La Crise d’ADOLESCENCE du Couple

Les accompagnements pour aller plus loin :

Transcription de la vidéo :

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de la crise d’adolescence du couple. Alors qu’est-ce que j’entends par là ?

C’est qu’en fait j’ai la sensation que le couple passe par tout un développement, chaque couple passe par son propre développement, mais globalement ce que j’observe c’est qu’au départ nous sommes attirés par un aspect de l’autre, que je retrouve chez l’autre, que je découvre chez l’autre et qui va m’attirer.

Je vous donne un exemple : j’aime le fait que l’autre soit un peu détaché, ne soit pas stressé par le matériel, se contente de peu, de ce qu’il a ou de ce qu’elle a. Du coup j’aime le côté assez zen de mon conjoint, qu’il n’est pas stressé.

C’est un exemple évidemment parmi tant d’autres de ce qui va m’attirer à la base.

Et puis le temps passant, finalement je me rends compte que moi en fait le matériel ça peut me stresser. C’est peut-être même important pour moi, c’est garant de sécurité.

Avec le temps, les années qui passent, finalement je réalise que le fait que l’autre ne soit pas stressé commence à m’angoisser. Et finalement j’aimerais bien que mon conjoint ou ma conjointe ait un peu plus d’ambition, ou ait envie d’un peu de mieux pour améliorer le quotidien.

Finalement qu’il (ou elle) se tende un peu plus pour que moi je n’ai pas la sensation de devoir porter ça.

C’est ce que j’appelle la crise d’adolescence du couple : ce qui m’a attiré au départ commence à venir me titiller, à m’énerver un peu parce que je me rends compte que j’aimerais que l’autre soit un peu plus comme moi.

Là où il y a quelque temps ça me rassurait et bien maintenant ça commence à me tendre. C’est pour ça que je vous fais cette vidéo, parce qu’il ne faut pas s’arrêter là.

La majorité des couples s’arrête là en partant de ce constat-là. Beaucoup vont venir me voir en disant : finalement aujourd’hui nous sommes trop différents, nous n’avons plus de choses en commun, et comme nous sommes trop différents nous n’arrivons plus à nous retrouver.

L’idée, c’est de passer au-dessus de tout ça, au-dessus de cette crise d’adolescence.

J’appelle ça la crise d’adolescence du couple, parce que c’est exactement comme le développement de l’enfant.

Le jeune enfant est totalement dépendant de ses parents. Il va apprendre de ses parents ce que lui n’a pas encore. Et au moment de l’adolescence, il va commencer à s’affirmer : « non, je ne veux pas ça. Parce que je suis moi, et je suis différent. »

Ce constat est intéressant et très sain je trouve.

En revanche, il faut après passer à l’étape supérieure pour devenir adulte.

Si je reprends l’exemple de mon adolescent, et bien finalement ce que je rejetais de mes parents, je vais le prendre parce que je me rends compte aujourd’hui, avec mon regard d’adulte, que c’est bon que c’est positif.

Et même si ça peut être parfois une forme de contrainte, c’est pour m’amener vers un plus grand bien. Et certaines autres choses, en revanche, je ne les prends pas.

Dans le couple c’est exactement pareil.

Ne vous arrêtez pas à cette crise d’adolescence. Allez voir ce qu’il y a au-delà, et réalisez parfois que finalement il (ou elle) a des qualités derrière cette petite chose qui va vous énerver.

Rappelez-vous que c’est ça qui vous a attiré à l’origine.

Pourquoi ?

Parce que malgré tout, ça vous mène vers le haut.

Je vous donne un exemple.

Chez un couple que j’ai eu dans mon cabinet, la femme m’explique qu’elle commence à être stressé par le fait que son homme soit trop détaché du fait de s’agrandir, d’avoir une plus grande maison d’avoir un salaire un peu plus élevé.

En fait elle a réussi à se réapproprier ça, cette simplicité qui lui permet aussi de ne pas sentir de pression vis-à-vis de son conjoint qui lui disait toujours : « écoutes, si tu veux un peu diminuer ton travail tu peux. Il ne faut pas que l’on vive pour le travail. Il faut que le travail soit aussi à notre service et moi j’ai envie de passer des vacances, qu’on ait du bon temps ensemble »

Et finalement elle a réussi à se réapproprier ça, et se rend compte à quel point ça l’avait attiré au départ. Parce qu’en effet ça lui permettait elle aussi de se détendre.

Il faut arriver à passer par ces étapes où ça m’attire au départ, et ensuite finalement ça me repousse un peu, pour au final se le réapproprier et voir en quoi oui ça peut vraiment m’attirer et me monter vers le haut.

Rejoindre mes 15.265 contacts :

Dites-moi à quelle adresse vous souhaitez recevoir toutes les nouveautés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *