es importante. On n’oublie pas. Tous les jours, cela me mine, je vois une psy également. Il n’y a que le temps qui puisse nous aider. N’hésites pas à revenir vers moi si tu as besoin

    3. Bonsoir,
      A l’aube de mes 48 ans et après 22 ans de vie commune ainsi que 3 enfants. J’ai découvert que mon mari n’était plus celui que je connaissais. Je pensais que son mal être était la conséquence de son licenciement brutal en février dernier. Je l’ai soutenu et accompagné dans ce moment difficile. Seulement, son comportement que je pensais du à une dépression, n’a fait que s’empirer. Il a retrouvé rapidement du travail. Pour moi, il quittait un travail très prenant et stressant pour un où il pourrait consacrer plus de temps à sa famille et sa femme mais également profiter plus de la vie. Seulement, je me trompais. Son mal être n’a fait qu’augmenter. Prétextant des raisons professionnelles, il partait de plus en plus en déplacement, pour finalement n’être quasiment plus à la maison de la semaine. je ne comprenais plus son fonctionnement et le fait qu’il puisse négliger ainsi sa famille pour son boulot après ce qu’il venait de vivre. N’avait-il rien compris ? Sa priorité restait encore le travail ? Après plusieurs discussions avec lui, j’ai fini par comprendre qu’il me cachait quelque chose. Evidement, dés que j’en ai eu l’occasion, j’ai pris ses 2 téléphones portables afin de vérifier si mes craintes étaient fondées, jamais durant toute notre vie commune je ne l’avais fait, ma confiance en lui était totale. Et là Bingo, j’ai trouvé les messages et échanges de photos avec une jeune femme (15 ans de moins que lui), messages dans lesquels il lui disait être tombé follement amoureux, de trouver en elle une écoute et une complicité. Alors qu’à la maison, il était complétement fermé et dans la non communication, sans joie de vivre, il lui envoyait des photos tout sourire en indiquant “le beau gosse” ou “toujours aussi jeune”. en découvrant cela, tout s’écroulait pour moi d’autant que je découvrais que cette relation avait commencée bien avant son licenciement (octobre 2014). Tout comme vous tous, je me suis rendu compte qu’il m’avait trahie. J’étais blessée au plus profond de moi-même. Je ne comprenais plus rien. J’avais envie d’hurler, de pleurer, j’étais anéantie. Après avoir nié les faits, il a finalement reconnu sa liaison. Puis, j’ai eu les mêmes phrases que vous tous : Il n’avait rien à me reprocher mais pensait ne plus avoir de sentiments pour moi même s’il me trouvait encore très séduisante et attirante, il était tombé amoureux de cette jeune femme, il voulait se reconstruire, redevenir comme avant…..Je viens de passer les 2 mois les plus horribles de ma vie, ne sachant plus quoi faire : J’aimais mon mari, ce n’était pas possible qu’il me fasse cela, il allait retrouver ses esprits et me revenir. Après ses 2 mois, la situation est pire, je ne le reconnais plus. Je pense qu’il va très mal et ne sait pas lui même où il va, il me dit vivre au jour le jour à tous les niveaux (sentimental et professionnel).Je lui ai conseillé de voir un psy depuis plusieurs semaines, il n’a toujours pas pris de rendez-vous. Son agressivité envers moi est de plus en plus prenante. Notre vie est devenue invivable. j’ai franchement l’impression qu’il me fait payer tous les points négatifs de sa vie, jusqu’à la mort de son père que j’ai pourtant accompagné jusqu’au bout. Bref, je n’ai que 2 solutions : Soit attendre qu’il retombe sur terre (en risquant moi-même de tomber en dépression), soit accepter cet état de fait et démarrer une nouvelle vie en apprenant à me détacher de lui. J’ai opté pour la deuxième solution. Pas facile tous les jours, mais je veux garder mon optimisme et refuse de sombrer avec lui. J’ai toujours mal et je mettrais sans doute beaucoup de temps à guérir. Je ne crois pas que de m’accrocher à lui le fera changer, au contraire. Je suis entrain de m’inscrire dans des associations sportives et culturelles, je n’hésiterai pas une seule seconde à sortir avec des amis, enfin je vais organiser ma vie autrement tout en étant présente pour mes enfants. Mon mari fera ce qu’il voudra de sa vie mais je suis sûr d’une chose c’est que plus le temps s’écoulera plus il me perdra. Tant pis, c’est la vie avec ses moments très difficiles. Je comprends les différents comportements et différentes réactions que vous pouvez avoir. Je vous souhaite à tous un énorme courage et surtout bonne chance. Je demeure dans le 91 si certains d’entre vous souhaitent faire partie du cercle de mes nouveaux amis, faites le moi savoir : Ensemble, on est plus fort !

      1. Bonjour Isa,
        tu as choisi la voie la plus courageuse et difficile.
        Je suis un peu sur le même chemin que toi mais bien des mois après, j’ai tout essayé mais plus nous essayons de les retenir plus ils s’éloignent.
        Mon épouse à 47 ans est également dans ce mal être,pleine de contradictions, elle a chercher une liaison avec son ex patron mais n’a visiblement pas abouti, elle est donc sur un échec et je pense qu’elle va persister à se chercher quelqu’un.
        Mais comme me dit une de ces amies (plus agée) elle ne voit pas le bonheur qu’elle a et ne voit les belles choses que chez les autres…
        Effectivement nous ne sommes plus que de “l’ordinaire” face aux autres qui sont devenus “extraordinaires”.
        Je ne sais pas jusqu’à quand je pourrai vivre à coté sans “exister” à ses yeux et n’être là que pour les tâches et l’aspect financier/maison. Alors oui il faut prendre de la distance, bien que ce soit TRES difficile, peut être même plus pour un homme. Merci pour ton message qui m’encourage sur cette voie.

        1. Bonjour Spqr, ton amie a raison car effectivement nos conjoints ne voient pas ce qu’ils perdent. Eh oui, nous sommes devenus “l’ordinaire”. Difficile de se battre contre des moulins à vent, l’autre représente le plaisir, nous la vie de tous les jours avec ses contraintes. Pour moi aussi aller vers de nouvelles personnes est compliqué, j’avais perdu l’habitude. Mais là, je me dis que c’est un cas de force majeure. C’est ça ou broyer du noir nuit et jour ! Vas y, inscris-toi à des activités diverses et variées. Tu as également des sites comme OVS (on va sortir)où tu t’inscris pour boire un verre, marcher, aller au ciné, enfin un grand nombre de propositions que tu choisis en fonction de tes goûts et attentes. Ce site n’est pas réservé aux célibataires mais à tout ceux qui veulent partager des moments avec d’autres. Bon courage

          1. Bonjour Isa,
            merci pour tes encouragements. La copine plus agée commune y voit très clair, mais mon épouse aussi a de son coté une “copine” qui doit bien lui monter le bourichon et l’encourager certainement à faire ce qu’elle n’a jamais eu le courage de faire, ça doit l’amuser et lui faire des sujets de conversations. Quant aux enfants elle ne doit même pas y penser. Se prendre un rateau après 13 ans de mariage pour un adulte c’est hyper dur mais bon nous en avons traverser d’autres (avec de gros dégâts moraux et physiques en ce qui me concerne),et nous n’avons plus 20 ans , MAIS pour les enfants quoiqu’elle en dise (ma femme) ils vont morfler et ce jusqu’à la fin de leur vie ils auront ça en tête : je crois que c’est ça qui me dégoute le plus. Après je me dis que si elle revient je n’aurais plus jamais confiance : comment je vais vivre avec ça ? à se demander toutes les 5 minutes ce qu’elle fait ? à me demander si elle ne ment pas à chaque fois qu’elle me dira quelque chose ? dans tous les cas on y laisse des plumes. ALors c’est sur je serai le plus heureux des hommes si elle revient vers moi , mais je me demanderai tous les jours combien de temps ça va durer, est-ce que ça ne va pas la reprendre ? et revenir au point actuel ou pire ?
            Je ne sais plus qui l’a écrit dnas le forum mais c’est vrai que je rassasse le passé, cherche mes erreurs, et puis je me dis ça sert à rien je ne peux pas revenir en arrière. Alors j’essaie de me projeter avec quelqu’un d’autre qui saura apprécier tout ce que je lui offrirai sentimentalement et autres. Ca me remet un peu en selle. Pourtant quand je pense que quasiment tout notre entourage n’est pas au courant et que les amis me trouve super et elle aussi je me dis que nous étions complémentaires (et oui étions, ce n’est plus la même), que depuis que les enfants sont plus autonomes ont a recommencer à prendre du bon temps ensemble mais quasiment en copains vu son état d’esprit, et qu’il suffirait d’un rien, une pichenette de motivation pour moi dans son cerveau pour que ça reparte…j’ai envie qu’elle revienne, j’ai envie de partir, je suis tiraillé entre les deux bien que je sois certain qu’elle ne reviendra pas, ça fait plus de deux ans que ça dure, et je vais devoir trancher car là j’en subit des conséquences physiques graves (maladie génétique qui c’est accentuée, mais ça ne se “voit” pas (encore))

        2. bonjour spqr
          je viens de lire ton commentaire, et j’ai l’impression aussi de me lire. Tout comme toi j’ai l’impression de ne plus reconnaitre la personne avec qui je suis restée si longtemps.

          je me pose egalement beaucoup de questions sur “si il revenait”, et depuis pratiquement 4 mois qu’il m’a annoncé sa decision de nous separer, je crois que finalement, je ne pourrai pas retenter quelque chose. On m’a toujours dit “on ne fait pas du neuf avec du vieux”.
          Et oui, comment leur faire confiance, comment ne pas se poser des questions chaque jour a se demander si ca ne va pas recommencer un jour.
          pour ma part, Je crains donc que ce soit vouer a l’echec de tenter quelque chose de nouveau.
          et pourtant au fond de moi je l’aime toujours mais j’ai aussi beaucoup de deception, de peine, et parfois de la haine car je sais pertinemment qu’on avait tout pour etre heureux, et que c’est du gachis.
          mais par dessus tout ils ont terriblement changés et nous aussi. Cette epreuve nous fait egalement changer et evoluer. Ca laisse des traces une telle epreuve, et je crains que pour moi ces traces soient un obstacle a une reconstruction eventuelle avec lui. Je prefere donc enlever cette option de ma tete pour eviter de souffrir plus.

          Je trouve que tu as beaucoup de courage pour vivre 2 ans ainsi car moi au bout de 3 mois je ne pouvais plus, trop souffrir de vivre au quotidien la distance qu’il avait instaurée entre nous, le peu d’attention qu’il m’apportait, trop souffrir de le voir se preparer pour partir en week end avec elle. Mon coeur qui sautait a chaque fois qu’il recevait un sms ou trouvait une raison pour s’isoler et y répondre.
          Et j’en passe !

          Depuis qu’il a quitter le domicile, c’est dur mais je vis pour moi. j’ai maintenant hate qu’on vende l’appartement, car je veux penser a moi, a mon fils et justement eviter de ressasser car ce passer nous ronge et risque de nous abimer la santé.

          L’avenir je ne sais pas, on verra, j’ai decidé de faire confiance a la vie.
          En tout cas, plus je lis les commentaires sur ce forum et plus Je pense qu’on est tous confrontés aux memes types de personnes qui passent “un CAP ou une CRISE” dans leur vie qui fait qu’elles veulent tout plaquer, ET en aucun cas on doit se remettre en question a 100% et culpabiliser.
          bon courage et pense a toi, a ta santé 😉

          1. Bonjour Sev,

            La courageuse c’est toi.
            Moi je suis toujours amoureux et par amour on est souvent prêt à tout, et peut être lâche en même temps.
            Ensuite j’ai beaucoup de mal à renoncer à ma famille, et donc à elle. Le reste (maison, travaux, petit confort …) ira a volo.
            De notre coté nous savons ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas, c’est là que sera notre force pour reconstruire quelque chose avec quelqu’un d’autre.
            Eux ne savent pas, pensent trouver le bonheur éternel dans d’autres bras en d’autres lieux, mais retomberont tôt ou tard dans la « routine » qu’ils rejettent aujourd’hui, puis le temps les rattrapera et ils n’auront plus si fière allure.
            Maintenant il y a eu rupture de confiance, et ça même si ça doit repartir sera toujours l’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes.
            Je ne te connais pas, et je pense que tu as fait le bon choix, lui le mauvais. Ensuite peut être seront-ils très heureux ?, seul l’avenir le dira et j’espère que ça ne te fera plus rien de le savoir ou pas et que tu seras heureuse avec quelqu’un d’autre.
            D’ailleurs je vais certainement être bientôt libre…ah ah ah , il faut vraiment tenter de rire un peu c’est un bon remède quand on a le moral en négatif.
            Merci pour tes mots Sev.

  18. Bonjour à vous tous,
    je ne sais pas comment m’exprimer mais je suis dans le même cas que vous.
    Ma femme a 39 ans, j’en ai 42. Elle m’a annoncé assez séchement qu’elle ne m’aimait plus, que enfin si ,elle m’aimait mais comme un ami ce qui m’a affecté assez lourdement.Nous sommes mariés depuis bientôt 16 ans.
    Nous avons 3 enfants 10-13-14.je ne sais pas quoi faire….
    Elle sort de plus en plus avec ses copines, du moins je l’espère car je veux lui faire confiance.
    Nos relations sexuelles sont de plus en plus espacées car j’ai peur de la toucher et qu’elle me rejette. Cette situation est stressante, mon ventre se noue tous les soirs. Ce soir elle va au restaurant avec une copine,du coup j’en profite pour sortir au ciné avec mes enfants, histoire de me changer les idées et lui montrer que j’aime ma famille, peut-être que cela lui fera ouvrir les yeux et qu’elle s’apercevra qu’elle a, elle aussi une famille et un mari qui l’aime.
    je ne sais plus quoi faire pour la garder et lui faire ouvrir les yeux….
    Je vous remercie pour votre lecture et vos conseils…

    1. Bonjour Jean-Philippe,
      ceux/celles qui viennent sur ce site sont dans plutôt perdus face à l’attitude de leur “moitié”, celle avec qui nous pensions vieillir. Puis vient cette crise existentielle qui bouscule et remet tout à zéro, comme si, tout ce qui a été vécu et partagé n’existe plus ou n’a jamais existé. Il/elle nous fait penser que cette vie construite à 2, ne les a jamais comblée, qu’ils ont été “malheureux”, et la personne responsable, c’est “nous”.
      Ils cherchent dans d’autres bras, d’autres lits, du réconfort, faisant du mal à ceux qui les aiment réellement, vraiment. Et ils ne s’en rendent même pas compte. Ils sont dans leur bulle, insensible à la souffrance qu’ils causent, sans se douter une seule seconde que c’est en eux que ça ne va pas….
      ….
      Après 2/3 ans de cette situation, nous venons de passer 3 semaines ensemble, tous les 4. J’ai appelé cela, les vacances de la reconstruction. C’était le test pour savoir si je continuais ou pas avec lui. Toute la souffrance qu’il nous a fait endurer, est encore tellement présente, tous les mots qu’il m’a dit, tous ses actes…
      Mais j’aimerai à penser qu’un jour, j’arriverai à tourner la page. Mais oublier et pardonner, ce n’est pas encore à l’ordre du jour.
      Cette épreuve m’a rendue plus forte et moins dépendante de lui.
      Cette souffrance nous change à jamais.
      Pour le moment, il n’y a pas grand chose à faire. Elle vit “pour elle”, égoïstement, elle cherche ce qui pourrait la rendre heureuse, sans se rendre compte que c’est vous. Elle fera des bêtises et des erreurs, et elle vous fera encore du mal car elle n’a pas encore “atterri”…
      Vis pour toi et tes enfants, elle est malheureusement sourde et muette à vous.
      Meme si tu en souffres, tiens le cap pour tes enfants, pour ton boulot, pleure, crie…les jours passent, et un jour, la chute sera là. A ce moment là, tu pourras l’aider, et elle voudra de ton aide. D’ici là, tout ce que tu pourras dire ou faire, ne fera que l’éloigner de toi…
      On en sort meurtri(e), blessé, peiné et changé de cette histoire et plus rien ne sera comme avant…

    2. Bonjour Jean-Philippe,

      Comme l’a dit Louloute, vit pour toi et tes enfants, plus facile à dire qu’à faire, je sais. Si vous continuez à vivre sous le même toit, instaure des règles. Ok elle sort avec ses copines, mais toi aussi tu as le droit de sortir avec des amis, donc elle doit assumer les enfants quant tu as envie de sortir… Tu as peur d’être rejeté, si tu la touche, demande lui de faire chambre à part si vous avez cette possibilité. C’est une vrai torture de dormir avec la personne qu’on aime en sachant que celle ci ne vous aime plus. Et en plus cela évite de garder espoir, parce que inconsciemment elle va avoir des gestes envers toi, par habitude, par confort…

      Pour l’instant n’essais même pas de lui faire entendre raison, elle est “dans son monde” sur un petit nuage. Elle t’a dit qu’elle ne t’aimait plus, elle est donc prête dans sa tête à faire d’autre rencontre, fais toi à cette idée. Ca aussi c’est terriblement dur, mais malheureusement c’est une suite logique pour eux. Tu ne sais plus quoi faire pour la garder et lui faire ouvrir les yeux, il n’y a malheureusement rien à faire…

      Profites en pour faire le point sur tes propres envies, tes attentes, fais le point sur votre couple.

      Je vis cela actuellement, il y a 10 mois mon mari m’a dit qu’il ne m’aimait plus, qu’il avait beaucoup d’affection pour moi et de respect mais plus de désir et plus d’amour. Qu’il voulait me quitter et divorcer. Il a quitté la maison en janvier et s’est installé chez une collègue de travail, avec qui soit disant il n’y avait rien !! Il m’a annoncé en mars que la proximité les avait rapprochés et qu’ils étaient devenus amants. La douche froide alors que j’avais espoir… Parce que jusqu’au dernier moment nous avons eu des relations “presque” normales. 21 ans de mariage, 25 ans que nous étions ensemble, des projets, deux enfants 18 et 15 ans, une belle maison, bref tout pour être heureux, lorsque j’ai voulu lui “faire entendre raison” il m’a simplement dit que tout était ma faute, que je comprenais rien, que je ne le rendais plus heureux ! Depuis il est sur son nuage, fou amoureux comme un ado de 15 ans, il a trouvé LA FEMME de sa vie. J’ai fait le choix de partir, changer de boulot et me rapprocher de ma famille, nous avons entamé une procédure de divorce et j’irai au bout quoi qu’il arrive. Je ne sais pas si c’est le bon choix. Mais cela me permet d’avancer, de me reconstruire et ne pas être spectatrice de “son bonheur”. Je ne veux pas qu’il croit que je passe mon temps à l’attendre. Bien sur j’ai espoir tous les jours qu’il revienne. J’ai mal, je pleure, je crie, je souffre, mais je reste debout pour mes enfants.

      Comme tous ici, j’ai parcouru beaucoup de forum, je me suis renseignée sur cette crise.. Si un jour il revient je verrais à ce moment là si je suis prête à lui pardonner et accepter son retour.

      J’admire le courage de Louloute, je sais que cette crise dure en générale entre deux et trois ans, voir plus… mais je ne veux pas passer ce temps à vivre son mal-être…

      Courage à tous ceux qui connaissent ces durs instants, pensez à vous et rien qu’à vous et vos enfants. Eux tout à leur envie de vivre autre chose ne pensent pas à nous et au mal qu’ils font…

      1. Coucou Triste,
        je suis touchée par tes mots…et je t’en remercie.
        La seule chance que nous avons dans notre “peine”, c’est l’amour de nos enfants.
        C’est pour eux que l’on tient. Je trouve aussi étonnant le comportement de nos “moitiés”: les memes mots qu’ils prononcent (je ne suis pas heureux, j’ai du respect mais plus d’amour, tu es comme un/une colocataire…), à croire que cette crise leur donne le meme lexique, les memes paroles, le mode d’emploi….
        De l’autre coté, nous vivons la meme souffrance, les memes doutes, les memes reves perdus, les memes déchéances….
        Lorsque mon mari avait sa collègue comme maitresse, il disait que c’était la femme de sa vie, il en était raide dingue….comme un ado de 15 ans, proftant des moindres pauses pour aller déjeuner avec elle, révant de leur prochaine nuit à l’hotel, s’habillant “jeune” pour la retrouver, il s’est mis à acheter du parfum, …et plein d’autres choses que l’on se prend en pleine figure.
        Au mois de nov/dec 2014, Le mari de sa maitresse a demandé à ce qu’ils stoppent leur relation…Ca lui a fait un choc…il n’était plus dans un reve. Le mari l’a aussi appelé pour l’insulter…2e choc…sa liaison a été révélée à d’autres collègues…3e choc…ses patrons l’ont convoqué et mis les points sur les “i” (no zob in job)…de mon coté, j’avais consulté une agence pour mettre notre appart en vente, et une avocate pour le divorce, ….il a fait machine arrière…il ne voulait plus nous quitter…il nous a suppliés…
        Oui, l’atterrissage est rude…
        Ses enfants sont heureux qu’il soit rentrés mais meme pour elles, ce n’est plus le meme (papa a fait qqchose de grave), je ne suis plus la meme. Nos amis ne le voit plus de la meme façon, ni ses frères et soeurs, ni ma famille, ni ses collègues…
        Je ne sais pas s’il a trouvé les réponses qu’il cherchait, il consulte une psy et nous consultons une psy de couple. Les mots sont encore fréquents entre nous, les vacances ont été bien mais le doute est toujours là.
        Il a repris le boulot aujourd’hui, avec elle. Je n’ai pas envie d’y penser mais c’est encore là. Les enfants m’aident à ranger la maison aujourd’hui. Elles chantent, se chamaillent, et rigolent. Nous préparons la rentrée. Toutes les 3…il est là, mais toutes les 3, nous sommes encore plus soudées et elles viennent me voir quand ça ne va pas…aujourd’hui, l’équation, c’est 3+1…
        Je n’ai plus peur de l’avenir ni de vivre sans lui. J’ai du travail, de vrais amis, une famille et une belle famille qui me soutient, l’amour de mes enfants, je ne suis pas trop mal conservée à 43ans…je sais que je pourrai me trouver quelqu’un si je le voulais…
        Pour sa part, il s’est juste rendu “dispensable”…Je n’éprouve plus du tout le meme amour pour lui. Je ne sais pas encore ce que c’est.
        Je ne me confie plus à lui…plus rien n’est comme avant….

        1. Bonjour Louloute,

          Contente d’avoir de tes nouvelles. Je ne sais pas comment tu as fait pour supporter une telle situation. Moi c’est au dessus de mes forces. Je pense que je l’ai définitivement perdu en faisant le choix de partir. La maison est en vente, le divorce en cours… mais lui n’a pas encore fait la moindre marche arrière, ne m’a dit à aucun moment qu’il voulait que l’on se donne une chance. J’apprend désormais à vivre sans lui. Ce n’est pas facile tous les jours, mais chaque jour me rend plus forte.

          J’ai appris récemment par un ami commun qu’il était en colère ! Un comble en colère pourquoi ? C’est lui qui a voulu cette situation, lui qui a décidé de me quitter pour s’installer avec elle et il est en colère parce que j’ai pris le parti de vivre ma vie sans lui (puisque c’était ce qu’il souhaitait) et de le laisser vivre sa vie comme il le souhaite ! Il voulait que je change, je ne correspondait plus à ce qu’il attendait, pas comme ELLE qui est parfaite. Je suis en train de changer… et il ne comprend pas… Il ne comprend pas que je ne veuille plus le voir, il aurait voulu qu’on fasse copain/copine. Mais pas possible pour moi.

          Je prépare aussi la rentrée, la première rentrée sans lui. Il ne sera pas là pour voir son fils rentrer en seconde. Je n’aurais mon appartement qu’à la fin de la semaine, ce sera une rentrée un peu sens dessus dessous dans les cartons mais bon mes enfants sont grands, ils comprennent et s’adaptent à la situation. Heureusement qu’ils sont là pour nous soutenir, leur amour est notre plus grande force.

          De mon coté je vois une psy, pour moi, pour avancer, me retrouver ou peut-être simplement me trouver, cela fait tellement longtemps que je ne vis que pour lui, ma famille et que je me suis oubliée. Je lui avait demandé de consulter aussi, avant qu’il ne parte de la maison, il a été à un rendez vous et est rentré en disant que tout allez bien, qu’il n’avait pas besoin de la revoir.

          Je souhaite de tout coeur que vous parveniez à surmonter cette crise et que vous vous retrouviez, mais il est certain que chacun de vous est différent, cette épreuve vous a fait changer, surtout toi. Ce qui est bien c’est que nous devenons plus forte et pour nos enfants c’est une bonne chose. Ils auront au moins appris que l’on peut traverser des épreuves difficiles, mais que l’on peut aussi garder la tête haute et s’en sortir.

          Courage à tous,

          1. Bonsoir à tous.
            Je vous donne à mon tour des nouvelles de notre situation. Elles ne sont pas differentes des votres…….notre maison est en vente et j’ai moi même entamé le divorce….par la force des choses….car cet homme avec qui j’ai partagé 22 ans de ma vie est aujourd’hui devenu….quelqu’un d’autre….il n’a pas été capable d’assumer sa decision….en le laissant faire, notre cohabitation destructrice qui dure depuis 6 mois aurait encore durée…..et je ne peux plus le supporter.
            Je pense également qu’il est en colère car il n’accepte pas que je continue à vivre sans lui…je sors, rencontre d’autre personne, j’essaie continuellement de me trouver un échapatoire a notre cohabitation…..et sa réaction est incroyable…il m’espionne, écoute mes converstations téléphoniques, me fait systémiquement des remarques quand je sors…qd je rentre tard….il est devenu odieux, jaloux,irrespectueux, fou!!!!!
            Jamais je ne comprendrais….il a voulu sa liberté, ce divorce et ne supporte pas que je prenne ma liberté….que finalement je ne sois plus écroulée au fond de mon lit…même si cela m’arrive encore!!!!mais plus par rapport à son comportement face à la situation….car oui je ne l’aime plus enfin…. je n’aime plus cet homme.car il n’est plus….c’est incroyable!mais c’est ce qu’il a voulu….il y est arrivé….
            Je vous souhaite à tous plein de courage…..à ceux qui se battent encore….à ceux qui ont perdu cette bataille…mais je veux continuer à me convaincre que….je,nous, ….sortirons vainqueur de notre propre bataille intérieure…..pour nous mêmes et nos enfants….il a detruit notre vie….mais pas la mienne.

          2. Bonjour Triste, Nathalie et les autres
            Hier soir, je suis allée voir ma psy. On a fait un point par rapport aux vacances et à ce temps que nous nous sommes accordés tous les 4.
            Je lui ai dit que c’était plutôt bien, avec des hauts et des bas mais pas de sérénité.
            Car comme il a repris le boulot, la hantise qu’il la retrouve m’a vite fait replonger dans les doutes.
            La psy me disait qu’aujourd’hui, les femmes (ou les hommes) qui pensent que dans une vie, on ne vit pour pour un homme ou une femme, cela fait partie de la conception de nos parents. On ne passe pas sa vie avec un seul métier, et on passe assez rarement sa vie avec une seule personne.
            Si nous souffrons autant, c’est parce que cette valeur fait partie de notre éducation mais que de leur côté, cette valeur ne leur a pas été forcément inculquée.
            Nous pensons qu’ils ont les mêmes aspirations que nous et le réveil est brutal. Nous avons projeté sur eux nos rêves et nous nous rendons compte que ce n’était que NOS rêves, pas les leurs.

            Certaines personnes ont cette “frivolité” , cette capacité à passer d’une personne à une autre (sa maîtresse par exemple, est sur 3 hommes en même temps!!!)! Elle approche de la 40aine et se paie du bon temps. Sans se soucier du mal qu’elle peut causer.
            Mais elle fait partie de l’air du temps, elle vit avec son temps. La société ne fait plus payer les maris ou femmes infidèles, cette clause n’existe plus car 1 couple sur 4 divorce. Dit comme ça, ce que l’on vit est tellement banal…
            Elle me dit aussi que la crise existentielle des 40 ans est un vrai bouleversement. Si le couple se remet ensemble, il y a tout à changer, plus rien ne sera comme avant.
            Nathalie, je suis passée par là aussi. Quand il a annoncé la séparation, j’ai entamé la procédure de divorce et je me suis sentie “libre” Je lui rendais sa liberté, je tournais la page. Il a trouvé que je tournais trop vite la page, que j’avais vite mis aux oubliettes. Pour se consoler de ma demande de divorce, il a contacté sa maîtresse pour qu’ils aillent à l’hôtel…
            C’était avoir le beurre, l’argent du beurre et se taper la maîtresse!!!
            Mais il était dans sa bulle et il n’était pas du tout conscient de ce qu’il nous faisait subir. Elle était la solution à tous ses tourments même si au fond, il ne la connaissait pas si bien que ça!
            Courage, courage, courage, serrons les dents, oeuvrons pour un futur que nous aurons choisi. Avec ou sans eux..

      2. Bonsoir Triste et les autres.

        Je suis nouvelle sur ce blog comme vous je cherche des réponses… et des personnes qui vivent la même situation que moi. J’ai 43 ans, deux enfants de 10 et 14 ans, mariée depuis 19 ans et 22 ans de vie commune, une belle maison, une belle vie jusqu’à aujourd’hui….un mari pour qui la famille était sa priorité. Il est parti il y a 10 semaines, du jour au lendemain, pour une collègue de travail, séparée avec deux enfants aussi pour qui il a des sentiments. Il n’a même pas eu le courage de me quitter et m’a demandé un break de 3 semaines pour réfléchir. Je lui devais bien ça après plus de 20 ans de vie commune… Résultat je lui ai dit que c’était fini car il était hors de question pour moi d’attendre qu’il prenne une décision. il était déjà parti 4 jours au mois de février pour réfléchir et revenu en me choisissant, se confondant en excuse et m’assurant que c’était moi et moi seule qu’il aimait. Je lui avait alors pardonné même si cela fait très mal en me disant qu’après passé 20 ans de vie commune, cela pouvait arriver et que tout cela renforcerait notre famille. Notre vie était mieux qu’avant, plus de relations à tous les niveaux. Et arrivé l’été et d’un jour à l’autre il m’a dit qu’il n’était plus amoureux de moi. Sans que je n’ai rien vu venir au contraire, on avait retrouvé une belle complicité. Il s’est installé chez elle et a commencé sa nouvelle vie. Pour les enfants et moi cela a été un choc, une souffrance énorme. Je pensais qu’il devait faire cette expérience car comme il me l’avait dit, il voulait retrouver l’excitation de ses 20 ans, passer à autre chose même s’il m’aimait aussi… En me disant finalement qu’il se rendrait compte que vivre au quotidien avec quelqu’un d’autre c’est tout beau tout rose au début mais qu’ au final la routine s’installerait aussi comme chez tous les couples qui sont ensemble depuis de nombreuses années… Entre temps je suis allée chez un avocat pour lancer une procédure de séparation (je ne travaille pas depuis la naissance de l’aîné) car au-delà de l’humiliation subie je voulais aussi me protéger ainsi que mes enfants. Il ne le souhaitait pas (ça ne l’arrange pas financièrement forcément) mais finalement n’a rien tenté pour arrêter le processus. Aujourd’hui je me sens tellement triste, j’ai tout investi pour mon mari, mes enfants, ma famille, tout accepté et je me retrouve dans cette situation. Comme vous, démunie et vide…et tellement malheureuse. Heureusement mes enfants sont là et c’est juste pour eux que j’essaie de continuer. Je ne souhaite à personne de vivre ce qu’on vit, c’est inexplicable, ce vide, cette tristesse et ce sentiment d’abandon. Je ne me vois avec personne d’autre que lui, même si tout le monde me dit que ça ira mieux et qu’une nouvelle et meilleure vie m’attend je ne peux toujours pas réaliser ce qu’il m’a fait et j’ai l’impression que je vais me réveiller. Je constate que je ne suis pas seule dans ce cas et cela me rassure même si je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi de vivre cela un jour. J’espérais qu’il revienne un jour et se rendrait compte de tout ce qu’il avait et de tout ce qu’il a perdu mais plus les jours avancent, moins j’y crois. Il s’est documenté sur la crise de la quarantaine et a même consulté un psy mais paraît-il que ce n’est pas ça du tout. Résultat je suis perdu même si très bien entourée par ma famille, la sienne et nos amis, le vide on le subit au quotidien et il faut garder la tête haute pour les enfants et tout gérer… c’est très dur …..

        1. Bonsoir Bibou,
          Je suis désolée de te voir rejoindre le triste club… Tu sembles être point pour point dans ma situation, malheureusement… et je ne sais quoi te dire de plus que “vis heure par heure, pleure quand tu en as besoin”.
          Si tu souhaites échanger par mail ou tel, tu peux me joindre à cec3103@gmail.com – je t’enverrai mon tel ensuite. C’est sur ce site que je trouve le meilleur réconfort – on se soutient tous mutuellement…Bon courage…

          1. Bonjour à tous,

            Je suis également désolée, Bibou de te voir rejoindre ce forum. Ton histoire n’est malheureusement guère différentes des nôtres. Un homme qui envoie tout promener pour retrouver la liberté et l’ivresse de ses jeunes années. Il n’y a pas de recette miracle, pleurer lorsqu’on en éprouve le besoin, se confier et s’occuper de soi et de ses enfants. Chaque jours sera différent, certains seront acceptables, d’autres plus difficiles.

            J’ai aussi trouver beaucoup de réconfort sur ce forum, j’ai également beaucoup appris au travers des expériences des uns et des autres. Ce dire que l’on n’est pas seule permet de relativiser.

            Louloute,

            La psy m’a également tenu les mêmes propos. De nos jours, il faut se dire que l’on peut connaître plusieurs vies en une seule et que cette vision de la famille unie et du mariage “pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce que la mort nous sépare” n’est plus et reste le fruit de l’éducation que nous avons reçu. Oui notre conception du mariage et de la famille n’est plus la même que la leur. Pour ma part, mon ex mari vient d’une famille ou le divorce est comme on dit “monnaie courante” parents divorcés, un oncle partie pour une maîtresse… qui pour sa crise de la quarantaine c’est acheté une moto et s’est tué avec deux ans plus tard, cousins divorcés également, en fait nous étions les derniers “mariés” et il était le premier à se féliciter de notre vie et sa famille faisait sa fierté. Malheureusement se dire qu’aujourd’hui il faut accepter de vivre comme cela n’enlève rien à la peine de perdre l’homme que l’on aime et de voir sa famille brisée. Elle m’a également dit que si on devait un jour se retrouver, il fallait d’abord avoir fait le deuil de son couple tel qu’il a existé, puisque effectivement nous ne serons plus les mêmes personnes.

            Pour ma part je suis certaine de l’avoir définitivement perdu. Il a même fait le choix de s’installer chez sa maîtresse qui n’est pas là puisque en mission jusqu’à fin octobre dans une autre région, alors qu’il pouvait rester vivre dans notre maison, puisque j’ai déménagé. Je suis d’ailleurs en pleine installation dans mon nouvel appartement avec les enfants qui vivent une rentrée plutôt folklorique entre valises et cartons…

            Cécile j’espère que tu vas un peu mieux…

            Louloute, Nathalie, Bibou et les autres si vous souhaitez également échanger par mail voici mon adresse m30.cobi@gmail.com

            Courage à toutes et tous

    3. Bonjour Jean-Philippe,
      je vis depuis plus de 18 mois à peu près la même chose que toi: 22 ans de mariage, 5 enfants et une femme qui tout en étant présente physiquement est mentalement ailleurs.
      les premiers mois ont été très durs: perte de poids, pleurs, remise en question totale….
      ne comprenant pas la situation, les réponses apportées sont souvent inappropriées.
      et au bout de 18 mois, mes réflexions sont les suivantes:
      * si le dialogue est maintenu, essaye de lui proposer d’aller voir quelqu’un ensemble pour vous accompagner dans cette période. Pour l’instant mon épouse refuse cette aide et pourtant je suis persuadé qu’une des clés est là.
      * ne te remets pas trop en cause; c’est ton épouse qui traverse cette crise et elle seule doit trouver ses propres solutions. au début, j’ai voulu être le mari parfait. je faisais tout, j’étais partout, je lui écrivais de gentils messages, je lui offrais des cadeaux….j’en faisais beaucoup trop. elle avait besoin de calme et je l’étouffais. et aujourd’hui j’ai bien compris où était le problème. 20 ans à s’occuper des enfants, de la maison, du couple…sans jamais penser à elle et un beau jour…ça craque!! c’est humainement très compréhensible et ma seule faute c’est de ne pas avoir su anticiper et décrypter les signaux faibles. Alors, il faut être patient, très patient…accepter de ne plus se projeter dans l’avenir, vivre au jour le jour. essayer d’accepter les changements de comportement de la personne que l’on aime même si on ne la reconnait plus trop! croire le lundi que ça va mieux et être au fond du trou le mardi à cause de mots, d’attitudes, d’indifférence. Accepter de ne plus entendre de mots tendres, de ne plus recevoir de tendresse, de ne plus voir dans les yeux de l’autre…l’amour.
      * tu auras envie de tout laisser tomber. tu te diras qu’à 42 ans tu peux encore rendre quelqu’un heureux, que pour toi l’amour c’est autre chose et pourtant tes valeurs profondes, tes enfants seront des digues pour toi.
      alors oui, comme nous tous, tu vas vivre encore des moments difficiles, douloureux. tu vas trouver le temps long…mais si tu es là le jour où ton épouse va se “réveiller” alors tous les espoirs seront permis.
      Bon courage
      olivier

      1. Bonjour, et merci à tous pour vos conseils et vécus,
        j’ai percuté le fond avant-hier soir quand j’ai découvert qu’elle a eu une relation.
        Je ne voulais pas jouer l’espon mais un mail de Free m’y a conduit sans le chercher. Recevant les factures électroniques sur ma messagerie, j’ai consulté son historique et surprise, un n° revenait trop souvent. Donc j’ai relevé ce N° et je les interrogeais puisqu’elle me disait ne pas avoir de liaison.
        Elle revenais de la gare car elle avait récupéré sa soeur.
        Et là, elle a commencé à dire”je ne sais pas, une amie, euh non mon patron” et je lui ai dit, non j’ai appellé et c’est une voix d’homme.du coup, elle me dit que c’est qu’elqu’un qu’elle a rencontré à la boulangerie et que ce ne sont que des échanges de sms.
        Voyant la colère montait et le désespoir s’installer, elle a craqué au fur et à mesure de mes questions pour me dire que c’était un ami de son patron qu’elle avait couché 2 nuits avec lui. Le pire est que je le connais. Je ne veux pas me venger sur lui même s’il a sa part de responsabilité. Je l’ai appellé, il faisait comme si de rien n’était. Puis sous mes assauts, il a raccroché.
        Le plus affligeant dans cette histoire est qu’elle ait profité que je sois parti chercher les enfants chez leurs grands-parrents à plus de 500 km.
        2 nuits absents et elle me trompe 2 fois.C’est vraiment horrible d’en arriver.
        De plus elle n’arretait de dire que c’était une grosse co….ie, mais pas de réels regrets. J’ai tout balancé à sa soeur qui est présente pour la semaine. Elle aussi ne comprend pas, et est tout aussi affligée du spectacle de sa soeur, elle me dit qu’elle est sur un nuage, qu’elle semble nous prendre de haut. J’hésite à l’annoncer à ses parents afin que ça la pertube et la secoue, genre éléctrochoc. Mais je vais attendre un peu voir comment la situation avance cette semaine.
        le chemin est long et le sera encore plus maintenant, mais je vais me battre pour que la famille reste une famille.
        Mon esprit est stressé, je ne cesse de comprendre comment elle a pu arriver à un tel désastre.
        Les enfants savent que leur mère a fait une grosse erreur, mais je ne sais pas s’ils réalisent vraiment.
        On a tous participé à une fête hier soir, les enfants se sont bien amusés, ma femme semblait perturbée du fait que je sois resté à danser mais le fossé est toujours là entre nous,elle ne cessait de me demander “tu veux rentrer ??” pour que je la laisse faire la con peut-etre mais je lui ai répondu “non ça va, je m’amuse”j’ai bien remarqué que ça la génait.
        Je vais me battre jusqu’à épuisement s’il le faut, je dors mal, je mange peu, comment peut-on faire autant de mal à des gens que l’on a aimé?

        1. Bonjour Jean-Philippe,

          ma déchéance a duré entre 2 à 3 ans. A le voir mettre toute la famille, les enfants, tout ce qu’on a construit aux orties.
          Malgré cela, nous sommes encore tous les 4, meme si,chaque jour est un jour de plus, mais chaque jour de plus reste une souffrance.
          On se bat, oui, on se bat. Aujourd’hui, je me pose clairement la question de savoir pourquoi me suis-je autant battue?
          Triste disait qu’elle avait entamé une procédure de divorce et irait jusqu’au bout. J’ai commencé, j’ai laissé tombé…
          Tous les jours, il va au boulot. Tous les jours, ils se voient. Je me dis que c’est une bataille que je ne gagnerai pas. Malgré ce qu’il dit, il a encore des sentiments pour elle.
          Hier soir, je suis allée dormir dans le bureau, pour pleurer, encore une fois alors que je m’étais dit qu’il fallait que j’arrête.
          J’ai l’impression de ne plus être moi-même. J’ai revu des photos de nous, lorsque nous avons eu notre 1ere fille. Que du bonheur et 14ans, voici où nous en sommes.
          Concernant les sms, ils s’en sont échangés 6000 en moins de 2 mois. C’est le mari de sa maitresse qui a vu le relevé de facture de sa femme et a commencé à poser des questions.
          Les histoires se ressemblent malheureusement.
          Je ne peux que te soutenir moralement, j’espère aussi que tu arriveras à retrouver cette famille qui te tient tant à coeur.

    4. Bonsoir à tous/toutes, bonsoir Louloute,
      Chacun des messages ici me fait du bien, me rassure pendant quelques heures – c’est déjà cela de pris ! Je voulais vous en remercier…Ce que tu dis, Louloute, dans ton dernier message, à propos des valeurs sur le mariage, du fait que la façon dont nous avons été éduqués compte tellement dans notre approche du couple, est tellement vrai.
      Je te lis, je lis vos difficultés à reconstruire, les hauts, les bas… et je t’envie aussi quelque part, je dois le reconnaître. Tout simplement parce que ton mari est revenu. Que le mien ne revient pas, qu’il me manque, que notre famille me manque aussi. Et ce que dit ta psy est tellement vrai aussi – vous ne serez plus le même couple, jamais. C’est impossible. Peut-être en mieux ? 2-3 ans, que cela semble long. Mon mari est parti depuis 1 an, et cette année a été la plus longue et la plus difficile de ma vie.
      Je te souhaite bon courage dans cette reconstruction, tu es ici celle qui a le plus d’avance sur nous tous. Peut-être dans quelques années reviendras-tu et nous diras-tu que toute cette souffrance n’a pas été vaine !!! C’est tout ce que je souhaite… Cécile

  19. Bonjour,

    Merci Jeanne pour tes conseils.

    Oui, une torture…

    Sophie, malheureusement ce que tu vis, m’est familier, et je ne peux que partager ta souffrance et ton désarroi…

    Depuis mon dernier post, voici ce qui s’est passé :
    Elle continue à entretenir une relation ambigüe avec cette femme, elle est allée dormir 2 fois chez elle en 2 semaines (une fois car elle a été très violente verbalement avec mes parents que je recevais à la maison donc je lui ai demandé de quitter la chambre et aller dormir ailleurs…elle a donc appelé cette nana, puis une autre fois où étant sortie avec cette même femme au restaurant, elle n’est pas rentrée). Elle me dit qu’il ne s’est encore rien passé mais qu’elle aimerait bien vivre une histoire avec elle…C’est insoutenable d’entendre et de vivre cela…

    Sinon, nous avons fait les comptes, le partage des meubles et je lui ai fait un chèque pour solder l’ensemble. Nous avons, en parallèle, mis l’appartement en vente. Après la première visite, j’ai craqué tellement je voyais ma vie s’enfuir…

    De son côté, tout va bien, elle passe ses soirées en ligne avec cette femme, est heureuse quand l’autre la contacte.
    J’ai chopé quelques-unes de leur conversations écrites (oui, j’en suis réduite à cela…) et pour l’instant il semblerait qu’elle entretienne une relation très proche…mais sans avoir encore « consommé ».
    A mes yeux, ce n’est qu’une question de temps. Elles se cherchent, se séduisent et moi dans tout cela je me sens mal.

    Elle est très changeante avec moi, une fois elle est sympa, l’autre fois, irascible et agressive. Il y a 2 jours, elle me demandait si elle pouvait partir avec moi en vacances (j’ai prévu de partir à l’étranger) et le jour d’après elle propose à cette nana de l’accompagner en Italie…

    Bref, elle est complètement instable…Et cela me rend triste, profondément triste.

    Et vous, que devenez-vous ?

  20. bonjour,

    Je lis les messages avec intérêt pour me rendre compte que mon histoire était tristement banale.
    Il y a 1 mois 1/2 , mon mari depuis 12 ans , m’annonce qu’il ne m’aime plus , veut reprendre sa vie en mains et qu’il va partir….L’annonce brutale , le choc sont indescriptibles , nous sommes une famille recomposée , sans aucun problèmes , une vie harmonieuse , sans problèmes entre nous , des sentiments partagés , du moins me semblait-il , jusqu’à l’annonce…Il me dit que ça fait longtemps qu’il réfléchit , sans bien sur ne m’avoir rien dit….Après les larmes , l’incompréhension , nous décidons de nous laisser du temps matériellemnt , car bien gentil de vouloir partir , mais je ne peux assumer la gestion quotidienne seule…Ses explications n’en sont pas , il n’y a pas de maitresse , il n’y a pas de projection d’un ailleurs ,juste un ras le bol….Je tiens à préciser que je suis celle qui fait vivre la famille , que mon boulot m’occupe à plein temps et que lui bosse mais son salaire ne permet rien…C’est un accord entre nous , donc dans l’idée d’un départ , il n’est pas évident qu’il puisse louer quelque chose! Ceci étant , nous avons débuté une thérapie de couple , catastrophique , donc arrêt , puis nous avons vu un autre psy qui lui a dit que son discours était incompréhensible, que rien n’était clair dans ses propos , il a été très surpris car c’est exactement ce que je lui disais. Il nous a conseillé de faire une psychothérapie individuelle pour faire le point sur la situation. Nous allons débuter ça prochainement.
    Les mots de mon mari à mon encontre sont très durs , je ne le reconnais pas , mais à côté de ça nous vivons ensemble , gérons le quotidien comme avant , j’ai le droit à des bisous , nous dormons ensemble collés …mais le discours , même s’il n’est plus aussi radical , est toujours dans l’idée d’une séparation l’année prochaine , tout en laissant une porte ouverte , très petite , sur une compréhension des choses qui lui échappent….Lui voudrait une relation copain/copine , moi pas , je le laisse respirer , car c’est son envie , ce qui se traduit par du sport , bricolage , lecture…rien d’extraordinaire…J’ai le sentiment que depuis que je lui ai dit qu’il était libre , c’était un peu mieux pour lui sans être extraordinaire…J’essaie de me raccrocher à de petits trucs , mais cela n’est pas simple , je me demande si je ne suis pas dans le déni de la situation…Je passe par toutes les phases : larmes, colère , tristesse, espoir…Mes copines me disent de partir, seul problème , je l’aime , je n’envisage pas ma vie sans lui … et je pense qu’il est en train de faire une erreur , je lui ai dit , ce à quoi il m’a répondu qu’on ne pouvait jamais savoir , mais qu’il peu prendre le risque.
    Je n’ai pas d’avenir , je vis au jour le jour , 2 filles , dont la notre , qui ne comprennent rien…et quel espoir avoir qu’il revienne à la raison?

  21. Bonjour Delphine, louloute,

    Delphine, je te conseille de fuir, surtout pendant tes vacances, pars, éloigne toi de celle qui te fais souffrir sans aucun remord. Tu prendras du recul, c’est certain. Ce qu’elle te fais vivre est une torture, comme celle que je vis aussi aujourd’hui. Je suis partie plusieurs jours avec les enfants à nouveau, lui laissant le champ libre de faire ce qu’il veut. Malgré tout je vais mieux : loin des yeux, loin du cœur. Si je pouvais ne jamais le revoir, si seulement ca n’était pas le père de mes enfants. Il représente tant de souffrance que je ne voudrais plus l’entendre ni lui parler, plus jamais sentir l’aversion quil a pour moi. Il me déteste, je représente une prison à ces yeux. Mais C’est tellement injuste…. qu’il faudrait que plus jamais je ne le vois, plus jamais. Mais ce n’est pas possible.
    Je me suis fait aider par un médicament que je ne peux pas citer mais qui m’aide à être clairvoyante, à ne plus pleurer au travail, à continuer à gérer lequipe et tous les pb quotidiens. Je te conseille aussi quelques mois le temps d’aller mieux, c’est assez incroyable. Fais toi aider car il ne faudrait pas en plus que tu perdes ton job. Je trouve que ta compagne est trop dure avec toi, tu mérite quelqu’un de gentil. Rien n’excuse de faire souffrir son conjoint. Elle aurait dû quitter votre domicile pour vivre sa nouvelle vie et ne pas te la faire partager, cest tout simplement affreux. Penses à toi, ne cherche pas a refaire ta vie maintenant, ca ne sert a rien, recentres toi sur ton job, ton avenir, tu seras mieux sans elle comme je serais mieux sans lui. Il faut qu’on pense à nous. Fais toi aider, crois moi, ça permettra d’aller mieux, déjà de moins pleurer. Je pense à toi et à louloute qui a traversé la tempête. Louloute, je plains ton mari car maintenant il t’a changé et a pris le risque de te perdre. Car maintenant, tu es prête a le quitter alors que lui, non….Soyons fort tous ensemble, il y a une vie apres cette crise…il faut qu’on soit patiente, chaque jour nous avançons, d’une facon ou d’une autre. Je suis allée a l’expo de Titeuf sur le zizi. Il y a un panneau sur la souffrance en amour. On apprend aux enfants que l’amour fait souffrir mais que le temps fait passer la souffrance. Cest tellement vrai. J’ai deja vécu une rupture avec un homme dont j’étais folle d’amour. Aujourdhui je me demande pourquoi j’étais a ce point détruite quand nous nous sommes séparés, avec le recul, je me demande ce que je lui trouvais… J’espère que cela sera pareil pour cette nouvelle rupture.. Si seulement ce n’était las le père de mes enfants….
    Jeanne

  22. Bonjour à tous,

    Effectivement, cela fait du bien de vous lire, tous.

    Je suis toujours plongée en plein cauchemar.

    Mercredi soir, vers 22h30 elle a décidé de sortir sur un coup de tête car une femme avec qui elle échangeait lui a proposé un RDV. Elle est rentrée vers 2h30 du matin, complètement alcoolisée à tel point que j’ai été obligée de la mettre au lit et la déshabiller, comme une ado. D’un côté, sa souffrance et mon impuissance à l’aider me font mal et puis, d’un autre côté, MA souffrance m’épuise, me ronge…Je pleure des fois, trop souvent même….Je n’arrive plus à me concentrer au travail et compte tenu de mes responsabilités cela devient de plus en plus ingérable pour moi, mon équipe, et l’ensemble de la société…Je suis désormais là sans être là.

    Hier soir, c’est moi qui suis sortie, invitée aussi par une femme…Je suis allée manger chez elle. Cela n’a servi qu’à me faire mesurer tout ce que j’étais en train de perdre, une stabilité, un couple, quelqu’un qui me plait vraiment, avec qui je me voyais finir ma vie. Les autres me paraissent fades, inconsistantes. Je sais aussi que je ne suis pas disponible pour de nouvelles rencontres mais je me vois mal attendre à la maison pour la voir s’amuser, rencontrer, sortir, bref vivre et se détacher, rapidement, inéluctablement….Notre histoire n’existe désormais plus.

    Ce matin, elle m’a demandé comment ma soirée s’était passée, ce que j’avais mangé, si j’avais une photo de cette femme puis elle a enchainé en me disant qu’elle avait passé sa soirée au téléphone avec une nana qu’elle a rencontrée récemment (oui, elle n’arrête pas !!), chez qui elle est allée manger il y a quelques jours, qui lui plait vraiment et dont, m’a-t-elle dit ce matin, elle est en train de tomber amoureuse…Je ne comprends plus rien, c’est vraiment trop pour moi.

    Et puis, à chaque fois qu’elle évoque le partage des meubles, la vente de l’appartement, je suis de plus en plus mal…

    J’ai 3 semaines de vacances début août, elle 2. Elle souhaite rester dans notre ville, à la maison pour en profiter. Quant à moi, je ne sais vraiment pas quoi faire…j’ai peur de partir ce qui lui laisserait le champs libre et confirmer que je ne lui manque pas et qu’elle est mieux sans moi…et puis, d’un autre côté, je me dit que cela nous permettrait de vraiment mesurer ce que la vie sans l’autre implique…Je ne sais pas, je ne sais plus…

    1. Coucou Delphine,

      il est vrai que j’ai une longueur d’avance sur vous. Je suis passée par toutes ces étapes. Mes meilleures amies me disaient souvent, “mais toi, que veux-tu, toi?”. Je voulais qu’il revienne et qu’on oublie tout ça mais il est revenu et bien plus tard. En ayant tout détruit au préalable.
      La perte de poids, les insomnies, les pleurs, ..et surtout dépérir à un tel point que ma 2e fille s’est mise à ne plus manger, à pleurer tout le temps,..Ce sont mes amis(ies), les vrais, et mes enfants qui m’ont ramassée à la petite cuillère.
      Pendant que toutes les 3, nous pleurions toutes les larmes de notre corps, lui, il réservait les chambres d’hôtel pour sa maîtresse et lui, allait à des concerts, faisait soirée sur soirée avec sa “nouvelle bande”…
      Toute notre peine et notre douleur ne lui faisaient rien. Il ne voyait que ce que cette nouvelle vie pouvait lui apporter. Du sexe, des soirées, …tout sauf la vie qu’il avait construit et nous…
      Je sais que c’est dur mais vis pour toi.
      Pendant un moment, on a été colocataires aussi, il disait qu’il n’y avait plus d’amour, juste de l’affection pour lui avoir donné des enfants, il disait qu’il “était malheureux avec moi,que la vie à mes côtés était insupportables, que j’avais tellement de défauts qu’il n’arriverait pas à les surmonter….
      Je ne sais pas si cela se passera comme cela aussi pour vous d’ici quelques mois…mais il a “déjà oublié” tout ce qu’il a dit, tout ce qu’il a fait, toutes ses sorties, tout……Une amnésie incroyable. Il me reproche de ne pas être passée à autre chose maintenant qu’il est revenu, il me reproche que je me complais dans ma souffrance (hier, en allant sur un chantier, je suis passée devant l’hôtel où ils “copulaient”, et oui, ça m’a fait mal!!!)…Il n’y a malheureusement rien à faire. Les “reste, s’il te plait, pour nous”, les “je t’aime”, les ” je t’en supplie”…rien n’a de valeur à leurs yeux. Nos larmes, notre désespoir et même une cheville luxée (il a du venir me chercher aux urgences), n’a pas suffit à lui faire avoir le moindre remord sur ce qu’il nous faisait endurer. Le soir où il est venu me récupérer aux urgences, il n’arrêtait pas de lui envoyer des sextos..le soir, où il m’a ramené des urgences, il programmait leur prochaine nuit à l’hôtel…
      On survit comme on peut et on finit par se blinder.

  23. Bonjour à tous,

    Alors les dernières nouvelles ne sont pas bonnes…les choses se compliquent, deviennent violentes et dures. Elle est plus que décidée à vendre l’appartement, à tout bazarder…
    Elle recherche à tout prix de nouvelles rencontres…Dernièrement, elle était avec une femme rencontrée sur un site internet…Je souffre encore des nuits à ne pas dormir, à attendre, espérer qu’elle rentre ou pas…J’en ai perdu le sommeil…Finalement, cette histoire n’aura duré que quelques semaines mais aura contribué à nous éloigner, insidieusement, doucement…La voir rentrer le soir, s’enfermer pendant des heures dans la chambre d’amis, au téléphone a été une réelle torture pour moi.
    Aujourd’hui , nous oscillons entre les soirées où chacune sort de son côté, puis nous nous racontons sans nous raconter nos rencontres…Je sais que je joue un jeu, elle non…
    Sa mère est descendue une semaine chez nous, elle a tenu à ce que je les accompagne à toutes leurs sorties…Et comme je suis encore attachée à elle, je l’ai fait. Avec le recul, je ne sais pas si c’était la meilleure attitude à adopter…La distance peut avoir du bon.
    Ce week end, alors qu’elle accompagnait sa mère dans le Var chez sa soeur (nous habitons les Alpes Maritimes), je suis partie sur un coup de tête en Corse et je ne lui ai pas donné de nouvelles pendant 3 jours. Résultat, samedi soir elle m’a envoyé des textos me disant qu’elle rentrait le soir même afin que je ne ramène personne à la maison…n’ayant pas répondu cela a attisé sa haine et sa vindicte …
    Aujourd’hui, elle est repartie dans une autre histoire. Je suis détruite…Alors, je fais tout pour me distancier, au point que je postule aujourd’hui sur des postes sur Paris, pour quitter la région, au plus vite…
    Voilà pour les dernières news.

    Keep you posted.

  24. Bonjour à tous,

    Aujourd’hui j’ai encore besoin de me confier et je reviens ici pour écrire ma souffrance, mon incompréhension et ma douleur.

    Alors que je pensais aller mieux, voilà que depuis presque une semaine, j’ai replongé. Pas de contact avec mon “futur ex mari” depuis plus d’un mois, hormis pour les enfants et problèmes financiers, et pourtant je ne fais que penser à lui, je lui en veux et en même temps j’espère toujours qu’un jour il se rendra compte qu’il a fait une erreur et reviendra… Je repense aux bons moments passé en famille, me dit qu’il n’a pas pu oublier tout ça… Mais lui vit toujours sur son petit nuage, mon fils m’a dit “quant papa est au téléphone avec “l’autre” on dirait mon cousin avec sa copine” le cousin en question à 15 ans !!! Cette semaine il est parti la rejoindre jeudi (elle est à Perpignan, lui dans l’Isère dans notre maison), alors que sa fille venait d’apprendre qu’elle avait loupé son bac et que son fils avait les résultats de son brevet le lendemain !!!

    Depuis hier j’ai l’impression d’avoir régresser, je ne fais que pleurer, pleurer cet homme que j’aime encore tellement et qui me fait tant de mal. Je me dis que 9 ou 10 mois sont bien trop courts pour que sa nouvelle histoire d’amour s’essouffle, qu’il puisse éprouver des remords, voir des regrets… Dans un coin de ma tête je me dis qu’il faut que j’oublie que je passe à autre chose, et il y a cette petite voie qui me dit qu’un jour il reviendra. Je suis mal, j’ai des vertiges, des nausées, cette boule au ventre comme aux premiers jours ou il m’a dit qu’il me quittait.

    Cécile, Louloute, Laurent, Delphine et les autres j’espère que vous allez bien, et me demande où vous en êtes comment peut-on faire pour que cette douleur et ce mal être cesse.

    A tous courage, je me répète que la lumière est au bout du tunnel, mais pour l’instant je ne voie que du noir…

    1. Bonsoir Triste…
      Je comprends et ressens exactement la même chose que toi…
      Je pense que ça pourrait nous faire du bien à toutes les 2 d’échanger par tel.. – au moins temporairement, cela soulage toujours et c’est ça de pris dans les moments difficiles…
      Si tu le souhaites, mon mail est cec3103@gmail.com – je t’enverrai mon portable ensuite…
      Courage !
      Cécile

    2. Bjr à tous, bjr triste
      Voilà un moment que je n’ai pas écrit sur ce forum mais En lisant de tes nouvelles j’ai eu l’impression d’un copié collé de ma vie en ce moment.
      Je ne sais pas si ça soulage de savoir que l’on est pas seule à vivre cela mais échanger permet de relativiser.
      Tout comme toi je pensais aller mieux et commencer à voir le bout du tunnel et finalement non je retombe, je ressasse, je pleurs.
      Moi ça ne fait que 1 mois qu’il a décidé de passer à autre chose ou à quelqu’un d’autre même car j’ai de gros doutes. 1 mois seulement qu’il m’annonce du jour au lendemain après 10 ans de vie commune, j’en ai marre, je veux vivre ma vie, pour moi…. mais qu’ont ils tous ces hommes ?
      J’ai tout comme toi cette boule au ventre qui ne part pas et qui m’empêche de manger. Alors je me force car je suis à -8kg et je ne peux pas dépérir ainsi à cause de lui.
      J’ai aussi envie qu’il revienne sur sa décision mais je crois que c’est impossible tellement il est fixé sur sa nouvelle vie. Nous avons mis l’appartement en vente qui vient d’être refait à neuf, et j’ai mal à l’idée de quitter notre nid, celui où nous devions vieillir ensemble sois disant.
      Et Le voir se préparer tous les Weekend et partir je ne sais où avec je ne sais qui me brise le coeur. Même en semaine il sort maintenant. C’est un autre je ne le reconnais plus. Je dois me faire une raison .

      Triste je comprends tout ce que tu vis et ressens puisque je vis la même chose, il faut qu’on aille de l’avant , qu’on pense à nous a nos enfants, je m’en persuade chaque jour et même si je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, on y arrivera, car ces hommes ne nous méritent plus.

      Bon courage et si tu as besoin je veux bien dialoguer aussi en privé.
      Il faut évacuer tout ce mal qui nous ronge et c’est parfois plus simple de parler à des inconnus.
      Delphine courage à toi aussi, avance de ton côté car apparemment cela créé un doute chez elle.
      Bonne journée

    3. Bonjour,

      les choses ont l’air de s’apaiser. Malgré tout, après une aussi longue période de tempête, la confiance n’est toujours pas là. Et toujours cette crainte qu’il manigance quelque chose avec sa maîtresse, car il la voit tous les jours et le temps qu’il passe à son boulot est de 12h, 12 longues heures.
      Récemment, j’ai vu un film (il passe toujours me semble-t-il) sur canal+ (et les chaines dérivées). Cela s’appelle “Arthur Newman”. Même si l’histoire de fond n’est pas la même que celle que je vis, je retrouve beaucoup dans le personnage joué par Colin Firth, le tourment et les interrogations, puis l’illusion de croire que c’est en fuyant qu’on pourra avoir la vie dont on rêve et que les rencontres sont celles qui dureront toujours, ce qu’a vécu mon mari. Les doutes, la mise à distance, ne pas être bien nulle part, et finir par fuir tout ce qui faisait sa vie, surtout nous.
      Je ne vous raconte pas la fin…:-). Si vous avez l’occasion de le regarder, peut être y trouveriez-vous des ressemblances aussi.
      Je laisse mon mail aussi pour celles qui veulent échanger en direct: tiboo35@free.fr.
      Il n’y a malheureusement pas grand chose à faire, à part laisser faire le temps. Chaque jour apporte son lot de tristesse, d’incompréhension, et aussi de décisions, malgré tout. On avance comme on peut, on se construit comme on peut, mais chaque jour est un jour de plus. Les larmes ne sont pas arrêtées mais au fur et à mesure du temps, il y en a de moins en moins. On finit par se blinder, se faire à cette vie qu’on n’a pas choisie, à cette moitié qui n’est plus celle que l’on a aimé.
      Courage, courage, courage.
      Louloute qui vous embrasse

  25. Bonjour à tous,

    Hier, j’ai pris la décision de me faire aider car la situation est de plus en plus difficile à gérer pour moi.

    Pas un message de sa part hier, elle est rentrée à minuit, au téléphone avec sa nouvelle copine…Elle s’est vite enfermée dans la chambre d’amis. Je pense qu’elles ont passé la soirée ensemble.

    Ce matin, très peu d’égard à mon encontre, juste pour me demander si la manière dont elle était habillée allait…

    Et enfin, avant de refermer la porte pour partir, elle me lance “tu as pu avancer pour l’appartement? Car cela devient de plus en plus difficile pour moi de cohabiter. J’ai besoin de mon intimité”. Clap de fin.

    Hier, une amie commune m’a appelé pour me dire que toutes les deux avaient échangé. Ma compagne lui a confirmé qu’elle partait parce que trop de choses de vont plus entre nous, qu’elle a besoin de vivre seule…Cette amie m’a aussi dit qu’aujourd’hui il n’y avait plus rien à faire, qu’il fallait qu’elle parte…

    Je sens cet indescriptible mouvement de balancier, elle s’éloigne de plus en plus et se rapproche de plus en plus de l’autre…La différence entre ma compagne et moi, c’est que je n’ai pas choisi la rupture, je n’ai pas choisi la vente de l’appartement et j’ai ce sentiment de vide atroce car je n’ai rencontré personne, aucun substitut, aucune transition…

    Pour la première fois de ma vie, je suis en arrêt maladie, une semaine. Je n’arrive plus à assumer mes responsabilités professionnelles. Je ne lui ai pas dit. Je n’ai pas envie qu’elle me prenne en pitié, alors je fais bonne figure. Et quand la porte se referme, je m’écroule.
    Je tourne en rond chez moi, j’ai perdu le goût à tout…

    Et le plus affreux dans tout cela, c’est que je n’arrive pas à lui en vouloir…Je lui trouve toujours des circonstances atténuantes (problème de job, frustration, désir d’enfant, âge,…).

    J’ai aussi envie de changer de vie, de revenir sur Paris. J’ai envoyé quelques candidatures et j’ai déjà eu quelques entretiens téléphoniques.
    Je sais qu’elle aussi cherche désormais sur Paris.

    Je ne sais pas comment renouer ce contact si vite délié…Elle s’éloigne de plus en plus vite…

    1. Bonjour à tous. Que de nouvelles histoires et toutes des copier/coller. C’est incroyable…..pour ma part, la situation n’avance pas vraiment et malheureusement nous devons faire face à une cohabitation destructrice…..il n’assume aujourd’hui tjrs pas ce qu’il a détruit. Aujourd’hui c’est extrêmement conflictuel….pour résumé ses sentiments amoureux sont morts et les miens agonisent…..mais ce serait long à expliquer….je me fais aussi suivre par un psy. J’ai commencé à sortir, vivre pour moi….mais c’est trés dure….je ne le fais pas encore par plaisir….mais par obligation pour ne pas sombrer….par contre, sa froideur, ses humiliations dont il n’a même pas conscience me donnent la rage…et la force de me battre et d’avancer pour moi et mes enfants. Je ne crois plus à un éventuel “electrochoc” et surtout trop de mal trop de souffrance.il a détruit notre vie…..il y a des jours ou je m’effondre…et lui, il agit froidement, il reste indifferent à ma souffrance…il y a d’autre jour ou je me bat et je me dis qu’il ne detruira pas Ma vie….et je me relève. …et finalement je me rend compte qu’il ne supporte pas ces jours ou je me sens mieux….là est toute la complexité de la situation….ils ne sont pas dans leur état normal….mais nous n’y pouvons rien.le temps fera les choses….mais tout est détruit…..
      je vous embrasse tous bien fort.
      Je suis du 85, mais je me deplace souvent ds le 29, le 22, le 35, le 44. Je ne sais pas comment on peut faire pour se contacter….mais n’hesitez pas si vous avez une idée….

  26. Bonjour à tous,

    Cela fait 2 semaines que je lis vos posts et sans surprise, comme vous, je traverse la même chose.

    C’est dur, violent, anesthésiant…

    En quelques mots: ma compagne et moi sommes pacsées depuis 4 ans, nous avons acheté un appartement et nous partagions beaucoup de choses (voyages, sorties, …). Et puis, il y a 3 semaines alors que j’étais montée à Paris pour 4 jours (pour un entretien), je ne reçois plus de nouvelles (alors que nous avions l’habitude de nous envoyer des sms chaque jour). Alertée, je lui demande pourquoi elle ne me donne pas de news….Et là, je reçois le sms que personne n’a envie de recevoir “On en parlera calmement à ton retour”.

    Et c’est là qu’elle m’annonce que c’est fini, qu’elle ne ressent plus rien, que je suis qu’une amie pour elle, qu’elle veut vendre l’appartement au plus vite, puis qu’elle prendra une location pour vivre seule…

    Je sentais bien que depuis quelque temps, elle n’allait pas bien, elle avait pris l’habitude de boire quelques verres d’alcool le soir, s’était remise à fumer, focalisait sur son âge (elle à 38 ans), son désir d’enfant, l’obsession d’avoir un meilleur job…

    En quelques jours, tout a volé en éclat et les 3 dernières semaines ont été extrêmement éprouvantes pour moi d’un point de vue émotionnel.

    Non seulement, elle a rencontré quelqu’un sur un site de rencontre avec qui elle couche mais aussi à qui elle raconte tout (qui je suis, notre séparation, bref, TOUT).

    Elle a été très violente verbalement et par écrit avec moi, me demandant de régler au plus vite les démarches pour la vente de l’appartement (j’envisage de lui racheter ses parts).

    Je ne sais donc vraiment plus où j’en suis. Des fois je souhaite que cela se finisse vite et d’autres fois, je ne veux pas que l’on se quitte et brise tout ce que l’on a construit et partagé…

    1. Les histoires se suivent et se ressemblent….
      Comme tu le dis, faut il vite en finir ou faut-il espérer?
      Pour ma part, il est revenu, il veut qu’on réessaye, il veut reconstruire..mais après tout le mal qui a été fait, même si je me dis que c’est pour le bien de tous de reconstruire, je mène de plus en plus ma vie de mon côté, avec mes amis(ies), mes sorties, mon sport, mon boulot, mes enfants…
      Tout a été saccagé, détruit, …construire sur du neuf, ce serait bien mais quand l’home que vous récupérez n’est plus le même dont vous êtes tombée amoureuse, que vous avez épousé, le même avec qui vous avez partagé tant de choses…malgré tout, j’essaie de voir ou plutôt d’entrevoir ce que pourrait être notre vie future…Pour l’instant, c’est RIEN….
      Tout ce que fait ta compagne laissera des traces indélébiles, personne ne s’en sort indemne; Le tout est de savoir ce que tu veux reconstruire ou pas. Il faut du temps, et surtout le présent est douloureux. Courage Delphine, fais des choses qui te font du bien, …avance pas à pas, jour après jour…
      Je t’embrasse…

      1. Bonjour à tous,

        Et oui nos histoires se ressemblent. Comme toi Cécile je souhaite que mon mari me disent qu’il veut revenir et reconstruire. Mais je ne crois pas qu’il en soit là. Louloute ton mari avait-il quitté la maison ? Au bout de combien de temps est-il revenu ? Le mien m’a quitté en me disant qu’il ne m’aimait plus, ne voulait plus vivre la vie que l’on menait. Il est parti s’installer chez une femme qui n’était soit disant pas sa maîtresse en janvier, et l’est bizarrement devenue en février ou mars. Il reste très évasif sur le début de leur relation !! Bien sur je ne souhaite qu’une chose qu’il revienne, mais comme tu le dis, je ne reconnais plus l’homme que j’ai épousé il y a 21 ans et que j’ai connu il y a 25 ans, le père de mes enfants. Et tellement de souffrance et de mal ont été fait. Voilà maintenant 9 mois que ma vie a basculé et toujours cette angoisse, ce stress, cette douleur et par moment l’espoir. Pourtant je pense avoir avancé. Changé de boulot, de région, mis la maison en vente et limité nos échanges et nos rencontres (1 mois que je ne l’ai pas vu et nos échanges par mail ou sms se limitent aux problèmes financiers et pour les enfants). Mais dés que je pense à lui, à notre histoire je ne peux m’empêcher d’être triste. Et puis je l’imagine avec sa greluche (terme que j’ai trouvé pour l’autre !) et là j’oscille entre chagrin et colère. Je crois que ces histoires laissent énormément de traces et qu’il est bien difficile de passer à autre chose. Je vous souhaite à tous du courage et vous dit merci pour vos témoignages.On se sent moins seule, même si la douleur est là…

        1. Bonjour à tous/toutes,
          Triste, je te lis et je me dis que nous sommes siamoises de souffrance… et de vécu – 9 mois d’enfer aussi pour moi, 26 ans ensemble, lui aussi s’est engagé tout de suite ds une autre relation – et est loin de remettre en cause ses choix. Comme toi douleur, tristesse, colère aussi. J’ai depuis 15 jours un fond de colère qui ne me quitte plus, je limite les échanges au maximum pour que la situation ne dégénère surtout pas, j’ai tellement peur de ça pour nos enfants, je suis tellement en colère que j’ai peur de mes réactions. Je me sens me durcir, me blinder intérieurement… et une part de moi ne le souhaite pas, souhaite toujours y croire. Mais j’ai le sentiment diffus que tout cela va trop loin, trop de mal, que cela devient inexorablement irrattrapable- et c’est là où Louloute tu sembles avoir une longueur d’avance sur nous. Il y a 5 mois j’aurais repris mon mari à n’importe quel prix – aujourd’hui je sais que la crise a été tellement profonde qu’il faudrait un réel mea culpa et une profonde remise en cause de sa part – ce que je ne vois pas arriver du tout pour l’instant… J’ai par moments des flashes de regrets, de moments de pur bonheur qui me reviennent et m’emportent dans la douleur – à d’autres moments je ne fais que me dire “qu’il aille au diable, il nous a fait trop de mal”. Et ça c’est assez nouveau.
          Je pense à vous tous, et surtout aux nouveaux arrivants des derniers jours – courage, courage, pensez “instant présent”, luttez contre vos pensées négatives, sortez – la lumière sera de toutes façons au bout du tunnel, ça c’est un fait, même si c’est tellement difficile à croire au début.
          Cécile

        2. Bonjour Triste,
          oui, il avait quitté la maison et est allé s’installer chez sa mère. Il a mis à profit cette période pour aller à l’hôtel avec sa maîtresse.
          Il disait qu’il voulait prendre du recul or, c’était pour être plus tranquille à gérer ses soirées!!!!
          Ma 2e fille a été dévastée. Je vais d’ailleurs la faire suivre par une psy car elle montre des signes de révoltes et de tristesse qui sont liés à ces événements.
          Mais si je compte bien, cela fait 2 ans que cette situation perdure et 8 mois de liaison et de mensonges.
          Il m’a avoué dernièrement que la banque du sang a refusé de prendre son sang car ils ont demandé s’il avait d’autres partenaires que sa femme. Il a répondu par l’affirmative !!!!
          Bref…
          Tu sais, les choses ne s’effacent pas comme ça. Le temps est le meilleur des alliés. Cela fait un peu moins mal chaque semaine qui passe. Ce soir, je vais dîner avec des copines, cela me changera les idées et demain midi, je vois mon groupe de potes.
          Ne reste pas seule. Fais toi de nouveaux amis(ies), accorde toi du temps… respire.
          La douleur est encore là, intacte, mais certains bons moments te permettront de te dire que cette douleur devient supportable.
          Je t’embrasse…
          PS: je suis du 35, en Bretagne

          1. Bonsoir Louloute et Cécile,

            Merci pour vos réponses.

            Oui Cécile, j’ai aussi l’impression qu’on est au même point dans notre histoire. Je me reconnais dans ta réponse, même ressenti, même colère, même question… La douleur, les regrets et la tristesse lorsque je repense aux bons moments passés, en famille ou en couple, à notre complicité, puis la rage pour tout le mal qu’il fait, l’envie qu’il souffre comme je souffre. Au début j’ai lutté contre ce sentiment, j’en ressentais même de la culpabilité, mais plus les jours passent et plus je me dis que j’ai le droit de lui en vouloir. Comme toi je limite nos échanges par peur d’aller trop loin en laissant éclater ma colère. Certains jours j’espère un possible retour, mais il faudrait effectivement un vrai mea culpa de sa part. Pourtant au fond de moi, je sais que ce retour n’est pas possible, et que s’il doit être il faudra du temps. Beaucoup me disent ils finissent par revenir, mais tellement changé…

            Pour l’instant mon seul réconfort est que les enfants n’ont pas trop l’air de souffrir de la situation et qu’il s’occupe d’eux. Comme je l’ai écrit, j’ai choisi de changer de région et depuis fin mai 260 kms nous sépare, les enfants sont avec lui le temps de finir l’année scolaire. Il m’a fallu faire un choix, je l’avais suivi en Isère pour son travail, mais nous sommes tous deux originaires du Gard, j’ai choisi de revenir vers ma famille et mes amis. Mes enfants me rejoindrons pour les vacances et ferons leur rentrée en septembre avec moi. Je leur ai laissé le choix.

            Oui Louloute, je sais que je ne dois pas rester seule. Je pense m’inscrire dans un club en septembre afin de faire de nouvelle rencontre, car bien sur tous mes amis sont en couple et ce n’est pas toujours facile, il m’arrive parfois de les envier et cela me renvoie un sentiment d’échec, mais je sais qu’ils sont là pour moi. Je comprend que tu es déjà fait du chemin, deux ans c’est long… Le mien n’a pas pu partir chez sa mère, trop loin, de toute façon il n’a même pas eu le courage de lui dire qu’il me quittait, il a fallu que j’insiste et que je me fâche pour qu’il informe nos proches de sa décision. Il ne m’a pas dit non plus qu’il s’installait chez sa maîtresse, même à nos proches et à la famille, il répète que lorsqu’il est allé s’installer chez elle il n’y avait rien entre eux. Mais bon vous en connaissait beaucoup des femmes qui héberge un homme qu’elle ne connaisse pas, lui font à manger et lui lave son linge en échange de 350 euros par mois !

            Je sais aussi que le temps permettra d’atténuer la douleur, sans pour autant la faire disparaître, il m’arrive parfois de me sentir bien, juste bien. J’ai encore du mal à profiter des sorties que je m’oblige à faire, soirée, resto… à chaque fois un sentiment de solitude et une sensation de vertige, de mal être m’accompagne. J’espère qu’avec le temps cela passera.

            Encore merci pour ce partage d’expérience et de vécu, cela fait du bien de pouvoir échanger et se confier, pas toujours facile à faire avec nos proches que l’on ne veut pas continuellement embêter en répétant notre souffrance et notre douleur.

            PS : Louloute, de quel coin de Bretagne, ma famille maternelle est dans l’Ile et Vilaine et dans le Morbihan.

            Cécile courage oui la lumière est au bout du tunnel, mais que ce bout est loin…

            Bises

  27. Bonsoir à tous,

    sur mon dernier post, je vous disais que je lui demandais la séparation. L’heure était venue pour moi de tourner la page. Cette page n’est toujours pas tournée…quelqu’un disait que le jour où ça irait mieux, nous ne viendrons plus sur ce forum…
    J’y suis encore, cela veut dire que ce n’est pas fini…
    Il a refusé la séparation, de façon claire et nette. Mais il n’était pas le seul. Mes enfants n’ont plus n’ont pas voulu.
    Il m’a supplié, et veut que cet été, nous nous donnons cette opportunité, tous les 4, de s’accordaient du temps à chacun et si, cela ne fonctionne pas, il accepte la séparation.
    La thérapeute de couple dit que l’infidélité est souvent le moteur d’un renouveau. Quelque chose sur laquelle il est impossible de fermer les yeux ou de passer outre. L’infidélité délie les langues et fait sortir ce qu’il y a de pire, de non-dit dans un couple. L’issue est incertaine mais au moins, tout est dit.
    Je me rends compte que dans notre couple, nous nous sommes désynchronisés. Il a fait un chemin concernant notre couple, des décisions qu’il a prises, une avancée où je ne suis toujours pas là…Il avait décidé que notre relation était terminée, qu’il voulait une autre vie, il s’est rendu disponible pour autre chose…Il ne voulait plus de ce qu’il a construit. Puis la découverte de son infidélité et les ravages lui ont fait atterrir et se rendre compte de l’importance de ce qu’il a construit. Aujourd’hui, il parle de l’avenir de notre avenir …là, où moi, je reste encore bloquée sur la douleur de ses paroles, de ses rejets (nos enfants, notre maison, moi, sa famille, ses amis…)…
    Depuis tout ça, il a mis beaucoup de distance avec ses collègues, surtout sa maîtresse, rentre à l’heure, ne travaille plus ni le soir, ni le week-end, s’occupe des enfants, participe à tout….Moi, je me suis rendue compte qu’il s’est rendu “dispensable” et que ma vie ne tournait plus autour de lui. Je me suis faite de nouveaux amis(ies), découverte une capacité à faire certaines choses, à vivre pour moi.
    Je n’ai plus rien à perdre…mais si je suis encore sur ce forum, c’est parce que ce n’est pas encore fini. Je n’ai toujours pas retrouvé de sentiment pour lui et je ne vois pas encore d’avenir avec lui, pour le moment…peut être que le temps me fera changer d’avis…mais voilà, on guérit de son grand amour, on guérit de ses rêves, …

    1. Bonjour à tous,
      Toujours de la souffrance chez tout le monde…
      Je te souhaite bon courage Louloute – quelque part j’aimerais bien que mon mari me dise qu’il veut essayer !!! C’est ce que je souhaite depuis 9 mois… Mais je comprends aussi que tu aies fait ton chemin, il y a tellement de mal qui est fait qu’on se demande si on pourra jamais s’en remettre…
      Est-ce que certains d’entre vous souhaiteraient se rencontrer autour d’un café ? Je suis en région parisienne, je m’excuse par avance auprès de ceux qui ne le sont pas, tout tourne tellement autour de Paris ! Mais j’aimerais beaucoup vous rencontrer.. Bien à vous, Cécile

      1. Bonjour Cécile,
        j’ai suivi ton conseil et j’ai acheté le livre “je t’aime mais je ne suis plus amoureux”.
        j’ai commencé à le lire et son optimisme se heurte à la réalité.
        je crois que mon épouse ne m’a pas adressé plus de 10 mots entre 19h et 23h! je me rends compte que c’est toujours moi qui envoie de tendres SMS, c’est toujours moi qui l’appelle pour prendre de ses nouvelles dans la journée. l’ambiance n’est pas conflictuelle mais je ne ressens pas bcp de sentiments dans nos échanges.
        Il y a toujours une ombre entre nous, “l’ami inapproprié”, expression mentionnée dans le livre.
        je me sens fatigué de l’intérieur et les vacances qui arrivent ne sont pas une réjouissance pour moi car je me rappelle de celles de l’année dernière. et ce n’était pas formidable!
        pour me rassurer et relativiser les choses par rapport à ton histoire, mon épouse est là (physiquement en tout cas)!
        Nous nous donnons tous du courage mutuellement et ça fait du bien!
        Je suis également sur la région parisienne. mon adresse mail est odu91.od@gmail.com
        Bonne journée à tous. olivier

        1. Bonjour Olivier,

          A lire tes posts je vois que tu es plus ou moins dans la même situation que moi, elle est là physiquement mais ailleurs par l’esprit.
          Plus tu enverra de sms, mots doux etc…plus elle risque de se sentir “étouffée”, à mon avis n’envoie plus rien, reste courtois et sympa, parle d’autres gens qui s’intéressent à toi mais sans en dire trop, voilà cherche à (ré)susciter de l’intérêt, ne recherche plus le 1er le contact ou alors de façon très “furtive”. Je sais c’est TRES difficile mais plus tu essaieras de rester proche plus elle s’éloignera. Perso j’ai essayé (je n’envoie que des messages mais en réponse aux siens, plus de cadeaux, plus de sorties sur ma proposition mais des sorties de mon coté…) ça a donner quelques résultats d’interrogation et de nouvel intérêt, je ne dirais pas que ça a redémarrer les sentiments amoureux mais bon ça peut remettre le couple sur d’autres rails car avec le temps les sentiments et la relation évolue/change pas toujours dans le sens que l’on souhaiterait.
          Quant au livre je suis en train de le lire, certes il est optimiste mais il part quand même de l’hypothèse que les deux sont partants pour remettre les choses en place, hors quand l’autre a décider de se séparer et de partir et ne reste que pour des raisons économiques c’est pas gagné….

    2. Bonjour Louloute, je vis actuellement un peu la même histoire que vous. En couple depuis 16 ans avec trois enfants, et aprés avoir une crise de la quarantaine ou je me suis renfermé sur moi même, ma moitié a décidé de tout envoyer balader car elle a besoin de plus de liberté après ces durs moments passés à mes cotés (6 MOIS, elle a donc quitté le domicile conjugual malgré une thérapie personnelle pour elle et pour moi ….
      je lui demande d’essayer de réfléchir a devenir un nouveau couple, en étant elle, en étant moi …. mais rien n’y fait elle a peur que je recommece…

      Merci de me lire

      Jean

      1. je reviens par contre sur ton message a toi Louloute, peut etre parce que je suis un homme, mais je pense quil est bon pour vous d’essayer à nouveau, de vous laisser encore une chance, si effectivement il a accepté ses erreurs et que la communication est engagée!
        penses a toi, quil pense a lui, puis pensez a vous deux et a vos enfants….rien n’est impossible si evidemment les deux le veulent vraiment.
        bon courage et bravo

  28. Bonsoir louloute,

    C’est ce jour pour moi aussi l’heure de la séparation. Je suis à la fois terriblement triste mais aussi soulagée que cette situation insoutenable cesse. J’ai découvert que je vivais avec quelqu’un de profondément faux. Il invente des histoires, voire des discussions, je ne le reconnais plus depuis 4 mois maintenant.
    Aujourdhui nous souffrons tous sur ce forum mais comme le dit le dicton, c’est un mal pour un bien…en tout cas nous n’avons pas d’autre choix que d’y croire…il est possible que d’ici quelques mois nous soyons plus heureux qu’eux… La roue tourne, ça s’est une certitude, le tout s’est de traverser sans encombre cette période de transition…. La vente de la maison, la mise en place de la garde, etc, etc, toutes ces choses pour lesquelles on se sentait à l’abri mais qui nous arrivent finalement à nous aussi. Il faut qu’on relativise, ca n’est pas si grave que ca au fond (ca ne m’empêche pas de pleurer parfois encore) mais on s’en remettra, j’en suis persuadée. C’est plus dure par contre de ne pas culpabiliser pour les enfants, je n’arrive pas a les protéger de cette situation, il la vive avec moi, me voit parfois encore pleurer mais je tente quand ca va mieux de leur donner les côtés positifs de cette future situation : une maman qu’ils verront moins souvent mais beaucoup plus disponible quand on se verra, d’autres projets, etc.. C’est pas simple tous les jours mais on ne peut pas être parfait compte tenu de ce qu’on vit !
    Je vous embrasse tous, bon courage à tous, donnez nous de vos nouvelles, on se sent moins seuls….

    1. Bonjour à tous.
      c’est aussi la fin pour notre belle vie commune de 22 ans. Il me quitte. Je suis effondrée et en même temps l’homme qui me parle aujourd’hui n’est plus l’homme que j’ai aimé et qui m’a aimé alors ce n’est plus possible. Sa vision des choses est devenue irrationnelle et très loin de celle que nous avions. Je me voyais vieillir auprès de lui, lui non…..c’est triste.
      en effet nous devons nous reconstruire mais ….. c’est bien difficile à imaginer. Réapprendre à vivre une autre vie que l’on a pas encore choisit mais qui nous est pour l’instant imposée…. Il parait que ca ce fera….avec le temps….sans doute le début d’autre chose, il faut s’en convaincre…s’y resoudre. Y arriverais je un jour???j’ai aujourd’hui bien du mal à y croire….
      merci à tous pour vos commentaires et bon courage à vous.

  29. Bonjour, j’ai pris votre accompagnement audio pour traverser la crise de la quarantaine, alors j’ai bien aimé, j’ai trouvé des pistes pour travailler sur moi même et j’ai vu le risque si je ne le faisais pas…
    Merci encore!
    pour le prix que j’ai payé franchement ça m’a épargné une visite chez le psy et j’aime bien car ça nous responsabilise, au final c’est nous qui décidons de sortir ou pas de cette crise…

  30. Bonsoir,
    Ce nouveau témoignage de triste est bouleversant, sans doute parce qu’on y retrouve notre propre histoire. Courage triste, nous sommes nombreuses et nombreux a traversé ce changement qu’on subit. Pour ma part, je me dis que c’est comme un accident de voiture, une maladie, enfin toutes ces choses qu’on subit et qu’il faut affronter. C’est plus dure à acdepter car on se sent trahi pour la personne en qui on avait confiance. Tu as raison, nous changeons aussi et de plus l’homme que nous avons aimé n’existe plus, il faut faire ce deuil.. il paraît que la douleur finit par s’estomper puis disparaît. Il faut qu’on fasse confiance à ceux qui ont traversé cette tempête et qui aujourd’hui vivent malgré tout heureux…
    Et Maxime, louloute, Nathalie, ou est êtes vous ? Donnez nous de vos nouvelles svp.
    Bonne soirée
    Jeanne

    1. Bonjour à tous,
      triste, encore un copier/coller de mon histoire…de celle des autres.
      Après un mieux du moins c’est ce que je croyais….. (car d’après lui il le croyait aussi mais me dit aujourd’hui qu’il a voulu s’en convaincre lui même. ….sans doute ….car bien sûr toujours pas au clair avec son ressentit….et je me suis de nouveau effondrée et comme il dit, il faut que ca s’arrete il ne peut plus se permettre de nous faire souffrir moi et les enfants….et cela sonne comme une évidence…et pourtant…je ne l’accepte pas je n’y arrive pas.bien sur moi ce qui m’empeche de partir de franchir ce pas c’est mon amour pour lui. je reste convaincu qu’il se trompe que ces emotions sont perturbés qu’il le regrettera sans doute… il le dit lui même. ….mais n’y arrive plus….
      comment avancer, se séparer et ne pas avoir peur de cela. ne sera t’il pas trop tard????c’est cela que je redoute aujourd’hui. Je pense qu’il doit faire ce que son nouveau “moi” lui dicte (méme s’il ne l’admet pas non plus)pour qu’il realise ou pas son erreure. Mais est ce que j’arriverai à lui pardonner puisque moi aussi je vais soit disant évoluer. …alors qu’aujourd’hui je le peux encore….????mais je ne vais pas continuer a entendre mon palpitant dés qu’il rentre ds la maison, à attendre qu’il me sert dans ses bras et qu’il me dise mais qu’est ce qui m’a pris???? A attendre ces textos doux d’avant, à attendre de passer encore pleins de bons moments.
      Je sens la fin inévitable et je ne peux m’y resoudre…..mais je n’en peux plus de passer mes jours mes nuits à pleurer…je me suis arrêtée de vivre…je n’arrive plus à rien faire, n’ai plus gout à rien..?.je suis debout et encore….pour mes enfants mon travail….mais plus rien n’a de saveur….
      je suppose que vous en êtes là aussi plus ou moins selon les cas…et je me languis d’avoir de vos nouvelles car il me semble que ceux qui ne l’on pas vecu ne peuvent comprendre….ils sont dans le jujement vis a vis de lui…et me disent de le laisser…..que ce n’est plus possible pour moi…mais l’amour de ma vie!!!! Tout ce qu’on a construit………je ne peux m’y resoudre…..
      merci de me lire encore une fois…..trop besoin de parler!!!!!
      nathalie

      1. Bonjour Nathalie,
        Sans le vouloir, il est déjà en train de te changer. La douleur qu’il te fait endurer change, malgré ce que tu peux espérer, les sentiments que tu as pour lui. Tu es toujours là, cela veut dire, que tu es forte, malgré les larmes, et le découragement.
        C’est plus facile à dire qu’à faire, mais considère toi comme célibataire, vis pour ce qui te semble stable. Même s’il revient, plus rien ne sera pareil car la douleur qu’il te fait endurer, tu n’as pas envie de la subir à nouveau. Mais il sera là, et tu ne croiras plus ses parles, ni le verras de la même façon. On s’endurcit et on espère des jours meilleurs. Tout le monde me dit que le temps est un remède fabuleux. Tout est encore trop frais, trop douloureux, trop vif.
        Nous sommes allés voir une conseillère conjugale hier. Ses paroles étaient pleines de bon sens, et avaient beaucoup de sens.
        Il y a du travail à faire, beaucoup de choses à comprendre, remonter le cours de notre histoire pour savoir où cela a déconné et pourquoi, ils en arrivent là.
        Arrêter de pleurer est facile à dire mais pas à faire. La souffrance est omniprésente, mais on apprend à vivre avec. Tu deviendras beaucoup moins dépendante de lui, mais surtout tu seras déçue par l’homme de ta vie.
        N’attend rien de lui et avance de ton côté. Il est “toxique” pour toi, pour le moment. Vis ta vie, ouvre toi à de nouvelles choses…mais ne conditionne plus ta vie en fonction de lui et n’attend pas de “continuer” ta vie comme avant. Plus rien ne sera pareil.
        Aujourd’hui, j’évite même de discuter de tout ça. J’ai besoin de me reconstruire et j’attends de voir comment les choses évoluent, qui il est aujourd’hui.
        Courage, nous sommes là. Si tu veux qu’on se parle plus en MP, n’hésite pas.
        Bises

      2. Bonjour Nathalie.
        Je viens de lire ton poste et je vis exactement la même chose, le même ressenti. J’ai l’impression que tu as écris à ma place. 10 ans de vie commune et il y a 5 jours il m’apprend qu’il ne m’aime plus qu’il veut qu’on se sépare. Je suis anéantie, je l’aime tellement, je ne comprends pas cette décision si rapide mais il me dit que ça fait plusieurs mois qu’il pense mais que je n’ai pas vu es signaux qu’il m’a envoyé. Je ne fais que pleurer j’ai du mal à aller travailler ma vie n’a plus de sens. L’avenir me fait peur j’ai une situation professionnelle peu stable voir précaire et un enfant à charge. Je suis entourée par ma famille mais je me sens si seule face à cette souffrance, cette abandon.
        Vous lire tous me permet de relativiser un peu car je me sens moins seule dans ce cas mais très vite je refais face et réalise que tout ça est réel,. Je n’arrive plus à manger car rien n’a de saveur, ni le quotidien, ni la nourriture, ni l’été qui arrive…. j’ai mal.
        Bon courage à toi, à nous 😉

        1. Bonjour à tous

          je vous lis et j’ai l’impression que vos histoires sont le copié collé de la mienne, J’étais avec mon ami depuis 1999, il y a 6 mois il a commencé a vouloir voir une psy pour régler soi-disant des problèmes avec sa mère, à partir de là j’ai ”su” que notre couple était en danger. il m’a répondu alors que non je me faisais des idées, il consultait pour aller mieux, Bref, au fur et à mesure de ses visites, je le sentais de moins en moins bien et devenait distant envers moi. Je lui ai alors exprimé mon constat et c’est alors qu il m’a expliqué qu’il parlait aussi de notre couple avec sa psy. Je suis resté bouche bée! Nous avions donc bel et bien un problème dans notre couple. A chaque fois, quelques jours après avoir rendu visite à la psy, il allait mieux, pas distant avec moi, et toutes les 3 semaines rebelotte. Et toutes les 3 semaines je lui disais que c’était difficile a vivre pour moi, que je n’aspirais à une seule chose : être heureux. Il m’aimait ne voulait pas me perdre, pleurait beaucoup, tout comme moi (Nous avons toujours eu l’un pour l’autre un respect mutuel, nous ne disputions que rarement). Ce même scénario s’est répété pendant 6 mois. Jusqu’au 11 mai dernier, où lors d’une nouvelle demande de ma part (à chaque fois, c’est moi qui a du ouvrir le dialogue), il m’annonce que c’est terminé, qu’il a pris cette décision car je ne savais pas la prendre. Qu’il ne supporte plus notre routine, qu’on est trop souvent ensemble, que ça l’étouffe. Qu’il assumera son choix! Ce jour là il dit m’aimer mais ne plus être amoureux. le mercredi 13 (jour de son anniversaire), il est parti s’installer chez des amis communs , car la cohabitation entre tous les deux n ‘aurait pas été possible. La semaine dernière on s’est vu pour régler le partage (argent, meubles etc…), nous n’avons pas du tout parlé de tout cela. Hier 11 juin, il est revenu à l’appartement (qu’il appelle maintenant ”chez toi”) pour régler d’autres papiers administratifs, et là je lui exprime ma souffrance à nouveau car il pensait que j’allais mieux. Alors oui effectivement je donnais le change dans notre travail car nous faisions le même job et étions amenés à animer parfois ensemble des réunions (nous ne nous voyions pas pour le travail, uniquement pour les réunions). Je lui ai donc expliqué hier que non je ne vais pas bien, que je l’aime toujours, je me mets à pleurer, bref…. et lui m’annonce qu’après ce mois de séparation, je ne lui manque pas, et qu’il a bien réalisé qu’il ne m’aime plus , il a de l’affection, mais plus d’amour pour moi. La douche froide, moi qui espérais que vivre séparés le ferait réfléchir pour mieux revenir d’ici quelques semaines ou mois, ben là tout s’effondre. Je l’ai mis dehors sur le champs (ma réaction n’est pas forcément bonne, je la regrette mais bon c’est fait)., et je sais qu’il a depuis le week-end dernier fait une rencontre (juste pour le sexe me dit-il) mais bon dormi chez cette personne 2 nuits de suite, juste pour le sexe, ça me paraît bizarre. Bref, voilà, malgré le fait qu’il m’a dit ne plus m’aimer, je n’arrive pas à m’y résoudre et je me dis qu’il est euphorique, qu’il veut vivre de nouvelles choses, mais ça je sais, c’est juste pour me rassurer hélas.

          Qu’en pensez-vous ?

          Bonne journée
          Eric

          1. Bonjour Sev, Eric,
            Je vous lis et mon coeur saigne pour vous – parce que vous êtes en plein dans le pire, le début de cette souffrance intolérable qui nous prend à la gorge, nous empêche de manger, dormir. J’étais à votre place il n’y a pas si longtemps, malheureusement.. Alors je voudrais insister sur juste une chose : pensez à VOUS, prenez soin de VOUS, essayez de ne penser NI au passé, NI à l’avenir. Repoussez du plus fort que vous pouvez vos pensées vers eux dès qu’elles se présentent – et au début tout, absolument tout, vous ramène vers ça, c’est insupportable. Je sais, c’est très dur, ça fait très mal, et on a ce hamster qui se met à tourner dans la tête et qui ne s’arrête plus. “Pense à ta vie qui se continue de minute en minute; chaque minute vient après l’autre ; il est donc possible de vivre comme tu vis, puisque tu vis. Mais l’avenir m’effraie, dis-tu. Tu parles de ce que tu ignores. Les évènements ne sont jamais ceux que nous attendions ; et quant à ta peine présente, justement parce qu’elle est très vive, tu peux être sûr qu’elle diminuera. Tout change, tout passe. Cette maxime nous a attristés assez souvent ; c’est bien le moins qu’elle nous console quelquefois ” (Alain, Propos sur le Bonheur) – ma fille me l’a imprimé et accroché sur le frigo. Et tout est là dedans. On voudrait se débattre, se battre, les rappeler, leur crier qu’on les aime et qu’il FAUT qu’ils reviennent. Mais on ne peut pas les faire changer d’avis, ils le feront d’eux-mêmes- si et seulement si ils le veulent. Et en attendant, on ne peut rien faire… J’ai souvent dit à mon mari que j’avais l’impression d’être la souris coincée entre les griffes du chat, qui prenait un malin plaisir à me torturer. J’essaie de me sauver, encore aujourd’hui… Le plus dur, c’est d’apprendre à repousser les pensées qui nous font mal, à accueillir les larmes, surtout. Alors je pleure pleure pleure dès que j’en ressens le besoin ( après on se sent mieux, au moins pour qqs heures). Je tape dans un coussin si je suis en colère (plutôt que d’inonder mon mari d’injures). Et surtout je sors prendre l’air quand je sens que je vais craquer, que c’est juste intenable. L’air fait toujours du bien… Et je file chez le psy aussi, parce que ça fait vraiment du bien ! Voilà, c’est tout ce que je voulais vous dire, c’est ce qui m’a aidée ces derniers mois. La route est longue, très longue..; mais de temps en temps vous verrez une toute petite lumière au bout du tunnel, très éphémère, et petit à petit elle reviendra de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps…

        2. Bonjour sev.
          Je suis désolée pour toi pour nous. Cette crise est très violente et chercher à comprendre ne sert à rien,ils ne comprennent pas eux mêmes….une chose est sure c’est qu’ils ont changés. Aujourd’hui, mon mari, qui ne voulait plus nous faire souffrir….fait tout l’inverse.apres avoir crié haut et fort qu’il voulait divorcer, il ne veut pas partir, ne veut pas entamer la procédure. (Il a un gros problème avec l’argent….). Mais plutôt que de faire profil bas, il est odieux avec moi et me fait vivre un enfer.j ai beaucoup de mal nous cohabitons et son comporement est irrespectueux.tous ses pleurs, ses moments de déprime qu’il nous a fait vivre ont fait place à un être dedaigneux refusant d’assumer sa decision.(il chante, rit avec les enfants…)…enfin je ne vais pas m’étaler…mais nous sommes très en conflit. Il n’est plus du tout lui même. C’est infernal. Non seulement ils nous laisse sans plus d’égard qu’on abandonne un chien au bord de la route et en plus, il n’assume pas son choix….dois je moi même prendre les devants????je suis pommée….je ne comprend plus rien??? Il me pousse à bout.
          Je ne pensais jamais au grand jamais vivre un tel désastre. Je me fais suivre par une psy. Les traces qu’il laisse vont me detruire….
          Courage à tous.
          si vous souhaitez communiquer en privée…je suis preneuse.
          bises à tous

          1. Bonjour à tous… Éric, Cécile, Nathalie. ..
            Merci pour vos com ça fait du bien de se sentir écoutée, comprise et du coup moins seule.
            Nathalie je comprends ta tristesse face à cet homme que tu ne reconnais pas. Le quotidien doit être difficile. Mais il ne faut pas le laisser te détruire, peut être devrais tu effectivement prendre les devants car apparemment il fait preuve de lâcheté.
            Pour ma part la situation est pour le moment là même, nous cohabitons c’est très dur de le croiser et de ne pas pouvoir esperer autre chose de lui qu’un regard ou un ca va ? Il reste sur ses positions et me parle de vendre l’appartement, notre nid depuis 8 ans que l’on vient de refaire entièrement. Il reste gentil et tendre : un baisers sur le front le matin mais c’est tout. Est ce de la pitié ??? Je veux pourtant encore y croire et me dire que je peux rattraper le coup en lui montrant que j’ai tellement compris ce qu’il attendait. Au fond de moi je me dois de tenter de le récupérer afin de ne pas avoir de regrets.
            Je sais que le temps nous aidera à affronter le pire mais en attendant cette souffrance quotidienne est bien présente.
            Bon courage à tous, au plaisir de vous lire…
            Nathalie avec plaisir pour communiquer en privé. .. comment s’y prendre ?
            Sev

    2. Bonjour Jeanne,

      Oui, mon témoignage est bien semblable à tant d’autre. Il semble qu’a quelques différences prêts nos histoires se ressemblent. Le sentiment de trahison, la perte de l’être aimé, son changement, la douleur…

      Le temps, parait-il, estompe la douleur, mais il ne permet pas d’oublier.

      Oui, faire confiance à ceux qui sont passés par là et nous prouve que l’on peut à nouveau être heureux.

      Ce que je souhaite à tous.

    3. Bonsoir à tous/toutes…
      Je vous lis… et je crois lire ma souffrance/mon histoire. 9 mois que mon mari est parti. En moins d’une semaine, il m’annonce qu’il ne m’aime plus que “comme une mère”, qu’il n’est pas bien depuis de longs mois, que le “catalyseur” à son départ est sa rencontre avec quelqu’un du travail. Et il quitte la maison. Tristement banal… 26 ans ensemble (je n’ai connu que lui, j’ai 44 ans), et tout se retrouve par terre en 5 jours. Et ni moi ni personne n’a rien vu venir, encore moins les enfants, pour qui nous étions une famille et un couple modèle… Comme un 38Tonnes qui nous arrive sur la figure. Alors j’essaie de comprendre, je n’y arrive pas. Pour moi nous allions bien, 3 filles adorables, une belle vie, une entente partagée, du respect, de la confiance. Qui sont encore là, malgré toute la souffrance. Nous nous sommes sans doute négligés en tant que couple, oui, c’est certain, attentifs que nous étions à notre famille. Mais je ne comprends pas la brutalité du départ, le fait de ne pas nous avoir laissé de chance, de ne pas avoir parlé, tout simplement. Je n’arrive pas à digérer le gâchis… Et surtout je n’arrive pas à me reconstruire, j’ai encore tellement d’espoir, j’ai lutté contre au début, aujourd’hui je sais que ça ne sert à rien de lutter, il est là et c’est tout – quand ça va mieux c’est qu’il est vivace, quand ça va moins bien c’est qu’on le perd… Que faire ? Ce soir j’ai eu besoin de me confier, à vous dont les paroles résonnent en moi…En tous cas vous lire m’a fait du bien, temporairement… Bonne soirée.. Cécile

      1. Que te dire Cécile ? toutes les personnes intervenant sur ce site ont leur peine, ça ne console pas mais cela permet de voir que l’on est pas seul dans ce genre de situation. Moi c’est l’inverse, j’ai déjà écrit sour le pseudo de Laurent le 17 avril 2015 (mais quelqu’un l’a repris alors je mets Laurent2)donc je ne te réécrirai pas mon histoire “banale” et tellement caricaturale.
        Mon épouse est encore là et en même temps elle est ailleurs, en pensée et en coeur, alors l’un dans l’autre je ne sais pas ce qui est le plus terrible l’absence ou la présence “végétale”…J’ai quasi franchi le pas, j’ai la lettre de divorce dans ma voiture, je lui laisse encore du temps pour revenir, je fais un maximum d’actvités pour me “la sortir” de la tête mais c’est clair quand on se retrouve seul on coule vite, très vite…alors c’est là qu’il faut aller puiser au fin fond de soi même pour sortir la tête de l’eau ; alors fait du sport, met s toi dans une association (même quelques heures par semaine) trouve du temps pour toi (je sais avec trois enfants pas facile) mais fais le : 1) tes enfants seront contents de te voir faire “pleins d’activités” 2) tu vas te revaloriser parce que plein de gens te trouverons sympa et te le diront 3) tu vas “intriguer” ton mari et tu vas lui montrer que tu peux te passer de lui 4) tu vas arrêter de te morfondre continuellement 5) il y a des tas de gens qui n’attendent que toi !! nous vivons dans une époque du “jetable” et franchement quand on a pas été élevé comme cela, que l’on a des valeurs priofondes ancrées en soi c’est dur de se faire “jeter”, surtout quand on a tout misé sur sa famille et sur l’autre : comme je me le dis souvent j’ai toujours pensé “ma famille” “elle” et “moi” alors qu’elle a toujours pensé “moi” “moi” et “moi et les enfants”, voila notre différence.
        Bon maintenant 9 mois c’est longs (ma femme est encore là mais j’attends depuis encore plus longtemps que toi…) alors c’est usant, ça te pompe toute ton énergie et tant que tu resteras comme cela tu ne pourras rien démarrer de nouveau ni te projetter dans l’avenir…
        AGIS pour toi et te remettre en selle !!
        Une de ses meilleures copines (de ma femme) m’a dis d’être encore un peu patient, qu’elle se cherchait, mais bon tu vois j’ai bientôt 50ans et je ne vais pas pouvoir l’attendre pour les quelques belles années qui me restent alors si ça ne vient pas (je crois avoir été TRES patient et avoir tout fait pour la satisfaire, changer etc…mais si ça ne revient pas je devrais me faire une raison et “la laisser partir”
        Excuses moi d’être direct l’essentiel c’est que tu prennes conscience que TU EXISTES même sans lui et que tu as de la valeur.
        Le fait de te revaloriser il viendra à le savoir et peut être reviendra-t-il vers toi car tu pourrais de nouveau l’intéresser, l’attirer, mais attention tu ne peux pas rester son second choix !! C’est ce qui tue les couples comme les notres, la routine, la sensation que l’on a plus rien à se dire et la “petite occasion” qui se présente et qui ne brillera certainement qu’un temps.
        Donc à toi de jouer, reprends la main !
        Excuse moi encore c’est un peu le fouillis mais j’espère que tu as capté le message principal !! Bises

      2. Bonsoir Cécile,

        Je me retrouve dans ton histoire et dans ton ressenti. A la différence, il m’a dit ne pas être parti pour quelqu’un mais parce qu’il ne m’aimait plus et ne se voyait pas continuer à vivre avec moi. Mais bon partie début janvier chez une collègue qui avait une chambre à louer, il m’annonce en mars que la cohabitation les a rapproché et qu’ils sont ensemble, depuis c’est le grand amour, nos 25 ans oubliés, nos souvenirs et les bons moments passés ensemble oubliés… Hier encore il me disait qu’il fallait que je lui fasse confiance, qu’il n’y avait rien entre eux avant qu’il aménage chez elle, j’ai du mal à y croire. De toute façon cela ne change rien au fait qu’il m’a quitté, que je me retrouve seule, désespérée et comme toi j’ai ce sentiment de gâchis, si seulement il avait parlé, s’il nous avait laissé une chance… mais non, il a tourné la page et vit sur son nuage tout à son nouvel amour. Parler, se raconter fait du bien on se sent moins seule, mais cela n’efface pas la douleur. La mienne se transforme parfois en colère : comment a t il pu nous faire ça ! Nous formions une famille unie sans problème majeur, j’ai parfois l’impression qu’il réécrit notre histoire pour se trouver des excuses de m’avoir quitté et être aller voir ailleurs… Il y a des jours ou je n’espère plus et même ne souhaite plus son retour, et d’autres ou je me dis qu’un jour peut-être dans quelques années on se retrouvera, notre amour si fort renaîtra… alors oui cet espoir nous permet parfois de tenir le coup, mais ne nous empêche t-il pas également d’avancer… Pour l’instant je m’efforce de vivre et d’essayer, pour mes enfants d’avoir l’air heureuse, avec le temps peut-être retrouverons nous le bonheur, avec ou sans eux…

        Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve et t’assure, comme à toutes les personnes dans notre situation, de tout mon soutien.

      3. Bonjour Cécile,
        Ce matin, j’ai proposé une séparation au père de mes enfants. Je ne supporte plus cette atmosphère pesante à la maison. Je ne le supporte plus du tout. Je pensais pouvoir reconstruire, je n’y arrive plus. Je pensais avoir la force de continuer, je préfère tirer un trait. J’ai eu de beaux et bons moments mais là, je fais le clap de fin.
        Sa maîtresse est omniprésente entre nous, partout, il est avec nous mais sans y être.
        Je préfère qu’il s’en aille. Et que chacun se reconstruise de son côté.Ce que tu as écrit, c’est ce que j’ai vécu.
        L’espoir est là par moment mais le découragement est bien plus grand.
        Ce n’est plus l’home que l’on a aimé, ce n’est plus la personne que l’on a connu.
        Avec une boule au ventre, je dis adieu à 23 années de vie commune.

        1. Bonjour à vous tous,
          Comme vous, mon heure est venue, après 23 ans de vie commune. Usure du couple, routine et crise de la quarantaine de me femme. Il y a quelques mois, elle s’est mise à consulter un psy pour régler ses problèmes m’a t’elle dit à l’époque. Et de jours en jours, j’ai vu une nouvelle personne en face de moi, que je ne reconnaissais plus (maquillage, façon d’être devenue une femme fatale, agressivité et indifférence à mon égard, mise au sport avec pratique intensive tous les jours…).
          Je n’en pouvais plus, malgré que je l’aimais encore, même si je ne suis pas un homme démonstratif, je ne pouvais plus vivre de cette façon, et je lui ai demandé le divorce parce qu’elle m’a poussé à bout avec ce caractère qui m’étais devenu insupportable. Pour elle, tout allait bien, et elle a d’ailleurs accepté le divorce tout de suite sans aucune résistance. Et puis je suis tombé par hasard son compte gmail et j’ai constaté l’ampleur des dégâts : une aventure engagée il y a 6 mois avec un jeune homme de 12 ans moins que moi avec un lâcher prise total au niveau sexuel, photos à l’appui.
          Cela correspondait bien au ressenti que j’avais depuis quelques mois concernant son changement de comportement … et tous ces mensonges depuis des mois, la douche froide, incompréhensible.
          Alors j’ai cherché à comprendre, tout a tourné dans ma tête, elle m’a même conseillé de consulter un psy, ce à quoi je me suis refusé car ce n’est pas moi qui ai un problème mais bien elle.
          Alors je me dis aujourd’hui que j’ai pris la bonne décision, même si cela est dur. Je ne reviens pas sur mon passé que j’ai enfermé à double tour au fond de ma mémoire, et je me reconstruis tout doucement, pour mon fils, qui ne sera bientôt plus là non plus (15 ans).
          La vie est ainsi faite, rien n’est jamais acquis, les choses changent, j’ai appris qu’il ne fallait plus jamais ni regarder en arrière ni trop en avant, et il se passera ce qu’il doit se passer.
          Le pire c’est que mon ex-épouse souhaite conserver des liens d’amitiés proches. Je n’arrive par contre pas à me faire à cette idée …pourquoi me faire sortir de sa vie et vouloir conserver des contacts ? Je dois dire qu’elle est sur son petit nuage et que son discours n’est pas toujours très cohérent. Et dire qu’elle me dit avoir des valeurs … en tout cas elles ont bien changé, pour moi l’infidélité n’est pas une des valeurs que je prône.
          A tous et à toutes, battez vous pour vous, pour vos enfants, et ne regardez jamais le passé, le passé est le passé, ce n’est pas lui qui nous fera avancer. Richard, 43 ans

          1. Bonjour Richard,
            pour avoir vécu ce que tu vis, tout ce que je peux te dire, c’est que ton ex-femme, malgré la “renaissance”, n’a aucune prise sur l’avenir. Tu constitues un filet de “sécurité”, qui, même si elle te laisse tomber, sait où se rattraper …car 23 ans, reste du “vécu” et “connu”et du “sur”.
            “Le sexe” leur donne de l’énergie et de la force pour rompre avec le passé…avec une personne qu’ils ne connaissent pas si bien que ça …et donc l’issue est bien incertaine. Ca les gonfle de “fierté” et de “peur ” aussi.
            Malheureusement, le danger de leur situation, vis à vis de nous, rend leur enjeu encore plus intéressant.
            L’infidélité n’est pas une valeur que je prône non plus, qqchose d’inacceptable. Mon mari est revenu et m’oblige à revoir mes positions à ce sujet. Certaines personnes se disent que la réussite du combat réside dans le fait qu’on est récupéré le conjoint. Mais la route est longue et douloureuse et incertaine.
            Vis pour ton fils et toi et autorise-toi à être heureux, avec ou sans elle.

      4. Bonjour Triste, Louloute et laurent,
        Un grand merci pour vos réponses – je me reconnais tellement dans tout ce que vous dîtes : la société consumériste où l’on jette, les valeurs qui ne sont plus les mêmes… Mon idéal de vie, c’était mon mari et moi main dans la main, à 80 ans, unis comme toujours. En 26 ans de vie commune, je n’ai JAMAIS pensé à le quitter (contrairement à ce qu’il a cru, lui…sans doute pour se rassurer de me quitter…), je n’ai jamais regardé que lui. C’est tout un idéal de vie qui s’écroule. Une vie de famille basée sur le respect, l’écoute, le partage. Aujourd’hui je suis autant en deuil de tout cela que de mon couple… Et j’ai l’impression que mon mari n’a plus la même définition de l’amour que moi, tout simplement. Lui veut des paillettes, des dîners aux chandelles. Réfute l’idée qu’avec les années la tendresse s’installe…même si aujourd’hui je suis persuadée que l’étincelle peut se rallumer, que tout n’en est que plus beau après, lui n’y croit pas, ou en tous cas dit que ce n’est pas possible pour l’instant (forcément, en pleine lune de miel ailleurs…) J’ai l’impression d’être un vieux kleenex que l’on jette, d’avoir été exécutée sans procès, sans jugement, sans seconde chance. C’est peut-être cela le plus horrible… Le fait qu’il ne semble avoir aucun doute. A la question : “mais si tu m’avais parlée, peut-être que la situation serait différente aujourd’hui ?”, la réponse est “non – on se serait disputés, c’est tout, ça n’aurait rien changé…” Ca me rend chèvre.. Je tourne et retourne mon couple dans ma tête, ne trouve rien, tout allait bien, pour moi en tous cas. Il n’est pas capable de me dire ce qui n’allait pas à part un “il y avait des hauts et des bas, de bonnes journées et d’autres moins”. Pas de détails, il n’arrive pas à en sortir… J’en suis même venue me demander s’il m’avait jamais aimée – il dément vivement… Mais bon sang, pourquoi ne pas essayer alors ?
        Alors je fais ce que vous tous me conseillez : j’essaie de penser à moi, au enfants, c’est tout. A voir les autres, à échanger. Parce que ça fait du bien d’échanger, de réaliser qu’il y a des gens sur la même longueur d’ondes, des gens qui ont les mêmes valeurs, la même vision du couple. De la famille. De la longévité… Et j’essaie de ne pas me laisser envahir par la panique : j’ai 44 ans, je n’ai connu que lui, je sais que je ne veux pas finir ma vie seule… comment vais-je faire pour reconstruire ma vie, pour réapprendre tout ça ? Et j’ai cet espoir qui me porte ou me tue à petit feu, selon les jours…
        De ce que j’ai lu ici, et je pense avoir tout lu, la seule certitude, c’est que ce ne sera pas réglé en une nuit… j’aimerais tellement être plus vieille de quelques années.. Bonne soirée à tous et toutes, autant que faire se peut ! Cécile

        1. Bonjour Cécile, Bonjour à tous
          tes mots et ta souffrance me parlent comme beaucoup d’autres.
          j’ai moi aussi connu que mon épouse, j’ai moi aussi un idéal sur le couple, la famille. Moi aussi, je me voyais fêter 50 ans, 60 ans de mariage la main dans la main entourés par une belle famille. j’espère depuis plus d’un an que tout ça va redémarrer et qu’on en ressortira plus forts, plus amoureux.
          il y a à ce jour une grande différence avec toi, c’est qu’elle est toujours là présente physiquement et si loin mentalement.
          Une relation amicale avec un autre homme me mine complètement et je ressens une très forte menace. je ne crois pas trop à l’amitié homme/femme surtout quand on ne veut pas aborder le sujet.
          cela fait plus d’un an que je suis présent sur ce forum. comme une maladie, y a eu des phases de grande souffrance et de temps en temps des rémissions.
          je sens de plus en plus au fond de moi une lassitude et une envie de tout envoyer ballader, de forcer le destin et de l’obliger à choisir. mais je sais bien d’un autre côté que dans cette crise, la patience et le temps peuvent être déterminants….à condition qu’il y ait un déclic. Viendra t il? comment le déclencher? ce sont les questions du moment.
          Nous avons 5 enfants et nous avons peu pensé à nous. Nous payons aujourd’hui le fait de ne pas s’être occupés de nous.
          Face à toutes ces souffrances décrites sur ce site, je dois relativiser la mienne. Ma femme est toujours là, elle ne m’a pas trompée (j’espère) mais je crois qu’elle ne m’aime plus!
          Je commence à me dire comme toi qu’à 48 ans, on peut encore vivre de belles histoires et que le plus dur c’est sans doute de faire le deuil, de refermer le livre pour en ouvrir un autre….un jour peut être.
          L’amour ca se donne, ça se reçoit, ça se cultive. Si chez nous, la terre n’est plus assez fertile peut être que pas loin il existe un endroit prêt à fleurir!
          Pour ma part, je crois que je ne suis pas encore prêt à franchir cette étape mais je vois de moins en moins d’issue positive à nos 22 ans de vie commune.
          OUI ça fait du bien d’en parler et de retrouver chez les autres un peu de son histoire. On se sent moins seul!
          Bon courage Céline, bon courage à tous

          1. Bonsoir à tous, bonsoir Olivier, Nathalie,
            Vous lire me fait du bien – on se sent moins seul, au moins pour quelques heures…
            Olivier, tes phrases “j’espère qu’on en ressortira plus amoureux” et “je crois que ma femme ne m’aime plus” m’ont fait penser à un livre que j’ai lu il y a quelques mois maintenant, que j’aurais aimé mettre en pratique – mais il faut encore vivre ensemble ! donc je n’ai pas pu..; il s’agit de “je t’aime mais je ne suis plus amoureux” de Andrew G. Marshall. J’ai adoré ce livre parce qu’il est profondément optimiste, il y explique la différence fondamentale entre “aimer quelqu’un” et “être amoureux”. Comment raviver la flamme des 1ers jours et construire un nouveau couple, comment “aimer” peut être un choix… Même si au départ on n’est qu’un à vouloir ce changement, que l’autre n’est pas convaincu… J’aurais tellement aimé pouvoir essayer… Et si vous lisez l’anglais il y en a 2 autres dans la même série sur Kindle “Ma femme ne m’aime plus ” et vive-versa.
            Je vous lis tous et je te rejoins, Nathalie : des fois je me demande si mon mari est resté l’homme que j’aimais, ce qui a fait que notre vision devienne si différente : je sens chez lui un je ne sais quoi de “je vis dans l’instant”, “je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait”… Alors que dans ma tête tout était bien tracé, si net.. Peut-être est-ce juste cela, la crise de milieu de vie…
            Je vous souhaite à tous une bonne soirée, et je rejoins quelques posts plus anciens : si certains d’entre vous souhaitent se rencontrer, je suis partante… J’ai vainement cherché un groupe de soutien dans mon quartier. Cécile

        2. Cécile,

          Les mots que tu as écrits j’aurai pu les écrire moi même, j’ai l’impression de lire ma propre histoire, les discutions avec mon mari, cette idée de la famille, de vieillir ensemble. Mon mari aussi a pensé que je voulais le quitter à un moment, il m’a dit que de toute façon j’aurais fini par partir, alors que pour moi aussi lui seul comptait à mes yeux. Moi aussi j’ai essayé de lui dire que forcément avec le temps l’amour se transformait, la tendresse, la complicité…, mais lui aussi est dans le tourbillon de sa nouvelle lune de miel, son nouvel amour et ne veut rien entendre. Comme toi j’ai 44 ans, n’ai connu que lui et j’ai peur de l’avenir. Je sais également que je ne veux pas finir seule… et comme toi j’ai cet espoir qui parfois me permet de tenir et qui m’anéantie à d’autres moments. J’ai l’impression de ne plus connaître l’homme que j’ai épousé, le père de mes enfants. Qu’avec cette femme, il a oublié tous ses principes, toutes les valeurs que nous partagions. Il faut laisser le temps au temps parait-il, mais comme j’aimerais que le temps passe plus vite en ce moment. Comme tu le dis cela fait du bien d’échanger, nos histoires sont si semblable. J’espère que nous arriverons à nous reconstruire et pourront de nouveau être heureuse, c’est tout le mal que je te souhaite. Je me dis aussi que la roue tourne et qu’un jour ils regretteront …

  31. Bonjour Xavier,

    Je suis ravie pour toi que tu aies réussi à tourner la page. Je n’ai malheureusement pas trouvé la force et le courage de le faire. Est-ce de la lâcheté? je ne sais pas. Malgré tout ce qui s’est passé, malgré les larmes, les mensonges, les idées suicidaires, le choc, les nuits sans dormir, …on se laisse une période de réflexion…même si on ne ressent plus l’amour, même s’il (si elle) nous a fait tant de mal, on est encore là à se dire “si”…pour ne pas avoir de regrets après.
    Oui, il a perdu la tête, oui, il nous fait souffrir, oui…malgré tout, en ce qui me concerne, nous avons aussi une histoire de 21/22ans de vie commune. Il est revenu, il essaie de reconstruire. Malgré toute la difficulté, y compris celle aujourd’hui, qu’il perde son boulot et hypothèque sérieusement beaucoup de ce qu’on a construit, on espère que les choses puissent s’améliorer car il/elle n’a pas toujours été comme ça. C’est ça encore qui nous lie…
    Peut être la peur d’écrire sur une nouvelle page blanche…
    Les enfants aiment leur père. Ce qu’il a fait, elles ont du mal à encaisser mais elles ont dit à leur père qu’elles étaient blessées par ce qu’il avait fait , qu’elles lui pardonnerait pas avec du temps…
    Ca me fait du mal de le voir se préoccuper d’elle, alors que nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge, de voir que son poste à elle est aussi menacé mais qu’il essaiera encore de la défendre, de voir qu’ils s’échangent encore des sms, de voir qu’ils se voient encore lors de leurs nombreuses sorties en soirée “agence”…
    J’aimerai pouvoir dire un STOP à tout ça…mais je ne voudrais pas avoir de regret par la suite.

    1. Bonjour Louloute,

      Je connais ta situation je l’ai vécue. Il ne s’agit pas là de lâcheté mais probablement d’une peur panique, d’une angoisse irrépressible. Ne te blâme pas. C’est humain, tu subis le truc classique : “suis moi je te fuis, fuis moi je te suis”. Tu es dans un contexte passionnel alors toutes les réflexions que tu pourrais avoir n’auront aucune prise sur ton comportement, tes agissements.

      Je vis la deuxième séparation de ma vie. J’ai eu le temps d’analyser, plutôt de comprendre ce qui m’est arrivé. Et tous les témoignages que je lis ici ne diffèrent que dans la forme, le fond reste identique.

      Je n’en suis pas encore complètement sorti. Ce sera le cas quand je cesserai d’en parler, de revenir sur ce site, d’y penser. On peut juste dire que les choses sont actées. Un léger temps d’avance sur toi.

      Te concernant je ne peux pas dire que ton histoire est “morte”. Ce qui viendra ensuite si vous réussissez à passer ce cap en restant ensemble sera différent inévitablement. Mais je n’en sais rien de plus car je n’ai jamais réussi à le passer et je n’ai entendu que trop peu d’histoires de ce genre avoir l’issue que tu souhaiterais connaître. Volontairement je n’ai pas écrit issue positive car je ne suis pas certain que cela le soit, ces “trop peu d’histoires” me semblent toutes bancales in fine : entre la confiance perdue, le rapport dominant dominé institué de facto, le truc “celui qui s’emmerde et l’autre qui souffre” …
      Mais c’est possible. Je vais te faire une confidence ton mari est un homme. Et nous agissons différemment nous sommes capables de tromper sans éprouver pour la personne désirée de sentiments. Et pour nous ça n’est pas un problème et ça ne remet pas en cause l’amour que nous portons à notre femme. (J’ai la faiblesse de croire que dans ce type de configurations les femmes agissent différemment). Reste à savoir l’état d’esprit dans lequel il se trouve. Je te souhaite qu’il soit convaincu qu’il est inutile de chercher le bonheur ailleurs, il est là sous ses yeux. Si c’est le cas ton histoire va repartir. Il te faudra lui pardonner, du temps et ne pas lui rendre la monnaie de sa pièce quand l’occasion se présentera ou entrer en crise à ton tour.

      Je mesure tous les jours les conséquences de ma séparation et en premier lieu d’avoir perdu à jamais cette famille que nous avions bâti. Je ne peux espérer pour toi qu’une issue positive.

      1. Bonjour Xavier,

        je te remercie pour ta réponse.
        Tu as raison de dire que les hommes agissent différemment. Le 3 avril, il m’a dit qu’il avouait toute la vérité pour ne plus avoir à se cacher, ou à mentir. Il me dit qu’il s’est mis “à poil” devant moi, qu’il a tout dit, tout absolument tout, qu’il n’y a plus aucun mensonge. Passé le choc de l’aveu, nous avons commencé à discuter.
        Mais je pressentais qu’il restait encore qqchose. Entre le 3 et 23 avril, nous avons réussi, à force de discussion, à faire avancer les choses. Je sentais dans ces propos, qu’il y avait encore un truc…
        le 23 avril, je lui demande de me prêter son portable pour voir qqchose.
        J’ai découvert qu’il avait créé une adresse mail yahoo secrète, pour pouvoir discuter avec elle et garder un lien malgré tout…
        Sa réaction a été horrible. Il a crié et s’est mis à vociférer que c’est quelqu’un qui est allé sur son portable à son insu, créer cette adresse pour le faire accuser et ensuite, il a impliqué nos enfants dans son mensonge et pour finir , il m’a accusée du fait!!!
        Voici la réaction d’un homme.
        Je me suis sentie trompée une 2e fois..Il est revenu pitoyablement vers moi vendredi soir, pour m’avouer le fait.
        Et souhaite encore une fois, repartir sur de bonnes bases. Je lui ai dit que c’était la 5e ultimes dernières chances, et que je n’en pouvais plus. Il s’est mis à genou pour me supplier…
        On a conclu un pacte, jusqu’à signer un document de “bonne conduite” qui dit qu’il me laisserait la totalité de la maison et la garde des enfants, sans qu’il n’ait à discuter ou revenir dessus.
        Il a signé le document.
        Aujourd’hui, il doit faire le ménage. Il dit qu’il sait ce qu’il veut, que c’est nous et qu’il n’y aura plus d’écart. Il accepte les termes de notre contrat et il fera le nécessaire. Entre autre, mettre un terme ferme et définitif auprès de sa maîtresse , reprendre sa vie en main, et oeuvrer pour sa famille d’abord.
        Je trouver pitoyable d’en arriver là au bout de 20/21 ans de vie commune…
        Il y a tout à reconstruire mais j’attends de voir les mois à venir avant de m’investir dans cette nouvelle relation, voir si je peux lui faire à nouveau confiance. A lui de faire le nécessaire et d’être convaincant…
        J’espère aussi une issue positive.
        Une famille que l’on bâtit, c’est le résultat de tant de labeurs, de joies, de peines et de bonheur. J’estime qu’il y a encore beaucoup de choses à accomplir comme élever nos filles ensemble, continuer à les éduquer, partager leurs joies et leurs peines, leur apporter ce que chaque parent doit apporter à leurs enfants.
        Mais malgré tout, pas à n’importe quel prix.
        Malgré tout ce qui s’est passé, j’ai tenu bon et commis aucun écart par rapport à notre couple. Je me suis ouverte à mes amis hyper proche, ma famille , une psy, ce forum…Il ne m’est jamais venu à l’esprit de lui rendre la monnaie de sa pièce. Les perdants resteront nos enfants et ça, c’est quelque chose que je refuse fermement. Un parent qui débloque suffit à causer assez de tort.
        J’attends de voir comment il va passer le cap de ces prochaines semaines déjà et du “ménage” qu’il va faire.

        1. Bonjour Louloute,

          Permets moi de réagir à ta dernière missive sur 2 points.

          Tout d’abord ce que tu décris n’est pas la réaction d’un homme mais celle d’une personne acculée prise la main dans le sac et prête à toutes les compromissions et mensonges pour se sortir d’affaire. C’est le fait d’un manipulateur. Ton mari est redevenu quelqu’un quand il t’a avoué être le créateur de cette boite mail, en assumant ses responsabilités. Ma future ex-épouse ne l’a jamais fait. Est ce que toutes les femmes sont ainsi ? Non mais elle oui.

          Pour la suite je te souhaite beaucoup de courage, car nombre de ses engagements semblent avoir été enfreint. Je connais les crises de larmes et les remords que viennent contredire les envies irrépressibles et l’addiction, à quoi il faut bien ajouter ce que l’amant ou la maîtresse peut dire pour se montrer convaincant (ce qui dans le meilleur des cas est perturbant pour celui qui est l’objet de convoitise). La valse hésitation de ton mari montre à quel point il est perdu. Courage, j’espérais autre chose pour toi.

          Je peux te poser une question ? Excuse moi je n’attends pas.
          Crois tu vraiment à ce pacte que tu lui as fait signer ? A te lire je comprends que c’est un peu le dernier truc auquel tu te raccroches. La confiance, c’est à dire la base, s’étant effondrée il te reste “ce papier”…
          A ce propos, excuse moi cette parenthèse bêtement terre-à-terre, je ne suis pas certain de la valeur juridique du pacte puisque tu l’as peut être rédigé avec l’intention de régler quelques aspects matériels en vue d’une séparation. J’ai dans un premier temps fait ce genre de document et mon ex a tout reconsidéré par la suite. Le détail des dispositions l’aurait rendu plus facilement contestable en cours de procédure, j’ai donc rédigé un accord “on ne peut plus simple” actant notre séparation pour éviter “un abandon de domicile”.

          Tout ce que j’écris te parait insupportable et pourtant tu l’écris, ce sont des mesures pitoyables après 20/21 ans de vie commune. On prête à Woody Allen d’avoir dit qu’on apprend à connaître réellement son conjoint que le jour où on divorce de lui. Prépare toi là aussi à du lourd. Mais autant que faire ce peut, évite la haine.

          Ce qui logiquement m’amène à te parler des enfants. J’en ai 4. Rassure toi, ils souffrent d’abord et profondément, mais s’adaptent rapidement à la séparation pour finalement s’en remettre ou pour le moins font avec. Et ce qui compte pour eux c’est de ne plus assister aux spectacles de déchirements, de ne plus vivre dans une atmosphère pesante. Sans la haine tu paraîtras plus heureuse (ou moins malheureuse) et ils/elles en seront apaisé(e)s. 6 mois après les miens qui sont en résidence alternée, vont d’un appartement à l’autre au gré de leurs envies. Tu en seras tranquillisée et tu pourras alors recommencer à penser un peu à toi.

          Cela te parait loin pour l’instant et c’est normal puisque tu n’es pas encore dans les dispositions pour franchir le pas. Chacun avance à son rythme. Moi il m’a fallu 6 mois et tout comme toi je suppose, je suis passé par des “trucs” insupportables de douleur. Je vais te donner un exemple. Au nouvel an 2014, elle a quitté la fête que nous organisions vers 1:30 pour rejoindre le type avec qui elle échangeait des SMS depuis le début de la soirée en me disant “je ne t’aime plus assez pour rester”. Et je suis resté là, planté au milieu des amis, KO debout, rangeant mécaniquement la salle. Je découvrais 3 jours plus tard sa liaison avec ce type qui, détail amusant et cynique, avait eu la délicatesse de m’offrir un verre moins de 2 semaines plus tôt. Il faut l’avaler.
          Mais ne t’inquiète pas Louloute, ce qui vient derrière vaut encore le coup d’être vécu. Ne serait ce que de vivre sans angoisse. A ce moment là les soucis deviennent de simples emmerdements.

          Enfin, je te parle comme si la séparation avec ton mari était inévitable. Je ne le souhaite évidement pas. Je voulais juste t’écrire qu’en de telles circonstances on peut s’attendre au pire et il ne déçoit jamais, et qu’en anticipant un peu le virage se prend mieux.

          Bien à toi,

          1. Bonjour à tous,
            qq news après ces qq jours de silence.
            Je suis partie en vacances avec une bande de copines, loin de tout ça et surtout, sans mec 🙂
            Cette semaine a été formidable, intense, sportive, fatigante mais le pays était magnifique et valait qq sacrifices (se lever tôt par exemple :-). Pendant cette semaine, j’ai très peu pensé à lui et vu que je pouvais “très bien m’en passer”. Il n’y avait pas de manque, et je voyais que je pouvais parfaitement me débrouiller sans lui (encore une étape de passée?).
            J’ai balisé, la veille du retour, retrouver les larmes, la tristesse et les soucis m’ont démoralisée.
            Mais ça va. Je suis rentrée depuis 4 jours (:-)), et ça a l’air d’aller. Les enfants vont bien, sont en pleine forme, étaient contentes que je rentre, la maison était propre et bien tenue.
            Cette semaine, c’est la semaine des RDV psy. Il va consulter une psy de son côté, moi du mien et nous voyons aussi une thérapeute de couple.
            Par rapport à la psy, il y a bcp de questions posées, certaines amènent à s’interroger sur soi aussi, pareil de son côté.
            Ces 4 jours sont apaisés en tout cas.
            Xavier, concernant ce qui a été signé, je n’ai aucune illusion sur la valeur “juridique” de ce bout de papier. Il reste vraiment un “accord moral” mais signé.
            Je n’ai pas “d’attente” sur la suite à venir, je me dis que je laisse du temps au temps, de voir comment les choses évoluent.
            Si c’est positif, pourquoi pas, mais si c’est négatif, je n’aurai aucun remord pour enclencher la suite. J’ai fait du ménage dans la tête aussi, il n’est plus aussi “important “qu’avant, je me rends compte que l’adage qui dit “ce qui ne te tue pas te rend plus fort ” est bien vrai.
            Pour vous donner qq news sur son ménage, il a révélé son infidélité à son patron (quand on couche avec la poule du patron, cela ne fait pas bon genre). Il s’est fait taper sur les doigts assez méchamment (No zob in job (faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais!)), mais son patron a fini par décréter que cela reste sa vie privée.
            J’ai eu sa maîtresse au téléphone, qui m’a déclarée que même si leur liaison avait duré plus longtemps, elle n’aurait jamais quitté sa famille ou ce qu’elle avait construit pour lui, jamais! Elle avait juste besoin de ça (détruire une famille???). Ca en dit long sur la personne qu’est sa maîtresse!!!! Mais bon, ce genre de personne à la moralité douteuse ne serait pas à son coup d’essai! Je plains son mari par contre!
            En tout cas, elle lui a confirmé ses dires et il a décidé de couper tout lien avec elle (je n’y crois pas trop vu qu’ils bossent dans la même boîte!!), et de se contenter de relations professionnelles.
            Après, tout ça, ce sont de belles paroles.
            J’observe, j’écoute …
            Oui, TRiste, il est revenu, il me supplie maintenant, tout ce quotidien qui lui faisait horreur, il y trouve une certaine stabilité, tout ce qu’il rejetait, il chérit comme si c’était ce qu’il y avait de plus précieux. Mais entre temps, les sentiments ne sont plus les mêmes, et l’homme adoré, adulé, n’est plus qu’un être ordinaire, capable de bassesses et de cruauté, de mensonges, d’infidélités…Il m’a changée, c’est sûr mais j’essaie de m’accrocher à ce qui me semble stable, comme mes enfants, ma famille, mes amis(ies). C’est à lui de faire ses preuves. La psy me dit que la “cellule” parentale existe mais le “couple” n’existe pas. La confiance est quelque chose de difficile à acquérir.
            Je ne lui ai pas pardonné et je ne sais pas si je lui pardonnerai un jour. Je laisse le temps œuvrer.
            Je suis devenue très indépendante mais je suis restée avec mes principes.
            Rien n’est terminé. Chaque histoire est différente, chaque fin est différente. C’est à chacun(e) d’entre nous de l’écrire…. Pour ma part, je ne connais pas encore la fin.
            Bises à vous tous et courage…sortez voir vos amis, mettez-vous à la course à pieds (un vrai défouloir même si on n’aime pas le sport), partez en vacances, aérez vous la tête ….

  32. News du jour….
    Par rapport à vous, le mien a “terminé” ses bêtises et est rentré à la maison.
    Alors qu’il y a des mois, je le suppliais de ne pas partir, de ne pas nous quitter, de nous choisir, …qu’on pourrait tout affronter si on est 2, qu’on s’est sortis de crises et qu’on y arrivera…il l’a choisie elle.
    Des mois à être dévastée, à culpabiliser, à mourir à petit feu, à s’écrouler mais à tenir bon pour les enfants…
    Voilà, il a terminé sa crise, il est rentré.
    Le constat est amer….L’amour est parti, j’ai en face de moi quelqu’un que je ne reconnais plus, minable, lâche, pathétique.
    Après toute la m…qu’il a mis partout, il a fait le tour. Il rentre et veut que je l’aide. Sa maîtresse l’a laissé tombé, au boulot, ses collègues ont perdu toute estime pour lui…
    Il est là, pathétique, avec SA vérité maintenant alors qu’il a menti pendant des mois.
    Il s’est rendu compte qu’il ne voulait surtout pas me perdre, que cet environnement qui était sa vie et dont il ne voulait plus est ce qu’il chérit le plus au monde et que le quotidien avec sa famille est ce qu’il veut plus que tout aujourd’hui.
    Et il est là…à demander pardon…à n’être plus grand chose.
    Le réveil est brutal. Je me suis rendue compte que je m’étais blindée et que j’avais vérouillé mes sentiments envers lui.
    Alors oui, il est rentré….mais au final, ce n’est plus l’homme que j’aime. Alors que faire?

    1. Bonjour louloute, et tous les autres maxime yacinthe ollivier ronan…..
      je n’en suis pas à ce stade mais je peux te comprendre. On se sent trahis pendant des mois et des mois et on passe par de tels sentiments….de la colére de la haine de l’amour du mepris…..ta réaction me semble normale. ils ont brisé quelque chose……Le plus important d’ailleurs!
      “NOUS”!!!je ne sais que te dire d’autre car il faut être dans chaque situation pour savoir comment reagir….de tout ce que je lis sur cette crise existentielle c’est que l’on en sort tous différents…..et c’est moi aussi ce qui m’effraie on se bat pour l’homme que l’on a aimé 15/20/25 ans et à priori cet homme ne sera plus le même. …et nous non plus, indirectement il nous à changé..alors comment se reconstruire??? Puisque plus rien n’est comme avant??? Là encore….le combat continue….ou pas……c’est le sentiment que j’ai et que c’est aussi ce qui m’attend….
      je te remercie pour ton soutien. Mon mari et moi avons encore beaucoup discuté…..j’en suis même arrivée à lui dire de me tromper…..afin qu’il se trouve…..mais là aussi avec tout ce que cela implique….je ne sais pas comment je reagirais vraiment….et surtout il faudra que lui aussi accepte un jour une éventuelle ďerive de ma part… (si j’y suis moi aussi confrontée un jour qui sait!!!!!)
      C’est d’ailleur ce que lui a dit son psy…..et très curieusement ca a l’air difficile à admettre pour lui….à suivre…..
      En vacances toute la semaine il allait/ venait à sa guise et j’ai décidé de le laisser…..il revenait certains soirs puis là ce we il est partit…..il doit revenir ce soir……je ne veux plus rien lui dire, lui imposer….lui demander…..qu’il se retrouve seul….. ou pas…..je ne veux pas le savoir. Il faut que tt ca s’arrête et qu’il se retrouve enfin. Dc les enfants etants en vac c plus facile. Et d’etre seule me retrouver aussi moi meme ca a du bon….
      je crois avoir compris ou du moins accepté de me battre mais en silence….c’est à dire de tolerer “l’inacceptable” pour le retrouver Ou pas….
      c’est à lui de s’assumer. On dort ensemble, on cohabite ensemble mais je l attend….sans l’attendre….je prend mes distances.je suis encore là….c’est tout.
      je souffre bien sure et en meme temps peut etre vais je perdre l’homme de ma vie. Mais ce ne peut être l’homme de ma vie que s’il se retrouve lui même. ….et que s’il en fait le choix. Plus de pleure devant lui de l’ecoute, quelques debats calmes de la comprehension pour sa souffrance (car malgre tout ils en ont pour la notre à leur manière ) et du fatalisme…je suis là si tu decides de revenir à moi je crois que je serais encore là….mais reste pour les bonnes raisons. Je ne veux pas d’un homme malheureux près de moi…..
      voilà mes dernieres pensées du moments…..
      et en vous lisant tous…..on se retrouve encore et encore…
      si quelqu’un veut qu’on se rencontre c’est avec grand plaisir.
      Bon courage à tous
      nath

    2. Bonjour a toutes et tous,
      C est la premiere fois que je met un commentaire sur un forum, mais celui ci me touche particulièrement. En effet, je vis cette crise actuellement, ma femme m a annoncé il y a bientôt 3 mois qu elle ne m aimait plus en tant que mari mais juste en tant que copain malgré un mois de janvier formidable. Car aujourd hui elle redevient femme apres avoir ete mere (nos enfants ont 6 et 9 ans), elle aspire a sortir, a s amuser, a seduire a 37 ans. On viens de prendre un studio pres de son travail a 50kms de notre domicile que je conserve en rachetant sa part, ainsi que les enfants. Maintenant que l on a parle car ma femme gardait tout pour elle, je sais que j ai les ingrédients pour la rendre heureuse, mais aujourd hui il est hors de question pour elle de revenir ou continuer sa vie avec moi quitte a voir tres peu les enfants. J ose esperer qu elle se lassera de la situation ou qu un manque de notre foyer va s installer mais est ce que je serais encore la pour l accepter? Aujourd’hui j’ai envie de tout plaquer, mais je continue pour les enfants. Aujourd’hui, je sais qu elle ne part pas pour un homme et qu’elle ne souhaite pas reconstruire une relation, mais le danger est si elle rencontre quelqu un de bien, la ce sera irréversible. A ce jour, nous ne nous dechirons pas, pas d insulte, et nos amis ne prennent pas de parti, sa meilleur amie me soutient meme et veut y croire a une reconstruction.
      Bon courage a vous tous qui passe ou qui sont deja passe par la.
      Laurent

    3. Bonjour,

      Voilà des mois que je lis différents témoignages sur cette crise, sur ces hommes qui quittent leur femme après plusieurs années de vie commune, et le votre me touche et m’interpelle.

      Mon mari m’a annoncé après 20 ans de mariage et 25 ans de vie commune, deux enfants 18 et 15 ans, une belle maison, une vie confortable, qu’il ne m’aimait plus et souhaitait me quitter, besoin de liberté, qu’il était fatigué et usé de la vie que l’on menait.

      Bien sur j’ai essayé de le raisonner… mais pour lui tout était fini, je lui ai donc demandé de quitter la maison. Nous avons cohabité 3 mois, et même fait un voyage prévu de longue date qui m’a d’ailleurs laissé pensé qu’il pouvait revenir sur sa décision de me quitter. Mais non. Il m’a annoncé fin décembre qu’il avait trouvé une chambre à louer et qu’il partirait début janvier. Chambre chez une femme que soit disant il ne connaissait pas, mais il bosse au même endroit. Puis mi mars il m’annonce que cette femme est devenue sa maîtresse ???!! Il m’a dit lorsqu’il m’a annoncé son intention de me quitter avoir de l’affection et du respect pour moi, qu’il serait là si j’ai besoin et ne me laisserait pas tomber financièrement pour les enfants qu’il continue de voir régulièrement d’ailleurs. Il passe aussi fréquemment à la maison pour l’entretien des extérieurs et voir si tout va bien.

      Avant de prendre cette décision, il avait commencé à changer, était irritable, se servait régulièrement un verre ou deux le soir, se plaignait de son travail, de ses activités et de son manque de temps. Il faisait de plus en plus une fixation sur son apparence, il a toujours fait très attention à son physique et je sais qu’il a peur de vieillir. Depuis qu’il est avec cette femme, qui d’ailleurs n’est pas plus jeune, mais à quelques années de plus que lui, il se refait une garde robe, se dit très amoureux… et se comporte sur certains points comme un ado. Je me suis même aperçu en discutant avec des amis communs, qu’il avait tendance à mentir sur sa relation, avec certains c’est la passion, il est très amoureux, a d’autre il dit ne pas savoir où le mène cette relation, qu’il ne fait pas de projet et que pour l’instant cela lui fait du bien. Lui qui avait des valeurs et des opinions bien arrêtées sur la famille, le mariage semble avoir tout oublié. Je ne le reconnais plus dans sa façon de penser et dans certaines de ses réflexions.

      Il a parfois un comportement ambigu avec moi, s’inquiète de savoir ce que je fais, qui je vois, fait des remarques comme s’il l’on était encore ensemble mais répète que pour lui tout est fini entre nous, je suis d’ailleurs la cause de son mal être, tout est de ma faute s’il en est arrivé à vouloir partir !

      Bien sur je n’ai qu’un espoir et qu’une envie… qu’il revienne !

      Mais en même temps et c’est là que votre témoignage me touche, je me demande si toute cette souffrance, si ses mensonges, son changement et forcement mon changement, parce que depuis 5 mois qu’il est parti j’ai changé moi aussi, notre couple aurait encore un avenir. Alors oui je voudrais que l’on reforme une famille, que l’on soit de nouveau un couple uni, parce que nous étions très proche, mais est ce que je retrouverai l’homme que j’aime ?

      J’ai fait moi le choix de partir, changer de travail, changer de région et le laisser vivre son histoire loin de moi et moi loin de lui. Le voir me fait souffrir. Depuis son départ je suis anéantie, dévastée, brisée et pourtant tout le monde me trouve forte d’avoir pris une telle décision. Je pars dans une semaine. Il va revenir à la maison s’occuper des enfants le temps que ces derniers finissent leur année scolaire et passent leurs examens. Je ne veux rien savoir de son histoire avec cette femme et lui demande seulement de préserver et de bien s’occuper de nos enfants. Il a toujours été un bon père, pour l’instant il semble le rester.

      Maintenant, malgré toute ma souffrance, je vais essayer de me reconstruire et puis laisser faire le temps… avec lui, sans lui je ne sais pas ce que me réserve l’avenir… et surtout que faire s’il décide de revenir ??

      1. Bonjour Triste,
        Je me retrouve tellement dans votre histoire, et comprends tellement votre souffrance et vos attentes.
        On viens de me mettre en arret pour depression alors que je suis profession liberale, mais je n arrete pas de pleurer, ne peux plus me concentrer sur mon travail et assumer mes rdv pros. Je me sens bien uniquement lorsque je m occupe de mes enfants. Mais quand le week end arrive et qu elle viens un a 2 jours pour etre avec les enfants (cela depend si elle sort faire la fete ou pas), la j ai mal de la voir, de me rappeler ce que j epprouve pour elle, ce qu elle represente. Hier je sais qu elle a vu son flirt actuel avec qui elle a dejeuner qui lui meme a une copine mais avec qui ca ne va pas tres fort (peut etre une excuse d homme pour l attirer dans son lit). Je sais qu elle n a pas consomme encore mais cela arrivera, de plus elle me repousse a mort, me fait la bise comme a un inconnu. C est si dur d accepter tout cela. Bref, tous les gens autour de nous, copains, sa famille, sa meilleur amie, me dise que c est une crise, qu il faut la laisser vivre son truc et qu elle finiras par redescendre, mais j en peux plus, mes enfants sont aujourd’hui mon seul moteur car je les ai avec moi et elle meme est rassuree sur ce point car je m en occupe tres bien et cela depuis longtemps. On avait tout pour etre heureux, sa mere elle meme me dit qu elle me reproche que peu de chose, un comportement qui aurait pu etre modifié si on en avait discuté avant et rien d autres, mais aujourd hui elle aspire a une nouvelle vie, seduire, sortir, vivre seule.
        En tout cas bon courage, triste dans ta nouvelle vie, qui j espere pour toi sera l occasion de te reconstruire et avancer a nouveau.
        Laurent

      2. re bonjour Triste,

        au lieu de parler de moi comme dans mon message précédent, je vais essayer de répondre à ta question sur le fait qu’il revienne un jour. je pense que son attitude à ton égard et de vouloir encore avoir un regard sur ta vie c’est qu’il a toujours des sentiments pour toi et qu’il voudrait conserver sa maitresse et sa femme. Le fait de déménager et de sentir qu’il te perd sera peut être l’élément déclencheur pour lui s’il trouve la force de revenir et de faire une croix sur sa maitresse. mais bien sur que l’on a envie de leur donner une seconde chance, car aujourd’hui nous sommes abattus et que l’on voit que par notre conjoint, mais est ce que c’est le fait de l’avoir perdu qui décuple ces sentiments? je pense que cela dépendra de ta situation au moment de son retour, s’il a lieu, afin de prendre la bonne décision pour toi mais pas que pour les enfants d’autant qu’ils sont grands.
        pense bien à toi, retrouve ton équilibre et qui sait peut être que toi aussi tu feras une belle rencontre qui te permettra de tourner la page.
        Laurent

        1. Bonjour Laurent,

          Merci pour tes commentaires. Je veux réagir à ton premier message, surtout ne pas se laisser aller. Oui la dépression est là, mais il faut savoir la combattre. Pour ma part j’ai vu une conseillère conjugale pour parler, puis un petit traitement à base de phyto pour tenir le coup. Moi aussi j’ai du mal à assurer au boulot et encore plus en ayant fait le choix d’en changer je ne trouve plus d’intérêt à mon poste actuel que pourtant j’adorais. J’espère que mon nouveau poste me permettra d’avancer. Il ne faut surtout pas s’isoler et si on peut parler. J’ai fait le choix de ne pas me faire arrêter, malgré les vertiges, les noeuds au ventre, les nausées et les larmes, rester chez moi aurait été encore plus dur.

          Concernant les relations avec mon mari (je le considère toujours comme tel)j’ai fixé des règles et la première a été de refuser qu’il me fasse la bise. Je ne suis pas sa copine ou son amie, donc aucun contact physique, il lui est arrivé de poser sa main sur mon épaule ou de me prendre la main et rien que ce geste me laisse espérer… Il doit prévenir de sa venue à la maison lorsque j’y suis et s’il veut voir les enfants. Je lui ai aussi imposé de les prendre à manger chez lui (enfin chez sa maîtresse) un soir minimum par semaine. J’ai bien sur demandé au préalable aux enfants s’ils étaient ok.

          Certains autour de moi me disent également c’est une crise laisse passer, il va revenir. D’autres, peut-être plus lucide, me disent n’espère rien il a pris une décision et s’y tiendra. en tout cas tous sont unanimes sur les reproches qu’il me fait : rien de sérieux qui n’aurait pu être réglé avec une remise en question et du dialogue, mais pour cela il faut être deux.

          Concernant ton deuxième message, il rejoint ce que me disent mes amis, ma famille. Il veut continuer a avoir un regard sur ma vie et conserver le contact. Je ne sais pas si mon départ sera un élément déclencheur, ce qui est certain c’est qu’il ne pourra plus avoir de contrôle et surtout je ne souffrirais plus de ses visites. Sur la question de son possible retour, et bien oui il faudra voir ou j’en suis, dans quel état d’esprit… mais ce ne sera surement pas pour les enfants, qui comme tu le dis sont grand, non je veux qu’il revienne pour moi. Peut-être que finalement comme tu le dis leur absence et la perte décuple nos sentiments.

          En tout cas je veux aller de l’avant et lui prouver que je n’ai pas besoin de lui pour vivre et être heureuse. Ce sera, je pense, ma plus belle revanche.

          Nous devons avant tout penser à nous, eux ne se gêne pas, donc pense à toi, à se que tu souhaites pour toi et tes enfants et laisse la vivre sa vie, elle finira par retomber sur terre et la chute sera surement amère, mais toi tu auras avancer…

  33. Bonjour à tous,

    Tout d’abord je voulais vous remercier pour tous ces commentaires sincères et très riches. C’est ce que j’aime dans ce métier, pouvoir parler en vérité sur ce que l’on vit et ressent.

    En regardant tous vos messages je me suis dit que ce serait vraiment bien si on arrivait à créer un petit groupe pour pouvoir partager justement sur ce sujet.

    Certains l’on proposé via internet et je voulais voir si vous seriez intéressés pour que j’organise une journée à Paris où je pourrais vous apporter plus d’informations sur ce sujet, répondre à toutes vos questions et vous permettre d’échanger de façon conviviale. Je trouve que cela apporte beaucoup et aide à mieux traverser ces épreuves.

    J’attends votre retour, ici ou via le formulaire de contact, pour avoir votre avis sur cette proposition.

    Merci pour toute votre confiance,
    Camille Rochet

  34. On pourrait se créer un groupe facebook privé/secret pour nous soutenir. Ça vous tente? Si oui, contactez-moi.
    Moi mon mari m’a quitté, il n’y a pas d’autre femme. Mais je continue de souffrir…………..car je l’aime tant. Il était l’homme de ma vie!
    jacytoutou@hotmail.com

    1. Rebonjour à tous,
      j’ai commencé une thérapie avec une nouvelle psychologue qui est ma foi très compétente. Il semble que ma situation n’a rien à voir avec la crise de la quanrantaine, ou peut-être juste un peu. Ma psy a diagnostiqué mon ex mari rapidement et le problème se situe ailleurs. Je continue de vous lire et je sympathise grandement avec vous tous.
      Jacynthe

    2. Bonjour Jacynthe,

      Je voulais te dire de ne pas trop y croire quand il te dit qu’il n’y a personne. Quand le mien a voulu tout quitté, il m’a juré qu’il n’y avait personne, qu’il n’était pas comme ça, que c’était les autres mais que lui, non, qu’il n’avait pas le temps pour ça, qu’il était droit, honnête, ….la vérité est qu’il y avait bien une p……. derrière et qu’il avait déjà largement consommé. Ce qui l’a motivé à quitté le domicile conjugal, pour avoir plus de possibilité de la retrouver tout en jurant que c’était pour prendre du recul, réfléchir à nous….
      Malheureusement, il y a une autre…

      1. Bonjour Louloute,
        mon mari voyageait avec moi et on travaille à la même compagnie.
        Le soir et les week-end, il était toujours à la maison. Donc non je ne pense pas qu’il y avait quelqu’un d’autre. Là peut-être, mais ça ne me regarde plus puisqu’il m’a quitté. Je dois me reconstruire et essayer de croire qu’un jour je pourrai aimer de nouveau. Mais pour le moment, je ne crois plus en l’amour véritable et à long terme dans cette société de consommer/jetter où nous sommes rendus.

  35. Bonjour,
    je viens m’épancher sur ce site, désolé.
    J’avais envie de parler de la lâcheté des “hommes” (dans mon cas, puisque c’est mon mari qui a fauté)….
    Comment parler de la lâcheté de mon homme qui après 22 ans de vie commune avait besoin de plan cul (avec sa maîtresse, collègue de bureau, complètement à l’opposé de moi: petite, blonde, fumeuse, ….) et 6000 SMS échangés en 2 mois. Mais voilà, le mari de la maîtresse découvre le pot aux roses et ben, qu’est-ce qu’il fait, il décide de rentrer à la maison! Alors qu’il avait tout cassé et tout jeté aux orties en quittant la maison, la choisissant elle, au lieu de nous, sa femme et ses enfants.
    Je lui avais même proposé le divorce quand il est parti. Il a refusé car même s’il nous quittait, il n’envisageait pas pour autant de vivre avec elle.
    Ben oui, travailler avec elle toute la journée, puis être avec elle toutes les nuits, +le quotidien, ça tue tout de suite le côté sexuel. Me tromper avec elle, me mentir, me faire culpabiliser est bien plus excitant.
    J’ai trouvé une citation aujourd’hui qui dit: La Lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu’on refuse.
    Je la trouve bien vrai.
    Cette fameuse crise du Milieu de vie est aussi une grande interrogation sexuelle, malheureusement. Et pauvre du conjoint qui n’arrive plus à reconnaître celui qui fut sa tendre moitié au profit d’un inconnu complètement irrationnel.
    J’ai beaucoup de colère d’avoir cru à des mois de mensonges. Il ne voulait pas divorcer, voulait une 2e chance pour notre couple….Tout ça n’était que de la foutaise.

  36. Bonjour,

    Je me retrouve dans les histoires que je lis. Ca me fait du bien de me sentir moins seule et en même je me rend compte que les périodes d’accalmie sont comme un œil de cyclone jusquà la separation.
    Je souffre tellement aussi. Des mois qu’il est indifférent, comme pour vous, il me dit qu’il m’aime mais qu’il ne sait pas ce qu’il lui arrive, qu’il est désolé, que c’est lui le problème… Il quitte la maison mais me jure qu’il ne me trompe pas. Il ne comprend pas que je souhaite maintenant une separation, il pense qu’il faut rester pour les enfants mais il le faut pour que je relève la tête, que j’arrête de pleurer quand il n’est pas là, pour nos enfants qui me voit toujours tristes, que Je ne pleure plus au travail, je n’arrive plus, je dois m’en sortir avant qu’il ne m’aneantisse complètement. Il faut qu je le fasse justement pour les enfants.
    C’est comme un deuil quil faire, comme un décès qui survient sans raison. Aujourd’hui on avait tout : 2 beaux enfants, une magnifique maison, chacun un job, des évolutionsde carrières, tous les 2 nous sommes pas mal physiquement, encore jeune malgré nos 40 ans, minces, des relations sociales, bref, je ne m’attendais pas ace quil rejette tout ca. D’autant avec l’énergie que nous avons passé dans cette maison, les épreuves que nous avons déjà traverse. il y a sans doute derrière tout ca une rencontre, quelqu’un qui l’aide à se séparer de nous. Comment lutter devant l’inconnu, contre quoi faut il se battre. Certaines de mes amies me disent de me battre pour la famille, mais contre quoi ? Rien ne l’atteint ! Et d’autres qui on traversés les mêmes epreuves me disent de ne pas m’accrocher a un rêve. Dautant plus quil m’avait deja trompe il y’a 9 ans, j’avais tourne (presque) la page…nous avons connu le bonheur à nouveau. Mais la c’est trop……j’habite dans le 69 près de Lyon ….
    Merci de m’avoir lu.

    1. Bonjour à tous,
      Maxime, oui, sans aucun souci pour ce café et les autres aussi…
      Je ne sais pas si ce que je vais vous dire aujourd’hui est un message d’espoir ou pas.
      Après quasiment 3 ans d’errance, de tromperie, de liaison, de mensonges, de colère,…il est “rentré à la maison”. Complètement perdu, déboussolé, honteux de sa liaison, avec plein de regrets, malheureux….Mais voilà, entre-temps, il a tout brûlé, tout saccagé.
      Depuis 2 jours, il a appris par son ex-maîtresse que leur patron à eux lui avait demandé à elle d’être sa maîtresse attitrée (super, leur lieu de travail, vous ne trouvez pas!!!). Mais elle a refusé. Aujourd’hui, le fait qu’il a fauté avec elle, il va s’attirer les foudres de sa Direction, et compte-tenu de la m…qu’il a mis au boulot, il risque même d’être renvoyé (lui qui a tout donné pour ce boulot!!!!!)!
      Il est revenu pleurer dans mes jupons, lui demandant de lui pardonner. Je trouve cela trop facile. Il a tout saccagé, tout abimé pour partir avec elle et aujourd’hui qu’elle le rejette, c’est le nid familial qu’il veut retrouver. Mais hier, il me disait que l’argent qu’il avait dépensé pour aller coucher avec elle à l’hôtel ne correspondait pas à plus que l’achat de 3 BD…je me dis qu’il n’a vraiment rien compris! Maxime, tu as raison de dire que quelque part, il faut les plaindre car je pense que nous aussi, nous souffrons de leur attitude tellement désinvolte à notre égard, où, nous, garants de leur stabilité, nous devenons les personnes à abattre.
      Oui, nous sommes stables et nous savons ce que nous voulons….
      Notre famille, celle qui nous a rendu si heureuse.
      C’est un inconnu que j’ai en face de moi. Il me dit qu’il a fait le ménage dans sa tête et dans son coeur mais persiste à la protéger et à la voir au boulot, lui envoyer des sms, des mails… la contacte avant chaque décision…
      Je lui ai dit que s’il était heureux avec elle, il n’a qu’à aller vivre avec elle. Mais la perspective de vivre avec quelqu’un capable de tromper le conjoint ne lui convient pas tant que ça, ni de passer ses journées et ses nuits avec elles…au quotidien.
      Le bonheur, c’est de rentrer dans une maison pleine de gens qui nous aiment, d’embrasser ses enfants, de partir en we ou en vacances avec sa famille, se faire des we avec les copains, un resto ou un ciné entre époux…Mais le quotidien les ennuie…oui, il y a des factures à payer, oui, il faut s’occuper des enfants malades, oui, le conjoint peut être de mauvaise humeur…mais en aucun cas, il ne mérite de vivre une telle situation.
      Bon courage à tous…
      je ne dirai pas bienvenue aux nouveaux car s’ils sont là aujourd’hui, c’est que malheureusement, ça ne va pas fort chez eux.
      Je vous embrasse tous tendrement
      Louloute

    2. Bonjour à tous
      je viens pleurer avec vous tous…..
      je n’en peux plus de vivre cette situation. La distance qu’il a mis entre nous me pése…alors le we dernier je lui ai dit de partir…..un we de larmes de souffrance….l’estomac noué….puis il est revenu lundi sans me dire ou il avait été…..lui meme rempli de souffrance……il etouffe…veut tout plaquer. Nous, son travail……tout!!!!!
      alors j’essaie encore et encore de communiquer. J apprend que sa petasse est au courant de la situation.En fait elle est séparé avec 2 enfants en bas âge. Donc il m’a toujours dit qu’il n’envisage rien avec elle car il est sur de ne pas vouloir d’une vie avec des petits……
      ah oui!!!!mais on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre……ou le cul de la crémière….(pardonnez moi ma colére!!!!!)
      Elle est jeune……et cherche la stabilité elle!!!!! Alors vous imaginez….ils bossent ensembles! Quelle problematique!!!!
      alors nous parlons de separation…… de l’organisation pour les enfants pour la maison…..mais il me dit qu’il ne peut pas partir,pour aller ou….qu’il ne peut prendre un appart….financierement c impossible.
      je retorque que je ne veux pas de cohabitation. Que c’est impossible pour moi à envisager…..
      et il pleure il pleure à s’en rendre malade….
      et puis dans la converstion qui malgré la discussion basée sur la rupture, je lui dis que ce serait tellement plus simple si on se détestait….tu assumerais davantage….car le probleme est bien là il ne l’assume pas……et il evoque le fait d’aller voir une voyante !!!!!!!lui si cartésien!!!!!! En resumé on tient le cap si on connait notre avenir?????mais la réponse doit venir de lui bon sang!!!!
      alors voilà comme d’habitude la porte ne se ferme pas…..le doute persiste…..et m’encourage me rejouis même…. car cela veut bien dire qu’il existe encore une chance….????? mais combien de temps vais je encore souffrir…. tenir dans cette tourmente????
      Pleures, colère, haine, amour, insomnie, perte de confiance, combien de temps??????
      je suis à bout…..

      1. Courage Nathalie.
        Nous sommes tous à souffrir comme toi.
        Ils n’ont malheureusement plus leur tête et ne réfléchissent plus de façon posée. Mais c’est une espèce de combat intérieur entre une nouvelle vie qui se profile et la peur de tout perdre, la vie d’avant et celle qui arrive mais sans aucune certitude que cela puisse fonctionner.
        Alors, ils ont peur, ils doutent, et ils souffrent aussi. Mais pour les conjoints, c’est pire. On les voit changer, ne plus être là pour nous, les mots durs que l’ont entend sont autant de coups de poignards, les larmes font partie de notre quotidien, et le soir, les larmes et la douleur sont encore plus fortes.
        Mets toi à la course à pieds. Se défouler physiquement est une bonne façon de tenir, mettre toute sa haine et sa rage pour se dépasser…Je sais que cela ne suffira pas. Les larmes resteront mais il faut tenir.
        Je t’embrasse bien fort
        Louloute

  37. Bonjour à tous. J’ai découvert ce site hier.

    Depuis lundi (6 avril), j’ai commencé à faire des recherches sur la crise de la 40taine sur le net et je réalise que c’est bien cela que mon mari vit. Sauf que moi, il m’a plaqué, sans aucune discussion possible. Je viens du Québec, voici notre histoire. On étaient collègues il y a 10 ans et tous les deux fraîchement séparés de nos conjoints avec enfants. Nous avons commencé à échanger, manger ensemble et on s’est découvert un tas de points communs. Puis l’amour fou a explosé. On se sentait revivre. Tendre passion et relation fusionnelle durant un bon 8 ans, On est heureux avec nos 4 enfants. On s’est marié à l’été 2010. Mais depuis l’été passé, il est distant. Je le sentais épuisé par le travail depuis un bon 2 ans. Nous avons vécu en juillet dernier une grosse épreuve et au lieu de me consoler, il m’a lancé 3 fois en quelques semaines d’arrêter de pleurer, très bête et froid. Ce que j’ai fait. Je me suis enfermée dans ma peine, lui évitant mon stress. Mais là, il y a 3 semaines, il me reproche justement mon silence. Il dit que je lui ai mis plus de pression et de stress en n’en parlant plus. Bref, l’automne a passé, on s’est distancé en faisant nos affaires dans la maison chacun de notre côté, on se parlait peu. Il était toujours bête avec mes 3 fils, bien que depuis toujours il était beaucoup plus sévère que moi, là il était rendu totalement intransigeant envers eux. Il était aussi froid avec différentes personnes de notre entourage. On s’est un peu chicané fin novembre (pas dans nos habitudes, car on ne se chicanait jamais). Et là 1er décembre, étant bête avec moi le matin, je pète une coche. Je lui ai écrit un couriel pour lui expliquer ma détresse face à notre couple qui n’en est plus un. Je voulais ouvrir le dialogue, mais le contraire s’est produit. Tel une bombe, ça l’a encore plus distancé, il n’a jamais voulu discuter, parler de nos issues de couple, malgré maintes tentatives de ma part. Un temps des fêtes froid et tendu. Le 22 janvier il remet son jonc sur la table de chevet. Je l’ai supplié de discuter avec moi pour arranger les choses. Il me dit qu’il n’y croit plus, que ça ne marchera pas. Mais il n’a rien essayé. Je lui demande si il m’aime encore un peu, il me dit « je n’ai jamais dit que je ne t’aimais plus ». Je lui demande donc un break pour réfléchir. Ce qu’il m’accorde queques jours plus tard. Pendant 9 semaines je deviens presque folle, car il est l’homme de ma vie et je ne veux pas le perdre. Mi mars, il m’annonce qu’il a vendu le camion. Imaginez, on a une grosse roulotte de 31 pieds pour le camping. Je suis sur le cul. Le 18 mars il vient à la maison, on discute 45 minutes. Et là, tout est négatif dans notre couple. Il ne se voit pas revivre à la maison, ne voit pas ce qu’on va faire à notre retraite. Nous n’avons plus les même valeurs tout d’un coup. Nous avons évolué de façon opposé en tant que couple, etc. Je lui demande carrément si pour lui c’est une rupture définitive, il me répond qu’il ne sait plus si il m’aime. Donc pour moi, il est encore en réflexion. Je vais chercher de l’aide chez un psy, car je ne vais pas survivre. Elle me dit qu’il est déjà beaucoup plus loin que moi dans le deuil de notre couple et que je me dois de lui demander clairement si c’est fini ou non. J’ai donc tendu une perche avec un couriel jeudi passé, lui disant que je l’aime de tout mon âme et mon cœur. Il me dit que dimanche soir il va passer me voir. Et c’est là qu’il m’annonce qu’il ne m’aime plus, depuis plus d’un an. Mais tout ce qu’il me dit depuis quelques mois, se contredit. Il dit lui-même qu’il doit se reconnaître, se retrouver, qu’il ne sais pas ce qu’il veut, où il va, etc. Je suis anéantie. Je compatis avec ce que vous vivez tous, ce doit être infernal de vivre les hauts et les bas en étant toujours ensemble. Mais moi j’ai même pas eu de chance de discuté. Il a tout réfléchit et décidé sans que j’aie un seul mot à dire pour ma défense. Il m’a même dit dimanche que tout ça n’est pas ma faute, que c’est lui qui a un problème, que je suis une belle femme, que j’ai un beau corps, que j’ai de belles qualités, que je suis gentille et il me dit d’ouvrir mon cœur pour un autre homme. Non mais quel culot. C’est lui l’homme de ma vie. Mais ayant le caractère qu’il a, je sais qu’il ne changera jamais d’avis. Il tourne la page et c’est fini!!!! Je n’arrête pas de pleurer depuis le 22 janvier, j’ai perdu 8kg, je fais énormément d’insomnie et là je dois prendre de la médication pour dormir pour ne pas tomber en dépression. La vie est vraiment difficile (car ça s’ajoute à bcp d’autres épreuves que j’ai depuis 2010)!!!!!!! Ceci est un résumé, car il y a bcp d’éléments additionnels dans mon histoire. Merci de me lire. Oui le soutien est important, car c’est vraiment difficile à accepter tout ceci.

    1. Bonsoir à toutes et tous,
      Bonoir Louloute, Nathalie, Jacynthe (Tabernacle) et tous les autres écorchés vifs ;-),
      Bref Louloute, j’aurai accepté ta proposition de se voir autour d’un café ou d’un verre d’alcool à 90° mais j’habite loin voir très loin je pense 8h de route, j’habite à côté de Toulouse dans le 31. Par contre si tu viens dans les parages n’hésite pas, ce sera avec grand plaisir.
      Nathalie, je viens de lire ton post et j’ai l’impression de voir mon épouse, en dents de scie, elle m’aime, elle m’aime plus, très proche et très distante, ça change constamment. Il faut être patiente, c’est infernal.
      Jacynthe, j’ai aimé ton témoignage, d’abord parce que j’ai habité au Canada plus jeune pendant 1 an en Nouvelle Ecosse mais surtout parce que l’on se retrouve tous quasiment dans les différents expériences de chacun, on vit tous à peu près la même chose, on pourrait faire un copier coller. Ton chum il va revenir et peut être ensuite repartir puis ensuite rerevenir. Ils sont perdus, ne savent pas où ils en sont ni ce qu’ils veulent, je parle des personnes en crise de la quarantaine. Alors nous on souffre, c’est certain mais finalement, c’est presque eux les victimes, déboussolés, incapables de prendre une décision sans prendre la décision inverse 3 jours plus tard, instables et incohérents. Je les plains… Moi je sais que j’aime ma femme, que j’attends juste qu’elle daigne me dire qu’elle m’aime, qu’elle me fasse l’amour et qu’elle m’embrasse avec plein d’amour et de tendresse. Je sais ce que je veux, ce que j’attends mais l’horloge tourne, et je sais aussi ce que je ne veux pas et ce que je n’accepterai pas. Alors voilou, finalement malgré nos tracas, nos insomnies, nos kilos en moins, notre douleur, on est droit, honnête, on déguste, on sait que l’on a rien à se reprocher, on est nous, juste nous, on n’a rien fait de mal, on ne mérite pas ça et on espère et on attend parce que l’on croit en l’Amour tout simplement. Et bon sang c’est long………….
      Alors courage à toutes et tous.
      PS : Louloute si tu passes à côté de Toulouse, post un message, on essayera de se le boire ce maudit café 😉
      Bonne nuit
      Maxime

      1. Bonsoir Maxime, merci pour tes encouragements. Mais non, mon mari ne reviendra pas. Il m’a quitté il y a 3 mois. Je lui avais demandé une pause au lieu d’une rupture. Il a accepté, mais c’était juste pour me rendre sa décision plus facile. Il m’a bel et bien dit le soir de Pâques que tout était fini. Il ne m’aime plus et il ne reviendra jamais. Pourtant nos problèmes de couple ne sont pas si graves. Nous avons eu une grosse épreuve l’été dernier. Et comme il été très épuisé professionellement il a été très impatient avec moi. Je me suis donc refermée sur moi même et distancée durant l’automne. Comme ça peut arriver à tout le monde. Et là il s’est senti délaissé et non aimé. Il dit que la blessure est trop profonde et il a tout balancé. Sans discussion possible. Et comme nos enfants ne sont pas de nous deux (famille recomposée), il n’a pas d’attache pour rester. Je ne vois pas comment je pourrais regagner son amour vu qu’il n’habite plus ici et ne vient que de temps en temps pour chercher des objets personnels. Donc c’est sans espoir. Fini. Et je dois me reconstruire. Je ne suis pas capable de l’accepter. J’ai tellement mal!!! Merci d’être là tout le monde. La seul consolation, mais trop triste, c’est qu’on se sent moins seul quand on sait que d’autres vivent la même chose que nous.
        A bientôt xxx

      2. Bonjour à tous,

        J’interviens après avoir suivi vos discussions depuis plusieurs mois maintenant, et vous donne mon sentiment qui a évoluer.
        Sans rentrer dans le détail je suis dans une situation se rapprochant de celle de Maxime, j’ai eu droit à « je n’ai plus de sentiments, ça c’est usé, j’étouffe, tu es trop présent, je ne t’appartient pas, j’ai fait des efforts, je suis malheureuse, dans la vie il y a des chapitres, je ne suis pas la femme d’un seul homme etc… », bon voilà « je suis un chapitre » qui doit se refermer…
        Début 2014 elle est tombée amoureuse de son nouveau patron (elle ne me l’a jamais dit mais je l’ai deviné…), un « VIP » comme elle dit, relations, argent, beaux discours, …bon tout ce qui brille et la fait se sentir valorisée.
        Ben oui, à coté de moi, elle ne se sent pas valorisée, ni épanouie…c’est clair d’amant je suis devenu mari, puis père et avec un torchon ou un marteau à la main je suis moins sexy que son chef ou ses collègues de boulot…
        Elle me reproche en gros tout ce qu’elle m’a demandé de faire, être présent, proche (ne pas voyager pour le boulot, du coup j’ai mis de coté le boulot), et donc j’ai tout mis dans ma famille (et ma maison en travaux)…elle rejette tout et est en complète contradiction avec ce qu’elle m’a toujours demandé (par contre elle ne refusera pas la plus value due à mes travaux lors de la vente, si ça ne s’arrange pas…)
        Elle ne reste que pour la « logistique et l’aspect financier… » super je suis un chapitre, un portefeuille et homme à tout faire….mais je n’ai droit a aucun sentiment ou attention. Elle souhaite que l’on se sépare et que nous vivions « en amis ».
        Elle ne comprends pas « il (moi) n’accepte pas de vivre avec quelqu’un qui ne l’aime pas » a-t-elle dit à une de ses « amies »

        J’ai essayé de remettre notre couple en selle pendant plusieurs mois, avec petites escapades sans les enfants, voyages, sorties, cadeaux, surprises…résultat ? …rien… tout ça pour elle c’est du « normal », de l’ordinaire…alors que le moindre geste BANAL de cette personne est EXTRA ordinaire !!
        Bon voilà en quelques lignes la situation : alors c’est clair au début j’étais au fond du trou et c’est plus facile d’y rester, on souffre , on s’autoflagèle, on se fait et refait du mal, on pleure on est dégouté de la vie etc…actuellement je cherche à inverser la vapeur, je ne fais plus de cadeaux, plus d’attentions, plus de petits gestes du quotidien qui étaient « normaux », plus de sms, message etc…je réponds juste quand elle me parle…je ne lui fait pas la tête comme elle pense : j’essaie de m’entrainer à vivre sans elle, et me prépare au pire car au mieux j’aurai une bonne nouvelle…
        Je ne la regarde plus même lorsque nous mangeons ensemble avec les enfants, ou très brièvement, c’est dur mais la seule chance pour que cela reprenne c’est de créer du manque : hyper dur en vivant sous le même toit, alors j’essaie de ne pas être dans la même pièce qu’elle, de lui laisser sa liberté, son espace, je ne regarde pas la télé avec elle, je vais ailleurs, je sors, je me suis mis dans une association pour rencontrer des gens, faire et penser à autre chose, je m’habille mieux, j’écoute de la musique qui donne la niak (pas de chansons tristes ou nostalgiques !!), je chasse au plus vite toute pensée se rapportant à elle et au passé (je sais c’est hyper dur) je continue le sport : tout ça pour me revaloriser, me redonner confiance et voir au travers des autres que j’existe et que l’on m’apprécie ailleurs.

        Je ne lui parle de mes activités que si elle me le demande, je ne suis pas encore prêt pour lui en parler avec assez d’énergie et de motivation mais j’y travaille. Je dois réussir à changer, à me changer et à faire ce que je n’ai pas fait depuis des années car trop occupé par ma famille.
        Tout ceci lui pose question, elle m’interroge, où, quand, avec qui : je reste très bref …je ne mens pas, malgré tout elle me reproche de ne pas avoir de « respect » car « elle », me dit « tout » et « me tient au courant de toutes ses activités » (enfin presque…)
        J’ai eu droit aussi à la séance d’épilation juste avant un diner avec « une copine »…au sous vêtements renouvelés, à la garde robe …(sans qu’elle me dise que c’était pour moi par contre) : bon les mensonges ont les jambes courtes (dicton italien du village de mes ancêtres) et j’ai appris par hasard par cette même « copine » qu’elle n’était pas sur Paris ce jour là…
        Donc pour conclure je me prépare au pire, pour protéger les enfants que je ne souhaite pas qu’elles emportent dans ses fantasmes, je la comprends, je comprends son mal être et je ne peux pas vivre avec un bout de bois (ben oui ça elle ne le comprends pas), je ne peux pas être juste là pour l’arranger en attendant qu’elle « trouve mieux »…
        Nous partons tous les deux 10 jours en voyage, ça va être très dur de trouver un équilibre pour ne pas être désagréable, et surtout éviter de la solliciter affectivement : je ne vaux plus être demandeur àça ne fait que les conforter dans le sens que nous « leur appartenons »
        Cet été je lui ai proposer de partir avec les enfants séparément : elle a acceptée
        Je me suis donner un délai, je ne sais pas si je vais le tenir, le début de l’automne , si après l’été il y a eu un cheminement dans sa tête et que les choses reprennent autrement tant mieux, si non je me ferai une raison et j’espère avoir la force de prendre les devants : ce ne sera pas une séparation (qui nous relie et nous enchaîne ), je devrai trancher dans le vif en ce qui me concerne : elle ne s’attends certainement pas à ce que je casse le premier, mais bon d’ici l’automne elle peut encore partir avant moi : nous verrons.
        D’un autre coté si ça reprends le plus difficile sera de redonner la confiance, et ne pas vivre en se demandant à chaque absence si elle ne va pas revenir en ressortant ses discours destructeurs pour moi et si libérateurs pour elle…
        Voilà j’espère ne pas vous avoir saouler avec mes soucis et vous avoir donner quelques pistes de réflexions

  38. Bonjour à tous et surtout à toi Maxime,
    en lisant ton témoignage, j’avais l’impression de l’avoir écrit, sauf que dans mon cas, c’est mon mari qui est en crise. Il a voulu une période de séparation, puis est rentré en disant qu’on devait se donner une 2e chance, construire la maison de nos rêves pour que 2 mois après, il jette tout aux orties. Il avait même annoncé le divorce à ses filles et à sa mère la semaine dernière, puis se raviser 2h après et depuis hier, il est à nouveau dans “son monde”…
    C’est dur d’être sur des montagnes russes émotionnelles, de penser que cela va aller, se stabiliser, et de repartir de plus belle. De voir les enfants témoins de cela sans pouvoir maîtriser la douleur infligée…
    Il disait à tout le monde que c’est moi qui était instable, invivable, le rendait malheureux, que j’étais la source de son mal être, qu’il n’avait plus d’amour pour moi, que je n’étais qu’une co locataire et j’en passe.
    Il ne voulait plus faire de projet, puis de vouloir construire une maison pour nous tous et 1 mois après, me virer du projet comme une malpropre et reprendre le projet ensuite…
    Je protège mes enfants comme je peux, j’essaie de leur offrir le calme auquel elles ont droit, protégeant leur vie de leur âge, mais il est difficile avec un père émotionnellement instable de pouvoir être “stable”. Parfois, j’ai envie que tout s’arrête, de passer à autre chose. D’autre fois, nos 21 ans de bonheur sont dures à gommer en – de 6 mois. J’essaie de vivre ma vie, voir mes amis ies, me programmer des choses pour moi en me disant que ça vaut le coup d’attendre mais cela reste douloureux. Très douloureux.
    J’ai arrêté les médocs pour dormir, comme toi, j’ai repris un peu de poids (j’avais perdu 5kg en 2 mois), je me suis fixée des objectifs et je continue. Des petits, (dormir une heure de +, puis 2 puis 3…), manger une cuillère de plus, puis 2 puis 3…
    Après son 1er départ, je m’étais préparée au divorce, j’avais accepté la chose même s’il m’en coûtait tant. Il a voulu qu’on voit une conseillère conjugale, j’ai accepté. Je pense qu’il a proposé ça comme il aurait proposé d’acheter un livre car au bout de la 2e séance, il a voulu arrêter (séance où on démarre les vraies questions, les vrais pb, la 1ere séance est une phase de prise de connaissance de chacun)…Il m’a reproché d’en avoir fait un tribunal pour le juger…je suis tombée des nues. La thérapeute nous disait bien qu’elle n’était pas là pour arbitrer le conflit ni dire qui a tort ou raison mais donner tout simplement les clés pour arriver à communiquer de nouveau et aussi aborder les sujets que l’on voulait.
    Cela n’a servi à rien.
    Comme toi, je l’aime toujours. Ma tête me dit :”laisse le partir, il est malheureux avec toi”, mon cœur me dit: “il se trompe, ça vaut le coup de l’attendre”…
    Jusqu’au prochain épisode…

    Louloute

    1. Bonjour Louloute,

      Ta lettre est poignante et je te souhaite beaucoup du courage;Maxime ne s’est pas connecté depuis quelques temps,ou bien ne répond plus aux messages,j’espère qu’il va au mieux…Autant que cela se peut.
      Je pense que tu agis très très bien avec ton mari,et ceci d’autant plus que tu as des enfants,ce qui n’est pas mon cas…”Patience et longueur de temps font mieux que force et que rage”…Tant qu’il hésite encore,et que toi tu veux continuer avec lui,alors rien n’est définitivement perdu…Sinon,bien sûr,la confiance,la stabilité,la sécurité morale,quelque chose a reçu une fêlure,qui deviendra peut-être une brêche si le torrent du changement s’y engouffre,mais cela,je crois qu’on peut en récupérer une bonne partie,de la confiance,la tranquillité,quand la tempête”cesse”et qu’on arrive à colmater le mur.
      Oui,prends soin de toi,trouve-toi des occupations pour te distraire l’esprit,vois tes amis,soutiens tes enfants,ne focalise pas à mort sur cette période funeste,je sais que c’est plus facile dire qu’à faire,mais je pense,à moins de vouloir vraiment en finir avec ton couple et la souffrance qu’il engendre pour toi maintenant,que tu réagis vraiment au mieux.Bravo.
      Par contre,blinde-toi à fond,Louloute…Parcequ’il ne faut pas se mentir,tu vas encore vivre des heures difficiles et cruelles,épuisantes,voire parfois insupportables.Forge-toi une carapace et laisse-le,si tu peux,prendre sa décision tout seul,comme un grand…après tout,c’est lui qui est en effervescence et qui a rompu votre équilibre,c’est à lui de s’en dépatouiller…”Fais le canard”,comme on dit…imperturbable en surface,mais qui pédale à fond en dessous…tu sais,dans ces cas-là,plus tu pousses une personne dans un sens,et plus elle tirera dans l’autre…C’est en fait comme une crise d’ado…Rébellion,révolution!Il faut que ça passe…Mais quand on est malheureuse,bien sûr,le temps peut sembler très long.Je suis sûre que pour lui aussi…Personne n’aime à se retrouver dans une telle tourmente.
      Moi,c’est l’inverse,je suis dans le cas de la femme de Maxime…et de ton homme.La crise,c’est moi qui la subit et qui en fait largement profiter les autres,hélas…Je n’en suis pas fière,au contraire,je culpabilise beaucoup,mais c’est plus fort que moi…Pas moyen d’emprunter un autre chemin que celui-là,pavé de charbon ardents comme celui de l’enfer….crois-moi,on y perd beaucoup aussi,pour ma part,surtout en estime de moi.
      Je me permets de t’embrasser.
      Bon courage…Et bravo pour ton attitude,qui ressemble en tous points à celle…de mon mari.Et de Maxime…Et de beaucoup d’autres…Il vous faut bien de l’Amour et de la Patience pour supporter cela.
      Bonne journée.
      Céci.

      1. Bonjour,
        ça fait peur de lire tout ça…je vis comme vous tous la même chose. il y a quelques temps de ça, nous avons eu un passage à vide dans notre couple (formé depuis 18 ans avec deux petites filles 13 et 9 ans) Suite à ça, mon conjoint a repris contact avec une ex avec qui il avait vécu quelques choses de fort à l’époque – ils étaient jeunes et s’étaient quittés sans se revoir), ils ne se sont pas vus, juste 3 appels et des sms tous les jours. Et au fur à mesure des ses messages pendant 2 mois, se sont à nouveau découverts une attirance mais toujours sans se voir et on emit l’hypothèse de vivre ensemble (elle est également en couple mais sans enfants) mon conjoint ne comprend pas ce qui lui arrive ! il m’en a parlé parce qu’il ne sait pas me mentir. Me dit qu’il est perdu qu’il ne veut pas me perdre moi et les filles. Honnetement on s’entend bien dans tous les domaines avec des coups de gueule bien évidemment comme dans tous les couples, même si nous avons eu ce passage à vide. je ne sais plus quoi faire, je ne veux pas le perdre.

    2. Bonjour Louloutte,
      Effectivement j’ai bien vu ton message mais je n’ai pas eu le temps d’y répondre. Cette semaine a été très chargée. Je travaille et puis dès que j’ai fini je récupère les enfants, devoirs, bain, repas, dodo puis enfin un peu de temps pour soi vers 20h30 mais je suis tellement fatigué que je me couche vers 21:00. Mon épouse allant à la salle de sport quasi tous les soirs, je suis d’astreinte ;-). Je me retrouve beaucoup dans ce que tu écris. Une des différences c’est l’état psychologique de mon épouse qui est en pleine dépression, perdue dans le désert et après quelques éclaircies, la voilà de nouveau en pleine tourmente. Elle ne va plus au travail depuis 1 mois, plus la force, des moments d’angoisse et de panique et le soucis c’est qu’elle est chef d’entreprise d’une toute jeune entreprise avec 2 salariés avec des enjeux économiques importants. Elle a désormais 2 passions, la salle de sport depuis bientôt 4 mois et son bain. Accro à la zumba, elle veut en désormais en faire son métier, surprenant… Nous nous croisons en ce moment, plus vraiment de partage, elle rentre, mange, prend son bain, puis prend ses somnifères (elle a arrêté les anxiolytiques depuis quelques jours et se met au lit. Voilà, topissime. J’ai en fait le sentiment que je suis en fait une sécurité, une habitude, un vieux meuble que l’on aime bien, une lumière dans la nuit, une boussole, un ami tout simplement mais plus un mari et un amant. Alors pour tenir le coup, je me suis fixé une date butoir, le 15 avril, parce que cela fera 6 mois que tout a commencé et je compte les jours, en me disant que si rien ne change en terme d’échange et de dialogue, de vie sexuelle qui au jour d’aujourd’hui est inexistante depuis plus de 5 mois, de décision de sa part d’aller consulter un psy et bien je mettrai les voiles. Le ferai-je ? Je sais pas, puis-je quitter la femme que j’aime, la personne qui me connait le mieux et qui traverse une période très compliqué, est-ce que je suis dégueulasse d’envisager ça, est-ce que si je prend cette décision cela va la détruire un peu plus ?
      Aujourd’hui elle est dans un état de stress, de panique, d’anxiété et d’hyper activité qui m’inquiète, je ne sais pas quoi faire ou dire, et j’ai l’impression que l’on sort du cadre de la crise de la quarantaine, j’en oublie ce qu’elle a pu me faire vivre depuis 5 mois. Je suis un peu perdu en ce moment et j’ai du mal à suivre sa logique si toutefois il y en a une.
      Voilà, alors Louloutte, accroche toi, penses à toi, ne ferme pas la porte mais fixe des limites, mais c’est compliqué, déroutant, déprimant alors que la vie devrait être simple et agréable. Courage et à bientôt.
      Maxime

      1. Bonjour Maxime et Céci et les autres…
        Céci, j’avais répondu à ton post mais il n’a jamais été publié (???). Je voulais te remercier pour ta réponse car on a souvent les témoignages de personnes qui vivent la situation de “larguée” mais peu de personnes se confient sur leur état (comme mon mari). Tu apportes certaines réponses essentielles.
        Maxime, il est vrai que je me sens très proche de ce que tu vis. Mon mari me fait vivre un enfer comme ta femme. Quoi que les choses semblent se calmer depuis peu. Mais rien n’est gagné.
        Pour ma part, cela a commencé il y a plus de 2 ans (on doit arriver à un peu moins de 3 ans). Il a commencé par moins rire, à mettre de la distance, à travailler encore plus. Je lui ai posé des questions. Il n’a jamais voulu y répondre….Pendant presque 2 ans, j’ai cru qu’il avait une maitresse, une de ses collègues. Il faisait tout pour elle, restait tard, essayer de résoudre ses problèmes informatiques, loupait les cours qu’il donnait…
        En juin 2014, je n’ai plus supporté la situation. Il m’a alors raconté que depuis 18 mois, à son boulot, il recevait des lettres anonymes à son encontre, envoyées à son patron et le mettant en cause pour détournement de fonds…Je suis tombée des nues. Il disait qu’il s’était tu pour me protéger. Me protéger de quoi? Pendant tout ce temps, la situation s’est dégradée. Ce déclenchement lui a fait se recentrer sur lui. Il s’est fermé petit à petit, s’est éloigné….Et depuis, c’est l’horreur. Son insomnie s’est aggravée. Il perdait du poids, sa santé s’est aussi dégradée. J’étais devenue son souffre-douleur, avec beaucoup de bas, très peu de hauts.
        Lui qui disait que je n’acceptais pas de vieillir, il s’est mis à acheter des anti-cernes, des crèmes pour le visage, s’habillait différemment, …n’arrêtait pas de me répéter “je fais ce que je veux”.
        Il ne voulait plus rien faire avec moi, plus de sortie, plus de discussion, …un vrai étranger. Il sortait de plus en plus avec les personnes de son boulot (resto, concert, ….).
        En octobre 2014, il a fini par quitter la maison, me répétant que ce n’est pas NOUS qu’il quittait mais MOI. Je l’ai supplié de rester, je lui ai dit que 21/22 ans de vie commune et de mariage ne pouvaient pas s’effacer comme ça, qu’on traversait une crise, certes grave mais on pouvait y trouver une solution…mais il est parti quand même.
        Un jour, il est revenu pour discuter. Il m’a fait comprendre que je suis restée une belle femme et que je me retrouverai facilement un mec (je n’avais qu’à ouvrir ma porte et partir avec le 1er mec qui passe)….et j’en passe.
        Sa soeur a réussi à le convaincre qu’on suive une thérapie. Mais une thérapie suppose que chacun veuille guérir mais lorsqu’on n’est pas prêt, cela ne sert à rien car on ne livre pas ses vrais tourments.
        En décembre 2014, cette personne malveillante a fini par m’envoyer des courriers, à mon domicile.
        Il est rentré à la maison mi-décembre. Mais il houspillait nos enfants sans arrêt. La maison est devenue silencieuse, il ne me parlait pas bien, c’était encore pire.
        J’ai décidé de construire ma vie différemment. Je me suis remise à courir, j’ai rencontré de nouvelles amies…il ne veut pas partir avec moi, je m’organise avec mes copines, il ne veut pas sortir avec moi, j’appelle mes amis(ies)….
        Jusqu’à sa demande de divorce il y a 2 semaines avec annonce à nos enfants et à sa mère puis rétractation le soir.
        J’ai beaucoup lu aussi sur la Crise de Milieu de vie, cette phase que l’on traverse vers les 40 ans, où l’on se sent vide, inutile, où la dépression et l’insomnie s’installe, où la 1ere chose que l’on fait est de “virer” le conjoint responsable de tous ses maux mais qu’au fond, c’est lui le garant de la stabilité. Je me dis qu’il se cherche mais n’a pas encore trouvé le moyen de se “remplir”, qu’il faut l’accompagner…mais certains jours, c’est trop dur, trop douloureux. Je pleure alors pendant ma douche pour ne pas que les enfants m’entendent, je serre les dents. Je me dis que chaque jour est un jour de gagné.
        Je ne pense pas qu’il y ait une logique dans leur comportement car ils se cherchent et tant qu’ils n’ont pas trouvé, on va en baver.
        Bises et surtout courage à vous tous

      2. bonjour Maxime.

        étant moi même dans une situation très similaire à la tienne en particulier mais se rapprochant aussi des autres celle des autres membres de ce site ne serait ce que par la souffrance engendré et que nous partageons tous.
        Toutefois ta vision des choses et ta façon de gérer l’affaire se rapproche en tous points de mon approche personnelle…. l’approche Colombo dirons nous…rationnaliser par la preuve irréfutable du kilométrage aux factures téléphones analysées dates à l’appui. J’ai fait les mêmes erreurs de confronter ma compagne, d’appeler en numéro caché les numéros récurrents etc.
        je suis bouffé de l’intérieur 24/24 par les lectures d’anciens messages les petites attentions qui m’étaient réservées fut un temps “ma petite puce” pour n’en citer qu’une. Comme toi cela dure depuis des mois. 4 maintenant. Ma compagne m’a annoncé par téléphone qu’elle ne voulait plus être un couple …qu’elle m’aimait toujours mais qu’elle ne m’aimait plus. Qu’elle avait envie de retrouver une liberté , un jardin secret, qu’elle ne voulait pas être la propriété de qui que se soit..Alors j’ai essayé de rester calme d’abord et tenté de discuter d’avoir des explications pour éventuellement trouver des solutions. Comme toi je suis fou amoureux de ma compagne avec qui j’ai deux garçon de 12 et 9 ans et avec quije partage ma vie depuis 20 ans cette année et je n’ai aucune envie de la perdre. Pour autant, elleparait avoir déjà fait son travail de deuil en amont de la discussion initiale et ne me laisse aucune marge de manœuvre ou ouverture pour essayer de rattraper la situation déjà bien trop mûri dans sa tête. Je crois aussi qu’il y a un ami d’enfance en toile de fond pour lequel elle a toujours eu une profonde “amitié”(pour ne pas dire amour) et admiration(pour ne pas dire fantasme). J’ai rencontré ce mec plusieurs fois(plutôt beau gosse , DJ, marié avec Jade Jagger à une époque, philosophie très baba bobo et plein de tune)…bref le genre de bonhomme avec lequel il est difficile de ne pas se sentir un peu intimidé…surtout quand ta compagne t’en parle avec des étoiles dans les yeux en te disant qu’il est super sympa compréhensif, doux,généreux que les femmes ont toujours été très attirées par lui car il sait écouter et leur parler etc etc….(pour ne pas dire qu’il baise comme un dieu et qu’elle en rêve tous les soirs en se couchant). Lui est aujourd’hui divorcé, toujours DJ dans les boites Londoniennes, et échange régulièrement avec ma compagne par SMS et téléphone interposés…et moi je me sens tout petit (pour ne pas dire comme une merde) et incapable de rivaliser.
        voilà un peu la situation.
        En Juin dernier un de leurs amis commun st décédé d’un cancer et elle s’est rendue à son chevet à l’hôpital en Angleterre pour l’accompagner dans la mort. Le DJ étant lui aussi disponible en a fait de même et ils se sont donc retrouvé en huit clôt pendant dix jours(nuit et jour)à partager des moments très forts en émmotion, partageant sans doute les souvenirs d’enfance, bons et moins bons, les vies, les problèmes de couples etc etc j’imagine ranimant les cendres incandescentes.(je crois me rappeler qu’il ya de cela ans elle m’avait mentionné avoir eu un flirt(passionné de quelques jours ou semaines avec lui ce qu’elle nie aujourd’hui mais bon). Toujours est il qu’en Janvier elle m’annonce ses intentions de séparation pour des motifs personnels, elle trouve qu’on ne communique plus, que je ne m’exprime pas assez et que le temps avance et qu’elle ne veut pas finir sa vie sans passion, qu’elle ne croit pas dans la monogamie que c’est une invention judéo chrétienne imposée par la civilisation etc etc. Sachant qu’entre temps j’ai perdu mon emplois en Octobre et que je ne suis pas au mieux de ma forme mais que au contraire elle me présente la séparation comme une opportunité pour moi de recommencer , elle m’offre la liberté de faire ce que j’ai toujours voulu faire pour moi sans avoir à tenir compte de quique se soit. Moi j’avoue que je prends ça comme un coup de mattrac supplémentaire et depuis j’ai sérieusement du mal à remonter la pente. Nous vivons sous le même toit,nous partageons le même lit, mais je me prends des coups de coude accompagnés de grognements dès que je dépasse la frontière marquée par des oreillers intercalés entre nous sous la couette.
        au levé comme si de rien était..pas de bisous , pas de câlins , pas de je t’aime mais à part ça normale, qu’est ce que tu veux manger?,à ton avis qu’elle paire de chaussures?ou uel chemisier?avant de partir au travail…
        entre temps en février elle est retourné en Angleterre pendant 10 jours (toutes les vacancessans les enfants) et j’ai eu peu de détails sur ses allés venus..je sais toutefois qu’elle est allé plusieurs fois en boites avec le fameux DJ qui officiait …ou elle a dormi après ? je m’en doute!ce qu’ils ont fait? je m’en doute mais pas de preuve. Depuis rien quelques SMS soupoudré de “ma petite puce ” en Français dans le texte…tu me manques…et toujours fini par les fameux XXXX qui ponstuent les SMS amicaux ou amoureux chez les anglophones, synonimes de bisous , je t’aimes, selon la personne à qui l’on s’adresse et l’interprétation qu’on y donne….Moi les XXX se sont arr^té du jour au lendemain , les SMS que je reçoit ne sont même plus signés.
        Elle repart en Angleterre pour les vacancesde pâques pendant 10 jours avec les enfants cette fois. Je l’ai appris par hasard par l’intermédiaire de mon fils car selon elle, elle avait oublier de m’en parler…
        Hier j’ai réussi à avoir une discussion avec elle…je lui ai dit clairement que je ne voulais pas la perdre que j’étais prêt à faire des compromis à lui donner plus de liberté dans la limite du raisonnable, que je pouvais comprendre qu’elle vivait une période difficle (ménopause etc). J’ai commencé à lire des articles sur le polyamour même si cela n’est pas du tout ma philosophie à l’origine mais j’essaie de me préparer à toute éventualité et je lui en est fait part. Je lui est dit aussi que j’aimerais reprendre une thérapie de couple que nous avions entamé en Juin dernier pour quelques scéances mais menant nulle part et elle ayant trouvé un emplois en septembre et se sentant mieux avait décidé d’y mettre fin. Je sais que tout n’ets pas noir et blanc même si il est facile de repprocher à l’autre.
        toujours est il qu’elle s’est un peu ouverte en me disanr qu’elle était prête à prendre en compte ce que je lui avait dit , que je devrais aller voire quelqu’un de mon côté … que pour l’instant elle n’était pas prête à me donner plus physiquement et que je devais être patient car elle a besoin d’espace ne voulant pas encore une fois être la propriété de qui que se soit et qu’elle ne voulait de toute façon pas retomber dans une relation romantique de couple , qu’elle aimerait retrouver son espace voir chambre à part par exemple. Je lui ai répondu que je ne croyais pas que chambre à part nous ferais deu bien au contraire et que cela risquait de nous éloigner d’autant plus mais que je ne m’attendais pas à faire l’amour sous peu que j’étais prêt à attendre(même si la frustration de ne plus la toucher , la sentir , la prendre dans mes bras , l’embrasser est énorme et douloureuse)mais qu’un câlin chaleureux et amical me suffirait pour l’instant…elle a émit un doute sur mes intentions mais n’a pas refusé catégoriquement…J’attends de voir et ai dormi un peu mieux cette nuit même si les démons d’amants potentiels sont venu me réveiller à plusieurs reprises…
        Putain c’est dur la vie…Mais je l’aime à en crever depuis 20 ans et je ne peux pas baisser les bras malgré certains de mes proches qui me disent laisse tomber , tu trouveras une petite nana sympa etc etc…c’est mort.
        Je ne peux pas y croire.

        Je vous embrasse tous et vous souhaite le courage nécessaire à ces épreuves douloureuses et destructrices.

        ronan

      3. bonjour Maxime!
        j’ailu tous tes postes … j’apprécie ton style et ta vision des choses. Je crois que mon histoire ou plutôt celle de ma compagne a commencé à peu près au même moment que ton calvaire… enfin officiellement, à savoir déclarée. Je ne sais même pas si je fais encore parti des veux meubles ou alors bien cachés sous la poussière. Du jour au lendemain plus rien, terminé, envie de partir de liberté de se retrouver… je t’aime mais je ne t’aime plus, vacances planifiées en douce sans moi et départ annoncé au dernier moment…discours sur la monogamie qui n’est qu’une invention de notre civilisation…ne veut plus appartenir à personne être libre de ses choix etc etc etc…
        moi amoureux comme au premier jour après 20 ans et deux enfants de 12 et 9 ans…. complètement abattu, perdu déboussolé et souffrance énorme… Sommeil plus qu’agîté quand j’arrive à le trouver, perte de confiance totale,plus envie de rien!!
        toi la date butoire c’est aujourd’hui …tu as réussi à avancer ? Ou en êtes vous?
        je suis comme toi dans le sud ouest à Pau…Tiens moi au jus…

        merci et bon courage ronan

        1. Salut Ronan,

          Eh oui c’est la mouïse, j’ai traversé ce que tu vis en ce moment et c’est affreux. On déguste… Concernant ma décision, pour le moment c’est séparation puisque dans 2 jours mon épouse va, malgré mon avis défavorable, partir passer un week end de 4 jours chez son ex qui est avant tout UN AMI D’ENFANCE me rassure-t-elle. Mais non ça ne me rassure pas. Voilà donc ma décision : tu y vas, je te quitte.
          Paradoxalement, depuis 3 jours mon épouse me fait du gringue, me dit qu’elle ne veut pas que je la quitte, qu’elle a peur de me perdre, elle m’a écrit en lettre majuscules JE T’AIME dans un sms, et tous les jours elle me demande si j’ai changé d’avis sur me demande de séparation. Et Non, je n’ai pas changé d’avis, c’est dur à tenir, surtout qu’elle m’a annoncé s’être acheté de nouveaux sous vêtements et qu”elle voulait me les montrer, qu’elle va aller chez l’esthéticienne “pour moi”, que depuis ce soir elle prend son bain la porte ouverte, chose qui n’était pas arrivé depuis 5 mois 1/2. Elle m’a dit qu’elle serait avec moi une sexy lady jusqu’à son départ. Alors elle joue, elle me provoque mais d’un autre côté, elle s’est acheté des nouveaux sous vêtements, vêtements, chaussures, va demain chez l’esthéticienne pile poil un jour avant de partir à son fameux week-end. Troublante coïncidence… J’ai du mal à croire à cette relation amicale, j’ai trouvé quelques phrases ça et là sur les ex qui illustrent ma pensée :

          “Revoir la personne que tu as aimée profondément par le passé, c’est prendre le risque d’éprouver à nouveau des sentiments pour lui. Tu as arrêté de fumer, te viendrais-tu l’idée d’avoir en permanence un paquet de cigarettes à portée de main à longueur de journée ?”

          “Vous êtes maintenant AMIS et vous vous entendez bien. Vous partagez certaines de vos pensées intimes. Vous faites des allusions à votre passé. Petit à petit, tu vas peut être te dire que votre relation est bonne et qu’il est très agréable de l’avoir à tes côtés. Tu commences peut être à inconsciemment à regretter votre rupture et songer à te remettre avec lui. Tu as vécu une intimité sexuelle avec lui, il est absolument certain que tu vas te remémorer régulièrement des scènes passées. Tu seras totalement prisonnière de ces pensées. Peut-être vas-tu ressentir une attirance sexuelle ou fantasmer.”

          “Dans la relation avec un ex : L’un des 2 est toujours en attente de quelque chose, consciemment ou inconsciemment. ”

          Voilà où j’en suis. Alors est-ce que j’arriverai à me tenir à ma position ? That is the question, car j’aime mon épouse, et l’amour nous fait faire parfois des choses incroyables, des choses stupides, immatures, irréfléchies et accepter des choses que l’on pensait inacceptables.

          Effectivement tu habites pas si loin, on pourrait peut être échanger de vive voix un de ces jours, je suis pas dispo les 2 prochains week-end mais ensuite pourquoi pas.

          Voilou, Alors courage à toi, courage à toutes et tous.

          Maxime

          1. Bonjour Maxime,
            c’est tout simplement du chantage. Elle n’accepte pas de perdre le contrôle. Elle ne veut rien perdre. Mais désolée, dans la vie on ne peut pas tout avoir. Le beurre et l’argent du beurre! À ta place Maxime, je garderais la tête haute, je resterais digne. Aime-toi d’abord avant d’aimer ta femme. Et si t’aimer et te respecter est de ne pas accepter ses écarts de conduite, bien alors quitte-la. Elle ne te mérite pas. Tout comme mes amis qui me disent que mon mari (mon ex maintenant) ne me mérite pas, car il a claqué la porte sans aucune discussion possible. Maintenant, je suis indépendante et je me débrouille seule. Même si il m’a offert de l’aide pour la maison, les ordinateurs, etc, je vais m’arranger pour régler mes problèmes seule si j’en ai. Non mais!!!!! Un peu de fièreté. La guérison va être longue, mais nous tous ici n’avons pas le choix. Malheureusement, nous sommes à une époque consommer/jetter. Je suis aussi anéantie que vous tous ne vous en faites pas.
            A+

          2. Maxime,
            j’ai lu ton dernier message cet aprem. d’abord effectivement j’aimerais vraiment qu’on en discute de vive voix car je pense qu’om a plein de points en commun et que l’échange pourrait s’avérer bénéfique. D’autre part ayant lu ton message avec beaucoup de recul et l’expérience qui est la mienne…à savoir relation de 20 ans chaotique mais sérieusement intense et extrêmement enrichissante.
            Je me permet de te conseiller d’accepter la main tendue par ta compagne car même si elle se rend chez ce fameux ancien copain avec lequel elle a peut être eu une relation extra conjuguale et c’est presque même certain. Je comprends que c’est pour toi extrêmement dur à accepter mais elle vient de te montrer les premiers signes de son amour retrouvé pour toi…. La salle d’eau, le JE T’AIME et le fait de te dire que les sous vêtements sexy c’est pour toi et le rdv esthéticien c’est pour toi aussi…. Même si au départ elle avait peut être prévu cela pour ce mec , je pense que du fait de ton comportement récemment et de tes interventions , elle a réellement revu et corrigé sa copie vis à vis de lui et de votre avenir ensemble. Il me semble que ce voyage qu’elle compte faire malgré ton ultimatum sera une façon pour elle de réellement mettre un terme à son aventure extraconjugale. Alors tu ne sais comme je t’envie car ton calvaire est quasi terminé, et si tu arrives à accepter cette dernière escapade , elle te reviendra et vous pourrez réellement reconstruire….d’après ce que tu raconte dans ton dernier message , je te demande et te conseille de reconsidérer ta position….tu auras le temps de digérer plus tard avec le dialogue et sans doute les remords et excuses de ta femme.

            encore un petit effort car je cois vraiment que la vrai erreur serai de ne pas vous laissez cette chance. Tu l’aimes , elle va te ré-aimer et vous avez une famille à reconstruire ….tiens moi au courant . Je te souhaite bon courage mais il faut aussi savoir pardonner pour mieux reconstruire.

            Ronan

          3. Bonjour Maxime et tous les autres,
            voilà des semaines que je n’avais pas écrit tout en continuant à lire l’ensemble des témoignages.
            parce que cela faisait quelques mois que nous avons retrouvé à la maison calme, sérénité, tendresse et amour(?).
            je rappelle les faits. la crise a démarré il y a tout juste un an. mon épouse a pris ses distances, volonté de liberté, échanges sms avec un autre homme, éloignement…enfin tout de ce que vous vivez. j’ai tâtonné pendant des mois pour comprendre, avoir la bonne attitude…j’ai eu des moments de renoncement, de colère, de raz le bol. et puis petit à petit avec l’aide d’un ami et puis accompagné par une psy, j’ai remonté la pente. j’ai pris du recul et gagné en sérénité. Mais dans cette situation, nous sommes en permanence sur la ligne de crête et le moindre écart peut nous faire retomber dans le ravin!
            Moi, ca s’est passé dimanche ou j’ai découvert un mail de cet homme ponctué par un “bisoussss douxx”. je ne vous dis pas la déflagration dans ma tête!
            j’ai demandé quelques explications, de nouveau pleuré, nous avons discuté avec calme. (il y a quelques semaines je serais parti en claquant la porte).
            ma femme a tenté de me rassurer et je l’a croit car c’est une personne qui est droite. simplement, un homme qui écrit ça à une femme, je crois que cela a un sens: IL L’A DRAGUE!
            Je ne savais pas dimanche soir si je devais dormir dans notre chambre; c’est elle qui me l’a demandé et nous avons fait l’amour. le lendemain matin, elle m’a dit pour la première fois depuis plus d’un: “je t’aime”. Je pense qu’elle a réalisé la situation anormale et que du coup elle culpabilise.
            alors tu vois Maxime, je suis du même avis que Renan. Ta femme est “paumée” et y a que toi par ta présence, en maintenant le cap, en maintenant le dialogue qui pourra la reconquérir. bien sûr, le temps parait bien long dans ces moments là. il y aura sans doute encore des hauts et des bas! les jours où elle sera “ailleurs” vont te faire souffrir. mais je pense qu’il y a un sentiment de culpabilité qui est en train de naitre chez ton épouse; et si elle culpabilise, c’est qu’elle tient à toi.
            Je suis également un peu dans le même cas puisque mon épouse va partager une retraite pendant trois jours avec lui la semaine prochaine (mais eux ne seront pas en tête à tête).
            Alors oui, si tu le peux, si tu as encore la force de lutter, si tes sentiments sont encore forts alors traverse cette épreuve et continue d’avoir la tête haute et ce comportement exemplaire qui te fait honneur. Tu vas réussir à “récupérer” ton épouse et vous en ressortirez grandis.
            si tu ne l’as pas fait, dis-lui que les mots et les gestes qu’elle t’a dit et montré t’ont beaucoup touché; dis lui que tu la trouves très belle et que ses sous-vêtements lui vont à ravir. tu es dans une phase de reconquête, tu as tenu jusque là alors TIENS LE COUP!
            Pour tous les autres, bon courage et amicales pensées.
            olivier

          4. Coucou Louloutte, Jacynthe, Olivier (ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles et plutôt bonnes) , Ronan, Laurent et tous ceux que j’oublie.
            Les témoignages, les commentaires ne cessent d’affluer, on se sent un peu moins seul au monde, même si chaque situation est unique mais on se retrouve tous sur énormément de points.
            Olivier et Ronan, j’entends votre point de vue mais l’attitude de mon épouse ces derniers jours me laisse perplexe car j’ai quelques doutes sur sasincérité et sur l’intégrité de son comportement ou du moins sur ce qu’elle ressent à mon égard et à l’égard de son ancien compagnon et ce consciemment ou inconsciemment.
            Sa démarche est-elle sincère ? Ce qu’il faut savoir c’est qu’à partir de mi-juillet, elle n’a plus aucun revenu, en plus elle ne va plus travailler depuis plus de 2 mois et envisage de changer complètement d’orientation professionnelle ce qui a un coût. Donc voilà, je connais la capacité de mon épouse à planifier et anticiper, je me pose donc des questions sur la sincérité de sa démarche à mon égard et je n’ose pas directement lui poser la question car si elle est réellement sincère et bien la questionner n’aurai pour conséquence que de tout foutre en l’air. Ensuite, l’histoire de sous vêtements, d’esthéticienne, de nouveaux vêtements, ça me paraît gros, voir très gros. “C’est pour toi mon chéri!”, juste histoire de me faire passer la pilule sur son escapade bordelaise mais est-ce vraiment pour moi tout cela ? Vraiment vraiment ? Ou tout simplement pour lui. J’ai des doutes et idem si je lui en parle franchement je risque simplement de tout foutre en l’air. Depuis 3 jours et après 1 journée où elle m’a fait la tête puisque je n’ai pas renoncé à mon idée de la quitter, j’ai le droit par mail à un petit compte rendu rapide de sa journée pour me rassurer me dit-elle (je précise que je n’ai rien demandé) et sur le fait que rien de mal s’est passé, que chacun a sagement dormi dans son lit. Mais ce sont des mots, je ne suis pas dans sa tête à elle, à lui, je n’ai pas truffé l’appartement de micros et de caméras, et leur proximité me gène terriblement, me dégoûte, m’insupporte, me rend triste et m’énerve. Cet homme a pendant 8 ans eu des relations intimes avec mon épouse, l’a embrassé, pris dans ses bras, caressé, lui dit je t’aime, je trouve ça réellement inapproprié, et je tempère ce que je ressens, car ça bouillonne à l’intérieur et j’ai envie de distribué des gifles. Je m’interroge sur la prochaine étape, passer 15 jours de vacances avec lui, me demander de filmer leurs ébats amoureux, m’entendre dire que finalement dire que oui j’avais raison, qu’elle ressent toujours quelque chose pour lui, qu’elle vient de s’en rendre compte, qu’elle est désolée ? Si j’accepte ça on va où ensuite ? j’ai l’impression d’être pris pour un bouffon, un nul, un faible et qu’elle se moque de moi. Il m’arrive de penser que le seul intérêt que j’ai pour elle c’est que je suis une habitude, une certaine stabilité, un phare dans l’obscurité, l’assurance qu’elle ne saura pas dans panade en juillet, que je pourrai gérer les enfants pendant qu’elle vit sa vie de femme libre ou qu’elle réalise ses nouveaux projets professionnels. Alors si c’est juste pour être pris pour une buse, ça m’intéresse pas.
            Voilà, on verra à son retour où tout ça nous mène.
            Sinon pour le groupe “secret” Facebook 😉 je suis d’accord, ce serait plus simple peut être, pour ce qui est de monter sur Paris et se rencontrer ça me paraît très compliqué en terme d’organisation, ma vie est un peu un chantier actuellement et j’ai une visibilité à quelques jours seulement, j’arrive même pas à planifier des congés d’été, à 3, à 4 ? quand ? où ?
            Voilà, quarantainement vôtre,
            Maxime
            PS : Que la force soit avec Vous !!! 😉

          5. salut Maxime!

            j’ai lu ta réponse….Malgré tout comme Olivier je persiste à croire que ta femme a réellement changé d’attitude même si il lui est difficile de tout lâché d’un coup et qu’une dernière rencontre avec lui , lui était sans doute indispensable pour préparer son deuil… car c’est aussi un deuil dans ce sens là, il faut l’accepter. J’espère que de ton côté tu ne seras pas trop fière et que tu accepteras les excuses et les remords de ta femme car c’est cette force en toi qui la fera revenir et retomber amoureuse de toi, j’en suis persuadé. Moi ma compagne est partie pour 10 Jours en Angleterre ou elle va sans doute retrouver le DJ, yogi, et autre don juan de boite de nuit. Elle est partie avec mes deux garçons ce matin et m’a reproché d’être ronchon avant le départ….Je lui ai dit qu’effectivement je n’était pas plus excité que ça à l’idée de passer les vacances tout seul comme un con mais je n’ai fait aucun commentaire ou posé aucune question sur ses projets de sorties ou autres. Elle ne m’a rien dit non plus et je ne pense pas avoir un compte rendu détaillé au retour. Je vais essayé de profiter de ces dix jours pour évaluer la situation et tenter de gérer au mieux mes angoisses et inquiétudes. Mais moi je n’ai pas eu la chance comme toi d’entrevoir une ouverture, ma femme ne semble pas douter de sa décision de rompre…ce n’est plus qu’une question de logistique à mon avis…Loyer, finances etc….
            D’ailleurs je crois qu’elle est partie avec un RIB…serais pour préparer un transfert vers un autre compte??? dans le but de préparer sa sortie prochaine? Qui sait? Si c’est ça c’est vraiment nul et nous n’avons effectivement plus rien à faire ensemble…
            bref profite des gestes et des mains tendues de ta femme et commence à reconstruire de ton côté…si seulement la mienne pouvait aussi retrouver la raison!

            à plus ronan

          6. J’aime beaucoup celle-là : l’expérience c’est comme les préservatifs ça sert une fois et à une seule personne. Mais ça ne m’empêche pas de vous faire part de la mienne.

            A Maxime. Fais ce que tu veux et ce que tu ressens. Mais je veux juste te dire que mon ex à user et abuser de ses charmes, jouer de la corde sensible, pleurer même (peut être avec sincérité) pour pouvoir revenir après chacun de ses départs. Je n’y ai gagné que doutes et souffrances.

            A celles dont les maris les ont accablés de reproches et/ou leur ont dressé la liste de ce qui ne fonctionnait plus dans leur couple je veux dire “quand on ne veut plus de son chien on dit qu’il a la rage”. Vous n’êtes pas en cause. Vous culpabiliser les aide.

            Rassurez vous après la séparation vos ex iront bien. Ils/elles diront même que la rupture était la seule solution, qu’ils/elles se sentent revivre, qu’ils/elles sont redevenu(e)s eux-mêmes etc … La suite ne vous concerne plus.

            Après le déni, il est temps d’entrer dans la colère pour que le deuil s’accomplisse.

            Et si par bonheur vous rencontrez quelqu’un(e), vous assisterez probablement au comble de l’indécence : leur jalousie ! Et ça c’est du vécu

    3. Bonjour et merci,Louloute!

      Moi aussi,je regrette de n’avoir pas pû lire ton message…C’est dommage qu’il n’ait pas été publié!
      De mon côté,tout est pareil,malheureusement,rien n’évolue…Statu quo mortifère.Ca fait peur.
      Bonjour à Maxime,je ne sais pas s’il m’a répondu perso,je n’ai pas eû de message…
      Je t’embrasse…
      Céci.

      1. Hello à tous, je viens pleurer sur le site. Ce matin, je viens de découvrir que pendant notre fameuse période de “prise de recul”, il me trompait allègrement avec une collègue de bureau.
        Bref…
        L’espoir sont vraiment la pire des promesses.

        1. Comment commencer ?

          Je lis tous vos témoignages et je revis ce qu’il m’a fallu traverser.

          Je n’ai pas de messages d’espoir concernant l’avenir de vos couples à vous envoyer puisque je suis séparé de ma femme depuis 6 mois environ.

          Je pourrais vous raconter dans le détail que j’ai vécu sa crise et que j’en ai subi chacune des étapes. Vous reconnaîtriez sans doute votre histoire entre le costume de la mère de famille qu’on ôte pour reprendre celui de la femme, les mois pendant lesquels on vous explique être tombée amoureuse à nouveau d’un amour de jeunesse, les retours à la maison où on vous annonce rentrer sans savoir si on va rester, le moment où il vous est dit que l’on veut redevenir soi, la rencontre qui finit de faire perdre pied à celle dont on ne veut pas être séparé … Jusqu’à la séparation que l’on sait depuis le début inévitable.

          J’ai accepté de souffrir un peu plus et de partir pour ne pas en mourir, pour me libérer de l’angoisse, de la jalousie, de la tristesse … (liste non exhaustive)

          Il y a autre chose après : une rencontre qui peut agir comme une thérapie, la considération de soi enfin retrouvée, ne pas reconnaître l’autre et prendre conscience que le deuil s’accomplit. Mais c’est long … d’autant plus quand finalement on est dans la position de celui qui a subi car tout est à inventer et le plaisir à retrouver.

          Rien ne s’efface aussi facilement qu’on le voudrait (j’ai mis un terme à une relation de 21 ans avec 4 enfants) et il faut accepter que ce qui vient après est différent. Mais pas forcément moins bien, juste différent

          Bien à vous

          1. Bonsoir à toutes et tous,
            Je vois que les choses ne sont pas simples pour nous tous, que l’on soit dans la peau de la personne qui vit cette crise ou qui la subit comme moi. Il y a de la souffrance, des 2 côtés, du courage, parfois un peu de naïveté, de l’espoir, du désespoir, de l’amour, beaucoup de déceptions, même des miracles, mais ce que je retiens de tout cela, c’est que ce processus est long, très long voir très très très très long.
            Ce soir j’ai envie de parler de limites, de ligne rouge. Mon épouse qui m’a demandé il y a un mois de ne pas la quitter, qui m’a annoncé qu’elle ne voulait plus divorcer va de mon point de vue dépasser cette limite malgré mes mises en garde sur les conséquences de son acte. Depuis plus de 5 mois elle a échangé en cachette des centaines et des centaines de sms avec son ancien compagnon avec qui elle a vécue pendant 8 ans. Lorsque je l’ai appris, j’ai pris mon temps avant de lui annoncer, de lui faire part de ma souffrance, de ma déception et de ma colère car je ne voulais pas agir sur un coup de tête. Je lui ai demandé (puisque la solution envisagée à l’époque était la séparation mais que nous allions continuer à vivre un certain laps de temps sous le même toit) de ne plus converser avec lui en ma présence. A-t-elle tenu son engagement, je n’en ai aucune idée, est-ce qu’il s’agit d’une relation uniquement épistolaire ou bien l’a-t-elle revu ou pire, là encore je ne le sais pas, des doutes, des inquiétudes, des soupçons mais rien de probant.
            Ce que je sais par contre, c’est qu’elle continue d’échanger avec lui, et il y a 2 jours elle m’a annoncé qu’elle allait passer un week-end de 3 jours avec un de leurs amis en commun pour lui donner un coup de main à ouvrir sa société, bien entendu elle dormira chez…. tatata suspens…. chez LUI évidemment.
            Alors là, pour moi il s’agit de la fameuse ligne rouge, une chose qui, au vu de la situation actuelle, de sa dépression, de sa crise de la quarantaine, de notre crise de couple, je ne peux accepter. Donc j’ai dit STOP ! Tu y vas (c’est dans 15 jours), je contacte un avocat pour entamer une procédure de divorce.
            Elle me rétorque que je peux m’énerver, être en colère, ce n’est pas “top” elle le sait, mais elle va y aller, c’est son ex mais avant tout un ami d’enfance, qu’elle ne veut pas divorcer, qu’elle m’aime, qu’est-ce que je vais dire à mes enfants plus tard ? que l’on a divorcé parce qu’elle est partie en week-end à Bordeaux.
            Elle est inflexible, elle ira point final mais malheureusement moi aussi, je ne pourrai pas accepter cela, c’est trop, je n’arrive pas à la convaincre qu’elle fait une erreur monumentale, que forcément il y a quelque chose de malsain et d’ambigu dans leur relation. Donc voilà, je suis patient, tolérant, compréhensif, j’accepte beaucoup de choses, j’essaye de la soutenir, de l’aider mais là si elle fait ce qu’elle projette et bien dommage c’est fini.
            Réponse donc dans 15 jours, mes chers compagnons d’infortune. Voilà, des hauts et des bas mais surtout des bas.
            Sur ce, je vous salue toutes et tous, vous souhaite encore une fois beaucoup beaucoup de courage, vous remercie pour vos messages d’encouragement, à bientôt.
            Maxime

          2. Bonjour à tous. Tout est dit…..oû sont les limites…comment savoir ce que l’on doit accepter ou du moins tolerer???
            Pour ma part j’ai recemment decouvert de nombreux echanges de sms….. et toujours la meme reponse…mais il ni a rien c’est juste une copine avec qui j’échange …..alors j’accepte encore et encore…..je tolére….mais jusqu’ou?????
            Mon mari se fait suivre et je suis convaincue qu’il veut sauver notre vie mais pourquoi ne se sent il pas bien, pourquoi tous ses doutes persistent???
            je ne le sens pas heureux. Enfin il y a des hauts et des bas!!!Et je ne comprend pas pourquoi.
            de mon coté j’ai retrouvé une stabilité professionnelle et de ce fait je me suis retrouvée. Je me sens bien donc je pensais que mon comportement de “sans emploi” n’avait rien arrangé….mais maintenant que “ça” c’est reglé pourquoi continue t il à etre perdu???.j’ai conscience que de son côté sa situation professionnelle n’est pas top. Nous parlons beaucoup. Je suis à l’ecoute de sa souffrance et j’essaie de l’aider au mieux en ayant toujours une attitude positive. Mais lui….meme s’il se bat contre lui meme, n’arrive pas à me rassurer quand à notre avenir….quand j’evoque avec lui les limites a ne pas franchir je “l’embête” il ne faut pas trop en parler je lui “prend la tete”….pourquoi ne comprend il pas que moi j’ai besoin d’etre rassurée pour continuer a me battre. J’ai l’impression que je dois dans le moment me contenter du fait qu’il est là…et cela doit suffir pour me rassurer….mais je suis tous les jours dans l’inquietude qu’il rentre un soir en me disant c’est fini….je n’y arrive plus…..
            je le sais honnête avec moi c’est un homme droit et qui ne franchira sans doute pas les limites mais comment en être sure dans le sens ou ce qu’il vit aujourd’hui est tout sauf lui???
            En fait j’ai l’impression , et c’est sans doute ça qui le destabilise ,pour l’avoir vecu pendant mes grossesses…..,qu’il ne se maitrise pas: un problème d’hormones comme nous les femmes?????….
            pffff je ne comprend pas!!!!
            Je continue a me battre parce qu’il a eu du mieux et que je veux y croire mais que c’est dure…..étant dans le milieu médical….une des inquiétudes que j’avais dans ma vie(que j’ai toujours) c’est qu’un jour ou l’autre je serais confronté à la maladie comme tout le monde…et que c’est dure de vivre avec tout ça et aujourd’hui je me bats contre quelque chose a laquelle je ne m’attendais pas et que je ne comprend pas????? Tellement cela me semble absurde!!!!!
            Avons nous vraiment besoin de ces souffrances supplementaires dans une vie???? Ca me rend dingue!!!!
            Pardon mais “putain de crise”!!!!
            A nous de connaitre nos limites…..pour ne pas nous détruire…..physiquement, psychologiquement……
            Bon courage à tous et merci de continuer à partager vos souffrances vos espoirs….le fait de ne pas se sentir seule à vivre ces situations me fait beaucoup de bien.
            nathalie

          3. Après l’annonce puis la rétractation de sa demande de divorce le 8 mars, nous avons eu une période d’accalmie jusqu’au 30mars, où je suis tombée sur leurs échanges de mails plus qu explicites. Liaison consommée pendant la période où je soignais mon pére atteint d’uN cancer. Vendredi 3 avril, il a enfin avoué. 6 mois de mensonges, tous les jours en jurant qu’ il disait la vérité. qu’ il était honnête…leur rupture n’a pas été une rupture ssouhaitée. Le mari de sa collègue a tout découvert et a demandé à stopper leur liaison. C’est pour cela qu’ il etait rentré à la maison, rempli de colère. Nous en avons patis de sa mauvaise humeur. Aujourd’hui leurs echanges de mails a été diffusé à son travail…(ce n’est pas de mon fait mais un.collègue jamais qui voulait aussi coucher avec cette même collègue, mariée de surcroît !!!! ). Dire qu’ il me reprochait d’utiliser mon salaire 600€ pour la rentrée scolaire de nos enfants pendant qu’ il utilisait son.salaire pour leur payer des chambres d hôtel. Aujourd’hui, c’est Le bordel à son agence, sa maitresse le rejette aussi car c’est houleux dans son couple, nos amis sont stupéfaits de son geste et ont préféré me réconforter, nous, sa famille, avons déserté la maison. Il me demande pardon, voudrait que l’on redémarre tout à Zéro. Mais je n’y arrive plus.
            La douleur est si forte, la trahison si grande, je n’arrive pas.
            Même avec des cachets pour dormir, je n’y arrive pas…
            Je n’ ai plus d’appétit….
            Même mes enfants n’arrivent plus à me réconforter …

        2. Salut Louloutte,
          Dur dur effectivement… que te dire pour essayer de te réconforter ? Pas grand chose si ce n’est que toutes les personnes qui témoignent ici traversent cette période de souffrance que tu endures avec aussi le sentiment que tout s’écroule, que c’est la fin. C’est toujours mon cas, chaque jour est un combat. Pour moi cycle de la douleur, de la tristesse est terminé je n’ai plus de sentiment d’oppression, d’avoir parfois du mal à respirer, de ressentir des palpitations, la perte d’appétit, j’ai perdu presque 8 kilos il y a quelques semaines, j’en ai repris 5. Il s’agit de cycles que l’on doit malheureusement traverser et endurer. Pas moyen d’éviter ça. Et c’est super dur et douloureux. Je vois que tes proches t’entourent et t’écoutent et ça c’est super important, ça permet d’évacuer, il faut faire sortir cette colère, cette tristesse.
          Pour se sortir de cette situation il faut être patient, savoir que c’est plus ou moins long mais que l’on s’en sort en fin de compte. Alors courage, n’hésite pas à parler aux gens ça fait du bien, fais toi violence pour sortir, faire des choses à l’extérieur, ciné, restos, voir des amis, faire du sport. Tu n’en as pas envie mais il faut se faire violence et se bouger les fesses, finalement ça apaise et ça panse un peu tes plaies, ça t’occupe et te permets de sortir de cette spirale destructrice et négative.
          Accroches toi, tu vas y arriver, penses à tes petits loulous, profites en pour passer des chouettes moments avec eux ça donne du sens, on en a bien besoin dans cette phase.
          Courage Louloutte et à bientôt.
          Maxime

          1. Bonsoir à toutes et tous,
            Après un week-end très très tendu, j’approche doucement de la fin de mon histoire d’amour avec mon épouse malheureusement. Elle persiste et s’entête à vouloir aller passer un week-end de 4 jours et 3 nuits chez son ex compagnon. Je ne l’accepte pas, c’est la ligne rouge pour moi, de son côté elle ne lâchera pas et elle ira c’est sûr. Je ne peux pas faire de concessions sur ce point, je lui ai donc demandé officiellement d’accepter ma demande de divorce ce soir après des échanges vifs, injurieux. Dommage, tout ça c’est du gâchis, un grand gâchis mais je ne peux pas tolérer ça, c’est au dessus de mes capacités.
            Voilà, ce soir je suis triste mais pas abattu, c’est la vie, il va falloir se réinventer, repartir sur de nouvelles bases. Inquiétant, Difficile à vivre mais avec aussi un côté stimulant. Avec un peu de recul je pense qu’elle est allé trop loin et qu’elle a piétiné tout ce que nous étions et que tout est cassé.
            Bonne nuit et à bientôt pour de nouvelles aventures.
            Maxime

    4. Bonsoir à toutes et tous,
      Après un week-end très très tendu, j’approche doucement de la fin de mon histoire d’amour avec mon épouse malheureusement. Elle persiste et s’entête à vouloir aller passer un week-end de 4 jours et 3 nuits chez son ex compagnon. Je ne l’accepte pas, c’est la ligne rouge pour moi, de son côté elle ne lâchera pas et elle ira c’est sûr. Je ne peux pas faire de concessions sur ce point, je lui ai donc demandé officiellement d’accepter ma demande de divorce ce soir après des échanges vifs, injurieux. Dommage, tout ça c’est du gâchis, un grand gâchis mais je ne peux pas tolérer ça, c’est au dessus de mes capacités.
      Voilà, ce soir je suis triste mais pas abattu, c’est la vie, il va falloir se réinventer, repartir sur de nouvelles bases. Inquiétant, Difficile à vivre mais avec aussi un côté stimulant. Avec un peu de recul je pense qu’elle est allé trop loin et qu’elle a piétiné tout ce que nous étions et que tout est cassé.
      Bonne nuit et à bientôt pour de nouvelles aventures.
      Maxime

      1. Bonjour Maxime, c’est avec tristesse que je lis ton post. Pour ma part, j’ai moi aussi pris RDV avec l’avocate pour entamer la procédure de divorce. Cette situation n’est bonne pour personne. La douleur et la souffrance me poussaient au suicide; J’ai décidé de réagir , je préfère divorcer et aller voir une psy.
        Où habites-tu? Je suis du 35. Nous aurions pu en discuter autour d’un café…
        Louloute

        1. Un jour, un copain m’a dit qu’un remède efficace s’appelait le soutien. Où habitez vous? Ce serait bien que nous puissions nous retrouver autour d’un verre, partager notre solitude, nos larmes, nos histoires et se soutenir.
          Aujourd’hui, cela fera exactement une semaine qui m’a avouée sa liaison. Il jure que c’est terminé, qu’il veut reconstruire, qu’il nous a choisies. Faut-il y croire après tous ces mois de souffrance et de mensonges? Après chaque promesse qu’il a faite de dire qu’il veut une seconde chance, qu’il va s’impliquer …mais au final, ce n’était que des mensonges….
          Je n’arrive plus à dormir sans penser à eux, je n’ai plus d’appétit, je n’arrive même plus à regarder sa voiture (ils ont consommé dedans), je n’arrive pas à manger ce qu’il prépare, ni à le regarder, le dégoût et la colère sont encore trop forts.
          Les enfants partent en congé loin de tout ça. Tant mieux mais j’appréhende cette phase.
          Il veut reconstruire et réparer ce qu’il a cassé, ce qui suppose qu’il faut le faire à 2, mais je n’arrive même pas à le regarder, ne supporte plus qu’il me touche,….
          C’est horrible….mais il fait des efforts…
          Alors, j’essaie de réfléchir à ce qui serait mieux pour nos enfants.
          On se dit toujours, s’il me trompe, je le quitte. On se rend compte que quand on y est confronté, ce n’est pas si facile.

          1. Bonjour louloute
            moi aussi aprés un grand mieux sa tourmente reprend. Il ne sait de nouveau plus ou il en est. Il pleure beaucoup par rapport à cette situation, il culpabilise du mal qu’il nous fait. Dernièrement pour résumé je suis la prunelle de ses yeux mais il reste distant. Nous ne comprenons rien à ce qui nous arrive.
            Je souffre énormément . Je ne peux plus supporter cette situation. Comment peut on aimer quelqu’un (a moins que ce ne soit plus de l’amour….)et avoir de telles idées que de tout foutre en l’air????c’est inexplicable.
            Je rentre à la maison tous les jours en me disant que je vais retrouver mon mari que j’aime et au lieu de ça je retrouve un inconnu, qui ne me parle plus qui n’échange plus rien et qui ne me touche plus. je craque!!!! J’en ai marre. J’ai besoin de me sentir aimée entourée…….rien…..
            je croyais que le fait d’étre suivi l’aiderait….oui il y a eu du mieux et “bing” ca recommence sans raison particuliére…..
            combien de temps??????je me dis depuis plus de 2 ans qu’il faut que je tienne le coup que ca va passer……mais mon organisme ne tient pas le choc (palpitations, trbles sommeil, manque d’appetit,……)bref …..
            pour info je suis du 85 (2h du 35……)
            Pourquoi pas en effet se rencontrer……nos histoires sont tellement similaires que l’on est sure d’étre comprises……
            a bientôt
            nath

  39. Bonjour, nouvelle sur ce forum je vis exactement la même chose avec mon mari (43 ans)mais ma situation est juste ingerable.je m’explique. nous sommes mariés depuis 15 ans (22 ans de connaissances) 2 ados (16 et 12 ans).
    Nous avons vécu 15 ans en bretagne. Suite à la reconversion professionnelle (quasi obligatoire) de mon mari nous quittons tout! (Ainsi que nos familles respectives..)Et nous avions tous les 2 ce desir de changer de region de vie bref, tout s annoncait bien.
    avant de partir avec lui pour des raisons « de logistique » je reste avec mes enfangs 1 an en bretagne pour organiser ce changement (demenagement…..).
    Mon mari lui commence son nouveau travail et nous trouve la maison de nos reves. Petit à petit je trouvais qu il changeait un peu, etait souvent aggresif le we quand il rentrait, vite irritable, il s achetait des nouveaux vetement….donc je me posais des questions mais tout en mettant ca sur le fait de notre eloignement de la semaine…la gestion de ce changement….bref……
    et nous demenageons et notre nouvelle vie commence.
    et va vite se resumer a un enfer. chomage pour moi (41 ans)(qui ai tjrs travaillé ) adaptation difficile pour mon fils de 12 ans. Mauvaise ambiance au boulot pour mon mari sauf deviner quoi avec sa petite collegue de 29 ans pour qui a force de questionnement lui fait tourner la tete…. (sans qu il n ai jamais franchis le pas….).bien que toujours sportif et attentif a son image, je sens bien que cela devient encore plus important. une belle crise de la quarantaine…..
    et les mots tombent:je ne comprend pas ce qui m’arrive, je ne t’aime plus comme avant……tu ne merites pas ca, tu es quelqu’un de bien. Je fais tout foirer, je suis qu’un con….
    oui et…on fait quoi? Alors on se bat pendant 12 mois il lutte….mais je vois bien que c’est dur ,il n’arrive pas a etre avec moi comme avant….
    je lui ai dit d aller voir quelqu’un. Chose qu’il a d’abord refusé ( c’est toi ma psy…..) bien sur mon chéri ta psy ta maitresse la mere de tes enfants…et quoi d’autre?????
    Alors il pleure encore et encore et parle de se foutre en l’air. Je prend peur et j alerte ses parents…..car seule je n’arrive plus à gerer. (Je suis moi même en deprime depuis ma periode de chomage …….)
    Je part le we avec mes enfants chez mez parents pour le laisser respirer.
    et il decide enfin de consulter…..à suivre…
    je suis perdu je ne sais comment m’y prendre car je sens que rien ne sera plus jamais comme avant…
    aujourd hui je suis au chomage je ne connais personne dans cette nouvelle région et je suis loin de ma famille…….quelle impasse!!!!!
    désolée c’etait long mais……ca me fait du bien !!!!
    Merci de m’aider a prendre la bonne décision.

    1. Bonjour Nathalie,
      Je ne sais pas si je saurai te donner un conseil, je suis moi aussi en pleine tourmente. Mais toi de ton côté qu’est-ce que tu veux ? hormis les difficultés liés à ta situation professionnelle, qu’est-ce que tu attends de ton couple, quel est ton et votre projet ? Est-ce que vous arrivez encore à échanger avec ton mari ? Avez-vous toujours des projets communs ?
      Après je pense que le plus important reste le dialogue même si parfois c’est impossible, conflictuel, désarmant. Mais il faut s’accrocher, essayer. Alors courage, parle avec ton mari car j’ai l’impression que cela reste possible et essaye de savoir ce que toi tu veux pour toi.
      Bonne soirée
      Maxime

    2. bonjour Nathalie,
      que ton mari consulte quelqu’un est une très bonne chose car à mes yeux cela veut dire qu’il a conscience des choses et qu’il veut s’en sortir et trouver des réponses.
      Par expérience maintenant je sais que tant que le dialogue est présent,il y a toujours un espoir pour que les choses évoluent favorablement.
      Même si c’est mon épouse qui a ébranlé les fondations de notre union, cela m’a permis d’ouvrir les yeux sur mes propres comportements, de prendre conscience de beaucoup de choses. je consulte depuis 3 mois une psy qui m’aide à franchir ces moments terribles et à faire tomber des barrières que je m’étais construites.
      Si tes sentiments pour ton mari sont toujours présents alors continue d’être présente, attentive.
      A un certain moment, pourquoi ne pas proposer d’aller voir ensemble quelqu’un pour vous aider et reprendre le fil.
      En traversant ce genre de crise, nous ne pouvons pas en sortir comme nous y sommes entrés. Si l’évolution est positive, ca ne peut que renforcer le couple et repartir sur de nouvelles bases, de nouveaux projets.
      Le plus dur c’est de vivre au quotidien et de ne pas savoir comment cela va se terminer. J’ai un besoin en permanence d’etre rassuré et chaque sms que ma femme reçoit me fait trembler! chacun de ses déplacements me questionnent! et pourtant, un sourire, un regard, un mot échangé me font croire à un nouveau départ. je doute, j’y crois….mes sentiments font en permanence des montagnes russes.
      Chaque histoire est bien sûre différente. nos conjoints sont en souffrance….autant que nous! reste à trouver les bonnes attitudes, les bonnes réponses et ca ce n’est vraiment pas facile.
      Alors bon courage Nathalie, continuez de dialoguer avec bienveillance sans employer le “tu”, dites vous ce que vous ressentez. le silence et les non dits sont mortels!
      ce n’est que mon avis et le fruit d’intenses réflexions. En tout cas depuis quelques semaines, j’ai l’impression que c’est positif!
      A bientôt
      olivier

      1. Bonjour maxime et olivier.merci pour vos réponses encourageantes.je ne vais pas m’étaler mais nous recommuniquons…il consulte….il est tjrs en grande souffrance et je crois aussi qu’il lache prise au niveau professionnel…..donc ca avance.
        nous nous battons tous les deux et c’est pour cela que j’y crois encore,même si j’ai souvent des doutes……
        tout cela est une bonne leçon de vie….je crois…redéfinir mes priorités. C’est pour moi une certitude me battre pour nous. La finalité personne ne la connait mais quoi qu il arrive cette bataille devrait nous permettre de n’avoir aucun regret…..
        je lis vos histoires…..c’est incroyable cette souffrance que nous éprouvons tous…..mais il parrait que c’est la vie…..
        continuons ainsi à y croire, nous sommes des battants et rien que pour cela soyons fiers de nous mêmes. Au bout du chemin ce sera notre meilleure satisfaction. Avoir garder notre ligne de vie quelqu’en soit le resultat.
        courage à tous
        a bientot

        1. Bonsoir Nathalie, Laure, Olivier et les autres,
          Cela me fait plaisir de voir que les choses avancent pour toi Nathalie, même si cela peut paraître des petits pas. Eh oui il faut s’accrocher, ne pas désespérer même si parfois on est envahi par la tristesse, la colère ou l’envie de tout laisser tomber…
          De mon côté, les choses n’avancent pas forcément dans la bonne direction même si parfois quelques signes d’encouragement apparaissent furtivement mais en ai-je vraiment envie de cet espoir qui finalement sème la confusion et le trouble chez moi.
          Ma femme a acté la fin de notre relation il y a une quinzaine de jours, nous avons donc essayé de travailler ensemble à la période de transition et l’après. J’avais le sentiment que la clarification des choses me ferait du bien, et cela a été le cas, mais depuis elle n’a de cesse de semer le trouble dans mon esprit, de tout compliquer, de transformer la ligne droite que j’avais réussi à accepter et planifier en une succession de virages. C’est compliqué, elle ne veut pas divorcer pour le moment pour des raisons financières entre autre et donc elle a proposé une séparation de fait. Est-ce la bonne solution ? Je doute, c’est une situation troublante. Depuis plus d’une semaine elle a été diagnostiqué en dépression, elle est sous anti-dépresseurs et anxiolytiques, elle me dit que je suis un mari formidable, qu’elle ne comprend pas pourquoi elle fout tout en l’air, qu’elle s’en veut de me faire du mal, elle me prend la main un matin, puis se sert contre moi mais je me demande à quoi ça sert ? je suis mal à l’aise car je sais qu’elle n’a plus de désir pour moi, qu’elle n’est plus amoureuse de moi et je n’ai pas envie d’être son ami, je veux juste être son mari et son amant.
          Bref je deviens dur, froid, distant avec elle parfois virulent mais à l’intérieur j’éprouve beaucoup de peine, de douleur, de tristesse car bon sang, malgré toute cette épreuve je l’aime cette “crapule” ;-). Alors elle vient de partir sur Paris, 6 jours, je ne sais pas où elle est, où elle dort (elle m’a dit à l’hotel), je ne sais pas ce qu’elle fait, qui elle voit (elle doit revoir des amis du lycée, des anciens collègues…), et ça me bouffe… Mais fini l’époque pas si lointaine où j’étais devenu détective privé, où j’ai fouiné, j’ai décidé de passer à autre chose, car c’est chronophage et ça me pompe toute mon énergie. Alors son voyage restera un mystère et je ne lui demanderai rien à son retour. J’ai pas envie de savoir, d’entendre son bonheur ou peut-être ses mensonges. Je me dits que le matin je peux me lever, me regarder dans la glace et que je suis un type bien, un bon père, que je suis honnête et respectueux de mon épouse.
          Voilà, tout irai bien si les choses étaient claires, limpides mais c’est fouilli, complexe et ça me retourne le cerveau. J’ai le sentiment que je suis prisonnier de ma propre histoire et que je ne contrôle plus ce que j’ai mis 3 mois à définir.
          Bref, c’est un peu la “merde” mais je positive, j’ai repris 3kg, j’ai de l’appétit et quand l’appétit va tout va. Je suis aussi plus zen avec mes 2 loulous, ça me fait un bien fou. C’est marrant parce que le fait d’avoir des enfants complique à la fois la situation dans une séparation, mais d’un autre côté, ils sont une boussole, on ne peut pas laisser tomber, on doit se relever, leur donner de l’amour et il sont une grosse bouffée d’oxygène dans ce chaos.
          Enfin voilà après ces quelques lignes de thérapie, je vous souhaite à tous plein plein de bonnes choses pour la suite et à très bientôt.
          Maxime

          1. Bonjour Maxime,

            Je traverse EXACTEMENT la même tourmente que vous avec votre épouse…A savoir que je SUIS à la place de votre épouse…je suis le maillon faible,la coupable,la minable…Car oui,croyez-moi,l’estime de soi ne s’en trouve pas grandie,de ce que l’on fait subir à nos maris,amis de toute une vie…On se méprise,on est déchues de nos propres valeurs,on tourne le dos à tout ce qui a fait nos certitudes pendant des mois et des années d’union…
            Pour ma part,je suis devenue exactement l’inverse de la femme que je voulais devenir,SUR TOUS LES POINTS.

            Moi aussi,je lui en fait voir de toutes les couleurs,et pas les plus belles…C’est un homme doux,dévoué,généreux,très attaché à moi…Le pire,c’est que malgré que je sois devenu”un monstre”,je suis moi aussi trèèèès attachée à lui…Dix fois,je veux le quitter,et dix fois,mon coeur se déchire à cette perspective.
            Par quatre fois(eh oui,quand même!!),j’ai fait comme votre femme,je suis partie,avec son accord,sans qu’il sache ce que je faisais de cette parenthèse…La première fois,je suis partie trois jours,sans aucune explication…C’était en 2009.A la date de mon anniversaire,exactement!…j’avais 35 ans.Je suis revenue et j’étais très heureuse d’avoir retrouvé mon mari qui m’a accueillie sans question,ma maison et ma vie.Nous avons connu une accalmie et des retrouvailles de plusieurs mois,dans la paix et le soulagement.
            Puis,j’ai de nouveau “perdu les pédales”…Envie de liberté,de tout plaquer,d’échapper à cette voie toute tracée,sensation d’étouffement moral,d’être un oiseau en cage,un poisson misérable dans son petit bocal tout rond…Tourne,tourne,tourne,débats-toi vainement…Insomnies,rage,colère,impuissance…Une vie dont on ne veut plus,envie de tout casser,le contenu et le contenant.
            La deuxième fois,en 2010,là j’ai fugué trois jours également…toujours autour de la date de mon anniversaire…J’étais partie en train,c’est lui qui m’avait emmenée à la gare de notre petite ville,et deux jours après,arrivée sur place,je me suis effondrée,je l’ai appelé au secours au téléphone,il a pris la route dans l’instant,et il a fait 700km en voiture pour venir me chercher,et 700km pour me ramener,dans le même dimanche…Je n’avais pas mangé pendant ces trois jours,et je me souviens de sa sollicitude et de sa gentillesse,de ses petits soins et de sa joie de me voir diner avec appétit sur une aire d’autoroute.

            Nous avons 28 années d’écart avec mon époux,13ème année de mariage,15ème de connaissance,pas d’enfants ensemble,mais lui en a trois…de mon âge,son aîné à un mois de moins que moi.La plus jeune,seulement sept ans.J’ai pile 40 ans,il en a 68.
            Mon mari est étranger Moyen-Oriental,mais naturalisé français depuis 40ans.
            Ca n’a bien évidemment jamais accroché avec ses enfants,de leur fait,qui ne pouvaient pas voir en moi une “belle-mère”,vue la faible différence d’âge…Ni une amie,car j’étais justement,malgré tout,la”belle-mère”!
            N’ayant moi-même plus de famille propre(fille unique de parents décédés),je me suis d’emblée sentie isolée au milieu d’eux,mise à l’écart,méprisée et très seule,car mon mari,comme beaucoup d’hommes,a toujours manifesté une certaine lâcheté devant”les attaques” verbales et blessantes de ses trois enfants adultes dont je suis devenue la tête de turc.
            je précise que je ne suis pour rien dans sa rupture d’avec leur mère,qui a pris l’initiative de la rupture…Cinq années avant que je ne rencontre leur papa.
            Pour moi,les recevoir à la maison était devenue une hantise,tant ils s’arrangeaient toujours pour m’atteindre,me faire comprendre que j’étais indésirable et me mettre mal à l’aise.Sans que jamais mon homme ne me protège en mettant un simple holà.
            Il prétendait qu’on ne les voyait pas assez souvent pour se fâcher quand ils venaient…Il s’agissait d’adultes mariés de trente ans en moyenne,je pense qu’ils auraient pû penser la même chose et faire un effort pour leur père!Moi,en toute objectivité,je n’avais rien à me reprocher vis à vis d’eux.Mon mari le reconnaît d’ailleurs depuis toujours.
            Ce problème familial n’est pas moindre dans mon envie permanente,depuis cinq ans,de tout plaquer.
            Le déclic dramatique qui nous a beaucoup éloigné l’un de l’autre,c’est que mon mari a voulu prendre sa retraite dans son pays d’origine,en changeant toute notre vie,a décidant de venir y vivre définitivement…contre mon avis.Je n’étais pas du tout d’accord pour quitter la France…Depuis trois ans et demi,je vis exilée,dans un pays dangereux que je déteste et dont je n’ai jamais pû assimiler la langue(l’arabe,pour une occidentale,ce n’est pas évident),avec une envie permanente d’en finir pour de bon.
            Je ne conduis pas(phobie),je suis dépendante de lui pour tout,sa fille,mère de quatre enfants à 33ans,vit près de nous et me déteste,ne manquant pas une occasion de me faire sentir que ma présence est celle d’une intruse.Parfaitement francophone puisque sa mère est française,elle ne s’adresse à son père qu’en arabe pour bien me faire comprendre que je suis exclue de toute conversation et que rien ne me regarde.Il a essayé de la sensibiliser à cela,sans succès.Elle veut m’évincer et je sais qu’elle ira jusqu’au bout.D’ailleurs,je n’ai plus envie de lutter,je suis moralement épuisée,et physiquement,du fait,très affaiblie.
            Je me sens misérable,comme une loque humaine,moins qu’un meuble.

            J’ai commencé mes”fugues”quand il a acheté sa maison ici,EN 2009,dans son pays,car j’ai compris alors que je n’échapperais pas à cette expatriation tant redoutée.ce n’est sans doute pas un hasard.Je pense que je cherchais à fuir AVANT que cela n’arrive.Nous en avons beaucoup discuté,mais il a toujours été inflexible dans sa décision de retourner dans son pays,avec moi dans les “bagages”.
            Depuis,je suis repartie seule en France deux fois,pendant cinq jours et huit jours,la dernière fois en Décembre dernier.Avec à chaque fois la volonté de le quitter définitivement,et à chaque fois un regret déchirant qui me ramenait à lui.
            En arrivant à l’aéroport de Roissy au retour,j’ai fait une véritable crise d’angoisse à l’idée de revenir vivre dans cette ambiance étrangère,haïe et mortifère.Les pompiers de l’aéroport m’ont prise en charge,et ne voulaient pas me laisser monter à bord,mais ma valise était déjà en soute…ils m’ont alors administré du Valium,et confiée aux soins du personnel volant.
            Depuis que je suis rentrée,je ne fais que pleurer ou enrager,toujours entre désespoir,colère et impuissance.

            Je sais que mon cas est très différent de celui de votre épouse,Maxime,mais par contre,les symptômes sont les mêmes.
            Oui,on a envie de fuir toute sa vie,son mari,sa maison…Oui,il arrive qu’on ressente de la haine pour vous,alors que vous n’avez dans les actes du quotidien rien à vous reprocher.Oui,on revient sur votre poitrine,pleurer dans vos bras,car ON VOUS AIME TOUJOURS ET ON SE SENT PERDUES,AU BORD DE L’ABÎME.

            Mon histoire est en suspend depuis six ans,six années d’enfer,pour moi comme pour lui.Maintenant,il n’y a plus d’accalmie,l’avenir est sombre,bouché,et il serait beaucoup plus facile pour moi de le quitter SI JE NE L’AIMAIS PLUS.
            Je ne sais pas comment cela va finir.Je pense chaque jour à la mort.J’ai été moi aussi sous anxiolytiques et anti-dépresseurs,mais c’est un cautère sur une jambe de bois tant que la cause est là.Pas de soulagement,car en fait,je ne suis pas dépressive,juste extrèmement malheureuse,et du fait,lui aussi.

            Il reste encore et toujours la fuite…Mais seule au monde,j’avoue que mon mari est l’axe de ma vie,une vie qui sans lui n’a plus aucun sens,même si en conclusion,je me rends compte qu’il me fait autant de mal que de bien.Il refuse de rentrer en France,alors qu’il y a vécu et travaillé pendant 30ans!Dois-je penser qu’il aime plus son pays que moi?Il me dit que je peux rentrer,qu’il ne veux pas que je sois malheureuse,mais que lui ne rentrera pas.J’ai beaucoup de rancune à son égard,autant que je peux avoir d’amour encore.
            Dans la balance,je ne sais pas lequel de ces deux sentiments l’emportera,mais je ne suis pas optimiste.
            Ici,je meurs à petit feu.Je ne parviens pas à m’adapter,à m’intégrer…Sa première femme française l’a quitté pour la même raison,au même âge que moi…il l’avait emmenée ici avec leurs trois enfants,elle a tenu dix ans,puis est partie…Oui,la quarantaine est décidément redoutable.
            On ne voit plus que ce qui ne va pas et on essaie de sauver avant qu’il ne sois trop tard.Car pour une femme,le temps est beaucoup plus compté que pour un homme.
            Mais revivre en France sans mon mari m’apparaît comme n’ayant aucun sens,la solitude,au-dessus de mes forces.
            Ni avec lui,ni sans lui…Que faire??
            Je suis désespérée.Je pense chaque jour avoir atteint le fond du chagrin,du déchirement,et chaque jour,plus bas,je descends d’un degré.
            J’espère que ce message n’est pas trop embrouillé,je l’ai écrit d’une traite,excusez-moi si c’est le cas…il n’est pas bien intéressant,en plus.
            Bien cordialement.

  40. bonjour MAXIME,

    je viens de lire ton message et je voulais juste te souhaiter bon courage!! j’ai vécu la même situation l’année dernière, textos, m’entendre dire qu’il n’y avait rien avec cette fille, la nouvelle coquetterie de mon mari,partir tôt et rentrer tard,que je l’énervais,qu’il m’aimait comme une soeur,et enfin me dire qu’il allait partir sans savoir quand, et ceci dit il l’a fait, mais il est revenu et très doucement les choses semblent s’arranger, même si j’ai encore du mal à tout digérer quelquefois. tout dépend de ce qui tu seras dans la possibilité d’accepter ou pas et bien sûr de ta conjointe, car encore une fois chaque cas est, malgré ses grandes similitudes,unique.
    quoiqu’il en soit, pour avoir vécu ces mêmes souffrances, je suis de tout coeur avec toi.juste une petite chose pour finir, penses aussi à toi, car ces situations sont tellement destructrices pour celui qui est rejeté, qu’il faut penser à se protéger un minimun. mais, je sais, c’est quelquefois plus facile à dire qu’à faire.

    1. Bonjour Laure,
      Effectivement il faut penser à soi, c’est certain et je le sais mais comme les choses ne sont pour l’instant pas très claires, pour moi du moins, et j’ai un peu de mal. Néanmoins c’est l’objectif de mon voyage chez mon frère pendant une semaine. Pouvoir souffler, essayer de voir les choses peut être différemment et retrouver un peu d’énergie et de combativité pour la rencontre avec mon épouse prévue dans 9 jours maintenant. j’ai à la fois hâte d’y être car cela va me permettre de connaître la fin probable de l’histoire mais je suis aussi terriblement inquiet. Je connais ma femme et je sais qu’elle a pris sa décision, déjà. Je le sens dans son comportement et son attitude. Et ce n’est pas la décision celle que j’attends ou espère. Je ne suis pas défaitiste mais simplement réaliste. Par contre ce qui me permettra de repartir de l’avant, c’est de connaître la vérité et toute la vérité. Et je veux savoir ce qui s’est passé même si c’est douloureux, je mérite cette vérité pour pouvoir renaître de mes cendres. ;-). Aujourd’hui ma fille m’a dit en voiture qu’elle ne voulais pas avoir d’amoureux plus tard pour ne pas avoir à divorcer et que pour les grandes personnes divorcer c’était trop douloureux… ça m’a fait mal au coeur d’entendre ça de la part de ma pitchounette qui a temps de choses à vivre et découvrir. J’ai essayé de lui expliquer que on ne contrôle pas d’être amoureux et que c’était un sentiment fabuleux. D’un autre côté une toute petite voix me disait elle a peut être pas tout à fait tort…
      Mais bref je sais qu’il faut penser à soi mais c’est dur de faire abstraction et de positiver même avec mes enfants. Je fais le maximum…j’essaye…
      Bonne nuit
      Maxime

      1. bonjour MAXIME,

        je ne veux pas te donner de faux espoir, mais mon mari aussi reste toujours campé sur sa décision, je l’ai jamais vu revenir sur une décision prise, et parti avec toutes ses affaires, pour un soit-disant break de 15 jours, je ne pensais absolument pas le voir revenir, mon entourage proche non plus d’ailleurs, mais voilà c’est arrivé.j’ai été protégée pendant 28 ans, j’avais un couple idéal, je savais que les drames existaient, mais je ne me sentais pas concernée, aujourd’hui je sais que tout peut arriver dans la vie, même ce à quoi on ne s’attend pas, mais il est peut-être encore un petit peu tôt pour voir les choses sous cet angle et pour toi et pour ta femme.quand mon mari est parti, mon entourage insistait pour que je ferme définitivement la porte, j’ai fait comme je l’ai senti, à ce moment là, et sans la laisser grande ouverte, je l’ai laissée entrouverte et il s’y est engouffré, il a mis 2 mois pour l’ouvrir.ce qui est navrant, dans ton cas, et je n’ai pas eu à subir cela, ce sont vos enfants, car ils ne devraient jamais subir ce genre d’évènement, ils sont faits normalement pour vivre au maximum dans la joie et l’insouciance, et j’imagine qu’il est difficile de trouver les mots pour expliquer ou bien tout simplement pour rassurer.bon courage et bon séjour chez ton frère.

      2. Maxime,
        un petit mot d’encouragement pour cette semaine.
        je suis du même avis que Laure: Pense à toi ;).
        c’est bien évidemment facile à dire.
        cet éloignement peut vous faire du bien à tous les deux.
        Comme le dit si bien Laure, ne jamais fermer complètement la porte, ne pas rompre totalement le dialogue….et être patient.
        je suis de tout cœur avec toi! bon courage!

        1. Bonjour Laure, Olivier et les autres,
          Je viens d’arriver aujourd’hui de mon petit séjour, j’ai pu souffler, respirer, reprendre quelques forces et préparer ma discussion avec mon épouse. Quand ? je ne sais pas… je pensais demain et faire garder les enfants mais cela semble compromis.
          Sinon les doutes sur la fidélité de mon épouse ont laissés place à une quasi certitude, je dirai même une certitude. Nos rapports depuis mon retour sont froids, quelconque, sans saveur, ça sent la fin !!! Elle m’a agressé plusieurs fois aujourd’hui et je ne suis arrivé qu’à midi.
          Je suis maintenant certain qu’elle est allé retrouvé il y a quinze jours lors d’un déplacement professionnel son ancien compagnon, le compteur de la voiture ne se trompe pas de 250km.
          Il va falloir qu’elle m’explique tout ça calmement, la colère et la rage sont derrière moi (avec les 6 kg que j’ai perdu en 3 semaines). Mais je m’inquiète sur cette relation qu’elle entretient avec son ancien compagnon (8 ans de vie commune), car si c’est sérieux, le monsieur habite à 280 km de notre domicile, et que va-t-il se passer avec nos enfants ?
          Elle s’est aussi organisée une petite semaine sur Paris fin février en pleines vacances scolaires avec des “anciennes amies de lycée”, je suis sceptique sur le motif réel de son voyage, sachant qu’elle fréquentait le même lycée que Monsieur et que l’on ne passe pas une semaine avec des personnes que l’on a pas vu depuis 20 ans, une soirée ou 2, ok, mais pas une semaine. Je suis donc impatient et inquiet de cette confrontation sachant que je pense qu’elle niera ou bien qu’elle mettra fin a la discussion très rapidement.
          Voilà, je suis dans l’attente… un peu découragé…
          Sur ce je file me coucher.
          A bientôt.
          Maxime

    2. Bonjour, nouvelle sur ce forum je vis exactement la même chose avec mon mari (43 ans)mais ma situation est juste ingerable.je m’explique. nous sommes mariés depuis 15 ans (22 ans de connaissances) 2 ados (16 et 12 ans).
      Nous avons vécu 15 ans en bretagne. Suite à la reconversion professionnelle (quasi obligatoire) de mon mari nous quittons tout! (Ainsi que nos familles respectives..)Et nous avions tous les 2 ce desir de changer de region de vie bref, tout s annoncait bien.
      avant de partir avec lui pour des raisons « de logistique » je reste avec mes enfangs 1 an en bretagne pour organiser ce changement (demenagement…..).
      Mon mari lui commence son nouveau travail et nous trouve la maison de nos reves. Petit à petit je trouvais qu il changeait un peu, etait souvent aggresif le we quand il rentrait, vite irritable, il s achetait des nouveaux vetement….donc je me posais des questions mais tout en mettant ca sur le fait de notre eloignement de la semaine…la gestion de ce changement….bref……
      et nous demenageons et notre nouvelle vie commence.
      et va vite se resumer a un enfer. chomage pour moi (41 ans)(qui ai tjrs travaillé ) adaptation difficile pour mon fils de 12 ans. Mauvaise ambiance au boulot pour mon mari sauf deviner quoi avec sa petite collegue de 29 ans pour qui a force de questionnement lui fait tourner la tete…. (sans qu il n ai jamais franchis le pas….).bien que toujours sportif et attentif a son image, je sens bien que cela devient encore plus important. une belle crise de la quarantaine…..
      et les mots tombent:je ne comprend pas ce qui m’arrive, je ne t’aime plus comme avant……tu ne merites pas ca, tu es quelqu’un de bien. Je fais tout foirer, je suis qu’un con….
      oui et…on fait quoi? Alors on se bat pendant 12 mois il lutte….mais je vois bien que c’est dur ,il n’arrive pas a etre avec moi comme avant….
      je lui ai dit d aller voir quelqu’un. Chose qu’il a d’abord refusé ( c’est toi ma psy…..) bien sur mon chéri ta psy ta maitresse la mere de tes enfants…et quoi d’autre?????
      Alors il pleure encore et encore et parle de se foutre en l’air. Je prend peur et j alerte ses parents…..car seule je n’arrive plus à gerer. (Je suis moi même en deprime depuis ma periode de chomage …….)
      Je part le we avec mes enfants chez mez parents pour le laisser respirer.
      et il decide enfin de consulter…..à suivre…
      je suis perdu je ne sais comment m’y prendre car je sens que rien ne sera plus jamais comme avant…
      aujourd hui je suis au chomage je ne connais personne dans cette nouvelle région et je suis loin de ma famille…….quelle impasse!!!!!
      désolée c’etait long mais……ca me fait du bien !!!!
      Merci de m’aider a prendre la bonne décision.

    3. Bonjour Cécile,
      Tout d’abord ton témoignage est très touchant, il en ressort beaucoup de souffrance. La première chose que je voudrai te dire c’est que tu n’es ni une minable, ni un maillon faible ou une coupable. J’ai le sentiment que dois prendre une décision depuis plusieurs années et tu n’arrive pas à choisir. D’un côté il y a la souffrance au quotidien lié à un environnement familiale et géographique “hostile” mais avec la personne que tu Aimes, de l’autre côté il y a aussi une souffrance, une inconnue, des milliers de points d’interrogation, le fait de se retrouver seul et perdre l’amour de sa vie. Pas facile effectivement. Je me retrouve dans une certaine mesure dans ce que tu décris puisqu’il y a quelques jours mon épouse m’a annoncé qu’elle ne souhaite plus que l’on se sépare, elle ne veut pas que je parte mais tout ça à quel prix ? Elle veut être indépendante, et même très très indépendante, elle veut avoir un jardin secret qui a la taille de 2 stades de foot, elle a mis en place un planning qui indique pour chaque jour et chaque week-end lequel d’entre nous a la charge des enfants (bref la même organisation qu’un couple divorcé), elle rejette plus ou moins chaque instant de tendresse au motif que nous n’avons plus 18 ans, elle ne veut pour le moment pas avoir de relation physique avec moi et me demande d’être patient, les symptômes de sa dépression s’atténuant car les anti dépresseurs commencent à faire effet elle n’est plus anéantie et elle redevient lunatique et agressive comme au début de sa crise, elle ne veut pas partager ce qu’elle ressent ou pense, elle ne veut pas parler et échanger mais veut tout savoir de ce que je fais, pense, qui j’appelle, à quelle heure je rentre… Elle me dit que ça ne sert à rien de vouloir planifier, se projeter qu’il faut simplement vivre les choses étape par étape, mais je ne prend aucun plaisir dans cette nouvelle vie, au lieu d’être simple les choses sont de plus en plus complexes. Bref, la situation s’est inversée et c’est moi qui étouffe face à cette situation, je pense qu’aujourd’hui la meilleure solution pour nous est la séparation mais je ne souhaite pas lui en parler pour le moment du fait de son état. C’est une décision qui m’apparait aussi très douloureuse, difficile à prendre, je me dis qu’il faut que je sois patient, que les choses vont changer mais je sais que je vais exploser rapidement si la situation n’évolue pas. Cela fait maintenant 4 ou 5 mois que je souffre, que j’encaisse, j’ai réussi à sortir de la spirale de la douleur et de la tristesse et je n’ai pas envie d’y retourner.
      Te concernant, Toi seul a les clés concernant ton avenir, mais tu peux te faire aider, ce serait peut être une bonne idée pour y voir plus clair, peut être l’as-tu déjà fait. Il faut que tu te protèges, et que tu penses aussi à toi, c’est facile à dire et difficile à mettre en œuvre, au regard du contexte et des gens qui t’entourent. Alors, accroches toi, bats toi, tu as le droit d’être heureuse. Je te souhaite plein de courage, de bonheur et à très bientôt.
      Maxime

      1. Bonjour Maxime,
        Merci de ta réponse,il est vrai que cela fait du bien de pouvoir simplement…en parler.Merci aussi à la créatrice de ce site qui nous permet de le faire.

        Je crois que je peux t’apporter quelques”lumières”,passant exactement(et même de manière dramatiquement similaire)par le chemin de traverse que ta femme emprunte actuellement.
        J’ouvrirais ne parenthèse sur les anti-dépresseurs et les anxiolytiques,car c’est un point non négligeable dans le déroulement des ressentis de la personne qui les prend…J’ai flirter pendant cinq longues années avec ses substances,pour”tenir le coup”,et je dois te mettre en garde:Ces médicaments,nécessaires bien sûr en cas de dépression avérée(ce qui était aussi mon cas),VONT COMPLETEMENT MODIFIER LE TEMPERAMENT NORMAL ET HABITUEL DE TON EPOUSE.
        Déjà qu’elle est en zones de turbulences aigües,elles ne vont que lui déformer la réalité et lui embrouiller les idées plus encore…Les psychotropes de ces familles déshinibent les comportements,et oui,exacerbent la violence,l’agressivité,la cruauté verbale…Une personne sous ces substances n’est plus elle-même.Après un”faux-mieux”(en général,trois semaines après le début des AD),l’effet retombe,et pour ma part,j’étais devenue un vrai monstre!…Ca dope…pas forcément dans le bon sens…Ma rancune et ma méchanceté envers mon homme s’en trouvait accrues,,et je me sentais vraiment plus forte,beaucoup plus forte que je ne le suis en réalité…Ah oui,cela m’a boostée,mais à quel prix pour mon mari et mon couple!!
        Je suis actuellement en sevrage DEPUIS 6 MOIS,car il faut y aller très progressivement(je suis passée par des périodes totalement funestes),mais ces médicaments,donnés au trop long cours,m’ont fait dire et commettre des choses que je n’aurais jamais osées sans eux…jamais je n’aurais franchi certains pas qui sont ensuite sans retour en arrière possibles.Donc,je te dis juste:Prudence.Si a femme réagit comme moi,elle va se retrouver avec le vent en poupe,peut-être moins malheureuse mais pas plus sensée,et ce ne sera pas forcément bon pour toi…Donc pour vous.Ce fut mon cas,notre cas.
        La culpabilité,à tord ou à raison,est chez moi très importante depuis que j’ai considérablement baisser mes doses initiales…Mais quand j’étais en plein traitement,je n’avais plus aucune conscience morale,tout me semblait permis,et les conditions que t’impose ton épouse aujourd’hui ressemblent si fortement à mes revendications de l’époque que je ne peux que faire le rapprochement.Ma conscience est actuellement une plaie vivante,palpitante,souffrante.Car les benzodiazépines(je suppose que c’est ce qui a été prescrit à ta femme en première intention comme anxiolytiques)et les anti-dépresseurs annihilent les garde-fous de la conscience.Plus de limites.
        Pour nous,ce fut un rajout au mal-être,j’étais agressive,provocante,brutale,guerrière,revendicatrice…une harpie déchaînée…je ne me mettais pas du tout à la place de mon mari,peu m’importait ce qu’il pouvait ressentir devant mes paroles blessantes et mes comportements incompréhensibles,changeants,déstabilisants…Tu sais,je ne m’aime plus beaucoup,j’ai perdu la majeure partie de ma propre estime,et je me vois,hélas je le crois,comme je le suis…alors battre ma coulpe avec conviction ne me dérange plus…Il ne s’agit pas de ménager son orgueil,mais de se mettre l’âme à nue pour y voir plus clair,sans les haillons d’une fausse fierté mal placée.
        Il y a un problème entre ta femme et elle-même…Tu remarques que je ne dis pas entre ta femme et TOI,car il me semble que le changement et le bouleversement viennent d’elle,comme c’est le cas pour moi.
        Je clos ce chapitre sur les problèmes liés aux traitements,si tu veux en savoir davantage sur les effets paradoxaux des anxiolytiques,clique simplement”sevrage benzodiazépines et anti-dépresseurs” sur Google,et tu seras bien informé…Nous,nous ne l’étions pas assez.La solution ne vient pas en posant un pansement sur une plaie infectée qui poursuit son travail de sape en dessous.Et n’apportera aucune solution à cette impasse où elle se trouve acculée…comme toi,comme moi,comme mon mari.

        Une femme qui se sent insatisfaite et malheureuse est une horreur à vivre au quotidien…je suppose qu’un homme dans le même cas aussi.Que dis-je??A SUBIR AU QUOTIDIEN!!JE LE SAIS PARCE QUE J’EN SUIS.
        Alors bien sûr,oui,mon mari a des tords,m’avoir emmenée quasi-forcée dans son pays en conflit–nous sommes voisins de la Syrie–,ses enfants qui m’ont fait beaucoup souffrir et continuent,sa passivité et son incompréhension devant ma détresse face à tout ce chambardement d’exil qu’il m’a imposé…C’est pour moi un vrai trauma et cela le serait pour beaucoup de femmes,je n’en doute pas.Bien sûr que oui,j’avais et j’ai toujours de bonnes raisons de le quitter…mais pas de l’humilier,de le bafouer,de le faire souffrir au delà des limites admises…lui aussi il a encaissé et il encaisse,crois-moi;comme toi.Pour être sincère,il ne mérite pas ça…être si malheureux,par ma faute.Et d’après ce que je peux lire…toi non plus,Maxime.
        Ta femme te demande beaucoup…Beaucoup trop??
        LIBERTE…Oui,moi aussi,je connais cet argument,il fut le mien longtemps.Mais la “liberté” des uns commence où s’arrête celle des autres.Jusqu’où peut-on,par amour,se laisser entraîner??Je me sens pour ma part à la fois victime et bourreau.Tu as un coeur et un esprit en souffrance,toi aussi…Ton amour empathique ne doit pas devenir sacrificiel…Je sais que mon mari m’a pardonné des faits dont moi,je n’aurais pas digéré le quart;ton épouse revendique une liberté qu’elle même ne t’accorderait pas…Je le sais,je me suis retrouvée dans le même cas,j’ai fait exactement comme elle…Mais mon mari sur ce point a été très ferme(ce qui n’est pas dans son tempérament naturel),et j’ai bien été obligée je me suis résignée devant sa saine approche de la situation et de la Vérité:Mariés,on n’est plus seul à décider de ce qu’on peut faire ou pas,quand cela empiète sur les bien-être et le confort moral de l’autre…Par définition,le mariage,même heureux,est une aliénation,puisque toujours soumis à des compromis et à des concessions,voire des frustrations!…mais follement,bêtement,j’aurais bien voulu pouvoir bénéficier de cette totale liberté,tout en étant toujours profondément jalouse et suspicieuse des faits et gestes de mon homme,à ma grande honte!Forcément,quand on ne se sent soi-même pas clean vis à vis de l’autre,cela engendre une méfiance-miroir..”Si JE suis capable de lui faire ça,il est bien possible qu’il me rende la pareille…”Et vois le paradoxe,Max:Dans nos petites têtes,c’est tout bonnement inacceptable!…Faites ce que je dis,pas ce que je fais!
        “LE CHIEN NE MANGE PAS SON OS MAIS NE LE LAISSE PAS AUX AUTRES!”(dicton russe)…C’est exactement cela!Mais un conjoint,homme ou femme,n’est pas un os,ni un joujou,ni une propriété exploitable à merci…Mon mari m’offre un enseignement d’amour,de patience,d’endurance,dont je serais pour ma part totalement incapable!Trop vache,trop teigne,trop vindicative,trop égoïste,voire égocentrique…Pardonne-moi si ces expressions te semblent trop familières,mais ce sont celles qui me viennent à l’esprit quand je pense à certaines attitudes abjectes que j’ai pû avoir envers lui,et dont je n’avais même pas conscience…S’il m’avait prise ainsi pour un punching-ball émotionnel,je serais tombée KO il y a longtemps!

        Je vais te dire,en conclusion,ce que j’ai compris à mon attitude incompréhensible…Inconsciemment,je me rends invivable pour que ce soit LUI qui prenne la décision.Je ne veux pas porter la responsabilité de notre séparation,alors que j’en suis le seul artisan…je l’aime encore,on efface pas 13 ans de mariage comme ça!Mais le pire,c’est que mon indécision(je suis Balance,en plus,ce qui n’arrange pas les choses!),mon mari la partage…Lui non plus ne veut pas porter le fardeau d’un deuxième échec conjugal…Alors,il encaisse…Nous ne voulons ni l’un ni l’autre nous charger de la culpabilité d’avoir abandonné l’autre.Je me rends odieuse pour le pousser à bout.J’en viens parfois à souhaiter,plus ou moins consciemment,qu’il me flanque à la porte!Pense-tu que ton épouse,elle aussi,puisse confusément désirer que ce soit toi qui prenne l’initiative de la rupture,(même fausse,mais bien imitée…)d’où la vie infernale qu’elle vous fait mener psychologiquement,pour te faire craquer??
        Je t’en parle à coeur ouvert car moi j’ai compris que j’avais élaborer ce schéma pour échapper à la culpabilité de notre rupture,qui pourtant,en toute franchise,sur le plan moral,me reviendrait entièrement…Mon mari est un amour de patience et moi je suis une vraie sorcière avec lui…Je n’éxagère pas…Les faits sont là.Il n’a aucun tord envers moi,pas de sa faute s’il est moyen-oriental et si son pays en guerre m’effraie et me débecte,ni s’il a eû trois gosses qui ne m’ont pas acceptée parce que j’étais de leur âge et une vie avant moi…Bon,qu’il se soit montré trop autoritaire dans sa décision d’exil prise unilatéralement et beaucoup trop faible devant la vacherie de ses enfants à mon égard sont des fautes que je juge grave pour moi,mais ne motive pas tout ce que je lui fait subir…De rejets,de revirements,de retour d’affection et de haine mêlées…IL A DE QUOI DEVENIR FOU!!Je ne sais pas comment il tient.Je ne sais pas comment tu tiens…Il y a en vous une part d’héroïsme,je le dis comme je le vis chez moi.

        Maxime,je crois que ta femme t’aime toujours,comme moi j’aime mon mari,et que c’est bien pour cela qu’elle ne te quitte pas…Nos actes et nos paroles peuvent être épouvantables,odieux,malgré tout,on aime toujours…On vous met à l’épreuve en vous faisant passer par un enfer…C’est mon cas.Mais parallèlement,elle est intimement éperonnée par d’autres désirs,dilemne et dualité totalement déchirants pour elle que je connais aussi,et que j’éprouve également,à l’instant même où je t’écris.Car ma crise,hélas,est loin d’être finie,et j’ignore quand ce sera le cas.Parfois j’en désespère?je me doute de combien tu dois te sentir mal,mais sois sûr que ta femme est aussi mal que toi.
        C’est plus fort que nous.Ca confine à l’auto-destruction…On veut vivre une autre vie,plus belle,on pense à construire,et on ne fait que détruire.C’est complexe et affolant.Que de force il faut pour rebâtir un champs de ruines!
        Moi non plus,je ne voulais plus que mon mari me touche,et je le lui faisais savoir sans ménagement.M’aurait-il repoussée de la sorte que j’en aurais été ravagée!…
        Tu m’as beaucoup aidée,Maxime,car en te lisant,j’ai compris ce que LUI pouvait ressentir,alors que je ne m’étais jamais mise à SA place.J’étais mue par un égoïsme forcené,et je suis loin d’être certaine de m’en trouvée totalement affranchie,mais avoir un point de vue masculin de la situation,que tu as très bien décrite,avec sincérité,délicatesse et psychologie,m’a ouvert les yeux sur mes tords,et ils m’ont vraiment fait peur de par leur ampleur!Mon mari ne SAIT PAS mettre des mots sur ces sentiments(c’est le cas de beaucoup d’hommes,mais toi tu y arrives à l’écrit,ce qui est une performance…)
        Là,en cet instant,je me demande si je ne suis pas allée trop loin,si c’est encore récupérable,si je n’ai pas franchi le point de non retour…Il me dit qu’il m’aime toujours,et moi,depuis environ une bonne semaine,je fais quelques efforts pour me rapprocher de lui,j’ai rétabli une intimité physique et morale,des dialogues”normaux”,alors qu’il y a fort peu de temps,je n’ouvrais la bouche que pour le maudire et me lamenter…Nous qui à l’origine,étions un couple très fusionnel et complémentaire,avant que cette expatriation ne vienne semer la zizanie dans mon esprit et dans mon coeur!
        Alors tu vois,là maintenant,je ne force pas les choses…Je me dis que je souhaite simplement rétablir une existence normale avec lui,et que si ça passe,tant mieux,si ça casse,tant mieux aussi…Je ne sais pas si comme toi,il se sent trop meurtri pour continuer avec moi…Et de mon côté,je ne suis pas entièrement certaine de pouvoir ni vouloir continuer avec lui,mais le contexte extérieur à notre couple(pays étranger et famille),y est,de mon point de vue,pour beaucoup,ce qui n’est pas votre cas à vous.
        Veux-tu bien me tenir au courant de votre évolution,de la tienne en pensées,de la sienne en actes?Englués dans des situations similaires bien qu’inversées,je crois que nous pourrions mutuellement nous éclairer.
        Grâce à tes ressentis,je comprendrais mieux ce qu’éprouve mon mari…Et avec les miens,tu pourrais mieux cerner je crois les émotions de ta femme.Elle en est la proie.Et,je le crois,elles ont de nombreux points communs avec moi.
        Je te souhaite encore plus de courage,tu en as déjà beaucoup…Tu es un époux de valeur,comme le mien peut l’être…J’ai conscience d’être aimée plus que je ne l’aurais imaginé au regard de tout ce qu’il m’a pardonné.
        Je suis certaine que si ta femme n’en n’a pas encore pris conscience,au fond de son coeur,elle le sait,et qu’un jour,comme pour moi,cela viendra…A toi de lui ouvrir les yeux sur cet aspect des choses:TON POINT DE VUE,TA PLACE…Quelle se mette à ta place comme moi je me suis enfin mise à celle de mon mari…pour la sortir de ce ravin oùelle s’enlise et t’entraîne,il faudrait peut-être un électro-choc…Que ce soit toi qui tranche,même par”comédie”,pour tester son degré d’attachement à toi…De mon côté,si mon mari avait été plus ferme,moins compréhensif face à ma crise,nous aurions,d’une manière ou d’une autre,règlé le problème plus tôt,soit je l’aurais quitté,soit je me serais amendée,et du fait,nous nous serions épargné des mois,voire des années de souffrance…Je ne veux pas me faire l’avocat du diable.Toi seul,et elle aussi,savez…
        Je te souhaite une bonne fin de Dimanche et toute la clairvoyance possible,pour vos sentiments et vos aspirations mutuels.
        N’hésite pas à me donner de vos nouvelles.
        Bien à toi.
        Cécilia.

  41. Bonjour Maxime, Bonjour Laure
    la reprise de dialogue est vraiment une excellente chose. Ne jamais rompre le lien, voilà un effort de tous les instants!
    J’ai vécu la même chose que toi la semaine dernière. Après 15 jrs d’évitement, nous avons pu discuté calmement un soir. J’ai pu exprimé mes souffrances, mes envies, mes besoins. Que si elle ne partageait pas quelques besoins, notre histoire ne pouvait pas durer. Je lui ai dit que je voyais une psy. Tout cela l’a touché.
    mais dans cette situation et pour moi en particulier, le sentiment d’un jour n’est pas celui du lendemain.
    Pourtant, je sais qu’il faut être patient, tolérant, compréhensif et pourtant quelques fois, une impulsion plus forte que tout fait que l’acceptable n’est plus accepté.
    Hier soir, comme un signe, un vieux mail est réapparu où elle disait à son “ami”: tu es un amour……à très vite.
    il ne m’en a pas fallu plus pour retomber bien bas!
    Je lui ai fait comprendre que j’avais lu ce mail et sans surprise le fautif c’était moi: espionnage, obstacle à sa liberté…
    J’ai juste besoin d’être rassuré. de sentir que la vie peut continuer à deux. Chaque fois que l’espoir renait, la chute est plus dure!
    dans ma tête les choses sont de plus en plus claires:
    * j’aime ma femme
    * je veux continuer avec elle
    * mais pas dans ces conditions
    * si les choses continuent, je pense que je serais amené à prendre une décision de séparation en pensant à moi et en réclamant le droit au bonheur!
    voilà ma situation à cette heure.
    Bon courage Maxime et tiens bon!
    merci Laure pour ton regard de femme!
    au plaisir de vous lire

    1. bonsoir Olivier,

      je vis exactement la même chose, une fois de plus, car moi aussi, il m’arrive de craquer, je sais que ce n’est pas à faire, mais il arrive un moment où j’ai l’impression que je vais imploser si je ne le fais pas, et après je regrette, et je m’en veux, car je me dis que tous les efforts que j’ai fait pendant un bon moment vont être anéantis et que tout le travail de rapprochement va être à refaire.
      ceci dit, il semblerait que les choses évoluent aussi quelques peu de ce côté, car mon mari écoute, ne dit rien et reprend une conversation normale par la suite!!mais, quelquefois, je n’en peux plus car nous avons une petite entreprise,dans laquelle je travaille également, et mon mari m’a trompé avec une salariée, qui est toujours présente, car elle ne veut pas partir et sans faute grave, je suis pieds et poings liés.alors quelquefois, rien que son nom me révulse!!mais comme toi, j’aime mon mari et je m’accroche.chaque point d’avancée aussi mince soit-il me réconforte.cela fait du bien aussi, si je peux m’exprimer ainsi, de constater que je ne suis pas la seule à vivre tout cela.je me suis tellement culpabilisée de penser que je n’avais sûrement pas du être à la hauteur de mon couple. a bientôt peut-être.

    2. Salut Laure et Olivier,
      Bah de mon côté, les choses ne vont pas très très bien… J’ai eu accès à la facturation téléphonique du mois de Novembre-Décembre de mon épouse et les nouvelles ne sont pas vraiment bonnes. On voit tout de suite que quelque chose d’inhabituel s’est passé et un certain numéro reviens beaucoup, beaucoup trop.
      270 sms avec ce mystérieux correspondant à toute heure du jour et et de la nuit. 1 appel le 18 novembre et 2 mms échangés.
      N’écoutant que mon courage 😉 j’ai appelé ce matin ce fameux numéro… en numéro masqué et à ma grande surprise, j’ai entendu la voix d’un beau mâle me répondre.
      De mémoire car je l’ai rencontré 1 fois il y a 11 ans, il s’agissait de l’ex compagnon de mon épouse. Le hic c’est qu’elle est allé sur Paris 2 jours, a dormi sur place 1 nuit en novembre pour le travail (nous habitons dans le Sud Ouest) et que ce monsieur habite aussi sur Paris. Le hic, c’est que ces échanges intensifs ont commencé 1 jour avant son départ.
      Le hic c’est qu’il y a une énorme probabilité pour qu’ils se soient vu le 18 novembre au soir car c’est ce jour qu’elle a passé le seul et unique appel de 40 secondes vers 23h00 puis plus de communication ou de sms ensuite avant le lendemain en fin de matinée lorsqu’elle est rentrée et 5 sms à ce même destinataire.
      Voilà, je crois que maintenant j’y vois plus clair, je comprends mieux certaines choses et c’est très dur.
      Elle est en déplacement jusqu’à samedi soir et ça va être très compliqué ensuite… mais je pense attendre une quinzaine de jours avant la fameuse explication car je pars une semaine me ressourcer chez mon frère en fin de semaine prochaine.
      La suite au prochaine épisode.
      Bon courage à tous
      Maxime

      1. Bonjour Maxime,
        je suis vraiment de tout cœur avec toi.
        Dans ces moments de forts doutes (je suis en plein dedans aussi), nous avons tendance (trop peut être) à interpréter les choses d’une manière très négative et il en découle des scénarios insoutenables.
        Bien sûr les faits sont là mais la grille de lecture n’est peut être pas la bonne.
        Par expérience aussi, si tu lui demandes des explications par rapport à une facture de téléphone, elle va aussitôt penser que tu l’espionnes, que c’est une atteinte à sa liberté….tu connais sans doute la chanson!
        La raison (je n’y arrive pas non plus)serait d’avoir un temps de sérénité et d’échanges (sur des sujets non conflictuels) sur une longue période (quelques semaines par exemple.
        Ma femme me demande du temps et moi je suis impatient de retrouver une relation normale, apaisée. Donc forcément y a conflit!
        c’est vraiment un gros travail sur soi qu’il faut faire. ces quelques jours d’éloignement vont te faire du bien. Pense à toi!
        Bonne journée et bon courage.

        Laure, Maxime, merci pour ces échanges et ces partages d’expériences

        1. Bonjour Olivier,
          Effectivement, la grille de lecture n’est peut être pas la même, il n’empêche que 270 SMS envoyés soit un total de 540 avec ceux reçus, ça fait beaucoup. Et surtout cela a commencé avant qu’elle ne parle de cette fameuse crise. Je veux bien essayer de comprendre, mais là c’est impossible. Ce qui me gène aussi ce sont les 2 mms envoyés qui sont des photos, et je ne pense pas qu’il s’agisse d’une photo de mes chers enfants. Enfin dans la série, ma femme me cache quelque chose, en charge de la comptabilité du couple je viens de voir qu’elle vient de se faire épiler intégralement le maillot chez l’esthéticienne, chose qu’elle n’a jamais voulu faire pour moi et pourtant je lui avait demandé plusieurs fois. Et ça ce n’est certainement pas pour moi qu’elle l’a fait car je n’ai pas vu ma compagne nue depuis 2 mois et demi. C’est aussi typiquement le comportement d’une personne qui va voir son homme pour des rapports intimes et lui faire plaisir. Et mon épouse est absente 4 jours et 3 nuits. Je veux bien essayer de faire des efforts, de dialoguer, de comprendre, de pardonner mais il faut qu’elle m’aide car cela ne va certainement pas dans la bonne direction.
          Voilà, je suis aujourd’hui dans un état calamiteux, le ventre retourné, j’ai dormi 1 heure cette nuit et je me dits qu’elle me prend pour une cloche pour rester poli.
          Sur le fait d’espionner, je n’arrive pas à me contrôler, c’est difficile car elle a créé une telle situation où je suis en insécurité permanente, j’aurai besoin qu’elle me rassure… et pas qu’elle me mente.
          voilou
          Bon courage à tous
          Maxime

          1. Bonjour Laure et Olivier,et les autres.
            Je reviens donner quelques nouvelles, après mes 2 derniers messages sur le coup de l’émotion… Les choses se dégradent malgré tout jour après jour, mon épouse estime que le divorce est quasiment inéluctable. Je lui ai envoyé hier matin un sms pour lui dire que malgré les épreuves que nous traversions je l’aimait et que Mme X (son nom d’épouse) me manquait. Réponse : Merci. (point final) Voilà… sur ce un peu déçu je lui envoie un petit message humoristique et là réponse : “ne me sors pas les vers du nez, je ne vais pas te dire quelque chose que je ne peux pas te dire. ça ne se fait pas par sms.” Elle me propose donc d’en reparler le soir, je demande donc des précisions, et la réponse tombe : “Oui je t’aime, j’ai de l’affection pour toi, de la tendresse, tu es le père de mes enfants, je t’aime comme on aime une mère, une soeur…”
            Bon bah ce n’est pas exactement ce que j’espérai… Bref aujourd’hui elle m’annonce qu’elle s’est ouvert un compte perso, qu’elle fait virer son salaire dessus…Le problème c’est que nous sommes toujours mariés… Deuxième chose, nouvelle facture de téléphonie détaillée et là l’explosion : 610 sms envoyés à son ancien compagnon sur décembre-janvier, 5 mms. Donc j’ai beau me dire que comme dit Olivier que ma grille de lecture est erronée mais… Je pars samedi matin pour une semaine, et à mon retour, nous aurons je pense la discussion finale !!! Et je ne suis guère optimiste… car à de nombreuses reprises je lui ai tendu la perche, je lui ai dit que lorsque l’on aimait on pouvait comprendre et pardonner mais elle m’a toujours dit qu’elle ne m’avait pas trompé, ou ne me tromperai pas, qu’elle n’avait personne en vue. Mais là c’est trop, trop envahissant, trop malsain, trop de points d’interrogation et en plus elle se projette déjà dans l’après. Nouvelle voiture, nouvel appartement…
            Rendez-vous dans 10 jours pour de nouvelles aventures et probablement, une longue et belle procédure de divorce. 😉
            Bon courage à toutes et tous.
            Maxime

  42. bonjour MAXIME,

    je viens de recevoir ton message,et malgré les circonstances, je suis “contente” pour toi, car le lien si fragile soit-il de la communication est rétabli, en attendant la patience est l’un des seuls mots d’ordre.profites de ces quelques jours pour te ressourcer si tu le peux.je te souhaite la meilleure journée qui soit et bon courage.

  43. bonjour Maxime, je viens de lire votre dernier message,je suis désolée, je suis une femme,mais je comprends votre désespoir.vous savez, pour vivre cette situation depuis de longs mois, même si cela s’améliore sensiblement depuis vraiment quelques semaines, je pense que quelque soient les infos que l’on trouve sur internet,ou la famille et les amis qui peuvent nous soutenir, nous sommes seuls pour subir, supporter et essayer de reconquérir l’autre, qu’il soit un homme ou une femme, le comportement est le même et ce que l’on peut lire ou nous dire n’est pas forcément réconfortant.personnellement, j’ai essayé toutes les méthodes puisque j’ai connu, sûrement comme vous l’abattement, la colère, la discussion même si mon mari la refusait.et un jour, j’ai essayé la douceur, en ne parlant plus de mes souffrances, mais en faisant remarquer doucement quand il dépassait les bornes et surtout je ne pleure plus jamais devant lui, j’essaye d’être la plus normale possible.cela semble marcher, depuis quelques semaines, il faut dire par contre que mon mari est parti, lui pendant 2 mois avec sa conquête de 24 ans, et sans s’être détaché d’elle à son retour, il s’est tout de même aperçu, rapidement, que cette nouvelle vie ne lui convenait pas, je savais au moment qu’il pouvait ne pas revenir, c’est dans l’ordre des choses de cette crise, mais je n’ai jamais voulu rompre le lien de la discussion, pour parler de tout et de rien, livres, cinéma, peinture, actualité, mais j’ai pris soin de ne pas parler toujours et tout le temps de notre problème et des souffrances que cela engendrait.tout n’est pas gagné, car mon mari ne peut toujours pas me dire qu’il m’aime, et refuse de me toucher, donc vous voyez, j’avance lentement, et en souffrant encore et toujours, mais j’aime mon mari plus que tout au monde, et je m’accroche.je n’aurai, ainsi, ni remord, ni regret.voilà, le fruit de mon expérience, peut-être y trouverez-vous quelques éléments qui pourront vous aider ou pas, car chaque cas malheureusement est unique et chaque individu réagit différemment en fonction de son histoire et de son vécu et je crois aussi, qu’il y a des étapes dans cette crise, vous voyez, par exemple, mon mari semble se rendre compte, seulement aujourd’hui de ce qu’il a pu me dire ou fait subir, qu’il a au 3/4 oublié, d’ailleurs. j’ai ressenti la culpabilité,mais nous ne sommes coupable de rien, et la honte du regard des autres, et ça, j’ai du mal à m’en séparer.je vous souhaite bon courage, et vous avez raison, nous sommes tous,CHARLIE, aujourd’hui.bien amicalement.

    1. Merci pour ton message Laure,
      Je ne sais pas si ton message me donne envie de prendre rendez-vous avec un avocat ou me donne ce petit surplus de courage pour affronter l’avenir. En tous les cas je te trouve très courageuse, honnête et patiente et de mon côté je ne sais pas si j’arriverai à réunir ces 3 qualités pour espérer sauver mon couple… Même si je me défini comme athée ou agnostique plus précisément je crois fondamentalement au lien du mariage et à l’engagement que nous avons pris tous les 2, au fait que nous avons décidé de fonder un foyer, une famille et d’avoir des enfants. Dans ce cadre si mon épouse avait une relation extra-conjugale alors il me paraitrait impossible de continuer à vivre avec elle après je ne suis pas face à cette situation et j’imagine que face à la réalité on réagit souvent différemment. On s’est toujours dit avec mon épouse que si notre histoire d’amour doit s’arrêter on le fera avant de commettre des actes comme l’infidélité ou la violence. La patience dont tu fais preuve me laisse sans voix car après 2 mois seulement je suis épuisé physiquement et mentalement. Le fait d’avoir des enfants complique la chose, on ne peut pas décider de faire un break si on en éprouve le besoin et il faut jouer à certain moments la comédie pour eux. Ma femme ayant tendance en ce moment à ne voir que ses besoins et ses désirs et oublier parfois qu’elle est aussi maman rajoute un peu plus de fatigue. Pour le rôle de l’épouse je crois que ce n’est pas le moment d’aborder le sujet. ;-). Encore hier soir, j’ai eu droit à un drame parce qu’elle a du se lever ce matin pour aller accompagner les enfants à l’école, alors que c’est quelque chose que l’on fait à tour de rôle. L’impression que j’ai parfois c’est que tout ça est une grosse blague, une caméra cachée mais non… c’est bien vrai mais ça paraît tellement fou et improbable, surréaliste. Le seul point positif à cette crise, c’est que ma femme a arrêté de fumer et s’est mise au sport de manière intensive quand on la connait un peu c’est aussi surréaliste. Le reste c’est de la torture quotidienne, l’impression qu’elle fait exprès de m’en faire baver, elle est dans l’excès pour tout. Je n’arrive pas encore à me sortir de tout ça de la tête, à prendre suffisamment de recul et contrôler mes émotions pour agir pour moi mais j’y travaille et chaque jour je progresse mais ce n’est vraiment pas évident. Voilà, courage à toi aussi Laure, j’espère que tu pourras à nouveau être aimée par ton mari, avoir cette proximité affective nécessaire à l’épanouissement dans un couple mais surtout à faire confiance, ce n’est pas un mince affaire…
      Je suis Charlie moi aussi aujourd’hui et peut être pour les jours et semaines à venir.Bon courage

      1. bonjour MAXIME,
        je reviens vers toi, car mon but n’était pas de te décourager, mais juste de te donner ma manière de faire, et je ne voudrais te laisser dans une détresse supplémentaire.
        il y a une chose que je crois avoir comprise, c’est que pendant cette période de crise, nos conjoints ne sont plus eux-mêmes, et refusent le dialogue sur le sujet car cela les ramènent à leur propre culpabilité,parce qu’ ils savent très bien tout au fond d’eux-même qu’ils ne sont plus dans le droit chemin vis à vis de nous, et comme ils ont le sentiment de n’avoir pas tout vécu( ils veulent de la liberté sans culpabilité) donc, le meilleur moyen est de rejeter ce dialogue avec nous et souvent de rejeter cette culpabilité sur nous!j’ai toujours cru qu’ils auraient besoin d’un psy,mais là sacrilège, il en hors de question.
        en ce qui concerne, la tromperie, nous étions dans le même état d’esprit que vous 2, et nous nous étions dit que si tromperie il y avait, ce serait définitivement fini, mais effectivement, quand on est au pied du mur, nos réactions ne sont plus forcément les mêmes, la raison dit de partir, mais quand la douleur de la séparation est pire que celle de la tromperie!!!! et je me suis toujours dis, que ce qui arrivait à mon mari aurait très bien pu m’arriver à moi, par conséquent, j’aurai peut-être aimer avoir une deuxième chance.c’est pour tout cela, que dorénavant, je ne jugerai plus les autres, ou du moins j’essayerai car je ne suis qu’humaine.
        quoiqu’il en soit, je n’ai surtout pas de conseil à te donner, la seule chose, parles, écoutes, mais agit en fonction de toi, de tes enfants et des sentiments, et ne dis pas trop à ta femme que tu parles de tout cela à d’autres personnes, car pour moi, cela a été pire, mon mari me culpabilisait de dévoiler à des tiers notre vie, pourtant nous avons besoin de soutien, c’est crucial.
        voilà, bon courage à toi, accroches-toi à tes petits, car pour moi j’ai toujours eu l’impression qu’un enfant m’aurait aidé car quand mon mari est parti, j’ai souvent pensé au pire, je n’avais plus rien d’autre que le vide et le silence, mais peut-être que je me trompe.
        bon courage à toi, demain est toujours un autre jour.

        1. Laure,
          Tu ne m’as pas découragé, mais j’ai un coup de moins bien depuis quelques jours. Je viens de prendre rdv chez le médecin, on verra… J’ai moi aussi des doutes sur la fidélité de mon épouse par moment et en ce moment, j’espère qu’elle est juste honnête mais je ne contrôle pas mes montées d’angoisse, de crainte, de jalousie, mon rythme cardiaque qui augmente, je sens les battements de mon cœur, j’ai du mal à respirer, j’ai la gerbe et pas faim, c’est dingue… Je me fais des films ou pas et comme je parle ou pose des questions à un mur, bah forcément cet état ne s’améliore pas tout de suite ou s’empire. A l’heure qu’il est je suis dans cet état car je lui ai envoyé un sms il y a 2h00 dans lequel j’ai essayé de mettre les formes et de l’humour mais je n’ai pas de réponse… ça me rend dingue car j’imagine la situation inverse et je pense qu’elle n’apprécierait pas. Mais voilà c’est comme ça, alors je tourne en rond en attendant et ça me bouffe.
          Pour les échanges ou discussions avec les autres effectivement ton conseil est le bon car lorsque j’ai parlé avec mes amis elle n’avait pas du tout apprécié et elle m’en veut encore pour ça. Donc motus et bouche cousue ;-).
          Voilà passes une bonne journée et au plaisir de te lire.
          Maxime

          1. Bonjour Laure, Bonjour Olivier, Bonjour à toutes et tous

            Juste quelques mots pour donner des nouvelles…

            J’ai donc été voir mon médecin hier matin qui m’a prescrit des somnifères au cas où j’aurai des difficultés à dormir. Pas d’anti dépresseurs pour le moment et d’ailleurs c’est pas plus mal, je ne suis pas fan.

            J’ai donc inauguré hier soir mon premier cachet pour dormir, et le résultat est pas mal, je ne me rappelle pas m’être endormi et j’ai eu une nuit plutôt correcte.

            Concernant ma relation avec mon épouse, c’était très tendu toute la semaine dernière. Ah ma grande surprise elle a demandé si on pouvait parler dimanche… Incroyable !!! Bon je me suis dit que ce n’était pas forcément des bonnes nouvelles. Effectivememnt, c’était pour me dire qu’elle n’allait pas bien, qu’elle pense en ce moment que la séparation est plus que probable, qu’elle doute, qu’elle ne sait pas si elle a devant elle une incroyable opportunité (me quitter et vivre sa vie)car elle ne pourra pas avoir ce qu’elle veut avec moi ou si elle est en crise et qu’elle va tout gâcher… Nous avons discuté 1h30 sans se disputer, c’est plutôt rare. J’ai senti malgré tout une prise de conscience de sa part sans parler d’avancée majeure et je lui ai expliqué que la solution viendrai d’elle, pas de nous ou de moi, elle l’a entendu mais elle me dit qu’elle n’a pas envie de se remettre en question, de s’auto flageller… Je lui ai dit que sans ce travail sur elle, elle irai de déceptions en déceptions. Je lui ai proposé aussi d’aller voir un conseiller conjugal avec moi et pas un psy en lui expliquant bien la différence mais elle ne veut pas. Mais l’idée doit peut être germer dans son esprit.

            Bref elle part en déplacement cette semaine, moi je pars avec les enfants ce week-end, puis je m’accorde un break d’une semaine chez mon frère, je lui ai demandé de ne pas me téléphoner ou m’envoyer de sms ou mails pendant ce laps de temps. Je souhaite qu’elle voies comment peut se passer une semaine de quotidien seule, une semaine sans moi, et de mon côté souffler, m’amuser… On doit se revoir ensuite pour faire un point, je ne sais pas si il sera … ou bien ? ou encore ! ou . mais on verra bien.
            Bonne Journée Laure, Bonne journée Olivier et les Autres

  44. bonjour a tous,

    je viens de découvrir l’ensemble de vos commentaires, je vis cette situation depuis 16 mois et nous sommes mariés depuis 28 ans! En avril 2013, nous avons embauche une jeune femme de 24 ans, je n’ai rien vu venir, nous étions un couple unis et mon mari ne cessait de me dire que nous nous suffisions à nous mêmes, j’étais, donc, loin de tout sentiment de jalousie a l’égard des femmes que mon mari rencontrait. Et puis, au mois d’août de l’année dernière, j’ai commencé à sentir une certaine distance s’installer, dont je lui ai parlée, et là à mon grand désespoir, le détachement total a remplacé la distance.il passait tout son temps à lui parler au téléphone, à m’inventer mensonges sur mensonges pour pouvoir la rejoindre, à s’habiller de façon de plus en plus coquette, et surtout à se cacher partout dans la maison, au grenier, dans le jardin pour lui envoyer SMS sur SMS, jusqu’à 800 par mois!!! quand je lui proposait de nous séparer car il était vraisemblablement tombé amoureux de quelqu’un d’autre, il refusait et se mettait en colère.Et, un jour ou plutôt, une nuit(mon mari travaille la nuit)alors qu’il devait être en repos, il m’a prétexté un remplacement de l’un de nos collaborateurs pour la rejoindre, j’ai tout découvert et lui proposé un break de 15 jours pour qu’il sache où il en était, et ceci malgré que je sombrais dans une forme de dépression(anti dépresseur+somnifères à la clé), car j’aimais mon mari plus que tout au monde, et qu’il était le centre de ma vie, peut-être trop, car nous n’avons pas pu avoir d’enfants.malheureusement, ce break a été la bonne occasion pour partir la rejoindre chez elle! il est parti, soit disant à l’hotel, mais j’ai découvert quelques jours plus tard qu’il était chez elle, ils vivaient en couple et je n’avais plus aucune nouvelle. j’ai passé Noël seule avec quelques êtres chers.j’ai voulu lui laisser une chance, en lui demandant quelles étaient ses intentions au bout des 15 jours du soit disant break, il m’a dit qu’il s’était vite rendu compte de son erreur, mais la passion n’était pas assouvie, il n’ est revenu qu’au bout de 2 mois d’absence, en me disant que c’était fini.Mais, c’était sans compter sur l’acharnement de cette fille à vouloir garder mon mari, de plus, il est parti de chez elle en lui mentant également! et là continuité de textos effacés bien sûr,en me disant qu’ils étaient seulement professionnels,je savais au fond de moi qu’il y avait autre chose jusqu’à la découverte d’un message!!! remise en question, souffrance encore et toujours, incompréhension,colère, rencontre avec la fille, et enfin, apaisement, avec des angoisses et de la souffrance encore bien sûr, mais,je n’ai jamais voulu rompre le dialogue, et aujourd’hui mon mari est toujours là, je sais qu’il ne veut pas me quitter, il semble se rappeler maintenant de ce que nous avons vécu et se préoccupe à nouveau de mon sort, après 16 mois, il culpabilise beaucoup, et pour ma part, j’essaie de le déculpabiliser, et de prendre le chemin du pardon, j’essaye de comprendre, et il y a une chose que j’ai comprise, c’est que les personnes atteintes de cette crise ne contrôle plus rien, seule l’envie de vivre autre chose compte et tant qu’il n’y a pas une petite prise de conscience de leur part, rien n’est possible.je sais que ce nous vivons aujourd’hui est fragile, d’autant plus qu’il continue à la voir au travail, et qu’il est encore dans une certaine forme de conflit intérieur, même s’il le nie, mais je pense qu’enfin, je vois peut-être une petite lueur au bout de ce long tunnel. voilà, j’espère que ma modeste et pénible expérience pourra peut-être servir à quelques-uns d’entre vous.bon courage à tous.

  45. Bonjour a tous,

    Meme situation : 39 ans, mon homme 40, 2 enfants de 6 et 8 ans. Il a remis en question notre couple debut 2014, ne savait plus ce qu’il eprouvait pour moi. Je lui ai lzisse du champ : sortir, faire ce qu’il voulait. Il trouvait que je ne regardais plus en tant qu’homme, j’ai fait attention a lui tout en multipliant les signesd´affections, meme s’il se detournait de moi. Il veut changer de voie professionnellement, veut de la moto, de la voile. Les loisirs qu’il faisait avant ne l’interesse plus.
    J’ai decouvert cet ete qu’il avait une maitresse depuis 1 an et demi. La periode a ete tres dure, mais il a choisi de sauver notre couple.

    Mais la, le chemin n’est pas simple et pourtant nous voyons un therapeute de couple. Je viens de me rendre compte qu’il s’etait de nouveau inscrit sur des sites de rencontre alors que nous sommes en pleine recobstruction. Le pire, c’est que notre couple avait l’air de bien repartir : sorties, complicite, communication comme jamais, sexualite au top…. Mais voila, apparemment ca ne suffit pas.
    Il me dit que notre reconstruction est top, qu’il m’aime, veut sauver notre couple et ne comprends pas ses gestes.
    Face a cela, j’essaye de me concentrer sur moi, mes besoins. Je l’aime, mais je ne veux pas etre dependante affectivement. Je prends soin de moi et suis plus egoiste. A lui de voir tout ce qu’il va perdre. Chambre a part, mais si j’ai envie d’un calib je vais le voir et j’essaye de lui faire comprendre qu’il faut qu’il travaille sur lui ou aille voir un psy pour clarifier la situation.

    Je ne sais pas si ca va marcher. Nous n’avons jamais autant parler de nous separer….

  46. pour ma part, c’est mon épouse qui traverse cette crise depuis 5 mois. nous sommes mariés depuis 21 ans et avons 5 enfants (4 à 19 ans). Je retrouve tout à fait les symptômes décrits: envie de liberté, irritabilité, manque d’affection, marre du mari, des enfants, reproches permanents, toujours de la faute des autres…et parfois des moments de tendresse et d’amour.
    c’est très déconcertant et difficile à vivre. je tatônne beaucoup pour trouver des réponses. j’ai beaucoup pleurer au début (vrai coup de massue) et beaucoup réfléchi sur moi. Mais trouver le juste milieu entre distance et trop de présence est difficile. il m’arrive d’en avoir vraiment marre et de tout laisser tomber et de partir de la maison. mais mon attachement et mon amour pour elle sont très forts. alors j’essaie d’être patient mais pour le moment je ne vois pas le bout du tunnel et ça risque de durer! Courage à vous toutes pour être fortes et endurantes. il le faut!

    1. je vis la même chose depuis 15 mois et n’en vois toujours pas le bout.Mariée depuis 14 ans et on se connait depuis 21 ,nous avons 4 enfants.Il me dit que nous sommes incompatibles mais que s’il me quittait il perdrait beaucoup sexuellement quand je pleure il me dit d’arrêter de faire mon “”cas soce”il me dit également que tout ce que je fais je le fais mal. Tout ça a commencé quand il est arrvé professionnellement au bout de ses objectifs (brillante carrière) il a commencé à fréquenter des représentants de l’état dans le département et a commencé à prendre certaines libertés comme je voyais qu’il en avait besoin je l’ai laissé faire puis après mon mari a commencé “à draguer cette personne” qui a réussit comme lui et qui le faisait rêver”(je le cite)malheureusement cette personne n’était pas intéressée par lui mais pendant un an il l’a draguée par sms cette dernière n’en avait rien à faire mais lui répondait.Aujourd’hui je me demande réellement s’ils n’ont pas eu une relation,de plus je me demande s’il lui envoie encore des sms le dernier était “je t’aime pour toujours”
      Quand je lui dis que je veux divorcer aucune réaction même quand je lui parle de prestation compensatoire(il trouve que ce ne sera pas un gros effort financier), il y a que, quand je lui parle qu’il me devra une voiture équivalente à la sienne (50000 euros )que ça commence à le déranger
      Pour finir il ne fait aucun effort pour nous (famille)il fait comme s’il vivait seul (dès qu’il est réveillé il fait du bruit et estime que c’est bien l’heure de se lever chose qu’il ne faisait pas avant) ,il écoute de la musique tout le temps et assez fort, pour finir il s’est même acheté une moto sur laquelle je n’ai pas le droit de monter
      Ca n’a peut-être pas répondu à ta question mais ça m’a soulagée j’ai l’impression que mon mari a ume maladie spychatrique

      1. je constate que les comportements sont assez identiques avec peut être moins de “violence” verbale chez mon épouse…pour l’instant!
        Putain de crise! où aucune solution ne semble convenir, où toutes tentatives de jolies et tendres intentions ne trouvent aucun écho, où les échanges sur l’avenir du couple ne sont pas voulus et souhaités.
        Ton mari, mon épouse ne veulent qu’une chose….qu’on leur foute la paix! le passé est balayé, les beaux moments sont oubliés seules leur tranquillité, leur liberté les intéressent. Nous n’existons plus sauf à de rares exceptions.
        Alors c’est dur, très dur à vivre! je me dis qu’ils leur faudraient un électrochoc pour les faire sortir de leur “état”.
        Partir ==> créer un manque
        Regarder ailleurs ==> pour créer un sentiment d’insécurité affective chez eux
        je me pose toutes ces questions mais n’arrive pas à me décider sur la bonne conduite à tenir.
        et toi comment le vis-tu? qu’envisages-tu?
        En tout cas, bon courage

        1. “Je ronge mon frein tout le temps” et quand je trouve qu’il va trop loin j’explose ce qui ne le fait pas changer dans sa façon d’agir et qui engendre beaucoup de disputes de plus j’essaie de me tenir éloignée de lui même à la maison (quand il est dans une pièce je suis dans une autre).J’aborde avec lui que les sujets essentiels(concernant les enfants),je n’essaie plus d’établir de liens et je me rends compte qu’il y a des fois il vient me voir pour voir ce que je fais et même il se demande si je n’ai pas un amant car il me dit qu’il ne sait pas ce que je fais de mes journées et à qui j’écris sur messenger car il me voit beaucoup pianoter sur mon téléphone portable Pour l’instant je ne vois pas d’issue je pense essentiellement à mes enfants le dernier a trois ans mais je pense de plus en plus à la séparation Pour finir c’est la première fois que j’aborde le sujet, chose que je n’ai jamais osée faire avec personne

          1. déjà merci pour cette confiance!
            en parler c’est important. j’ai la chance de pouvoir le faire avec un ami qui m’apporte son soutien, ses idées et un regard plus neutre. pour moi c’est un vrai plaisir et ca fait du bien.
            je crois (sans certitude) que ma femme ne se rend pas compte qu’elle vit une crise. pour ne pas compliquer les choses, j’essaye de lui apporter ce qu’elle attend de moi pour l’instant: être là, m’occuper des enfants (la plus petite a 4 ans), m’occuper de la maison. m’occuper de notre couple, ca ne l’intéresse plus!…mais des fois c’est trop dur à vivre alors ça pète. la dernière fois c’était lundi matin. on a la chance de ne pas avoir complètement rompu les échanges alors on a pu s’expliquer un peu plus tard.
            mais pas en se projetant dans l’avenir de notre couple! alors je doute et perds un peu l’espoir. et ca ne fait que 5 mois! à côté de toi , ce n’est rien! et j’imagine très bien ta souffrance. je sais qu’il y aura encore d’autres moments tendus jusqu’au jour où cela deviendra trop insupportable. je ne sais pas quand? mes sentiments pour elle s’estompent lentement face à cette distance que je trouve difficile à vivre. j’ai besoin d’avoir une épouse et son cortège de tendresse et d’amour pas une copine. et ca elle ne le voit pas ou ne veut pas le comprendre.
            mais c’est vrai ca fait du bien d’en parler et e voir que d’autres traversent la même épreuve. ca peut aider.

        2. “Je ronge mon frein tout le temps” et quand je trouve qu’il va trop loin j’explose ce qui ne le fait pas changer dans sa façon d’agir et qui engendre beaucoup de disputes de plus j’essaie de me tenir éloignée de lui même à la maison (quand il est dans une pièce je suis dans une autre).J’aborde avec lui que les sujets essentiels(concernant les enfants),je n’essaie plus d’établir de liens et je me rends compte qu’il y a des fois il vient me voir pour voir ce que je fais et même il se demande si je n’ai pas un amant car il me dit qu’il ne sait pas ce que je fais de mes journées et à qui j’écris sur messenger car il me voit beaucoup pianoter sur mon téléphone portable Pour l’instant je ne vois pas d’issue je pense essentiellement à mes enfants le dernier a trois ans mais je pense de plus en plus à la séparation Pour finir c’est la première fois que j’aborde le sujet, chose que je n’ai jamais osée faire avec personne BON COURAGE

        3. Olivier,
          J’ai eu 41 ans cette semaine. Je suis une belle femme (enfin les autres s’accordent à le dire). Bosseuse acharnée, Je me suis réalisée professionnellement et suis le soutien familiale. Mère de 2 magnifiques enfants de 2 et 4 ans j’ai la chance d’avoir un conjoint toujours très amoureux de moi, voir même plus chaque année. Mais voilà, ce tableau idyllique est noirci par cette fameuse “crise de la quarantaine”. Je suffoque, j’ai besoin d’espace, je deviens égoïste, égocentrique, j’ai des désirs d’adultère, moi qui ai toujours dénoncé sans pitié ceux qui trompaient leur conjoint(e). L’ennui s’est installé dans ma vie et mon cœur s’emballe pour le combattre. Je sais que je devrais en parler avec mon conjoint qui ne mérite vraiment pas ça. Il est formidable, il s’occupe à merveille des enfants, il me fait bien l’amour. Bref, le problème c’est moi. Je tiens à vous le dire car il ne faut pas baisser le bras. J’espère que ma crise ne durera pas car je veux m’accrocher à ce que j’ai bâti. Je sens que ça va être difficile mais je veux y arriver. J’espère avoir très vite un électro-choque. Il faut que je retombe amoureuse de mon conjoint. Est-ce possible? Aucune idée. Suis-je capable de provoquer cet amour que j’aimerais ressentir à nouveau pour lui? Aucune idée. Mais il faut que j’y parvienne sinon je serais malheureuse car je ne veux pas que nous nous séparions. Je veux que les enfants aient leurs 2 parents (fille de divorcés je sais de quoi je parle). Si je devais lui reprocher quelque chose ce serait d’être celui qui me rappelle chaque jour que nous vieillissons. Il a toujours mal quelque part. Il manque de fantaisie et de folie. Il était déjà comme ça quand je l’ai rencontré, aujourd’hui je ne supporte plus ça. Rien qu’en l’écrivant j’éprouve une douleur dans la poitrine. 5 ans est beaucoup trop long. Il faut que je m’en sorte et je pense que la seule solution serait que je lui en parle. Il en souffrira tant… J’ai peur. Il faut que j’organise des WE en “amoureux” pour retrouver cette flamme mais je n’en ai pas envie. Faut-il que je m’écouter et que je prenne des moments pour moi? L’espace que je créerais entre nous sera t’il alors fatale? Je suis perdue. Je sais qu’un autre homme ne m’offrira pas cet équilibre que nous avons aujourd’hui. Mes désirs d’aventure vont à l’encontre de ma raison. J’espère de tout mon cœur que votre femme reviendra vers vous. Comme toutes les femmes elle a sans doute un désir secret. Il faut qu’elle vous le dise en espérant que vous puissiez être ce fantasme, si je peux m’exprimer ainsi, jusqu’à ce que la mayonnaise reprenne. Bonne chance.

          1. Bonjour Cab,
            Merci pour ce témoignage où je vois à travers vos mots beaucoup de points communs avec mon épouse. Ma femme échange beaucoup avec un homme par sms. Je pense qu’elle a pensé à l’adultère mais tout comme vous, ses profondes valeurs ont été un firewall puissant. Elle ne voit plus que mes défauts. Elle a du mal avec tout ce qui a fait parti de sa vie ces dernières années (parents, famille et même parfois les enfants. Elle prend plus de temps pour elle (ce qui est très bien) mais ces changements brutaux ont fragilisé un ensemble construit depuis 20 ans.
            Je suis passé par toutes les émotions: la peur de perdre la personne chérie. La colère face à cet égoïsme. La jalousie face à un homme qui doit avoir toutes les qualités. L’abattement devant une situation qui perdure. La combativité pour modifier mon “logiciel” et reconquérir celle que j’aime et de temps en temps l’espoir quand elle me sourit ou quand nous faisons l’amour.
            Mais au-delà de tout ca, je crois que quelque chose est brisé et que si nous sortons ensemble de cette épreuve, nous devrons rebâtir notre vie de couple différemment. Mais pour arriver à ce résultat, il faut tenir bon pendant le temps (combien?) que cette crise dure.
            Le seul Conseil que je peux vous donner c’est d’en discuter avec votre conjoint, de lui expliquer ce qui se passe à l’intérieur de vous, de lui dire que bcp de femmes connaissent la même chose, qu’il y aura des moments difficiles, que vous avez besoin de prendre du temps pour vous, créez un rendez vous hebdomadaire (par exemple) entre vous, resto, promenade, ciné…pour garder un lien intime, donnez lui de la tendresse quand vous pouvez, en un mot de le laisser pas seul face à votre crise…car alors tout peut arriver..tout ca j’ai essayé et essaye toujours de le mettre en place sans trop de succès car sans doute j’ai compris les choses un peu tardivement.et aujourd’hui je rame! Tout en gardant espoir…en fonction des jours!
            Bon courage

          2. Bonjour Cab,

            Je te remercie de ton message qui nous expose le point de vue de l’autre.

            Je ne réussirais surement pas a synthétiser toute ma petite vie dans ce message mais je vais quand même exposer ma situation par rapport à la votre Cab.

            Je suis dans une situation similaire à celle d’Olivier depuis quelques années malheureusement.
            Mon épouse elle aussi a besoin d’espace, étouffe …etc, elle m’en avait déjà parlé en 2006 (!!!) et depuis je pensais avoir fait des choses pour améliorer sa situation.

            Je lui ai laissé toute liberté de sortir avec ses amies, faire des activités, elle est même partie 3 semaines seule avec une amie au Japon en Aout 2013. A son retour elle m’a dit que je ne lui avait pas manqué…elle ne reste avec moi que parce qu’il y a les enfants.
            Fin 2013 elle a eu un nouveau directeur a son boulot et je suis certain qu’elle en est tombée amoureuse : un VIP comme elle l’appelle, une personne hors du commun, membre de ci, médaillé de ça etc… l’homme parfait qui l’a fait rêver de par ses relations, son statut social, son argent (?) car elle pense “à sa retraite” qu’elle souhaite dorée etc…il a depuis quitté la société mais je pense qu’elle essait toujours de le revoir bien qu’elle ne soit pas (encore ?) parvenue à ses fins.

            En juin dernier elle m’a dit ne plus avoir de sentiment pour moi, qu’elle s’était lassée (12 ans de mariage), qu’elle se lassait très vite, qu’elle rêvait d’avoir une maison uniquement pour elle à coté de la notre pour avoir “son espace” etc… elle en a assez de sa vie, de la France, de son boulot et de son mari …

            Je me pose beaucoup de questions et ai travaillé sur moi pour gommé les choses qu’elle me reproche (du passé notamment ou je me suis trop investi dans les travaux de la maison selon elle, (mais bon elle en a quand même profité…du fait que je soit ponctuellement colérique pour pas grand chose (mais cela est lié en partie à son indifférence,), elle me reproche de ne pas avoir de vie en dehors de notre couple etc…

            Je vais avoir 50 ans, et je me pose également beaucoup de questions sur les “foirages” de ma vie, les reves auxquels j’ai renoncé (certains pour elle), et pense aussi être en partie dans cette crise mais j’en suis conscient et n’exclue pas pour autant ma femme de ma vie et j’en suis toujours amoureux.

            Nous avons fait et avons prévus des voyages que pour nous deux, je lui fait des surprises, des sorties,des cadeaux etc…MAIS tout ce que je fait n’a pas d’importance à ses yeux, alors que la moindre attention même basique de cet homme ou de ses amies apparait comme extraordinaire !!

            Alors comme Olivier c’est difficile à vivre au quotidien, de ne pas avoir de “retour” même si j’ai toujours été quelqu’un de généreux qui n’attends rien en retour.

            L’amour ne s’achetant pas, ni ne se commandant pas j’ai décidé d’arrêter les cadeaux, les surprises ou du moins de les limiter fortement.

            De ne plus “quémander” la tendresse ou l’amour, et de limiter les contacts (ça c’est le plus difficile surtout quand la personne vit avec vous, et surout pour un homme), tout en restant courtois (ça aussi c’est difficile par rapport à l’indifférence), de sortir plus souvent le soir, de rencontrer d’autres personnes, de me coucher ou me lever plus tôt ou plus tard qu’elle, de ne pas toujours regarder lé télé avec elle le soir, de me limiter aux choses liées aux enfants etc…

            Résultat :
            j’ai réussi à ne pas la voir quasiment trois jours de suite puis nous sommes sortis ensemble le 4eme jour : sa réaction
            “c”est bizzare j’ai l’impression de ne pas t’avoir vu pendant une semaine…”, si je “disparait” un peu de la maison elle se demande où je suis , qu’est-ce que je fais, me reproche de ne pas m’occuper de la chose qui la préoccupe elle à un instant t, etc…

            ALORS : je ne comprends pas tout, soit je suis là et je lui pèse, soit je ne suis pas là , elle s’en fout mais se demande pourquoi je ne suis pas là ??? c’est vraiment une situation paradoxale.

            Pourtant je pense qu’elle souhaiterait que je parte, elle souhaiterait une relation avec quelqu’un d’autre et en même temps la moindre absence ou non réaction de ma part semble l’ennuyer…où est le juste équilibre ?

            Depuis quelques mois nous faisions beaucoup plus l’amour (peut être cherchait-elle un éxutoire dans la non réalisation de sa nouvelle conquête ?), c’était comme lorsque nous nous sommes rencontrés, alors je me disait “il reste quelque chose”, mais l’indifférence et l’absence de tendresse reviennent immédiatement alors je me dis “c’est mort”

            En cette fin d’année 2014 amour torride à Noel puis black out depuis….un souhait de “Bonne année 2015” de sa part sans sentiment, des mails qui finissent par “Bises”… bon j’arrête mon message fleuve surement très confus.

            Alors Cab, je pense qu’il faut que je redevienne “attractif”, comment ?
            ça c’est le plus difficle à faire, se récréer une cercle d’amis personnels et non communs, de nouvelles activités, d’ou de nouveaux sujets de discussion, apporter de la nouveauté, du “mystère”, des choses a échangé autres que la routine et les enfants, essayé d’avoir un nouveau boulot (hyper dur sans relation et après 45 ans en France),
            alors tout ça pour moi est le plus difficle car mon moteur ont toujours été les sentiments et l’affectif qui n’existent plus.

            PS : Coté physique je fais un peu de sport et ai la chance d’avoir encore un physique d’homme de 30 ans a presque 50, mais bon ça aussi elle doit en être lassée, alors que beaucoup sont bedonnants à mon âge et bien avant.

            Je n’ai jamais eu d’aventures en depuis notre mariage, bien que l’occasion se soit présenter avec des femmes plus jeunes que moi.

            Qu’en pensez vous Cab , vous qui êtes de l’autre coté?

        4. Bonjour Olivier,

          Je ne sais pas si vous continuez à aller sur ce site mais j’ai trouvé beaucoup de similitudes dans votre description de la “crise” que traverse votre épouse et votre couple et je voulais prendre de vos nouvelles car je vis cette situation depuis 2 mois maintenant. C’est peu et cela me paraît une éternité ou chaque minute est un clavaire. Alors lire tous ces témoignages et en particulier le votre m’a donné aussi envie de témoigner, peut être un début de thérapie ;-).

          Pour résumer, je suis un Papa qui s’occupe beaucoup de ses enfants, plus que mon épouse et c’est un choix qui a permis à mon épouse de s’épanouir professionnellement, elle a monté son entreprise il y a maintenant 1 an, elle a toujours gagné mieux sa vie que moi mais cela ne m’a jamais dérangé. La réussite est pour elle très importante, elle l’est aujourd’hui beaucoup moins à mes yeux, je préfère la notion de bonheur. A la base mon épouse est plutôt casanière, peu ouverte aux autres, n’aimant pas trop sortir à l’inverse de moi qui suit curieux et aime le partage mais on se complète. Ma femme a eu 36 ans en novembre et depuis cette période, les choses se sont sérieusement compliquées…

          Elle a pris conscience que le temps passe et a concrètement émis des désirs qui me sont apparus incompatibles avec notre vie de couple et de famille (2 enfant de 5 et 7 ans)

          Elle m’a d’abord annoncé son désir de plaire, de sortir et de rencontrer d’autres personnes. Puis lorsque j’ai posé demandé des précisions quelques jours plus tard, elle m’a indiqué qu’elle m’aimait toujours mais n’était plus amoureuse de moi, n’avait plus de désir pour moi, ne m’admirai plus et que nous n’aurions plus de relation physique mais que je pouvais continuer à avoir des gestes tendres et à l’embrasser. Elle m’a dit qu’elle éprouvait le besoin de plaire aux hommes, de sortir, de draguer et se faire draguer et de coucher ou non avec d’autres hommes. Pour la citer “je souhaite faire ce que je veux, comme je veux, quand je veux et avec qui je veux”.

          Partant de ce constat, elle m’a aussi dit qu’elle ne pensait pas que je ne pourrai accepter cela et qu’à priori la séparation et le divorce apparaissaient comme l’issue la plus probable.

          Le coup a été terrible… Très difficile à encaisser…

          Les fêtes approchant et prenant en considération l’importance de ce moment pour nos enfants nous avons souhaité remettre notre décision au mois de janvier.

          Pendant une bonne semaine mon épouse a eu de la compassion et de la tristesse à mon égard car elle voyait que je souffrais ce qu’elle n’avait d’ailleurs pas trop envisagé. Mais peu à peu ce sentiment s’est estompé et j’ai eu le droit à des mots comme “pleurnichard”, “caliméro” et elle m’a dit que je la gavais à lui poser toujours les mêmes questions.

          A côté de cela, elle a installé un code sur son téléphone, changé les mots de passe sur sa messagerie, elle est devenue plus que pudique avec moi, elle s’est inscrite dans une salle de sport (elle a toujours détesté les salles de sport) et elle y va entre 4 et 6 fois par semaine, elle a renouvelé sa lingerie, un peu sa garde robe, elle est devenu très coquette et maquillée quand elle va à l’extérieur et même à la salle de sport, elle souhaite faire des injections de botox, elle s’est planifiée des week end et un Nouvel An en solo.

          Bref j’ai commencé à “psychoter”, j’ai donc été voir sur son pc, j’ai espionné son historique, je me suis créé un profil sur Meetic pour essayer de la trouver ce que j’ai cru d’ailleurs. Je lui ai parlé de ce que j’avais fait et donc elle a changé son mot de passe sur son ordi.

          De mon côté j’ai moi aussi eu besoin de parler et la discussion avec mon épouse n’étant pas possible, je me suis tourné vers mes et donc nos amis. Et sans la dénigrer et en étant respectueux j’ai parlé avec beaucoup de nos amis, de la situation, de mon ressenti. Elle a vécu cela comme une trahison m’accusant d’avoir cassé quelque chose.

          Bref la vie en colocation a continué mais malgré tous nos efforts pour masquer la situation, nos enfants ont commencé à poser beaucoup de questions, à pleurer pour ma fille et nous avons donc décider de leur parler lors d’une réunion famille pour leur dire que Maman et Papa ne savait plus si il voulais continuer à vivre ensemble et qu’ils réfléchissaient…..

          N’arrivant plus à dormir à ses côtés,j’ai décidé de dormir en semaine dans la chambre d’ami (gardant le week-end pour les enfants). Nous avons parlé régulièrement, mais cela devenait très tendu, le ton montait… La situation est devenue invivable et intenable pour moi, j’avais et j’ai toujours le sentiment qu’elle ne voit plus que mes défauts et que chaque jour la liste s’allonge.

          J’ai donc décidé de lui annoncer mi décembre que nous nous séparions dans une lettre d’amour de 9 pages.

          Mais là, patatra, silence radio pendant 2 jours, puis un orage de sms pour exprimer sa colère et sa tristesse… car elle ne souhaitais pas me parler en direct (trop en colère). Bref finalement nous avons longuement échangé, tout déballé (mail, sms, discussions…) et elle m’a fait une contre proposition. Faire chacun une liste de 4 ou 5 priorités. Puis quelques jours plus tard, lors d’un échange elle m’a proposé de vendre la maison et de partir,d’ici quelques mois, vivre un an en Nouvelle Calédonie ou en Polynésie et voir si on peut sauver notre couple. Mais tout cela étant conditionné à plusieurs demandes de sa part (autonomie, liberté et indépendance, comptes séparés avec versement sur compte joint en fonction des revenus, que je m’impose plus avec les autres et me fasse respecter…)

          Elle a cependant accepté de faire une concession, celle de ne pas coucher avec d’autres hommes mais pas celle de la séduction et a rejeté mes demandes concernant un questionnement de sa part et beaucoup de dialogue entre nous pour prendre un nouveau départ.

          Après avoir réfléchi et hésité beaucoup pendant une semaine, j’ai accepté le 27 décembre sa proposition avec beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes notamment par rapport à ma faculté d’acceptation de ce qu’elle appelle “liberté” au sens large. Mais je me suis dit que si je pouvais sauver mon couple, ma famille je devais le faire.

          Depuis nous avons vécu 4 jours un peu euphoriques avec des gestes tendres, de la complicité. Mais l’atterrissage est brutal depuis à nouveau quelques jours. Je vis mal par exemple qu’elle consulte et envoie des message sur son téléphone en le tenant orienté pour que je ne puisse pas voir, nous n’avons jamais eu ce genre de rapports. Je me demande si elle pourra avoir du désir pour moi et si un jour je pourrai refaire l’amour avec ma femme. Mon plus gros problème est qu’elle n’a pas envie de parler, de dialoguer, que ça la gonfle et ça pour moi c’est suicidaire. De son côté, la moindre contrariété lui fais remettre en question notre projet, elle est cruelle dans ce qu’elle peut me dire ou me reprocher…

          Aujourd’hui je suis constamment partagé entre l’espoir, l’envie d’y croire et le fait de me dire que je connais la fin de l’histoire mais que je ne veux pas l’accepter… et le quotidien n’est pas vraiment là pour me rassurer.

          Voilà dans les grandes lignes mon histoire, je suis parti dans tous les sens mais je suis comme ça. Bon courage à tous

          Maxime

          1. Maxime,
            Je vois effectivement pas mal de points communs dans les attitudes de ton épouse et la mienne et je me reconnais également dans tes souffrances et questionnements.
            Chaque histoire est bien sure différente et je suis mal placé pour te donner tel ou tel Conseil. Je peux simplement te faire part de mes dernières réflexions. Je comité beaucoup depuis 8 mois et je commence à bien comprendre les mécanismes en jeu mais je n’ai pas encore trouvé les bonnes clés. Alors pour m’aider j’ai décidé de consulter une psy pour justement essayer de faire le tri entre colère, amour, vengeance, espoir, coup de sang….enfin toutes ces émotions qui peuvent nous traverser l’esprit en quelques minutes seulement. Je pense qu’une fois je verrai plus clair dans mon cœur et ma tête, je pourrai exprimer plus facilement les choses, du genre oui je t’aime mais je ne peux plus continuer cette relation car je souffre trop. Si nous ne tentons pas ensemble quelque chose, nous pouvons mettre un terme à notre histoire.
            C’est facile de l’écrire mais plus difficile à dire sans accuser l’autre, sans faire de mal. J’ai donc un peu de chemin à faire d’autant plus que des jours je veux y croire encore, comme toi.
            L’être humain est complexe et certains âges plus difficiles que d’autres. Écoutons notre cœur, battons nous pour l’être aimé, n’ayons aucun regret et ensuite gardons l’espoir que notre capacité d’aimer et d’être aimé est inépuisable.
            Bonne soirée

          2. Coucou Olivier,
            De mon côté je n’envisage pas pour le moment de consulter un psy, même si effectivement la gestion des émotions qui me traverse en quelques minutes est parfois complexe, surtout la colère et le sentiment que je vais dégoupiller et tout casser dans la maison, c’est cela qui m’inquiète parfois. L’idéal serait que mon épouse accepte de vouloir faire un travail sur elle-même, sur nous aussi et dans ce cadre pourquoi pas moi, qu’elle aille consulter ou que nous allions et que j’aille consulter mais elle ne veut pas en entendre parler. Elle est consciente et le dit même qu’elle traverse une crise mais elle ne veut pas “s’auto flageller” (dit-elle), se questionner, s’interroger, réfléchir et c’est cela qui est désarmant et décourageant. Je souhaiterai que l’on puisse essayer de trouver ensemble des solutions mais ce n’est pas possible. J’ai l’impression de faire un combat de boxe contre un tank.
            Mes interrogations concernent plutôt l’attitude à adopter dans cette situation. Faut-il être distant voir très distant voir l’ignorer avec la fameuse technique du silence radio mais c’est compliqué avec une maison commune et 2 enfants ? Ne pas se prendre la tête, laisser faire et vivre ses propres expériences de son côté mais je n’y arrive pas car j’aime profondément mon épouse, c’est quelque chose que je ne peux accepter ? Essayer de créer un sentiment de manque, de jalousie ? Essayer de recoller les morceaux ? Témoigner des marques d’affections et de tendresse ? Dire stop ?
            J’imagine que dans cette ce “quasi échec”, j’ai moi aussi ma part de responsabilité mais j’ai du mal à endosser l’intégralité des charges car c’est concrètement ce que j’entends de sa part chaque jour : “Oui je pète un plomb, je ne le contrôle pas, je ne me contrôle pas, mais toi tu dois… tu es… tu fais…”
            Ensuite ma difficulté c’est que son comportement ne cesse de changer dans la journée et dans la semaine, tout est en dents de scie, tout est paradoxal : le lundi elle sera joyeuse, complice, à la recherche de tendresse, le mardi elle sera froide, blessante, remettra tout en question, voudra être dans sa bulle, repoussera mes marques d’affection, s’isolera avec son lecteur mp3 et ses séries, délaissera totalement les enfants, j’ai l’impression d’avoir une ado à la maison et ma seule envie c’est de lui mettre un coup de pied au fesse pour qu’elle se bouge et qu’elle arrête.
            Enfin voilà…

          3. Maxime,
            c’est dingue! j’aurais pu écrire exactement la même chose sans toucher une virgule!
            Pour te donner une idée du yoyo des sentiments, dernier évènement en date hier soir lors du diner:
            j’ai écorché malencontreusement le nom de quelqu’un. réaction de mon épouse: t’aimerais qu’on écorche ton nom à la con! waouhh! j’ai été très zen dans ma réplique pour ne pas donner un triste spectacle aux enfants. mais je n’ai pas dormi avec elle et suis parti en voiture de 23h à deux heures du mat pour digérer sans y parvenir! j’ai envoyé un sms pour dire que c’était inacceptable. réponse: elle trouvait juste que c’était dérangeant d’écorcher un nom mais aucune excuse, aucun remord pour “ton nom à la con”! voilà situation à nouveau bloquée! ca va rester comme cela des jours et c’est encore moi qui ferait sans doute le premier pas car comme toi je l’aime encore.
            A suivre….
            bonne journée

          4. Bonjour à tous,
            En ce jour endeuillé et triste, ma situation me parait ridicule par rapport à la souffrance de ces dizaines de familles endeuillées et choquées mais je voulais juste pousser un petit coup de gueule.
            Cela concerne le traitement de la crise de la quarantaine sur internet entre autre. Avide d’informations, je recherche depuis quelques semaines des conseils et des témoignages concernant cette crise et le constat que j’ai pu faire est que on traite beaucoup plus de la crise de la quarantaine chez les hommes que chez les femmes. Pire encore les conseils ou solutions ne concernent que soit les femmes lorsqu’elles “subissent” cette crise comme épouse ou compagne ou bien “des conseils” lorsqu’elles-même traversent cette crise. Dans ma situtation de mari d’une épouse en pleine tourmente, je n’ai trouvé que très peu de conseils, de solutions, d’accompagnement. Pourquoi cette injustice dans le traitement, j’ai l’impression que l’on envisage pas la souffrance et le sentiment d’abandon du mari ou compagnon d’une femme traversant cette période ??? Alors effectivement j’ai trouvé la description précise des signes, des symptômes, des comportements qui indique cette crise mais que faire ensuite… La deuxième chose est qu’en caricaturant un peu l’homme qui traverse cette crise est un beau salopard égoïste qui part avec une minette de 20 ans dans son nouveau coupé cabriolet rouge mais de son côté la femme qui traverse cette crise est une victime qui traverse une épreuve difficile que son partenaire devrait épauler qui doit faire un point sur sa vie et penser à elle et presque tout changer. Pourquoi cette inéquité dans le traitement ? Moi je subis ce tsunami de plein fouet depuis plus de 2 mois (c’est peu je sais à la lecture des différents témoignages), j’en prends plein la figure chaque jour mais c’est normal ? Qu’ai-je fait pour mérité d’être le bouc émissaire, pour vivre avec une personne que j’aime mais que je ne reconnais plus et qui s’éloigne chaque jour un peu plus de moi ? existe-t-il une solution miracle ?
            Voilà c’était mon petit coup de gueule, après je voulais rajouter que j’ai trouvé le témoignage de Cab hyper touchant et intéressant mais je crois qu’elle ne se connecte plus, c’est dommage.
            Bon courage à toutes et tous dans les épreuves que vous traversez et une pensée émue aux victimes d’hier.

  47. Bonjour,

    En couple depuis 18 ans, deux enfants de 9 et 1 an
    Depuis quelques mois la situation est très compliquée, ayant des doutes sur la fidélité de mon homme je suis devenue très jalouse sentiment que depuis 18 ans je n’avais jamais ressenti…on commence a tout analyser ses rentrées tardives après le boulot, ses sorties jusqu’à 4h du matin, son manque d’intérêt envers moi etc…et début de la semaine derniere il m’annonce qu’il ne sais plus s’il m’aime comme une amie ou comme sa femme il est perdu, il me dit qu’il est dans un croisement a deux chemins l’un c’est la séparation et l’autre c’est de rester en couple et il ne sais le quel prendre….il me demande de rester moi-même que je ne peut pas l’aider mais s’il prend la mauvaise décision il aimerais pouvoir revenir vers moi s’il en ressent le manque lors de la séparation …et qu’il me donnerait sa décision…

    Sincèrement, j’ai peur car il ne veut pas consulter et veut dépasser ça tout seul et il m’est très difficile de savoir quoi faire pour l’aider, il a besoin de s’isoler et moi je suis présente tous les jours, dois-je refuser tout contact physique? ou ça ferait qu’empirer les choses. dois-je être tout sourire? ou au contraire lui montrer que cette situation ne me plait pas….au secours svp

    si vous avez des conseils je suis prenante, car bientôt je pense que cette situation va devenir insupportable pour moi aussi…
    Merci.

  48. je suis exactement dans la même situation, mon mai ne sait plus où il en est, ne sait plus s’il m’aime encore, s’il doit rester ou partit. nous avons 2 enfants 14 et 12 ans.
    Je suis un peu perdue, je n’ose plus rien lui dire, plus rien faire pour ne pas le brusquer … et moi aussi j’ai peur !
    Vous en êtes vous sortis ?
    Merci

  49. J’ai suivi votre conseil Camille…Je voulais faire le point et je suis partie avec mon homme en week end rien que tous les deux (car nous partons toujours avec nos deux enfants)et bien cela m’a ouvert les yeux!J’étais bien avec lui, c’était un week end ensoleillé!!Et j’en ai conclu que le poid de nos contraintes l’éducation de nos enfants,la fatigue, le boulot,les difficultés financières usent nos couples, malgré tout fuir n’est jamais la solution…

  50. Bonjour,
    depuis une semaine mon mari est très mal dans sa peau et me l’as avoué. Il parle de séparation mais ne veut pas divorcer, il veut changer de look, m’a avoué avoir une autre femme comme confidente, se dénigre sans arrêt physiquement. Cela va faire 7 ans que nous sommes ensemble et 6 mois de mariage. Nous sommes une famille recomposée très unies, nous avons galéré tout ce temps financièrement suite à sa séparation et nous venons de voir le bout du tunnel depuis peu et commençons enfin à vivre. Il me dit qu’il regrette déjà ses agissements qu’il m’aime mais que quelque chose est cassé et ne veut pas me faire souffrir. J’ai été distante avec lui en ce qui concerne les câlins, la tendresse depuis la naissance de notre petit garçon. je m’en veux énormément car je l’aime profondément et ne veut pas le perdre. De plus, je suis enceinte du deuxième et dernier bébé qu’il a désiré et puis plus et puis oui et maintenant il est trop tard car il est là. je pense qu’il angoisse pour tout. Pouvez-vous m’aider à sauver notre mariage car nous nous aimons toujours.

  51. Je suis en plein de dedans!Cette fameuse crise de la quarantaine me bouffe la vie, j’ai l’impression de revenir adolescente…J’ai envie de tout envoyer valsé.

    1. Si je peux vous donner un conseil: dites-vous que ce que vous ressentez est un sentiment normal, qui brouille cependant la réalité des choses. Faire tout valser ne me semble pas la solution car ce serait remettre en cause tant d’années déjà passées et tant de belles choses aussi.
      Si vous avez besoin je suis disponible, n’hésitez pas.

      1. Bonjour,

        De mon côté je suis un peu perdue mon mari m’annonce qu’il vit bien mieux quand il est seul , que peut être on devrait vivre séparément mais être toujours ensemble , il me dit un jour qu il m’aime et le lendemain qu’il ne sait plus si c est un amour amical ou pas ( 18 ans de vie commune 2 enfants 9 et 11 ans et 2 ans de mariages)
        Il ne veut pas qu’on fasses chambre séparée et nous faisons toujours l’amour bien mieux qu’avant d’ailleurs mais quand je veux aborder le sujet il s’énerve on s’engueule , il fait dire aussi que je ne m’y attendais pas du tout par que de mon côté j ai passe ce cap et je suis redevenue folle de lui (il a 42 ans et mois 40ans) et un Week End je lui dit et lui m annonce que de son côté c est pas ça du tout qu il sait plus comment il m’aime que je le gonfle que c est pas moi qu il n aime pas mais lui…..enfin je ne sais plus trop quoi faire ou dire alors jà d’opte une attitude détachée , j évite les conflits, je dis presque oui à tout , je joue aussi un peu l’indifférence , je prend soin de moi…..mais j’ai peur ….merci de m’avoir lu….

        1. je suis exactement dans la même situation, mon mai ne sait plus où il en est, ne sait plus s’il m’aime encore, s’il doit rester ou partit. nous avons 2 enfants 14 et 12 ans.
          Je suis un peu perdue, je n’ose plus rien lui dire, plus rien faire pour ne pas le brusquer … et moi aussi j’ai peur !
          Vous en êtes vous sortis ?
          Merci