« Mon conjoint souffre, mais refuse de se faire aider »

« Quand je vois que mon conjoint souffre et aurait besoin d’aide mais ne veut absolument pas l’entendre, comment arriver à lui montrer qu’il/elle a besoin d’aide ? »

Souvent, dans les couples, il y en a un qui veut absolument se faire aider,
et l’autre qui ne veut pas…

Si vous voyez votre conjoint souffrir vous êtes certainement à la recherche de solutions pour lui.  Vous avez envie de l’aider, c’est naturel.

Et pourtant, ça n’est pas nécessairement la bonne solution.

Vous ne devez pas chercher à tout prix à aider votre conjoint

Je crois qu’au contraire, il faut lui montrer que, si ça ne va pas bien, ce n’est pas moi qui vais t’aider. Vous vous dites peut-être que c’est très égoïste ? En fait non, c’est faire du bien à l’autre. On peut le soutenir dans un moment où ça ne va pas, mais on n’est pas là pour trouver des solutions à sa place. On peut l’aider, de temps en temps, mais à partir du moment où cela commence à nous porter préjudice, il est préférable d’éviter.

Dans un couple on n’a pas besoin de l’autre ; on a envie de grandir avec l’autre. C’est très différent, car quand on a besoin de l’autre cela implique qu’on en est dépendant. Il est important que cela ne s’installe pas, parce que sinon, au final, chacun pense que la solution du problème est le conjoint. Or ce n’est pas le cas. Le conjoint n’est pas là pour régler mes problèmes. Si on arrive à se dégager de ce schéma, on accepte le fait que ce n’est pas à nous de prendre en charge les problèmes de l’autre, et que cela n’a rien à voir avec un désamour. Prendre ce recul permet de dire : Je veux bien t’accompagner sur certaines choses mais pas sur tout. En vous dégageant, l’autre va voir que vous ne pouvez lui apporter toutes les solutions et c’est là que la demande d’une aide extérieure va émerger. Puisque son besoin n’est plus vous, cela va nécessairement appeler quelqu’un d’extérieur.

Quand votre conjoint ne reconnait pas qu’il souffre

Deuxième chose : il y a des moments où le conjoint ne veut pas reconnaître qu’il souffre, ou n’accepte pas qu’il souffre. Dans ce cas, ce n’est pas avec de beaux discours que vous parviendrez à faire émerger de sa part cette demande d’aide extérieure. Il faut que cela vienne de lui/d’elle. Je me rends compte, dans mon cabinet, lorsque des personnes viennent, que si c’est imposé par quelqu’un d’extérieur, cela ne peut pas fonctionner. Le travail se fait quand la personne reconnait qu’elle a une souffrance et qu’elle a besoin d’aide.

Les accompagnements pour aller plus loin :

Rejoindre mes 15.265 contacts :

Dites-moi à quelle adresse vous souhaitez recevoir toutes les nouveautés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *