Mon enfant est tout pour moi ?

Lorsque l’on a un enfant, tout se chamboule dans notre tête. Nous savons que rien ne sera plus comme avant, que notre quotidien sera désormais organisé d’une autre manière. Ce petit être qui va grandir fera maintenant partie de toute la suite de notre vie.

La mère sait qu’elle ne doit pas faire l’erreur de considérer que son enfant est tout pour elle. Elle appréhende pourtant le fait qu’elle aura tendance à vouloir le protéger, à vouloir tout lui offrir, à vouloir diriger et assister sa vie pour qu’il ne fasse aucune erreur. Or, une relation de cette sorte crée une charge trop lourde pour l’enfant. En effet, par crainte de décevoir sa mère, et en ayant l’impression que lui seul peut faire son bonheur, l’enfant ne sera plus tout à fait libre  des ses mouvements, de ses décisions, de ses actes. Il se demandera d’abord comment sa mère va réagir face à ses actes, avant de penser à lui et à sa vie.

Aussi inquiétant, parfois inenvisageable, que cela puisse paraître, dès sa naissance, nous savons que notre enfant partira un jour et que chacun devra continuer sa route. Il est donc très important d’éduquer votre enfant dès le départ dans cette optique. L’enfant et les parents doivent en effet adopter une relation qui tienne compte de cette séparation aussi lointaine qu’elle soit. Pour cela, il est important que vous viviez de manière à ce que votre enfant acquiert petit à petit son indépendance, sa liberté, jusqu’à ce qu’il soit le plus autonome possible et qu’il puisse voler de ses propres ailes. Tout cela peut se faire sans pression, sans aspect négatif. Il n’est pas bon que votre enfant ressente une crainte ou une peur de grandir avec cette liberté. Plus vous êtes confiant et serein avec cette idée, plus il le sera lui aussi. Si vous avez des doutes, mal au coeur à la simple pensée de voir votre enfant partir un jour, ce dernier ressentira comme une menace et un danger à être libre.

Un enfant comblé d’amour tout en étant préparé, dès le départ, à la séparation avec ses parents, apprendra à jouir de sa liberté, en considérant celle-ci comme un cadeau et non comme un droit à braver les interdits. Apprenez donc à vos enfants ce qu’est la vrai liberté en lui montrant que la vôtre vous permet d’avancer et de construire votre vie.

Les accompagnements pour aller plus loin :

Rejoindre mes 15.265 contacts :

Dites-moi à quelle adresse vous souhaitez recevoir toutes les nouveautés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour, j’ai toujours éduqué mon enfant dans cet esprit où un jour elle partirait, je l’ai élevé seule, je n’ai jamais réussi à refaire ma vie lorsqu’elle était enfant, je me disais lorsqu’elle sera adulte, à l’âge de 17 ans elle est partie pour ses études, elle ne revenait que les week-end, quand elle ne restait pas sur place avec ces amies-s-, j’ai toujours tout fait pour qu’elle s’épanouisse le mieux, mais même à cet âge mes tentatives amoureuses ne tenaient pas car elle n’acceptait pas ces relations; Depuis elle a pris définitivement son envol, on ne se téléphone qu’une fois par semaine, car tous les deux jours cela ne convenait pas, je n’ai jamais été indiscrète ni étouffante, et aujourd’hui, elle me dit que c’est lourd pour elle le fait qu’elle soit tout pour moi. Il ne faut pas que je le prenne comme un rapproche, ce n’est m’a t elle dit, ni dans mes actes, ni dans mes paroles, c’est un tout. Alors pardon mes moi je n’y comprend rien et cela me fait énormément souffrir. Elle me dit que si j’avais quelqu’un dans ma vie je penserai moins à elle. a 50 ANS, l’amour moi je n’y crois plus j’ai trop souffert et faire la boniche à un bonhomme c’est ne plus moi. Alors élevé un enfant en ayant toujours à l’esprit l’idée qu’il partira un jour comme vous le dite et comme je l’ai fait n’empêchera pas qu’un jour il viendra vous balancer à la figure que si vous aviez autre chose à penser qu’a lui ou elle, il vivrait mieux. Je trouve cela douloureux et honteux, car je vis à trois heures de route de mon enfant je ne suis pas sur son dos, je n’ai jamais été indiscrète j’ai toujours respecté sa vie, je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus. Je travaille, malgré des soucis de santé, je subviens moi même à mes besoins je n’attends rien, et n’exige rien. Merci